LE « PHOTOCALL » DE LA « MOSTRA DEL CINEMA » DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 12 septembre 2016

À force de me suivre dans mes pérégrinations festivaliennes, certains endroits de la Mostra vous sont devenus familiers, le « Red Carpet », la « Sala Grande », la « Sala Darsena » et son « Red Carpet » plus modeste…

J’ai un bonus pour vous :

Le « Photocall »…

Un lieu situé au troisième étage du « Casinò » dont tous les étages sont complètement investis par la Mostra pendant les 11 jours du festival…

01-Photocall plan 001-2

En dehors de tous les « à-côtés » de leur séjour vénitien, voici le parcours (du combattant) imposé au réalisateur et/ou l’acteur invité au festival…

Avant que de fouler le tapis rouge, il doit tenir une conférence de presse avec tous les protagonistes du film qu’il présente ou représente (les médias des 5 continents sont présents), salle 8 sur le plan…

Ensuite il doit se rendre au « Pothocall », salle 12, sur le plan et poser pour les « fotografs » …

Je ne vais que rarement au « Photocall », les artistes y sont statiques et posent pendant quelques brefs instants, rien de très naturel, tandis que passer, vêtus de leurs plus beaux atours, traverser avec le tract le tapis rouge sous les spotlights et devant le public pour pénétrer dans le palais du cinéma est une toute autre épreuve…

L’estrade tristounette du « Photocall » où se doivent de poser les artistes…

02-2016-09-09-501

J’ai choisi, pour exemple, le passage d’Émir Kusturica, le réalisateur, acteur et musicien célèbre serbe, pour son film « Na Mlijecnom Putu » (Sur la voie lactée) …

Ici, ils sont en tenue décontractée, mise à part les femmes qui restent coquettes…

Je regarde un coup à droite…

02-2016-09-09-507

Un coup à gauche…

03-2016-09-09-511

La balle au centre…

04-2016-09-09-514

Et là, extravagance suprême, il sort un cigare, il sait qu’il va se retrouver dans tous les médias avec ce cigare au bec, ça fait un genre
Il avait préparé son coup, malin l’animal…

05-2016-09-09-548

Voilà, c’est fait pour lui…

Au tour de l’actrice Sloboda Mićalović, actrice serbe, très connue dans son pays et jouant dans ce film…

06-2016-09-09-558

Une œillade à droite…

07-2016-09-09-578

Une œillade à gauche, et le contrat est rempli…

08-2016-09-09-569

Je vous ai réservé une jolie surprise,

la star qui joue également dans ce film…

Arrive la superbe Monica Bellucci…

09-2016-09-09-595

Je dois avouer qu’elle « gomme » tout le monde de par son unique présence…

10-2016-09-09-597

Elle ne pose pas…

11-2016-09-09-606

Elle est là, c’est tout…
Elle va compter 52 ans le 30 septembre, la classe…

12-2016-09-09-616

Quelle intensité dans le regard…

13-2016-09-09-631

Dans le style passage obligé, maintenant on se la joue à deux…

14-2016-09-09-638

Puis à trois…

15-2016-09-09-652

Enfin, tous ensemble, tous ensemble, avec l’équipe du film…

16-2016-09-09-687

En face, vous avez les « fotografs » patentés du monde entier, en tenue décontractée eux aussi, car sur le « Red Carpet » le costard noir est de rigueur…

Heu, la place A13 et le sac devant, c’est ma place et mon sac, je me suis juste déplacé pour prendre ce cliché…

17-2016-09-09-693

Voilà, vous savez tout sur le « Photocall » de la Mostra que seuls les initiés connaissent et où je n’ai fait que de brèves apparitions…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 8 Commentaires »

LE PALMARES « VENEZIA 73 » DE LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 11 septembre 2016

Je vous livre ce palmarès, juste pour info et les afficionados du grand écran, car comme je ne visionne que les films francophones de la Mostra, (ce qui déjà comble mon emploi du temps de ces 11 journées de festival) je ne puis faire de commentaires appropriés sur ces récompenses…

Quant aux « foto »,  je les ai prises au vol hier, dernier jour sur le tapis rouge, ne sachant pas parfois qui je shootais, ni quels seraient les lauréats…

LEONE D’ORO pour le meilleur film :

ANG BABAENG HUMAYO (THE WOMAN WHO LEFT)

de Lav Diaz (Filippine) 

01-2016-09-10-200

LEONE D’ARGENTO – GRAND PRIX DU JURY
pour le long-métrage américain

NOCTURNAL ANIMALS

de Tom Ford (USA)

02-2016-09-10-144

LEONE D’ARGENTO – POUR LA MEILLEURE REALISATION :

ex-aequo

Andrei Konchalovsky

Pour le film PARADISE (Federazione Russa, Germania)

(C’est le personnage du milieu)

03-2016-09-10-206

Et Amat Escalante

Pour le film LA REGIÓN SALVAJE (THE UNTAMED)

(Messico, Danimarca, Francia, Germania, Norvegia, Svizzera)

(Escalante, c’est le 2ème en partant de la gauche, son visage n’est pas très net car j’ai effectué mon réglage sur le premier personnage à droite) …

04-2016-09-10-105

Le prix de la meilleure actrice

COPPA VOLPI

Pour Emma Stone

Dans le film LA LA LAND de Damien Chazelle (USA)

05-2016-08-31-487

Le prix du meilleur acteur

COPPA VOLPI

Pour Oscar Martínez

Dans le film EL CIUDADANO ILUSTRE de Mariano Cohn et Gastón Duprat (Argentina, Spagna)

06-2016-09-10-054

PRIX DU MEILLEUR SCENARIO :

Noah Oppenheim

Pour le film JACKIE de Pablo Larraín (Regno Unito)

(Comme il était absent, voilà une “foto” récupérée sur le Net)

 07-Noah-Oppenheim[1]

LE PRIX SPECIAL DU JURY :

THE BAD BATCH

de Ana Lily Amirpour (USA)

08-2016-09-10-158

Je vais quand même vous faire admirer sa belle toilette…

09-2016-09-10-155

Enfin le prix révélation

MARCELLO MASTROIANNI

À une jeune actrice de 21 ans

Paula Beer

Dans le film FRANTZ de François Ozon (Francia, Germania)

10-2016-09-10-028

Nous l’avons adorée dans ce film…

19

Voilà pour le palmarès, c’était passage obligé…

Mission accomplie…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 6 Commentaires »

« À JAMAIS » de BENOIT JACQUOT à la 73ème MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 11 septembre 2016

Vendredi 09 septembre 2016,

Nous voilà partis pour le dernier film francophone de la Mostra…

Film hors concours, intitulé :

« À Jamais » de Benoit Jacquot…

Benoit Jacquot n’est pas un inconnu à Venise, nous l’avions vu en 2014 à la présentation de son film,
« 3 cœurs », où il avait débarqué à la Mostra avec un casting d’enfer :
Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve et Benoît Poelvoorde…

J’avais publié à cette occasion un petit reportage illustré :
3 CŒURS A LA MOSTRA DE VENISE

Mais revenons à ce dernier film,

L’affiche :

01

La projection est programmée à 22h30, donc « foto » de nuit ?…

Non, car les « gamelles » des trois tours lumières projettent leurs pleins feux sur le « Red Carpet »,
il y a du watt dans l’air…

01-2016-09-09-009

En attendant, les « fotografs » règlent leurs appareils et leurs flashes sur l’homme chargé d’accueillir et de placer les VIP sur le tapis rouge…

Il prend gentiment la pose pour nos réglages, malgré un fort vent de travers…

02-2016-09-09-008

Voici enfin les artistes…

03-2016-09-09-033

Ils ne sont que deux car Mathieu Amalric, tenant le rôle principal masculin, n’est pas venu à Venise, probablement pris par un tournage…

04-2016-09-09-046

Julia Roy, actrice française et scénariste du film…

05-2016-09-09-049

Encore méconnue, elle tient avec maestria le rôle principal féminin…

Le vent décoiffe…

06-2016-09-09-056

Déplacement d’un petit quart de tour pour remettre en ordre…

07-2016-09-09-058

Benoît Jacquot, le réalisateur…

En 2012, il reçoit le prix Louis-Delluc pour « Les Adieux à la reine », adaptation du roman éponyme de Chantal Thomas et en 2013, le film obtient trois Césars…
En 2015, il est président du jury du 41e festival du cinéma américain de Deauville…

08-2016-09-09-063

Le vent moqueur l’a coiffé presque comme un footballeur…

09-2016-09-09-059

Un peu à l’écart, je shoote le producteur du film, Paulo Branco qui a produit aussi « Les beaux jours d’Aranjuez », le premier film francophone que je vous ai présenté jeudi 1er septembre…

Paulo Branco, toujours décontracté…

10-2016-09-09-068

Un peu trop même, avec le vent qui souffle sur le tapis rouge, il risque d’y avoir des courants d’air…

11-2016-09-09-067

Nous pénétrons dans la « Sala Grande » et les artistes sacrifient au rituel à l’appel de leur nom…

Julia Roy…

12-2016-09-09-101

Benoît Jacquot…

13-2016-09-09-109

Débute la projection…

Synopsis :

« Écrit par Julia Roy qui s’est inspiré librement du roman Body Art du célèbre écrivain américain Don DeLillo (Cosmopolis), le scénario est centré sur Rey qui est cinéaste.
Lors d’une rétrospective qui lui est consacrée dans un musée, il voit une jeune femme faire une performance. Il la suit à la sortie du musée. Elle s’appelle Laura, elle est plus jeune que lui. Ils tombent amoureux et se marient vite. Ils vivent dans une grande maison retirée au bord de la mer. »

14

« Des mois passent, Rey meurt dans un accident de moto.
Laura se retrouve seule dans cette maison. A l’expérience en même temps cinglante et douce du deuil, elle découvre un être étrange, homme enfant au phrasé imparfait, dont le visage et le corps sont ceux de Rey. Et puis dans sa voix elle croit entendre peu à peu non seulement la sienne à elle mais celle de Rey, puis leurs voix conjuguées. »

15

« À travers cet homme se rejouent les mots, les gestes du couple avant la mort et Laura y trouve une sorte de fascination qui la libère. »

Je dois vous avouer que nous avons eu du mal à comprendre ce film…

Si la première partie du film déroule une suite logique, malgré le grand talent des deux acteurs, Mathieu Amalric et Julia Roy, on se perd dans les hallucinations et les étranges égarements de la seconde partie…

Perplexe et curieux, j’ai cherché de la doc sur le réalisateur et j’ai trouvé ça :

« Les mises en scène de Benoît Jacquot, discrètes et peu ostentatoires, restent difficilement cernables dans leur ensemble. Elles dénotent à la fois un certain classicisme, voire de l’académisme, associés à des aspects beaucoup plus modernes, parfois proches de l’expérimentation ou d’une recherche novatrice dans l’écriture cinématographique.
Cette hétérogénéité peut être considérée comme le propre de son style. »

« Difficilement cernable » me semble être l’expression qui convient pour ce soir…

Les lumières se rallument et les deux protagonistes du film se lèvent sous les applaudissements…

16-2016-09-10-124

Malheureusement, ces applaudissements sont mous et timides, ils s’apparentent à des applaudissements de politesse…
Le public, apparemment, a eu des difficultés à cerner le film…

Les artistes sont mal à l’aise…

17-2016-09-10-132

Les applaudissements furent très brefs, trop brefs, un silence pesant règne dans la salle tandis que le public se dirige maintenant vers les différentes sorties…

De quoi être ébranlé, Julia Roy prend le parti de se rasseoir…

18-2016-09-10-136

Apparemment la « Recherche novatrice dans l’écriture cinématographique » n’est pas du goût de la majorité des spectateurs…

Un sourire triste et désabusé se lit sur le visage de Julia Roy…
J’ai de la peine pour eux…

19-2016-09-10-138

Je me demande si nous, public lambda, ne sommes nous pas encore en mesure ou en capacité d’apprécier à leurs justes valeurs les démarches particulières de ces artistes ?…

La question mérite d’être posée…

Claudio Boaretto…

Publié dans Venise : évenements | 6 Commentaires »

LION D’OR DE VENISE POUR JEAN-PAUL BELMONDO

Posté par Claudio Boaretto le 9 septembre 2016

Jeudi 8 septembre 2016,

Nous allons vivre un grand moment, la remise du Lion d’or de Venise pour l’ensemble de la carrière d’un géant du cinéma français,

J’ai cité : Jean-Paul Belmondo. !…

Le rendez-vous sur le « Red Carpet » est fixé à 14 heures, mais les « fotografeurs » accrédités doivent être présent ¾ d’heure avant…

L’attente est longue, nous sommes sous un soleil de plomb car, heure d’été oblige temps universel + 2, nous sommes en réalité à midi et le soleil est à son zénith…

Mais voilà la voiture d’où s’extirpe Belmondo…

01-2016-09-08-106

Aussitôt assailli par la télévision…

02-2016-09-08-107

Il se déplace, béquille à la main, suivi par son vieil ami, Charles Gérard…

03-2016-09-08-113

 Si vous êtes fan du cinéma des années 70 et 80, vous le reconnaitrez immédiatement…
Charles Gérard, (90 ans) acteur, réalisateur et scénariste, l’ami fidèle de Belmondo depuis 60 ans…

04-2016-09-08-115

Bien sûr, à côté de Bébel vous avez immédiatement reconnue la ravissante Sophie Marceau…

05-2016-09-08-118

Deux monstres sacrés du cinéma au bout de mon objectif…

06-2016-09-08-124

L’acteur français a 83 ans, physiquement diminué depuis un accident vasculaire cérébral en 2001, mais toujours debout…

07-2016-09-08-139

Et toujours le sourire…

08-2016-09-08-157

Bravo Jean-Paul…

09-2016-09-08-155

Sophie Marceau revient auprès de Belmondo…

10-2016-09-08-142

Quel couple magique…

11-2016-09-08-145

À 83 ans, Bébel, c’est encore une vraie gueule de cinéma !…

12-2016-09-08-175

Et le charme de Sophie…

13-2016-09-08-230

Nous voici dans la « Sala Grande » et c’est sur la scène que ça se passe…

Alberto Barbera, directeur artistique de la Mostra, fait une brève élocution en italien pour présenter l’acteur français au public…

14-2016-09-08-250

Une interprète le traduit dans la langue de Molière afin que Bébel et les nombreux français dans la salle puissent comprendre…

15-2016-09-08-306

Bebel stoïque, toujours souriant, écoute…

16-2016-09-08-267

Accroché à sa béquille d’une main ferme, (et pleine de bijoux style amérindien) …

17-2016-09-08-345

Le public est debout, c’est un délire, tous les appareils « foto », tous les smartphones immortalisent ce moment…

18-2016-09-08-280

Sophie Marceau attend devant son micro…

19-2016-09-08-265

Car c’est elle maintenant qui va lire le discours officiel de remise du Lion d’or pour la carrière de Jean-Paul Belmondo…

Discours qu’elle a elle-même écrit, à la main, et si vous agrandissez la « foto » vous pourrez même voir les ratures sur le papier…

20-2016-09-08-322

Quelques extraits que j’ai pu retenir :

« Jean-Paul Belmondo est une star populaire, un acteur complet, multi faces, producteur de cinéma, un patron de théâtre et aussi le patriarche d’une grande et belle famille »

Et aussi

« Je me rappelle quand tu m’as prise dans tes bras et je me rappelle aussi de Claudia Cardinale, de Sofia Loren, d’Ursula Andress, d’Anna Karina, de Françoise Dorléac, de Catherine Deneuve, d’Annie Girardot, d’Emmanuelle Riva… parce que même en soutane, tu les faisais toutes craquer » …

De temps en temps elle s’arrête pour laisser l’interprète traduire maintenant en italien…

21-2016-09-08-313

La scène dans son entier…

22-2016-09-08-350

Toujours debout, Bébel écoute attentivement…

23-2016-09-08-331

Mais le discours se prolongeant, il va finir par s’asseoir sur la chaise mise spécialement à sa disposition…

À la fin de son émouvant discours, Sophie Marceau embrasse Belmondo…

24-2016-09-08-355

Voici venu le moment solennel de la remise du Lion d’Or, apporté en personne par Paolo Baratta, le président de la Mostra…

25-2016-09-08-391

Cet animal tant convoité par les acteurs et les réalisateurs…

26-2016-09-08-398

Bébel, malgré son handicap, s’est relevé…

27-2016-09-08-414

Et le voici qui prend la parole quelques instants…

« Quand j’étais jeune, je suis venu à Rome et je cherchais Cinecittà et je n’ai pas trouvé…
Je suis retourné à Paris et Vittoria de Sicca m’a appelé pour tourner avec Sophia Loren !
 » …

28-2016-09-08-419

Après avoir prononcé le nom de Sophia Loren, Bébel pousse un tonitruant « Aaaah » béat de satisfaction et il se fend la pipe !…
Le public aussi…

29-2016-09-08-424

Et il continue…

« Ensuite, je tourne avec Gina Lolobrigida »,
et un second «
Aaaah »

« Puis avec Claudio Cardinale »,
dernier « 
Aaaah » encore plus sonore…

30-2016-09-08-422

Puis il conclue, mort de rire :

« Voilà pourquoi j’aime le cinéma italien ! »…

31-2016-09-08-427

Il n’a rien perdu de son humour légendaire…

32-2016-09-08-403

C’est notre Bébel national !…

Et c’est sur cette belle image que je termine ce reportage, conscient d’avoir vécu un moment historique et privilégié du « Cinéma » …

33-2016-09-08-447

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités, Venise : évenements | 18 Commentaires »

« UNE VIE » à la 73ème MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 7 septembre 2016

Mardi 5 septembre 2016, nous poursuivons notre visionnage des films francophones…

Celui-ci est en compétition dans la section « Venezia 73 », donc pour le Lion d’Or de Venise…

Son titre :

« Une vie » de Stéphane Brizé…

L’affiche du film…

00-une-vie affiche

Sur le « Red Carpet » les principaux protagonistes du film…

01-2016-09-06-154

Vous avez tout de suite reconnu les deux acteurs à gauche et je suis sûr que vous les adorez comme moi…

Jean-Pierre Darroussin…

02-2016-09-06-166

Acteur français très connu (et réalisateur), depuis 1979 on retrouve son nom dans le générique de plus de 80 films ! …

03-2016-09-06-171

Yolande Moreau…

04-2016-09-06-175

Actrice, réalisatrice et scénariste dont on ne peut oublier le passage dans les « Des chiens » …
Lauréate de trois César : un pour le meilleur premier film (en 2005) et deux en tant que meilleure actrice (en 2005 et 2009), elle est la seule comédienne belge à avoir gagné deux César de la meilleure actrice…

05-2016-09-06-188

Yolande n’hésite à « tailler le bout d’gras » avec le public…

05-2016-09-06-265

Judith Chemla…

06-2016-09-06-193

Actrice française, ancienne pensionnaire de la Comédie-Française, Elle chante et joue du violon et du piano…

07-2016-09-06-204

Stéphane Brizé…

08-2016-09-06-227

C’est avec son film précédent, « La loi du marché », que Vincent Lindon a décroché le prix d’interprétation masculine à Cannes en 2015 et le César du meilleur acteur cette année…

09-2016-09-06-236

Un peu à l’écart, j’ai réussi à shooter, de gauche à droite, la scénariste, Florence Vignon, et les producteurs, Gilles Sacuto et Miléna Poylo…

10-2016-09-06-245

Dans la « Sala Grande », c’est le rituel des présentations…

11-2016-09-06-283

 

12-2016-09-06-299

 

13-2016-09-06-306

 

14-2016-09-06-314

Débute la projection…

Synopsis :

« Normandie, 1819. À peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. »

15

« Très vite, ce dernier se révèle bientôt égoïste, avare et infidèle. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler. »

16

Quelques extraits de l’analyse écrite par Elie Petit de « TouteLaCulture.com » …

« En inconditionnel du drame, le cinéaste français opte pour une adaptation du tout premier roman de Guy de Maupassant, paru initialement sous le titre « L’Humble Vérité ». Le livre raconte, selon les propres mots de l’écrivain, « la vie d’une femme depuis l’heure où s’éveille son cœur jusqu’à sa mort » : Jeanne Le Perthuis des Vauds, interprétée ici par Judith Chemla. »

« Le baron et la baronne Le Perthuis des Vauds sont quant à eux campés par Jean-Pierre Darroussin et Yolande Moreau. »

17

J’avoue que j’ai eu du mal à reconnaître Darroussin, rasé de près et affublé d’une abondante chevelure…

« On suit Jeanne dans sa chute, sa mélancolie, sa dépression, ses poèmes tristes. Darroussin, Moreau jouent des parents exceptionnels. »

« L’isolement, la maladie sont des motifs récurrents du film. Un film, qui avec des visages anciens soulèvent parfois des problèmes d’aujourd’hui… »

18

« Et Jeanne, encore et toujours, qui voulait aimer toute la vie et qui découvre, naïvement, que tout le monde ment. »

Ma compagne a beaucoup aimé ce film, plus que moi-même mais je ne suis pas une référence…
C’est indéniablement un beau film avec de remarquables interprètes, en particulier Judith Chemla qui porte le film de la première à la dernière séquence avec maitrise et talent…

Ce sont donc des applaudissements amplement justifiés qui saluent le film et ses interprètes à la fin de la projection…

19-2016-09-06-358

D’où le sourire de Judith Chemla…

20-2016-09-06-362

Et celui du réalisateur…

21-2016-09-06-336

Félicitations du président de la Mostra…

21b-2016-09-06-370

Les sourires un peu moins expansifs de Yolande Moreau…

22-2016-09-06-330

Et de Jean-Pierre Darroussin, on reconnait là les briscards des plateaux et des festivals…

23-2016-09-06-380

Satisfaction évidente des producteurs…

24-2016-09-06-343

Les inévitables embrassades…

25-2016-09-06-388

Dont la télévision italienne présente ne perd pas une miette…

26-2016-09-06-374

Et le bonheur apparent de Judith pour terminer ce reportage…

27-2016-09-06-387

Sortie en France le 2 novembre 2016…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 8 Commentaires »

12345...75
 

Adrien, Lytho, Lyly, Jalma,... |
ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage au coeur du vide...
| the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!