• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

LE DRAPEAU TRICOLORE ITALIEN

Posté par Claudio Boaretto le 8 octobre 2012

Hier matin, dimanche 7 octobre 2012, à Venise, plus exactement à Castello, sur la Riva degli Sette Martiri, c’était la fête de la «Lega Nord», la Ligue du Nord….

LE DRAPEAU TRICOLORE ITALIEN dans Venise : évenements 01

La Ligue du Nord, c’est ce parti régionaliste et xénophobe qui milite pour la partition de l’Italie et l’indépendance de la Padania, c’est à dire des régions du Nord…. Le gouvernement de Berlusconi comptait plusieurs ministres de la Ligue du Nord….
En France, le parti qui s’apparente le plus à la Ligue de Nord, c’est le Front National….

Il est surprenant que, depuis plusieurs années, la Ligue du Nord choisisse Venise et le sestiere de Castello pour sa fête annuelle, alors que Venise a toujours voté à gauche et que le quartier populaire de Castello fut longtemps un bastion du communisme….

Mais de nombreux résidents de Castello réagissent ce jour là en affichant sur leur fenêtre, par opposition à la Ligue du Nord, le drapeau tricolore, vert banc et rouge, symbole de l’unité italienne….

Si vous examinez bien cette photo parue dans la presse pour illustrer la fête, regardez les balcons en arrière plan, au dernier étage, bien en vue de tous….

02 dans Venise : évenements

Quatre drapeaux tricolores dont un couplé avec le drapeau vénitien….

Un petit zoom sur ce bâtiment, (où se trouvait, sous la seconde arche, la cantine de mon père quand il servait dans la marine militaire), la fête est terminée mais les drapeaux tricolores demeurent, tout un symbole….

03

Un petit tour dans la «Via Garibaldi», artère principale de Castello, berceau de ma famille, où les drapeaux tricolores fleurissent toujours en cette fin de dimanche après-midi….

04

Tout en haut le drapeau vénitien et le drapeau italien font bon ménage, comme quoi l’on peut être jaloux de ses origines vénitiennes sans pour autant être xénophobe…

05

Au dessus du magasin Coop, la supérette du quartier….

06

Aux fenêtres du voisin du dessus et du voisin du dessous, ce dernier déployant le pavillon de la marine italienne, celui que nous devons arborer sur nos bateaux….

07

Au bureau de tabac de la via Garibaldi, tenu par des amis….

08

Le drapeau parfois se transforme pour l’occasion en un joli rideau….

09

Le local «Partigiani» les résistants de la dernière guerre mondiale contre l’envahisseur teuton, pavoisement obligatoire évidemment….

10

Puis il y a ceux qui n’hésitent pas à afficher les couleurs sur leur T-shirt….

11

Lorsque l’on quitte la via Garibaldi et que l’on prend les petites «calle» de Castello, le pavoisement continue, soit en étage….

12

Soit au rez de chaussée….

13

Ou au dessus de la petite trattoria de quartier….

13bis

Et puis, quand le pavoisement n’est pas au balcon ou à la fenêtre, qu’à cela ne tienne, il trouve sa place sur les cordes à linges….

14

Au beau milieu du ciel….

15

Parmi le linge qui sèche…..

15bis

Entre les draps et les serviettes….

16

Et même avec les culottes !!!….

17

Pour terminer, voici mon pavoisement préféré, car, quand il n’y a pas de drapeau à la maison, qu’à cela ne tienne, on pend sur la corde à linge, un t-shirt vert, une chemise blanche et un t-shirt rouge, et les couleurs sont affichées…..

18

Vraiment trop chouette, ça mérite le zoom….

19

Voilà la Venise populaire et tolérante qui n’a pas peur d’afficher ses opinions et à laquelle je suis heureux d’appartenir…..

Publié dans Venise : évenements | 10 Commentaires »

CHANSONS DE RIME

Posté par Claudio Boaretto le 8 octobre 2012

Parmi toutes les chansons que j’ai pu écrire, celle-ci est parmi mes favorites….

Alors que d’aucuns écriraient «Chanson de Rimes», j’ai intentionnellement mis «Chansons» au pluriel et «Rime» au singulier….

J’ai l’amour de la Rime et j’aime construire mes chansons autour «la Rime»….

Dans «Chansons de Rime», je rends hommage à ces «Grands de la Chanson», sans qui les «artisans paroliers», tel votre serviteur, n’existeraient pas…. Ces auteurs, compositeurs et chanteurs que j’ai tant aimé et que j’aime encore tout autant….

Plus le vers est court, plus la manœuvre est périlleuse, comme dans cette chanson où la rime revient tous les cinq pieds, avec ses exigences…. Dans cet exercice il devient primordial de ne pas se laisser embarquer, c’est le danger, par la rime…. Il est essentiel de la maîtriser, qu’elle reste naturelle et simple, avec surtout les mots de tous les jours, car la chanson, dans ses paroles ou dans sa mélodie, se doit de rester un art populaire à la portée de tous et non un «machin sophistiqué» avec des mots choisis et alambiqués réservés à une élite plus ou moins intello-culturelle….

Donc tenter de maîtriser tout simplement la rime afin de rester au cœur de sa pensée, de son thème, de son émotion ou de son cri….

Pour l’écoute de la chanson, cliquez sur le lien ci-après :  

(Je conseille toujours d’écouter la chanson avant, et de lire les paroles après, ou alors de lire simultanément à l’écoute….. Parfois vous trouverez quelques différences entre la version écrite et la version chantée…. C’est normal, une chanson c’est vivant et il arrive que l’auteur, votre serviteur, change un mot, une rime, ou deux, au gré de son humeur….)

 

CHANSONS DE RIME

Le moindre travers,

Quand j’écris mes vers,

C’est bien sûr la rime

Sur qui je m’arrime,

Le moindre des maux,

C’est bien sûr les mots,

Et qu’ils se ressemblent

Pour chanter ensemble.

 

Car dans les chansons

Que de malfaçons,

Faux semblants de rimes

Qui trop me dépriment,

Et les bouts-rimés

Sont bien élimés,

La prédominance

Est à l’assonance.

J’y recherche en vain

Les bons écrivains,

Tous les grands artistes

Ont quitté la piste,

CHANSONS DE RIME dans Chansons du coyote ferr

Et Léo Ferré

A déjà tiré

Oui, sa révérence,

La désespérance.

Et Charles Trenet

Vient de fredonner

L’ultime romance

Quelle perte immense.

charlestrenet dans Chansons du coyote

Le moindre travers,

Quand j’écris mes vers,

C’est bien sûr la rime

Sur qui je m’arrime,

Le moindre des maux,

C’est bien sûr les mots,

Et qu’ils se ressemblent

Pour chanter ensemble. 

 

 

Ils ont disparu

Nos chanteurs des ru’s

Mais leurs ritournelles

Seront éternelles,

Leurs jolis refrains,

Leurs justes quatrains,

De bonne facture

C’est leur signature

gainsbar

À chaque détour,

J’attends leur retour,

Sonne boute-selle

De Sète ou Bruxelles

Et que des faubourgs

Sortent des Gainsbourg,

Et que de province

Faudrait que nous vinssent

         Des Brassens….

brrassens

Paroles & Musique Claudio Boaretto

 

Publié dans Chansons du coyote | 8 Commentaires »

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance