SONNET

Posté par Claudio Boaretto le 31 mars 2011

LE SONNET, forme fixe de la poésie française,  est habituellement composé deux quatrains suivis de deux tercets. Écrit en alexandrins, son schéma de rimes est le suivant :

ABBA
ABBA
CCD
EDE
il existe une variante pour le dernier tercet : EED

 Il faut  alterner les rimes féminines et masculines et c’est dans le dernier vers que doit se trouver « la chute » du sonnet se devant d’être caractérisée par une pensée ingénieuse, ou noble, ou délicate, ou par un trait d’esprit surprenant le lecteur ou l’auditeur.
Boileau dans son « Art Poétique » déclare :
« Un sonnet sans défaut vaut seul un long poème »

Voici un sonnet de l’artisan-parolier intitulé simplement :

« SONNET »

Tu penses qu’à présent pour toi l’heure a sonné
D’écrire quelques mots, quatrains ou ritournelles,
Ballades, triolets, rondeaux ou villanelles,
Et puis, tout compte fait, pourquoi pas un sonnet.

Le premier des quatrains maintenant est  tourné,
Il te faut pour le moins trouver la rime en elle,
Ne point faire le fat ni le polichinelle
Ni te croire un instant poète chevronné.

A bien y réfléchir, est-ce vraiment utile
De soigner la césure et faire un peu de style ?
Que pour  ton « Souffle » absent tu sois au garde-à-vous ?

Pourquoi chercher les mots, jouer les forts en thème
Lorsque l’inspiration n’est pas au rendez-vous
Et que, tout simplement, tu veux dire « Je T’aime ».


10 Réponses à “SONNET”

  1. katy dit :

    hum! hum! oui très bien le message
    et surtout le je t’aime à la fin
    mais pourquoi ne pas décliner le: » je t’aime  » à l’infini pour celui qui a quelque imagination ,comme un peintre ses couleurs , comme le musicien ses notes…
    s’entendre dire je t’aime tout simplement est bien aussi , c’est le paradis….
    bien vu capitaine!
    ciao amizia
    katy

  2. Zaz dit :

    Claudio, tu connais, en matière de poésie classique, mon côté un peu chiant… Alors dans ton sonnet, que je trouve par ailleurs admirable, il y a quand même trois petites choses qui me chiffonnent : le son ouvert de « sonnet » par rapport au son fermé des autres rimes, la rime en « elle » au singulier dans le 2e quatrain, et « l’inspiration » dont je ferais la diérèse.
    Mais l’art du sonnet est tellement difficile que je te félicite pour celui-ci qui est vraiment bien maîtrisé avec une chute absolument parfaite.

  3. Waouh !…. La grande prêtresse de la versification classique a rendu son verdict….
    Je dois avouer que la remarque sur la rime en elle au singulier du second quatrain m’avait totalement échappée…. Mais tu as parfaitement raison, les rimes du second quatrain devant être les mêmes que celle du premier quatrain, les deux rimes en elle du second devraient être au pluriel…. Bien vu….
    Pour « sonnet » [so-nè] son ouvert, avec « sonné » [so-né] son fermé, tu m’épates aussi…. Bien que musicien, je trouvais la rime parfaite…. Mais effectivement, l’on peut être, comme toi, encore plus perfectionniste ….
    En revanche, je sais qu’il est recommandé de faire la diérèse sur la diphtongue « ION » mais là c’est sciemment que j’ai fait la synérèse…. Je me vois mal par exemple dans une chanson prononcer « ins/pi/ra/ti/on » en 5 syllabes…. Je préfère dans ce sonnet le réciter en 4 syllabes, comme dans le « parler » de tous les jours…. Question de goût et de choix, quoique, à l’écoute, sur d’autres diphtongues, je préfère souvent la diérèse….
    Merci Zaz pour ces pertinentes remarques….

  4. CLAUDIO BOARETTO dit :

    Tu m’as vraiment trop énervé, Zaz…. Après réflexion, j’ai décidé de revoir ma copie…. Suite à tes remarques, j’ai pluralisé les rimes BB du second quatrain et appliqué la diérèse sur la diphtongue « ION » de l’inspiration, malgré mon envie de laisser la synérèse, mais je sacrifie pour être au plus prés de la règle de l’art du sonnet classique….
    En revanche, je reste sur mes rimes « sonné » et « sonnet » que j’aime bien malgré les sons ouverts et fermés…. Tu sais, j’ai tellement vu de rimes à peine suffisantes dans d’autres sonnets écrits à la ronde que je persiste à croire que ces rimes sont suffisamment riches pour demeurer dans mon modeste sonnet…..

    « SONNET »

    Tu penses qu’à présent pour toi l’heure a sonné
    D’écrire quelques mots, quatrains ou ritournelles,
    Ballades, triolets, rondeaux ou villanelles,
    Et puis, tout compte fait, pourquoi pas un sonnet.

    Le premier des quatrains maintenant est tourné,
    Il te faut pour le moins trouver rimes en elles,
    Ne point jouer les fats ni les polichinelles
    Ni te croire un instant poète chevronné.

    A bien y réfléchir, est-ce vraiment utile
    De soigner la césure et faire un peu de style ?
    Que pour ton « Souffle » absent tu sois au garde-à-vous ?

    Pourquoi chercher les mots, faire le fort en thème
    Quand l’inspiration n’est pas au rendez-vous
    Et que, tout simplement, tu veux dire « Je T’aime ».

    Comme je l’avais dit, un écrit n’est jamais fini d’écrire et un sonnet toujours perfectible….

  5. Zaz dit :

    « grande prêtresse de la versification », je ne suis pas sûre d’apprécier le terme… Quant à rendre un verdict, loin de moi cette idée ! Crois-moi, j’ai suffisamment à faire pour ne pas « me prendre la tête » à commenter des poèmes ! Simplement, en ami, tu as sollicité mon avis ; bien évidemment, en amie, je te l’ai donné. Et tu me connais suffisamment pour savoir que je ne suis pas flatteuse ; il y a d’ailleurs des gens auxquels je ne réponds pas à ce genre de sollicitations car je sais qu’ils n’apprécieraient pas ma critique…

    Cela dit, je suis contente de t’avoir énervé car ton sonnet revu est de meilleure qualité avec cet avantage de « jouer » le fat au lieu de le « faire » ce qui, tu en conviendras, est un verbe beaucoup plus intéressant.
    Quant au son de « sonnet », c’est en effet mineur et je suis bien d’accord avec toi qu’il ne faut pas être à ce point esclave des règles qu’on renoncerait à un mot juste pour un son un poil différent.

  6. CLAUDIO BOARETTO dit :

    « La grande prêtresse et son verdict »…. Humour, Zaz !!!….
    Juste une manière drôle de rendre hommage à ta pertinence dès qu’il s’agit des règles de l’art de la versification classique…. Triple Alérion, il faut le faire !…. J’en connais peu qui soient de ton niveau….

  7. Zaz dit :

    Ben oui, on reconnaît mon niveau, mais il agace quand même ! Solitude… solitude…

  8. Thierry dit :

    je connais ni Claudio ni Zaz (la chanteuse ?), mais je trouve dommage cet échange un peu hard car on a toujours à apprendre et Zaz (la chanteuse ça m’étonnerait) avait l’air d’en connaitre un rayon. Eho Zaz! si tu m’entends, reviens, ça nous intéresse.

  9. Merci pour ton commentaire Thierry mais cet échange n’a rien de hard…. Zaz et moi sommes amis et nous nous sommes simplement exprimé sans détour et avec une pointe d’humour dans ce domaine de la versification française que nous apprécions tous deux….
    Il va sans dire que je reconnais sans conteste le grand talent de Zaz qui nous l’a prouvé à maintes reprises et il m’arrive parfois de lui demander son avis…..

  10. Zaz dit :

    Bonsoir Thierry. Je vous ai entendu et vous remercie de me manifester ainsi votre sympathie. Non, je ne suis pas Zaz la chanteuse ! Mais je l’apprécie aussi.
    Comme l’a dit Claudio, les échanges un peu vifs n’empêchent pas le respect et l’humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance