ALGUES à VENISE, SUITE…

Posté par Claudio Boaretto le 9 mai 2012

Renseignements pris après recherches :

CE NE SONT PAS DES ALGUES!!!…

ALGUES à VENISE, SUITE... dans 04 Venise : vie quotidienne 101

Ce sont des Zostères, autrement dit : des plantes à fleur qui forment des prairies sous-marines sur le fond lagunaire….

Après un envoi de photos plus précises je vous livre, in extenso, le message de mon ami (de la bande des vieux ados) le docteur « es sciences » Michel KHALANSKI  qui s’exprime beaucoup mieux que moi en la matière :

131-257x300 dans 04 Venise : vie quotidienne

 Cher Claudio,

Ce sont bien des Zostères comme je le supposais. 

Il y avait dans le passé de grands herbiers de ces phanérogames (= plantes à fleur) dans la lagune. Ces herbiers ont fortement régressés sous l’effet des pollutions et de la turbidité de l’eau.  A la place il y a eu des développements massifs d’algues vertes (Ulva) qui, en se décomposant, ont causé des crises de consommation d’oxygène avec dégagement de H2S (forme réduite des composés soufrés en absence d’oxygène) qui donnait une odeur d’œuf pourri. Cette crise d’eutrophisation causait la mort des poissons, des mollusques et des crustacés.

Dans les années 1980-2000, de grands efforts de dépollution des effluents domestiques ont été réalisés pour éliminer le phosphore en excès qui avait fait exploser la production d’algues vertes. La lagune a retrouvé une eau plus limpide et la production biologique animale a probablement fortement augmenté au bénéfice des pêcheurs et des consommateurs locaux. Parallèlement on a planté de nouveaux herbiers de Zostères pour reconstituer un écosystème proche de la situation antérieure. Ces herbiers sont des nurseries pour nombre d’animaux marins.

Actuellement, ces herbiers ont pris une extension comparable à celle qui existait dans le passé…et dans le passé les feuilles de zostères s’échouaient régulièrement sur les rives de la lagune et dans les canaux de la ville de Venise. Je crois que ce phénomène était appelé « paille de Venise ». Partout sur les côtes méditerranéennes où existent des herbiers, des échouages de feuilles sont observés. Les feuilles de Zostères ne se décomposent pas totalement comme le font les algues, elles forment des amas fibreux qui peuvent colmater des prises d’eau; j’ai connu des cas d’arrêt de centrales thermiques côtières refroidies à l’eau de mer.

Une nuisance grave a été remplacée par une autre. Cela engendre une gène pour nous, mais qui est bénéfique pour l’environnement et pour la production biologique. La nature n’est pas au service exclusif des humains, il faut que tout le monde vive et, pour cela, il faut que personne ne puisse avoir tous les avantages sans un petit peu d’inconvénients.

D’après mon expérience, les échouages de feuilles de zostères sentent nettement moins mauvais que les algues qui se décomposent rapidement. »

Je confirme, comme j’ai fait des photos en gros plan, avec le nez carrément dessus, je peux assurer qu’elles ne sentent rien du tout !…..

121

Pour ceux qui lisent l’italien, voici le communiqué officiel de la ville de Venise qui confirme bien les propos de mon ami Michel…..

blason-venise1

«Alghe in laguna e nei canali di Venezia Il Comune:
Situazione normale e sotto controllo


A proposito della presunta proliferazione di alghe in laguna e nei canali di Venezia, la Direzione Ambiente del Comune di Venezia precisa quanto segue:

Innanzitutto, le foto circolate in questi giorni mostrano foglie galleggianti di Zostera marina, che non è assolutamente un’alga, bensì una fanerogama marina, che negli ultimi 15 anni ha sviluppato ampie praterie sui fondali lagunari antistanti Pellestrina e Lido. Dal punto di vista dell’ecologia lagunare le fanerogame sono il « top », ossia bioindicatori di buona qualità ambientale. Importante la funzione svolta come nursery per la fase giovanile di molte specie di pesci e di stabilizzazione dei fondali. Questa pianta superiore (non è un’alga!) periodicamente cambia le foglie, che si staccano e galleggiano trasportate dalle correnti di marea per finire in mare, o spiaggiate su qualche sacca interna alla laguna o accumulate in qualche canale cieco. Queste foglie non innescano fenomeni di putrescenza, essendo ricche di cellulosa e dunque più lente nel decomporsi rispetto ai talli di alga (le « foglie » di alga non sono foglie e si chiamano « talli »). Inoltre le foglie di fanerogame hanno una bassissima percentuale di zolfo, a differenza dell’alga Ulva lactuca, protagonista delle crisi ecologiche degli anni 80, composta da una percentuale di zolfo intorno al 5%. Pertanto dalle foglie di fanerogame marine non possono derivare i paventati fenomeni di putrescenza e di collasso ecologico della laguna.

