« TRAMONTO » DEPUIS LA « MARINARESSA » À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 7 décembre 2018

« Tramonto », quel joli nom en italien pour dire « Coucher de soleil » … En anglais, « Sunset », ces deux termes sont plus sympas que notre expression lourdingue « Coucher de soleil » …

La « Marinaressa », endroit que j’aime beaucoup dans le « Sestiere de Castello », en front de lagune sur la « Riva dei Sette Martiri » (Rive des Sept Martyrs), est un complexe de vieilles habitations populaires que la République de Venise assignait autrefois aux anciens marins particulièrement méritants, d’où ce nom : « Marinaressa » …
Elle est particulièrement reconnaissable par ses deux grands « Sotoporteghi » (porches) que l’on aperçoit même de loin depuis la lagune…

1-2018-12-06-9

Aujourd’hui, j’ai décidé de shooter les lumières du « Tramonto » depuis l’intérieur d’un des deux porches de la « Marinaressa » …

Soit depuis le porche de droite, où mon papa avait sa cantine quand il appartenait à la marine royale italienne avant la seconde guerre mondiale…

2-2018-12-06-15

Soit depuis le porche de gauche…

3-2018-12-06-17

Pendant tout le temps où je me consacre à mes plaisirs « fotografiks », ma blonde et douce compagne s’est installée, sous la garde de ces deux réverbères, sur un des bancs en pierre d’Istrie de la « Rive des Sept Martyrs » pour admirer le paysage…

4-2018-12-06-43

Il faut dire que, même s’il nous est quotidien, nous ne nous lassons pas de ce panorama lagunaire…

5-2018-12-06-54-Panorama

L’intérieur du porche de droite est intéressant avec son puits au milieu de la ruelle…

6-2018-12-06-28

Mais je préfère nettement l’intérieur du porche de gauche où je peux voir les deux réverbères de tout à l’heure sur la rive…
C’est donc là que je vais installer mon trépied et me régler sur une focale de 50mm, focale la plus proche de la vision humaine…

16:11…
Voilà mon premier cliché…
Comme Venise est située bien à l’est rapport à la France, ma station météo perso m’a indiqué ce matin que l’heure officielle du « Tramonto » serait, aujourd’hui 4 décembre 2018, à 16:28…

Je vais attendre le coucher complet du soleil depuis les dernières lueurs du jour, passant par l’heure bleue pour terminer à la nuit noire, en shootant chaque étape…
J’adore cet exercice me permettant de saisir d’un même lieu les changements de lumières, d’ombres et de luminosités…

7-2018-12-04-11

Dans ce quartier et en cette saison nous ne verrons pas la moindre silhouette de touristes, ne déambulent que les vénitiens qui sortent ou rentrent chez eux…

8-2018-12-04-7

Mon cadrage ne me satisfait pas entièrement, je n’ai pas assez de ciel au-dessus du toit du porche…
il m’en faut un peu plus pour équilibrer mes clichés…
Comme j’utilise un objectif 24-70mm je pourrais changer la focale, mais je préfère reculer mon trépied de quelques mètres pour garder la vision humaine, soit ma focale de 50mm…

16:23…
Vous avez remarqué les changements ?…
La dame du premier étage au fond à gauche a retiré son linge et les deux réverbères de la rive se sont allumés…

9-2018-12-04-23

16:25…
C’est au tour des lampadaires internes de la « calle » de s’allumer changeant ainsi toute l’ambiance de la ruelle…

10-2018-12-04-25

16:28…
L’heure théorique du « Tramonto » …

La lumière change avec rapidité…
Comme je shoote en mode Manuel je suis obligé de modifier mes réglages en permanence…
J’ai descendu les ISO au maximum, en dessous de 100, je suis à 63 ISO, mon diaphragme est ouvert à 5.6 pour avoir une profondeur de champ nette et correcte, je joue donc sur le temps de pose pour conserver une bonne exposition…
Là, je suis à 2 secondes…

Les couleurs du « Tramonto » se sont accentuées, couplées à la lumière des lampadaires internes elles donnent une ambiance plus chaleureuse à l’ensemble du lieu…

11-2018-12-04-28

16:30…
Minute aprè minute, à vue d’œil change la lumière…
À chaque cliché je dois sans cesse modifier mes réglages…
C’est passionnant
Le plafond céleste commence à bleuir, ce sont les prémices de l’heure bleue…

12-2018-12-04-30

16:36…
L’heure bleue, nous y sommes…
L’heure bleue, vous connaissez ? …
L’heure où il ne fait plus jour mais pas encore nuit…
L’heure la meilleure pour sentir le parfum des fleurs…
L’heure où tous les oiseaux se mettent à chanter…
L’heure aussi préférée des « fotografs » pratiquant la « foto » de nuit…

13-2018-12-04-36

16:43…
L’heure bleue est à son apogée…
J’ai fermé mon diaphragme à f/11 pour obtenir sur mon cliché les rayons lumineux des réverbères…
J’arrive maintenant à 25 secondes de temps de pose…

14-2018-12-04-43

16:45…
L’heure bleue se termine, l’obscurité nous enveloppe…
Temps de pose à 30 secondes…

15-2018-12-04-45

16:51…
Désormais, la nuit noire est arrivée…
Ne subsiste que la clarté des réverbères et des lampadaires internes…

J’ai mémorisé dans mon boitier les différentes étapes du « Tramonto » depuis l’intérieur de la « Marinaressa » de Venise…
Mission accomplie !…

16-2018-12-04-51

J’ai pris du plaisir à effectuer ce reportage illustré et j’espère que vous en aurez tout autant en le découvrant…
Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 36 Commentaires »

LE MUSÈE CASANOVA À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 24 novembre 2018

Le musée expérimental « Casanova, Museum & Experience » a ouvert ses portes le 2 avril 2018, premier musée au monde à rendre hommage à Casanova, personnage des plus célèbres de la Venise du XVIIIème siècle…

Giacomo Girolamo Casanova, né le 2 avril 1725 à Venise, mort le 4 juin 1798 en Bohème, (actuelle République tchèque) …
Vous l’avez remarqué, le jour de son anniversaire coïncide avec l’ouverture du musée, ce qui n’est pas dû au hasard…

Casanova, un personnage éclectique aux multiples facettes, il serait dommage de le réduire simplement à sa réputation de séducteur et de libertin…

Ce fut un grand aventurier, tour à tour abbé et franc-maçon, soldat et escrimeur, alchimiste et astronome, poète et violoniste, écrivain et philosophe, diplomate et espion…

Nous étions curieux de visiter ce musée…
Au détour d’une « calle » étroite du « sestiere de Cannaregio », nous le découvrons…

1-2018-11-13-131

Pas beaucoup de recul pour shooter de face la porte d’entrée de ce palais gothique du XVème siècle, le « Palazzo Pesaro Papafava » …
Il appartenait à la famille Pesaro jusqu’au mariage de Pesarina Pesaro avec Bonifacio Papafava, en 1615…

2-2018-11-22-136-Panorama-2

Nous entrons dans le hall d’entrée, sombre…

Note technique pour les « fotografs » :
Tout le musée étant dans une ambiance tamisée, relativement sombre, donc photographiant à main levée sans flash avec une vitesse relativement élevée pour éviter l’éventuel « flou de bouger » dû aux 45 millions de pixels de mon boitier, il a fallu que je monte fortement les ISO, jusqu’à 25600 ISO, tout au long de cette visite pour exposer correctement mes « foto », d’où un peu de « bruit » sur certaines « foto »

3-2018-11-13-1

Tout au fond, la porte d’eau qui donne sur le canal de la « Misericordia » …

Comme dans de nombreux palais vénitiens, nous remarquons la protection tout autour de la porte d’eau pour éviter que « l’aqua alta » n’envahisse le hall pendant les pics de marée…

4-2018-11-22-157

Du côté droit, entre deux colonnes, la montée d’escalier en marbre, le musée se loge au 2ème étage du palais, les autres étages étant occupés et habités…

5-2018-11-22-150

Nous voici sur le palier du second, devant la porte d’entrée…

6-2018-11-13-12


7-2018-11-13-15

Outre une voix off en italien qui donne les explications sur les différentes salles tout au long du parcours muséal, il est proposé un audioguide en 10 langues différentes… Cette démarche internationale mérite d’être soulignée…

En général, je n’aime pas les musées et expositions basées principalement sur la vidéo, ce n’est pas vraiment ce que je recherche dans un musée, mais là, je me suis laissé séduire par l’ambiance XVIIIème et renaissance des vidéos mêmes…

Nous ne sommes pas dans une salle de vidéo ou de cinéma mais dans une sorte de petit salon où quelques voltaires nous attendent pour visionner les images d’époque…

8-2018-11-13-17

Sur un drapé devant nous sont projetées les images qui nous permettent de suivre la vie et les voyages de Casanova…

Casanova enfant…

9-2018-11-13-27

Puis différentes situations de sa vie…

10-2018-11-13-28


11-2018-11-13-31

Et ses voyages époustouflants…

Rome, Livourne, Florence, Gènes, Marseille, Grenoble, Aix les Bains…

12-2018-11-13-36

Paris

13-2018-11-13-39

Berlin…

14-2018-11-13-40

Saint-Pétersbourg, Moscou…
Européen avant l’heure, il en a fréquenté toutes les cours ou presque…

15-2018-11-13-42

Varsovie…

16-2018-11-13-44

Vienne

17-2018-11-13-46

Madrid, Barcelone…

Rappelons qu’à l’époque il n’existait ni avions, ni TGV, chaque voyage était une aventure en lui-même, à cheval ou en voiture tirée par des chevaux sur des chemins de terre poussiéreux et cahoteux…

18-2018-11-13-48

Livourne, Naples, Rome, Florence, Trieste…

19-2018-11-13-49

Venise où s’affiche le médaillon de sa dernière conquête amoureuse comme l’explique la voix off…

20-2018-11-13-57

À Dux, en Royaume de Bohème, s’éteignit Casanova à l’âge de 73 ans…

21-2018-11-13-59

Ce jeune musée nous propose un voyage multisensoriel qui nous projette virtuellement en plein XVIIIème siècle, en lieu et place de Giacomo Casanova grâce aux équipements de réalité virtuelle que nous trouvons dans cette salle…
Fauteuil de style et assistante technique en costume d’époque…

Nous revivons alors ses rencontres amoureuses, son arrestation, son passage et son évasion de la prison des plombs, etc…
Belle expérience à ne pas rater…

22-2018-11-13-68

Quelques tableaux ici et là illustrant cette période…

23-2018-11-13-71

24-2018-11-13-74

25-2018-11-13-76

Vitrines avec objets d’époque, lorgnons, lunettes, jetons et cartes à jouer… Casanova était un joueur, n’oublions pas qu’il a inventé la loterie nationale…

26-2018-11-13-77

Autre symbole, le lit à baldaquin…

27-2018-11-13-105

Avec les silhouettes animées des amants sur paroi translucide…

28-2018-11-13-98

Un mannequin féminin en costume et un tableau coloré…

29-2018-11-13-90

Tableau coloré, mais aussi animé…

29-2018-11-13-92

Redingote sensée appartenir à Casanova, je ne saurais dire si original ou copie…

31-2018-11-13-103

Un autre tableau représentant Casanova dans son costume bleu…

32-2018-11-13-115

Tableau animé, mais difficile à shooter avec les reflets lumineux…

33-2018-11-13-126

Un mannequin dans ce même costume…

34-2018-11-13-122

À côté, la reproduction du portrait fort connu de Giacomo Casanova, toujours dans ce costume bleu…

35-2018-11-13-121

Voilà, nous en avons terminé avec la visite de ce nouveau musée, visite fort agréable au demeurant…

Mais je ne veux pas retourner à la casa sans avoir vu la façade principale du « Palazzo Papafava » donnant sur le canal de la « Misericordia » …
Nous suivons donc la calle sur quelques pas et nous nous engageons dans le « Sotoportego dei Preti » sur la droite…

36-2018-11-22-163

Au bout du « Sotoportego » depuis le pont de la « Racheta » (du même nom que la calle où se trouve l’entrée du musée) nous apercevons une autre curiosité de Venise, le « Ponte Chiodo » …
Le dernier pont de Venise sans parapet, tel qu’étaient les ponts vénitiens dans leur majorité autrefois…

37-2018-11-22-167

Il existe un autre pont sans parapet, c’est le « Ponte del Diavolo » Pont du Diable) sur l’île de Torcello dans la lagune nord
Celui-ci est un pont privé…

38-2018-11-22-172

Nous arrivons devant la « Scuola Nuova della Misericordia », de ce quai nous bénéficierons de la vision de la façade du « Palazzo Papafava » …

39-2018-11-22-178

La « Scuola Nuova della Misericordia » à ne pas confondre avec la « Scuola Vecchia della Misericordia » tout à côté…

40-2018-11-22-189

Voici enfin, donnant sur le canal de la « Misericordia » le « Palazzo Papafava » …

41-2018-11-22-182

Focus sur la façade…
Nous reconnaissons la porte d’eau que nous avons vu depuis l’intérieur du palais, nous apercevons également au 2ème étage le bandeau du musée Casanova…

42-2018-11-22-187

Mission accomplie…

Encore une jolie visite à ne pas rater…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 14 Commentaires »

LA COTE DE HUGO H, ARTISTE PEINTRE, EN HAUSSE

Posté par Claudio Boaretto le 19 novembre 2018

Vous le saviez déjà si vous suivez les billets de mon blog, depuis l’année dernière, Hugo H, mon gendre et néanmoins artiste-peintre préféré, est officiellement coté par le célèbre collectionneur, marchand et expert, Jacques-Armand Akoun et Art-Majeur…

Cette cotation, qui affichait 850€ pour un format 15p (65x50cm) de Hugo H, avait fait bondir de 45% le prix que l’artiste proposait précédemment de ses œuvres…

Cette cotation est revue chaque année, soit elle stagne, soit elle diminue, soit elle augmente…

La cotation de Hugo H vient de prendre une hausse de 17,6%, le format 15p (65x50cm) passant de 850€ à 1000€ ! …

certif 2018-2-jpg1024

Excellente nouvelle pour l’artiste et pour tous les possesseurs de ses œuvres…

Bonne nouvelle aussi pour les futurs acquéreurs des toiles d’Hugo H car ils sont assurés de la valeur artistique (et financière) des œuvres de l’artiste, reconnue par les experts…

Et quel bel encouragement à ce talentueux artiste…

Bravo Hugo !…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 8 Commentaires »

LE ROCHER DE HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 23 octobre 2018

01-DSC_6292

Huile sur toile d’un mètre de long sur 40 cm de large…

Hugo H nous emmène encore en voyage dans les pays lointains…
Nous partons pour l’Indonésie dans l’archipel de Raja Ampat…

Voici la présentation poétique de l’œuvre écrite par l’artiste lui-même :

« Aujourd’hui le ciel est couvert. Une nappe de nuages aux reflets jaunes diffuse une lumière homogène sur le paysage. La mer est d’un calme inhabituel. La surface de l’eau brille comme le ciel. C’est un miroir. »

« L’ouest de l’île de Waigeo se délite en une multitude de rochers dont les plus petits sont supportés par une colonne de calcaire immergée, relativement fine. Ils semblent posés en équilibre à la surface de l’eau. »

« Il n’y a pas un bruit. C’est le calme absolu. Le temps semble suspendu. Cette quiétude inspire une profonde sérénité. Une parenthèse dans le temps qui vous change la vie comme seuls les plus beaux paysages savent vous offrir. »

Pour ceux qui n’ont pas le privilège de suivre « l’Atelier de Hugo H » sur WhatsApp, je vous propose une récap avec un retour dans le temps qui vous permettra de suivre l’évolution de cette œuvre…

Le 17 aout 2018 Hugo nous dit

« Vous aimez les îles flottantes ?
Moi aussi ! Avant de me lancer sur une toile de 40×100 j’ai fait de petits essais pour évaluer les teintes à utiliser. » …

02-2018-08-07 1-2

« Et voilà comment j’ai pris possession de la toile très vite, avec de gros pinceaux, pour tester l’ambiance. » …

03-2018-08-07 2-2

Le 5 septembre…

« Bon, petite séance avant-hier pour rendre le ciel plus convaincant. Si si, il y avait quelques tout petits moutons blancs sous une nappe bien plus haute. »

04-2018-09-05-2

Le 9 septembre…

« Avec deux heures pour moi ce matin, j’ai repris le paysage en partant du fond, pour établir les bonnes teintes et leur reflet, définir la ligne des montagnes…
Le sujet principal, le gros rocher, reste fantomatique en comparaison. J’ai juste souligné sa base pour avoir le noir en référence.
La prochaine séance lui sera dédiée, en évitant cette fois d’utiliser le bleu quasi omniprésent ici. » …

05-2018-09-09-2

« J’avais promis de ne pas utiliser de bleu, je n’ai pas tenu parole. Le bleu outremer est véritablement omniprésent ici, même au premier plan. C’est d’ailleurs étonnant comme on n’a pas la sensation du bleu en regardant la scène, sachant qu’il est pratiquement partout…
J’avais promis de rendre sa masse au rocher du premier plan. Voilà. Ça c’est fait.
Je pense devoir aller encore plus loin, avec plus de noir. La végétation qui couvre le roc est juste ébauchée sur son pourtour en contrejour. Il faudra lui donner du relief.
Donc, au programme de la prochaine séance : du vert relativement soutenu et du noir…
et puis ce devrait être tout à part quelques détails à la surface de l’eau ! » …

06-2018-09-15-2

Le 17 septembre…

 « Je pensais finir le rocher en une séance de plus… en fait non.
Ça y est, on le voit (presque) comme il est, avec la végétation et tout…
Il reste des choses à régler cependant. Comme disait Alain Chabat : c’est bien mais pas top ! Allez, encore une dernière séance !
Je me suis fait une liste des dernières touches nécessaires : en m’y prenant bien, il est possible de tout faire d’un coup. » …

07-2018-09-17-2

Le 29 septembre…

« Il ne reste plus qu’à signer. » …

08-DSC_6292-PS

Cette œuvre n’est pas à vendre car elle fait désormais partie d’une collection privée au Luxembourg…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 14 Commentaires »

« VATICAN CHAPELS » À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 22 octobre 2018

Dans le cadre de la Biennale d’Architecture de Venise, le « Saint Siège », participant pour la première fois à cette exposition, présente son « pavillon » intitulé « Vatican Chapels » …

Pour ce faire, le Vatican a demandé à une dizaine d’architectes, de pays et de foi diverses, de concevoir et bâtir une dizaine de chapelles résolument modernes dans la zone boisée de l’île de « San Giorgio Maggiore » afin de créer un parcours visuel et théologique…

C’est ce parcours que nous allons suivre aujourd’hui…

01-DSC_0073-PS

Mais ne pensez pas que par ce reportage je veuille faire l’apologie du Vatican ou Saint Siège, loin de là…
L’intérêt à mon niveau n’est qu’architectural et artistique, surtout pas religieux, parole d’anticlérical forcené…

Chaque architecte a eu droit à une surface de bâtiment maximale de 60 mètres carrés n’incluant qu’un lutrin et un autel à l’intérieur de la chapelle. Les chapelles sont transportables et destinées à être réédifiées dans les différents villages italiens récemment dévastés par les tremblements de terre…

 « Ce projet est inspiré de la Cappella nel bosco (la Chapelle dans le bois), œuvre conçue par l’architecte suédois Gunnar Asplund dans les années 1920, près du cimetière de Stockholm, a indiqué dans un communiqué le Conseil pontifical pour la Culture, instigateur de cette participation du Saint-Siège à la Biennale. »

Ce sont exactement 11 chapelles que nous avons dénombré dans le parcours boisé de « San Giorgio » …

À droite de cette vue aérienne, nous visualisons la partie boisée de « San Giorgio Maggiore », cette petite île située dans le bassin de « San Marco » juste en face du Palais des Doges…

02-Capture d'écran 2018-10-18 16.36.06

J’ai shooté les chapelles au fur et à mesure de notre parcours (et non dans l’ordre de la première carte publiée dans ce billet)…
Allez, je vous emmène en promenade…

La première chapelle que nous rencontrons est celle de l’architecte australien Sean Godsell…

Sur chaque panneau nous pouvons lire le nom de l’architecte et dessous, le nom de la société ou l’entreprise chargée de bâtir la structure…

003-DSC_0087-2

Une tour en acier boulonnée sur des capuchons de pieux qui sont fixés eux-mêmes sur des pieux en bois similaires à ceux utilisés historiquement dans Venise…

004-DSC_0086

L’autel est placé directement sous la tour, sur une plate-forme surélevée au-dessus du sol…

005-DSC_0083

La deuxième chapelle de Smiljan Radic, architecte chilien d’origine croate…

006-DSC_0094-PS-2

Inspirée des chapelles tribales chiliennes que l’on trouve au bord des routes et des chemins où des personnes en deuil déposent des fleurs et des bougies pour les disparus…

007a-DSC_0110

Petit bâti conique, avec ses murs minces composés de 8 plaques de béton armé assemblées dans lesquels sont incorporés du film plastique à bulles qui donne cet aspect particulier….  

007b-DSC_0095-PS

Le toit en verre stratifié…

008-DSC_0097-Panorama-2

La troisième chapelle de Francesco Cellini, architecte italien, de Rome…

009-DSC_0116-2

Cellini a choisi de dématérialiser les murs pour que le bâtiment soit ouvert, aéré et imprégné par les bois environnants…
Horizontalement, un corps parallélépipède définit deux espaces, tandis qu’un transept central le traverse perpendiculairement…

010-DSC_0120

« Le revêtement en grès cérame couvre à la fois l’intérieur et l’extérieur de la structure en acier, dalles fines en grès laminé, avec des textures inspirées par le fer couvrant les côtés vers le jardin, tandis que les dalles blanches brillantes créent des intérieurs purs et sereins » …

011-DSC_0117

La quatrième chapelle de Ricardo Flores et Eva Prats, architectes espagnols, de Barcelone…

012-DSC_0126-2

Intitulée « La Chapelle du Matin », son nom tient du fait qu’elle est positionnée au point le plus à l’est de l’île, de façon à être la première chapelle touchée par la lumière du jour. Un des trous circulaires est, en effet, positionné pour laisser passer les premiers rayons du soleil dans l’espace couvert.
Elle se profile comme un mur parallèle au chemin… Au centre par une ouverture en arc invite le visiteur à se détourner de son chemin pour explorer l’inconnu qui se cache derrière le mur…

013-DSC_0122-PS

Une fois passée cette ouverture, on entre dans une petite clairière, tandis que l’épaisseur de la paroi ouvre une petite cavité couverte, accessible en gravissant trois marches…

Sa forme particulière rappelle les chapelles ouvertes de l’Amérique latine, probablement dérivées des temples indigènes anciens…

014-DSC_0132

Cinquième chapelle de Francesco Magnani et Traudy Pelzel, architectes vénitiens…

015-DSC_0144-2

Cette chapelle s’inspire directement de la « Woodland Chapel » construite en 1920 par l’architecte Gunnar Asplund au Cimetière Woodland de Stockholm, thème du pavillon du Saint Siège…

016-DSC_0151-PS

Pour ce projet, le fabricant designer italien ALPI a développé un matériau : le Xilo 2.0 utilisé pour couvrir toutes les surfaces de l’édifice. Les extérieurs seront couverts de 9000 bardeaux avec le motif en bois Xilo 2.0 « Planked Grey » …

017-DSC_0135

Véritable lieu d’orientation et de rencontre, à l’intérieur, la chapelle accueillera une exposition de dessins de Gunnar Asplund, accompagnée de documents et de maquettes illustrant le concept et la construction de la chapelle d’origine…

018-DSC_0140

Notre sixième chapelle est celle de Terunobu Fujimori, architecte et historien japonais de l’architecture…

019-DSC_0160-2

Au centre du projet, il y a le symbole de la croix qui, dans la culture japonaise, distingue sans équivoque le christianisme depuis son arrivée au Japon au XVIe siècle. En fait, une petite croix suffit sur le toit d’un édifice anonyme pour le qualifier de chapelle chrétienne.

L’architecte a donc décidé de l’intégrer et d’en faire un élément essentiel du bâtiment. 

020-DSC_0158

À l’intérieur, Le regard est immédiatement attiré par la croix centrale recouverte au centre de feuilles dorées. Le mur blanc autour est recouvert de fragments de charbon, pour la faire ressortir encore plus.  Le poteau central continue au-delà du toit, créant l’autre croix que nous avons aperçue sur le dessus de la chapelle…

021-DSC_0161

La septième chapelle que nous rencontrons est celle de Javier Corvolàn, architecte paraguayen…

022-DSC_0181-2

Au premier coup d’œil, j’ai cru que c’était un OVNI style soucoupe volante atterrie…

La structure, qui semble suspendue, a la forme d’un cylindre privé des bases. Elle n’a qu’un seul appui, un pieu que Corvalán compare à la « bricolà » qui délimite les chenaux de la lagune. Ce cercle fait référence à l’espace circulaire central de la chapelle d’Asplund et a la même taille. Quant au support, celui-ci devait être en bois, mais pour des raisons de simplification il est construit en acier…

023-DSC_0175

La croix qui surplombe l’ensemble est particulière : « C’est comme la croix de San Marco », rapporte l’architecte…

024-DSC_0185

Huitième chapelle de Norman Foster, baron Foster of Thames Bank, architecte britannique…

025-DSC_0186-2

La chapelle de Foster a commencé avec une terrasse en bois et trois croix symboliques enveloppées par des lattes de bois formant un voile attaché à la structure créant un espace ombragé … 

026-DSC_0191

Vue de l’autre côté avec la terrasse-autel en bout de la structure…

027-DSC_0192

Terrasse-autel d’où l’on peut admirer la lagune…

028-DSC_0196-PS

Neuvième chapelle de Andrew Berman architecte américain de New York…

029-DSC_0207-2

Vue de l’arrière, une structure voulue simple avec des matériaux de base comme pour les hangars…

030-DSC_0202

Toutes les surfaces extérieures sont revêtues de polycarbonate translucide. L’intérieur est doublé de contreplaqué peint en noir. 

031-DSC_0204

Dixième et pénultième chapelle de Eduardo Souto de Moura, architecte portugais…

032-DSC_0220-2

Ce qu’il en dit : « non, ce n’est pas une chapelle, pas un sanctuaire et en aucun cas une tombe. C’est simplement un endroit entouré de quatre murs de pierre… L’entrée est protégée par un arbre que nous avons conservé. »

033-DSC_0218

Une autre pierre au centre pourrait être l’autel tandis que des rebords des deux côtés permettent aux visiteurs de s’asseoir et de se reposer, voire de prier…
Je remarque aussi la croix au fond à gauche, donc il a beau dire que ce n’est pas une chapelle mais ça lui ressemble fort…

034-DSC_0225

La onzième et dernière chapelle de Carla Juaçaba, architecte brésilienne…

035-DSC_0233-2

Une chapelle réduite à sa plus simple expression…

Quatre poutres en acier inoxydables posées sur 7 plots de béton…

Deux poutres forment la croix, une troisième un banc pour s’asseoir, reliée à la croix par la quatrième poutre…

036-DSC_0235

J’ai dû attendre le départ des visiteurs pour faire un cliché de plus près…

Cette chapelle disparaissant dans l’environnement aurait presque ma préférence…

Remarquons la croix posée à l’envers…

037-DSC_0243

Une jolie promenade pour des œuvres insolites dans un endroit magnifique…

Un dernier coup d’œil depuis San Giorgio sur la lagune d’où nous pouvons apercevoir la façade du célèbre Palace hôtel Cipriani…

038-DSC_0107-Panorama

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 20 Commentaires »

12345...101
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance