LA BRUME

Posté par Claudio Boaretto le 11 janvier 2017

Le dernier tableau terminé pour la fin décembre 2016 de notre artiste vénitien préféré, Hugo H. …

brume 650

Intitulée « La Brume », une huile sur carton entoilé de 20×30 centimètres…

Fidèle à nos habitudes, laissons l’artiste s’exprimer :

« Voici une vue hivernale de notre belle cité, Venise, Riva dei Schiavoni.
Un léger manteau de brume s’insinue depuis la lagune sur cette large promenade quasi déserte.
Il engloutit la luminosité, les contours et les couleurs dans un gris froid qui nous donne des frissons. »

je relève une petite anomalie dans ce commentaire, l’artiste a confondu la « Riva dei Schiavoni » avec la « Riva dei Sette Martiri » …
Pas étonnant avec ce brouillard, ce qui n’a que guère d’importance car le long de la lagune, l’une est le prolongement de l’autre et sont en tous points semblables…

Si je suis aussi précis, c’est parce que cette œuvre a été inspirée d’une de mes récentes « foto » que vous trouverez sur ce blog à ce lien :

VENISE À MARÉE BASSE ET DANS LE BROUILLARD

Je ne résiste pas au plaisir de la publier à nouveau…

16-2016-12-10-181-

La différence est que sur la « foto » nous voyons simplement l’œil du « fotograf », alors que sur la peinture nous découvrons l’émotion et la sensibilité ressenties par l’artiste-peintre…

Je vous avouerai que je suis content et presque fier (mais modeste quand-même) d’avoir pu inspirer cette belle œuvre picturale…
Cela ne fait qu’encourager le petit « fotograf » amateur que je suis de continuer à shooter derrière son objectif…

Pour les amateurs des peintures à l’huile de Hugo H., je vous informe que ce tableau a déjà trouvé acquéreur et fait partie désormais d’une collection privée en France…
Encore Bravo Hugo pour cet indéniable talent…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 10 Commentaires »

LA SAINT SYLVESTRE DES « VIEUX ADOS » A LYON

Posté par Claudio Boaretto le 10 janvier 2017

Dans ce reportage illustré nous ne parlerons pas, une fois n’est pas coutume, de Venise, mais de la Saint-Sylvestre des « Vieux Adolescents »

C’est un article annuel et récurent que les habitués de ce blog connaissent désormais en espérant qu’il ne soit pas trop redondant ou rébarbatif, sachant qu’il intéressera à priori « les copains d’abord »

La genèse :
« Les « Vieux Adolescents » c’est l’histoire d’une amitié datant du début des années soixante, au sortir de l’adolescence, de 7 copains nés en 1946 qui demeuraient à Saint-Denis dans le 9 cube…

Les décennies se sont écoulées, les 7 gars se sont mariés ou pris compagne et tous quitté Saint-Denis, chacun pour suivre sa route et son destin…

Mais chaque année nous nous retrouvons chez l’un ou chez l’autre, à tour de rôle, pour fêter l’an neuf, réveillonner et festoyer ensemble….

Dans le Gers en 2008, à Paris en 2009, Lyon en 2011, Chissay en Touraine en 2012, Belle-Île en Mer en 2013, Venise en 2014, Cannes en 2015, Paris en 2016 » …

Pour l’an neuf 2017, les retrouvailles sont à Lyon, chez nos hôtes, Arlette et Jean-Claude…

01-arlette jck-1

Dans leur jolie et douillette maison cachée dans la campagne Lyonnaise…

02-Lyon 2016-2

Sitôt les valises posées,

03-Lyon 2016-1

Le bonheur de se retrouver ensemble…

La « foto » traditionnelle (excepté votre serviteur derrière l’objectif) …

04-Lyon 2016-15

Mais ce n’est pas le tout, nous sommes là aussi pour festoyer,
après les « cicchetti » et autres vérines accompagnant l’apéro,

05-Lyon 2016-4

La table de la Saint-Sylvestre est dressée…

06-Lyon 2016-7

Les affaires sérieuses commencent, intéressons-nous immédiatement au menu concocté par Arlette sous l’influence du « Chat » …

07-Menu arlette

Présentation des plats servis sur assiette…

Le foie gras du Gers, le plus rosé : l’oie, l’autre : le canard…
Malgré l’avis des fins gourmets, j’ai toujours une préférence pour le canard…

08-Lyon 2016-8

Les Saint-Jacques de Bretagne…
Croyez-moi, il y en avait toute une famille dans la coquille, je dirais même une famille nombreuse ! …
Un régal !…

09-Lyon 2016-9

Et voici la star du réveillon !…
Le chapon de Bresse…

Un premier « flash-back » avant cuisson où il avait encore son petit manteau…

10-Lyon 2016-3

Un second « flash-back » à l’enfournement…
Là, il a fallu le dévêtir car la température allait grimper…

11-Lyon 2016-6

J’ai presque oublié de le shooter dans l’assiette, tellement occupé à le savourer avec sa sauce aux morilles…

12-Lyon 2016-10

En revanche, trop concentré à choisir les excellents fromages français que l’on ne trouve pas à Venise, j’ai complètement zappé la « foto » du plateau…

Je me rattrape sur les boules de glaces dans leur corbeille en nougatine…

13-Lyon 2016-11

N’oublions pas le passage du relais des festivités par Maryse de Paris pour 2016, à Arlette de Lyon pour 2017…

14-relais-1

Malgré ces agapes et l’hivernal frimât, une grande promenade pour redécouvrir la cité lyonnaise s’avérait indispensable avec l’opportunité de shooter quelques monuments mythiques et endroits particuliers de la ville…

Un ancien territorial, comme moi-m’aime, se devait de prendre un cliché bien centré de l’hôtel de ville…

15-Lyon 2016-26

L’occasion également de réaliser des portraits hivernaux, emmitouflés et encapuchonnés, des « Vieux Ados » …

À tout seigneur, tout honneur, les Lyonnais :
Arlette…

16-Lyon 2016-20

Jean-Claude K…

17-Lyon 2016-22

Les parisiens :
Maryse…

18-Lyon 2016-21

Michel…

19-Lyon 2016-25

Les tourangeaux, bientôt aux fourneaux pour 2018 :
Dominique…

20-Lyon 2016-23

Jean-Claude O…

21-Lyon 2016-19

Les cannois :
Marie-Jo…

22-Lyon 2016-17

Didi…

23-Lyon 2016-18

Les vénitiens :
Ma douce compagne, Evelyne…

24-Lyon 2016-24

Quant à môa, il en est un qui m’a pris en traitre quand j’étais en plein shooting…
C’est Didi le fautif…

24t-foto didi

Je profite de ce trombinoscope hivernal pour saluer les absents…

Les gersois avec Nono, toujours souriant, qui ne peut plus se déplacer pour  raisons de santé…

25-NONO-1

Geneviève…

26-GENEVIEVE-1

Les bretons de Belle-Île en Mer, notre ami Jojo qui nous a hélas quitté fin 2015 avec sa bonne vieille gueule de loup de mer…

27-Lyon 2016-45

Mais son épouse, Liliane, est bien présente pami nous à Lyon pour l’an neuf 2017…

28-Lyon 2016-49

Accompagnée par sa fille, Gwenaëlle…

29-Lyon 2016-48

Et son gendre, Franck…

30-Lyon 2016-14

Ils nous ont même fait une superbe démonstration de « Rock and Roll » la nuit de la Saint Sylvestre à 3 heures du matin…

3131-Lyon 2016-44

Sous le regard réjoui de maman…

32-Lyon 2016-16

Mais continuons notre promenade lyonnaise…

Sur la place Louis Pradel, la statue en Bronze de Louise Labé, poétesse française surnommée « La Belle Cordière » …
Œuvre de Jean-Robert Ipoustéguy (soit-dit au passage un Meusien, pour ne pas renier mes décennies Verdunoises) …

33-Lyon 2016-27

Un peu plus loin, sur fond d’opéra, une sculpture spectaculaire en bronze de César, Le Patineur, également dénommée L’Homme du futur ou l’Homme de la liberté, (hauteur 5 mètres, envergure 5,30 mètres, poids de 5 tonnes) …

34-Lyon 2016-28

Les célèbres trompe-l’œil de Lyon…

35-Lyon 2016-29

Les bouchons, non moins célèbres…

36-Lyon 2016-32

Avec mon petit penchant pour les bouchons « Chabert » …

37-Lyon 2016-31

Tout en haut, la basilique Notre-Dame de Fourvière
Un petit coup de téléobjectif pour la choper…

38-Lyon 2016-30

Le « Vieux Lyon », avec ses ruelles pavées et ses caniveaux centraux…

39-Lyon 2016-34

Ses petites cours internes qui montent au ciel…

40-Lyon 2016-33

Ses cours externes…

41-Lyon 2016-35

La cathédrale Saint-Jean…

42-2017-01-02-001

Le funiculaire pour monter à Fourvière…

43-Lyon 2016-37

La basilique, entre nous je préfère l’architecture de la cathédrale…

44-Lyon 2016-38

La tour métallique de Fourvière que certains comparent à la tour Eiffel en affirmant qu’elle est plus haute…
En réalité elle mesure 86 mètres mais, construite sur la colline de 291 mètres, on peut dire qu’elle culmine à 375 mètres d’altitude…

45-Lyon 2016-39

L’intérieur de la basilique, un peu trop chargé à mon goût…

46-Lyon 2016-40

La vue imprenable sur Lyon et le cours de la Saône en contrebas…

Hélas, mille fois hélas, avec la brume à l’horizon et la lumière absente, le temps est loin d’être idéal pour prendre des clichés de paysages lointains..
Tant pis, je shoote quand-même car nous n’aurons pas l’occasion de revenir demain…

Face à nous, la « tour Crayon » à droite et à gauche la « tour Oxygène » …

47-Lyon 2016-41

La place Bellecour, la plus grande place de Lyon (62 000 m2), avec la grande roue…

48-Lyon 2016-42

La promenade est terminée, malgré la présence de nos hôtes lyonnais nous avons quelques hésitations sur le chemin du retour…
Vérification de la carte par l’état-major…

48-Lyon 2016-43

Avant de nous quitter, il me faut vous dire que notre ami Michel, dans un élan de générosité qui le caractérise, a souhaité partager et nous faire avaler, au 1er de l’an, lendemain du réveillon, un « Christmas Pudding » !… Qui, comme chacun le sait, est un gâteau anglais très léger !…
Voilà la « bête » !…

49-Lyon 2016-12

Fort heureusement la crème, anglaise aussi, nous a permis d’en venir à bout…

 50-Lyon 2016-13

Ce reportage illustré des « Vieux Ados » 2017 touche à sa fin, un grand merci pour nos hôtes et mille bravos pour l’accueil et la logistique sans faille maitrisés par Arlette et Jean-Claude…

Salut les copains et rendez-vous en 2018 chez les Tourangeaux…

Je termine par une « foto » de Jean-Claude O, où là nous sommes véritablement tous ensemble, tous ensemble…

51-IMG_3324

 Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres... | 14 Commentaires »

VENISE : LE FEU DE LA BEFANA À MALAMOCCO

Posté par Claudio Boaretto le 8 janvier 2017

Comme vous le savez, ou peut-être pas alors je vous l’apprends, les italiens ne connaissent pas la galette des rois, mais célèbrent l’épiphanie avec la fête de la Befana…

L’épiphanie est un jour férié en Italie…

Quelques explications :

« La Befana est une figure typique du folklore italien. Son nom vient de la déformation d’Épiphanie en italien (Befana Epifania).

La Befana est souvent décrite comme une vieille femme volant sur son balai. Mais, à la différence d’une sorcière, elle est souvent souriante et porte une bourse et un sac plein de bonbons, de cadeaux, mais aussi de charbon.

La légende dit que la Befana passe dans chaque maison où vivent des enfants la nuit précédant l’Épiphanie. Ces derniers accrochent une chaussette non loin de la cheminée ou de la fenêtre.

Pour ceux ayant été bons et gentils au long de l’année, la Befana dépose dans leur chaussette des caramels ou des chocolats, en revanche, pour ceux qui n’ont pas été gentils elle remplit les chaussettes de charbon (en réalité, il s’agit aujourd’hui de sucre noir comestible ou de la réglisse qui ressemble au charbon) »

Je me souviens chez ma grand-mère, la nòna Gemma avoir eu dans ma chaussette bonbons et charbon mélangés…

Je dois avouer que le charbon sucré était aussi délicieux que les bonbons…

La tradition veut aussi que l’on allume un grand feu le jour de la Befana ; un rite qui conjure le mauvais sort et favorise le présage de bonnes récoltes…

Cette tradition est perpétuée au Lido de Venise par « l’Associazione Radiantistica de Malamocco » organisatrice de cette fête intitulée « Pan e Vin » (Pain et Vin), tout un programme…

01-affiche

Le clou des festivités : le feu bien entendu…
Il sera allumé à 18 heures sachant que chez nous il fait sombre déjà à 16h30…

L’énorme bûcher est prêt, bois secs et résineux le composent…

02-2017-01-06-012-

18 heures pétantes, le bûcher est allumé ! …

03-2017-01-06-018-

Il s’embrase aussitôt, tel un fétu de paille…

04-2017-01-06-116

Le spectaculaire brasier s’élève dans la nuit noire…

Haut les flammes et haut les cœurs…

05-2017-01-06-106-HDR

Bien qu’étant à plusieurs dizaines de mètres du foyer, sa chaleur intense transperce le froid hivernal pour réchauffer les participants venus l’admirer…

Un coup d’œil à tribord…

06-2017-01-06-204

Un coup d’œil à bâbord…

07-2017-01-06-124

Le public est nombreux, la presse locale l’a estimé à plus de 1000 spectateurs, autant dire toute la population de Malamocco, si ce n’est plus…

08-2017-01-06-144

Mais déjà le brasier perd de son intensité…

09-2017-01-06-222

Le public se rabat alors vers les stands, tout est gratuit mais qui veut peut mettre une obole dans les urnes en carton pour amortir les frais de l’association…

À volonté, cacahuètes et part de strudel, ce gâteau aux pommes bien bourratif, dû à l’influence du Tyrol vénète aux confins de l’Autriche…

10-2017-01-06-225-

À côté c’est « el vin brulè », en France nous disons le vin chaud…

Difficile d’approcher le stand…

11-2017-01-06-237-

C’est une sorte de sangria chaude…

Et, croyez-moi, il y a de quoi étancher de nombreuses soifs…

12-2017-01-06-246-

Vivent les excellentes traditions vénitiennes !…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 16 Commentaires »

LA REGATE « ALLA VALESANA » DES PÈRES NOËL, À VENISE  

Posté par Claudio Boaretto le 18 décembre 2016

« La regata alla Valesana dei Babbi Natale »

Un évènement que vous ne verrez nulle part ailleurs qu’à Venise…

C’était samedi dernier, 17 décembre 2016, comme chaque année, organisée par l’université de Ca’ Foscari de Venise, régate qui voit se confronter les coureurs, hommes et dames, champions et amateurs, tous vêtus en « Babbo Natale » (Père Noël) sur le « Canal Grande », depuis la « Chiesa della Pietà » (Église de la Pitié) sur la « Riva degli Schiavoni » (Rive des Esclavons, beaucoup l’interprètent comme la rive des esclaves, c’est un faux ami, les Esclavons sont les habitants de Slovénie, nous pourrions traduire par la Rive des Slovènes) jusqu’à Ca’ Foscari sur le Grand Canal…

Pour ne rien rater de cette régate, nous nous étions installés sur le « Ponte dell’ Accadèmia » avec, pour nous faire patienter, sa vue imprenable sur le « Canal Grande » et l’église de « La Salute » …

01-2016-12-17-004-HDR

Après plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu, heureusement un doux soleil d’hiver était de la partie, les premiers arrivants montrent le bout de leur proue…

Ils sont escortés de 2 « dragons-boat », ces bateaux à 18 pagayeurs et un barreur dénotant un peu de la tradition vénitienne mais bon, c’est le folklore de Noël…

02-2016-12-17-064-HDR

Les deux premiers sont deux « Mères Noël », trop galants, les « Pères Noël » leur ont laissé quelques brasses d’avance…

03-2016-12-17-061-HDR

Nous assistons là une régate relativement rare de « Voga alla Valesana » …

Voici la position typique du rameur/se « alla Valesana » …

04-2016-12-17-069-HDR

Je vous dois quelques explications que je vous livre tout au long de ces « foto » qui parlent d’elles-mêmes…

05-2016-12-17-084-HDR

La « Voga alla Valesana », à deux rames, est une variante de la « Voga alla Veneta » que pratique le gondolier avec une seule rame sur sa gondole… 

06-2016-12-17-075-HDR

Pour être précis, la « Voga alla Valesana » est plus antique que la « Voga alla Veneta » …

06-2016-12-17-077-HDR

Elle remonte encore avant le 5ème siècle où la lagune n’était pas encore très urbanisée…

07-2016-12-17-080-HDR

Elle permettait de voguer relativement rapidement, avec vision à l’avant, sur la lagune et ses larges chenaux…

07-2016-12-17-087-HDR

Ce n’est qu’avec l’urbanisation des îles qu’apparut la « Voga alla Veneta » à une seule rame, les deux rames formant une amplitude trop large pour parcourir les petits « rii » étroits des principales îles lagunaires telles Venise, Murano, Burano, etc…

08-2016-12-17-091-HDR

La « Voga alla Valesana » se pratique généralement sur « Mascarèta », barque traditionnelle vénitienne bien plus connue et populaire aux yeux des vénitiens que la gondole à touristes…

09-2016-12-17-096-HDR

La « Valesana » est une technique plutôt difficile car les rames posées sur les tolets, ici on dit les « Forcole », ne sont pas fixées comme le seraient des avirons…

10-2016-12-17-103-HDR

Les rames ne tiennent en place que par la poussée du rameur et leur angle d’entrée et de sortie dans l’eau…

11-2016-12-17-113-HDR

Le tolet de tribord est un peu décalé vers l’avant par rapport au tolet de bâbord…

16-2016-12-17-142-HDR

Le rameur doit avoir la jambe droite en avant…

13-2016-12-17-124-HDR

La main gauche tient la rame droite et la main droite tient la rame gauche qui doit toujours être devant la rame droite…

Le rameur doit pousser simultanément les deux rames qui doivent se croiser sans jamais se toucher…

15-2016-12-17-136-HDR

Une technique difficile à maitriser, voilà pourquoi on en voit si peu…

12-2016-12-17-116-HDR

D’ailleurs une expression populaire, en italien, dit :
« hai vogato alla Valesana »
que l’on peut traduire en français par :
« tu as galéré » …

17-2016-12-17-146-HDR

Une « Caorlina », autre embarcation typiquement vénitienne, joue le rôle de « bateau-balai » …

18-2016-12-17-152-HDR

Le « Penultimo »…

19-2016-12-17-160-HDR

La lanterne rouge, comme son habit l’indique, ou presque…
Mais tout aussi méritant que les autres participants, en plus, ce n’est pas un petit jeune…

20-2016-12-17-178-HDR

Le dernier étant passé je me tourne vers l’autre côté du pont pour les voir disparaitre à l’angle du Grand Canal…

21-2016-12-17-187-HDR

Dernière « foto » sur « l’ultimo » …
Bien courageux ces pères et mères Noël malgré la froidure que le timide soleil ne parvient pas dissiper…

22-2016-12-17-196-HDR

Nous ne regrettons pas d’avoir assister à cette « Voga » si rare et si particulière aussi bien par la discipline que par le folklore festif…

Contents de la faire connaître…

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : curiosités | 12 Commentaires »

VENISE À MARÉE BASSE ET DANS LE BROUILLARD

Posté par Claudio Boaretto le 12 décembre 2016

Depuis plusieurs jours Venise est enveloppée par le brouillard, simultanément avec des coefficients de marée bien bas allant de -40 à -50…

Si le brouillard s’estompe un peu, généralement vers midi, samedi le « Caigo » (brouillard en vénitien) n’a pas quitté un seul instant la Sérénissime et sa lagune…

L’occasion de shooter quelques « foto », même en visibilité réduite…

Ce premier cliché de Sant’ Elena, pris en tout début d’après-midi vous donne une idée de l’intensité du « caigo » et de la faible hauteur de marée, le niveau normal, coefficient zéro, étant à la hauteur de la première bande d’algues noires sur le quai…

01-2016-12-10-022-

L’embarcadère du vaporetto, la visibilité sur la lagune est réduite à une petite centaine de mètres, voire moins…

02-2016-12-10-025-

Sur tous les « vaporetti » tournoient les radars permettant la navigation…

03-2016-12-10-214-

Je me suis approché de la cabine du commandant afin de shooter, tant bien que mal, l’écran du radar malgré les reflets…

04-2016-12-10-232-

Sitôt que nous mettons pied à terre, le brouillard, quoique présent, est un peu moins intense…

Les Giardini…

05-2016-12-10-058-

Le « Viale Garibaldi » …

06-2016-12-10-067-

Mais il conserve son opacité dans les espaces plus ouverts…

Le rio de « San Piero de Casteo »…
Nous avons de la peine à distinguer le grand pont face à nous…

07-2016-12-10-094-

Et la basilique éponyme…

08-2016-12-10-115-

En revanche, si l’on s’aventure à l’intérieur des petites « calle », le « caigo » a presque disparu…

09-2016-12-10-109-

Et il n’est plus du tout visible sous les « Sottoportèghi » …

10-2016-12-10-088-

Il est moins présent également dans les « Rii » plus étroits, nous avons presque 200 mètres de visibilité…

10b-2016-12-10-172-

Mais là, la marée basse nous permet des découvertes, au sens propre comme au sens figuré, comme ces épaves à l’abandon…

11-2016-12-10-142-

Zoom…

Les propriétaires de ces embarcations, à moins qu’ils ne soient décédés, témoignent là d’une certaine incivilité, dangereuse à marée haute pour la navigation…

12-2016-12-10-145-

Que dire de ce petit « pontil » que je viens d’emprunter pour prendre quelques clichés…

La marée basse nous signale que les pieux de soutènement sont complètement rongés par l’eau salée…
« J’aurais su, j’aurais pas été d’ssus ! » …

13-2016-12-10-106-

Reprenons notre promenade dans le « Fog » vénitien…

La « Via Garibaldi » dont nous n’apercevons plus le bout…

14-2016-12-10-175-

Et de l’endroit où je shoote, d’habitude nous distinguons très nettement l’entrée et le pont de « l’Arsenale » …

Ce n’est pas le cas aujourd’hui…

15-2016-12-10-193-HDR

Sitôt que l’on se rapproche de la rive et des 55 000 hectares de lagune, le « caigo » reprend le dessus…

La « Riva dei sette Martiri » …

16-2016-12-10-181-

Ce sera tout pour aujourd’hui, rentrons vite au chaud, et surtout au sec car l’humidité nous pénètre de partout…

17-2016-12-10-205-

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 25 Commentaires »

12345...78
 

Adrien, Lytho, Lyly, Jalma,... |
ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage au coeur du vide...
| the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!