In generale per quanto riguarda la situazione delle alghe nella laguna veneta in questo periodo, il prof. Adriano Sfriso del Dipartimento di Scienze Ambientali di Ca’ Foscari, consultato dall’Osservatorio della Laguna e del Territorio dell’Assessorato all’ambiente, spiega che in questi giorni sono in corso in laguna i primi bloom (fioriture) algali, del tutto normali in questa stagione, con l’innalzamento della temperatura dell’acqua, che ha raggiunto attualmente i 12-13 gradi centigradi. Le specie di alghe più presenti e più appariscenti in questo periodo sono le alghe aliene Undaria pinnatifida e Sargassum muticum. Undaria pinnatifida è un’alga originaria dell’Oceano Indiano, è comparsa in laguna nel 1993, presenta lunghi talli a forma di pinna, che raggiungono il metro, metro e mezzo di lunghezza, e aderisce con robusti rizoidi ai substrati duri, come rive dei canali cittadini e pontili ACTV. Sargassum muticum è specie originaria del Giappone, si è presentata per la prima volta in laguna nel 1992, presenta talli ramificati, con pneumocisti (palline piene d’aria che permettono il galleggiamento del tallo), è diffusa in tutta la laguna e forma tappeti uniformi. Il Sargassum cresce durante l’inverno, ha il suo massimo sviluppo nel periodo tardo-primaverile, per poi scomparire quasi completamente verso metà giugno fino all’anno successivo.

Per dare un’idea di quanto sia diversa la laguna odierna rispetto alla laguna degli anni 80 che ha visto le drammatiche crisi anossiche, secondo il prof. Sfriso la biomassa annuale di Undaria nell’intero bacino lagunare è stimata mediamente intorno le 5-6.000 tonnellate, al massimo 10.000 tonnellate, quantità ben lontane dalle produzioni di Ulva negli anni 80, la cui biomassa annuale stimata era intorno ai 18 milioni di tonnellate. La laguna degli anni 80 era una laguna eutrofica, cioè ricca di nutrienti (i sali di fosforo, presenti nei detersivi, e i sali di azoto, fosforo e potassio usati come fertilizzanti in agricoltura nel bacino scolante, che sono ottimi fertilizzanti anche per la vegetazione algale). Oggi la laguna è diventata un ambiente quasi oligotrofico (povero di nutrienti) dopo gli interventi per il disinquinamento del bacino scolante eseguiti con i fondi della Legge Speciale per Venezia e dopo la progressiva marinizzazione della laguna centrale.

In conclusione, per ora, la situazione non desta particolari preoccupazioni e rientra nei parametri della norma, almeno rispetto agli ultimi 10 anni.

Direzione Ambiente – Comune di Venezia »

111

Donc, tout va bien à bord, pas de péril en la demeure…..

3 Réponses à “ALGUES à VENISE, SUITE…”

  1. arnoux dit :

    Merci a toi Claudio j’ avais lu ton article précédent mais comme je ne suis pas spécialiste dans le domaine scientifique je me suis tu!
    bien sympa que ton ami nous ai donné ces explications si ces algues fleurissent en plus et sont sans risque alors que demander de plus
    belle journée à toi ici la pluie est toujours là
    je t’ ai commander une valise de soleil
    as tu reçu mon envoi!!!
    quant pourras tu me l’ adresser!
    le voyage est long semble t il
    bonne fin de semaine!

  2. Maité dit :

    Une bonne nouvelle ; je saurai donc ce que je vois flotter la semaine prochaine où je serai à Venise pour la semaine. Merci pour ces infos. A presto !

  3. Bonjour Laure, bien reçu ton envoi, le soleil brille à Venise….
    Je te l’ai renvoyé aussitôt par retour de courrier donc le soleil doit briller chez toi en Lorraine….

    Bon séjour à toi Maité…. C’est vrai qu’il est mieux de savoir ce qui flotte sur la lagune…. J’ai cru moi aussi que c’était des algues « craignos » avant que l’on me donne toutes ces précisions….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance