• Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

MER HOULEUSE SUR LES PLAGES DU LIDO

Posté par Claudio Boaretto le 11 novembre 2012

Aujourd’hui 11 novembre 2012, la mer était houleuse sur les plages du Lido di Venezia…..

MER HOULEUSE SUR LES PLAGES DU LIDO dans Venise : vie quotidienne & familiale 012

Le vent du Sud, le «Scirocco» soufflait dans ce fond de cuvette de l’Adriatique qu’est le golfe de Venise, provoquant «l’Aqua Alta» dans la Cité Sérénissime pendant les pics de marées….

Les vagues se cassaient  dans un «boucan d’enfer» sur les «Murazzi» du Lido, ces digues «brise vagues»….

032 dans Venise : vie quotidienne & familiale

Malgré le temps mauvais, le soleil par moment perçait  à travers les nuages pour se refléter sur la houle écumante….

022

Au loin, les embruns soufflés par le «Scirocco» formaient un halo brouillant le paysage à l’horizon….

041

Un spectacle dont on ne se lasse pas….

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 14 Commentaires »

LA POESIE NEOCLASSIQUE

Posté par Claudio Boaretto le 11 novembre 2012

Voici un billet que je publie avec plaisir mais qui n’intéressera qu’une faible partie des habituels visiteurs de mon blog, à savoir, mes amis artistes et poètes, et, en particulier, mes camarades de la délégation Lorraine de la Société des Poètes et Artistes de France….

Tout a commencé en aout dernier lorsque je publiais sur ce blog le joli poème sur Venise écrit par mon ami Gérard Charut

http://boaretto.unblog.fr/2012/08/09/venise-de-gerard-charut/

Suite à la beauté de ce texte écrit en ce que d’aucuns appelleraient la poésie néoclassique, s’installa un débat qui donna lieu à 38 commentaires….  Un record….

Ce billet va sembler fastidieux mais je me vois obligé de transcrire presque intégralement les dialogues et actions qui ont suivi  ce débat

Ce débat donc déboucha sur un consensus que plusieurs membres de la Société des Poètes et Artistes de France souhaitaient voir prendre corps par une note de Synthèse qui se devrait d’être présentée aux instances nationales de notre société….

Ce fut notre ami, poète et philosophe, Gérard Dalstein, qui s’attela à la tâche….

LA POESIE NEOCLASSIQUE dans Poèmes & Textes dalstein-268x300
Gérard

Voici cette note de synthèse :

                                               PREAMBULE

Dans l’univers de l’écriture poétique, tout le monde sait ou peut savoir ce qu’est la forme classique. Les traités ne manquent pas, dans toute une gamme de lisibilités allant du propos très pédagogique à l’analyse très fouillée.
Mais les jeunes poètes, -et c’est surtout vers eux que ce propos est développé-, se trouvent souvent dans un domaine tout à fait flou lorsqu’ils choisissent d’écrire, comme c’est le cas pour un certain nombre d’entre nous, en forme néo-classique, forme justifiée par l’évolution des usages et des cultures qu’elle est susceptible d’intégrer.
Quant  à la forme libre, c’est-à-dire plus précisément la poésie en prose, elle échappe à la codification, et ne pose donc aucun problème si ce n’est qu’il est difficile de rendre par ce genre une émotion poétique aussi intense qu’à travers les deux autres.
Par ailleurs, un certain nombre de personnes ont la sensation qu’il existe une réalité hiérarchisée dans cette classification des trois formes.
Cette classification ne vise pas bien entendu l’exhaustivité mais les genres les plus pratiqués. Il existe de fait une catégorie « autres » notamment  les versifications « hors normes », car le poète a tous les droits dans l’expression de son inspiration. Le verdict sera celui du lecteur qu’il aura su toucher ou non.

                                      PROPOSITIONS

AFFIRMER OU CONFIRMER à toutes occasions qu’il n’existe aucune hiérarchisation entre ces trois formes d’expression poétique. Pour ce faire  présenter par exemple les trois formes en inversant l’ordre habituel qui est assimilé à un ordre hiérarchique, c’est-à-dire poésie en prose (dite libre), poésie néo-classique, poésie classique. Il est peu probable que cet ordre induise une sensation de hiérarchisation.

DONNER UN STATUT LE PLUS CLAIR POSSIBLE à la forme de poésie néo-classique au même titre que des deux autres, alors qu’il existe une sensation diffuse et malsaine qu’il s’agit d’une forme classique dénaturée, ou, pire, fautive.
Dans ce contexte, il pourrait être utile d’examiner point par point les règles classiques auxquelles il est permis de déroger (il s’agit bien de dérogation et non d’ignorance) dans l’écriture néo-classique en raison de l’évolution des usages de la langue et des cultures, à savoir notamment :

Non prise en compte de la règle qui interdit de faire rimer un singulier avec un pluriel (archaïsme phonétique)

Dérogation à l’obligation de recourir systématiquement aux diérèses sur les syllabes en fin de mot concernées par ce traitement (terminaisons en ion, ieu notamment) dont l’usage peut alourdir un vers et lui donner parfois un aspect pédant. (Si l’harmonie générale y gagne ou du moins n’y perd pas sans diérèse, pourquoi s’y accrocher puisque l’on ne les applique pas dans le langage courant, même le plus élaboré ?)

Tolérance d’un usage discret du hiatus, notamment dans certaines expressions comme peu à peu, il y a … (Molière en a fait par exemple un moins discret dans ce vers « Mais mon petit monsieur, prenez-le un peu moins haut »)

Tolérance de l’usage de l’enjambement ou du contre rejet qui peuvent parfois enrichir les possibilités de rimes bienvenues. (on trouve notamment des enjambements assez fréquents chez Corneille, Racine, Chénier, Hugo) (10 exemples à votre disposition)

Non prise en compte de la règle qui interdit, à l’intérieur d’un vers, le E muet quand il est précédé d’une voyelle si ce dernier n’est pas alors suivi d’un mot commençant lui-même par une voyelle. L’effet de cette contrainte ne se fait sentir en rien de positif dans la composition, la rythmique, l’harmonie générale du poème et réduit artificiellement le nombre des combinaisons susceptibles d’enrichir le propos.

Et en guise de viatique, insister bien entendu sur le fait qu’en poésie, le premier principe qui ordonne tous les autres, c’est la capacité d’émouvoir le lecteur dans une large gamme d’expression de la sensibilité, et la puissance des pouvoirs d’évocation qui y sont liés. Et cela n’est possible qu’avec un ensemble harmonieux dans lequel la musique joue un grand rôle, plus encore que la richesse des rimes.
A ce niveau on ne peut que conseiller aux jeunes auteurs de se frotter à l’écriture classique qui constitue le meilleur apprentissage de la maîtrise des structures nécessaires à l’expression poétique.

Quelques mois plus tard, alors que j’allais interroger notre ami Armand Bemer, président de notre délégation,

bemer-199x300 dans Poèmes & Textes
Armand

sur le sort réservé à notre note de synthèse lors de l’assemble générale nationale, voilà qu’il me fit parvenir cette réponse :

Salut Claudio,

Sur ton blog, je voudrais apporter mon complément d’information suite à nos échanges sur la poésie néo-classique. Mais je ne sais pas où placer mon commentaire pour qu’il ne fasse pas « cheveu sur la soupe ». 
Comme ton blog est très diversifié, je ne sais par où m’introduire.
Est-ce que je peux t’envoyer mon commentaire sur un fichier Word et toi tu le caseras… ?

Voilà ce texte suite à ce qu’il appelle la « controverse de Venise »,
Personnellement, j’aurais plutôt dit le « consensus de Venise ».puisque nous en étions arrivé à une note de synthèse, mais je ne veux pas trahir la pensée d’Armand :

Bazoncourt, le 06 novembre 2012

Pour faire suite à la « controverse de Venise ».

C’est ainsi que j’appellerai l’échange approfondi et fructueux que nous avons eu sur le blog de Claudio il y a quelques semaines/mois. Cet échange concernait les catégories d’écriture poétique souvent mises en avant lors des concours, à savoir « poésie classique, néo-classique et libérée ». 
Gérard Dalstein avait eu le courage, et le mérite, de mettre par écrit la somme de nos échanges et les problématiques liées à ces catégories. J’avais proposé de porter la question lors de notre Congrès annuel et Vincent Vigilant, président national, m’a donné la parole lors des « points divers » de l’Assemblée Générale.
J’ai rappelé notre démarche devant les congressistes et un débat intéressant s’est instauré. Une délégation a notamment expliqué que leur objectif était d’inciter les poètes s’exprimant en « néo-classique » à faire un effort pour qu’ils se rapprochent davantage du classique, ce qui induit bien la notion de hiérarchie que nous voulions éviter en Lorraine.
L’un de mes voisins a expliqué que ce débat était récurrent depuis fort longtemps et a proposé que l’on adopte la terminologie suivante pour la poésie néo-classique : la « poésie régulière contemporaine ». Il y voyait un avantage sémantique : « régulière » sous-entend qu’il y a des règles ; « contemporaine » sous-entend que, la langue française ayant évolué, on pouvait écrire en adoptant les usages de la langue d’aujourd’hui.
J’ai appris dans le courant de l’après-midi que cet intervenant était Gérard LAGLENNE dont je connaissais le nom et le talent, les ayant souvent croisés tous deux dans Art & Poésie. Venant de lui, je pense qu’il s’agit d’un avis éclairé.
Charge donc à nous, dans les différents cercles poétiques où nous gravitons, de faire passer cette définition et de la défendre pour que le néo-classique ne soit pas simplement un « ersatz » d’une catégorie  présentée comme généralement plus noble et au sommet de la hiérarchie.
Merci à Claudio de publier ce texte sur son blog en référence à notre ancienne « controverse », qui reste, bien sûr, d’actualité. Gageons que le problème n’est pas définitivement réglé…

Armand BEMER
Délégué Régional SPAF Lorraine

Ce texte me laissait perplexe et je me permis de lui répondre ceci :

OK, je vais le faire et te remercie de ta réponse….

Auparavant, un petit éclaircissement ; Si j’ai bien compris, contredis moi si je me trompe, on change la terminologie, le nom, qui deviendrait « poésie régulière contemporaine », au lieu de « néo-classique »?….
Pourquoi pas….
Mais qu’en est-il des 5 points abordés dans la note de synthèse rédigée par Gérard…. Car là est le nœud de l’affaire….
 Car si dans cette « poésie régulière contemporaine » on remet la même chose, c’est-à-dire n’importe quoi, ce que chacun veut, comme c’est le cas actuellement, nous n’aurons pas trop avancé et notre démarche ne sera plus qu’un coup d’épée de plus dans l’eau….

Ou n’aurais-je pas tout compris de ta réponse?

claudio-300x225
Claudio

Ce à quoi Armand répondit :

Salut Claudio,

Je crains que, « malheureusement », tu n’aies tout bien compris. Nous n’avons pas pu aborder, en AG, dans les points divers, quand tout le monde commence à se tortiller sur sa chaise, les aspects pointus de notre demande. Et peut-on « légiférer » sur des points où tu auras du mal à obtenir un consensus ?

L’idéal aurait été de créer un groupe de travail national qui se serait penché sur la question, mais j’imagine que cela aurait été une « commission » de plus… Je ne peux pas m’y investir. Si d’autres souhaitent lancer la réflexion, pourquoi pas?

Cela étant, Gérard était présent à l’AG quand ce point a été abordé et pourra peut-être apporter un éclairage plus complet car moi j’étais vraiment pris dans le feu de l’action et j’ai peut-être oublié d’autres aspects des diverses interventions.
Tu pourrais lui transférer notre présent échange et le texte que je t’ai soumis.

Je me suis donc retourné vers Gérard dont voici la conclusion :

Cher Claudio,

En premier lieu, une petite précision qui a son importance, et dont peut-être Armand ne se souvient plus. Je n’étais pas à l’assemblée générale de la SPAF quand le point du statut de la poésie néoclassique a été abordé, car nous sommes arrivés (essoufflés) pour le début de la cérémonie de remise des prix pour repartir le soir même car j’avais un RV dans un restau du quartier du Marais. J’ignore donc tout ou presque, à part ce qu’Armand a pu m’en dire brièvement, sur ce qui a été évoqué à l’AG.
Mais peu importe, car je crois, après les propos d’Armand, dont il te communique l’essentiel au terme du message communiqué, qu’une éventuelle « réglementation » ne peut pas venir de la SPAF, vu notamment les différences de perception qui existent entre les différentes délégations. Je reste sur le terrain de la non hiérarchisation et de la clarification des genres dans le « mouvement de l’histoire » quand d’autres s’attachent à une conception élitiste fondée sur une tradition qui deviendrait immuable. Dans ces conditions, il paraît difficile d’obtenir un consensus qui tienne vraiment la route, nonobstant le fait qu’il y a là un investissement certain à mettre en oeuvre au niveau national. De plus on peut assez vite glisser dans des polémique stériles avec une ou des délégations aux tendances un peu « intégristes » du type « hors la forme classique point de salut en poésie ».
Alors que faudrait-il faire ? Se démettre en laissant au temps le soin d’agir, car l’usage finira par faire loi, ou chercher d’autres pistes pour trouver des points de références qui pourraient ensuite être transmis ? Je penche pour cette deuxième solution. Il y a certainement un passage pour les conceptions porteuses d’avenir, ou nous nous trompons.
Je crois qu’en premier lieu il nous appartient de continuer à transmettre cette conception jusqu’à ce qu’elle fasse son chemin dans tous les lieux où nous sommes actifs. Et en second lieu, trouver une structure référente à partir de laquelle on pourrait toucher le monde de la poésie. J’ai une petite piste. Il faut oser, mais c’est souvent la clé des situations bloquées. J’ai déjà eu quelques contacts avec le secrétariat de l’académie française, et contrairement à une idée répandue cette haute assemblée est plus accessible qu’il n’y paraît si on trouve la bonne entrée. Il y a au moins une commission qui travaille sur la poésie, et je vais essayer de trouver cette entrée. Après, il faudrait mettre en forme un texte de saisine de bon niveau, susceptible de provoquer  de l’intérêt. Après tout, il faut bien leur apporter un peu de travail !
Voilà, c’est tout ce que j’ai trouvé pour l’instant. Mais sait-on jamais? Qui ne demande rien n’a rien!
Gérard

Je conclurai en vous faisant copie  de la réponse que j’ai faite ce matin même à Gérard et Armand, Armand qui proposait également une lettre ouverte envoyée à un grand média, au moment du printemps des poètes, par exemple  

Bonjour Armand, bonjour Gérard…
Je ne crois pas qu’une lettre ouverte dans un journal aurait un effet quelconque….
Et puis, il n’y a rien de plus éphémère qu’un article de journal…. On en parle un jour, on l’oublie complètement le lendemain….
De plus, cela pourrait gêner d’aucuns, s’il y en a, qui auraient une once de pouvoir ou d’influence pour faire évoluer les choses dans le bon sens et pourraient se sentir bousculé par ce genre d’épître….
Mais c’est bien de chercher des solutions alternatives….

En revanche, la piste évoquée par Gérard me semble idéale si elle arrive à bonne fin….
Cela rejoint les pistes que j’entrevoyais au début de la discussion…  Déjà, dans mes commentaires des 18 /08 et 19/09:

« Nous avons aussi des académiciens en France…. Sûr que le sujet devrait les intéresser…. »

Alors quand Gérard dit : «j’ai une petite piste» Mais c’est la piste ROYALE !, la seule qui puisse aboutir à quelque chose…. Les sociétés de poètes, nous ne nous en sortirons pas, on en reviendra à des guéguerres de chapelles, pour ne pas dire de castes qui n’aboutirons à rien, personne ne voulant démordre de ses principes, nous en avons maints exemples dans des discussions précédentes….

Tout ce que nous pouvons espérer c’est que Gérard trouve le couloir juste, l’entrebâillement de la bonne porte, pour s’introduire à l’Académie Française et que nos académiciens aient la disponibilité, la motivation et le recul nécessaire pour se pencher sur le sujet….

D’ailleurs, nous n’avons peut-être pas raison sur tout ce que nous proposons, mais que nos « Sages Anciens » nous le démontre, nous l’explique, nous l’apprennent….

Gérard, tu es IMPERIAL !!!…..

Voilà, ceux intéressés par cette démarche savent tout dorénavant et le débat reste ouvert….

Publié dans Poèmes & Textes | 19 Commentaires »

LA-BAS par HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 11 novembre 2012

LA-BAS par HUGO H dans Peinture & Dessins labas

Le dernier tableau de Hugo….

Il s’intitule «Là-bas»…. Huile sur toile de 1m x 1,50m….

Personnellement, je l’aurais plutôt baptisé «Là-dessous» puisque, à l’évidence, c’est un paysage sous-marin….

Depuis 3 ans, c’est une des nouvelles passions de Flo et Hugo, la plongée sous-marine…. Bien sûr, dans leur équipement de plongée indispensable nous trouvons un appareil photo  «haddock»  euh…. pardon, je voulais dire «ad hoc», qui lui permet de photographier les paysage sous-marins et d’en conserver le souvenir afin de pouvoir les coucher sur la toile…..

Ce tableau fera partie d’un «diptyque», donc il sera accompagné d’un second tableau sur le même thème qui s’intitulera «Ici»….

Hugo nous précise :

«Un peu de patience sera nécessaire pour enfin découvrir le deuxième qui fera la paire : un paysage sous-marin de l’Adriatique, au large de Venise. Ici, donc. »

Donc «ici» et «là-bas», nous comprenons mieux ; les deux tableaux représenteront des lieux sous-marins sous deux terroirs ou plutôt deux «merroirs» différents….

Mais laissons «causer» l’artiste :

«Même si j’ai voulu mettre l’accent sur la limpidité de l’eau, elle conserve des caractères spécifiques en termes de dégradation de la lumière et des couleurs. Ce n’est pas facile à maîtriser, mais c’est aussi cela qui est beau. Tout finit dans ce bleu si intense !

Inutile de préciser que ce paysage appartient à la Martinique, les célèbres éponges barriques sont déjà une indication, même pour ceux qui ne connaissent pas encore l’ensemble de ma production, déjà pas mal orientée par mes séjours hivernaux sur ce département des caraïbes.»

Au début, je n’étais pas attiré par ce tableau représentant pour moi un paysage inconnu, comme abstrait….

Puis, à force de le voir et de le regarder chez Hugo, je finis par l’apprécier…. En fin de compte, il gagne à être vu pour y découvrir petit à petit cette faune et cette flore spécifiques et inconnues de nous autres terriens et même marins mais qui n’avons rien d’hommes-poissons ou de sirènes….

Publié dans Peinture & Dessins | 5 Commentaires »

AQUA ALTA au LIDO de VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 3 novembre 2012

Comme les reportages sur l’Aqua Alta à Venise affluent, si j’ose employer ce terme de circonstance, voici, à contrario, un petit reportage sur l’Aqua Alta au Lido de Venise….

Le lido de Venise, c’est une île, une bande de terre, entre lagune et mer adriatique, de 12 kilomètres de long sur 500 mètres de large en moyenne….

AQUA ALTA au LIDO de VENISE dans Venise : vie quotidienne & familiale 00

Une des rares îles de la lagune, avec Pellestrina, où l’on peut trouver des routes carrossables, et pour que les véhicules à moteur rejoignent la terre ferme, seule solution, traversée de 40 minutes en ferry ….

«L’Aqua Alta», «l’Eau Haute», c’est quoi ?….
Ce n’est pas une crue….
C’est simplement la marée de l’Adriatique qui, par un concours de circonstances climatiques défavorables et particulièrement avec le vent du Sud, le Sirocco, monte plus haut que le niveau prévu par la marée astronomique naturelle qui est, comme chacun sait, le mouvement de la mer dû à l’attraction gravitationnelle du soleil et de la lune sur la terre en rotation….

Les chaines télévisées françaises relayaient en boucle cette information hier….

«Venise inondée, la marée atteint 1,40 mètre»

Alors, on a l’impression que les vénitiens pataugent dans un mètre quarante d’eau…. De quoi impressionner l’éventuel touriste lambda….

Non, non, et NON !!!….

C’est la marée qui est à 140cm et non la hauteur de l’eau….

Pour commencer à voir l’eau monter par capillarité sur la place Saint Marc, l’endroit le plus bas de Venise, il faut que la marée atteigne déjà 105 cm….

011 dans Venise : vie quotidienne & familiale

Donc à un mètre quarante, ce qui est une marée exceptionnelle, aux endroits les plus bas de Venise nous n’aurons que 35 cm d’eau !….

Hier jeudi 31 novembre 2012, marée exceptionnelle de 140 cm, nous commençons aussi à voir de l’eau montée dans les rues du Lido….

021

Le restaurant «L’Africa» à deux pas de chez nous….

031

C’est notre gargote préférée, 30 ans que je fréquente ce resto….
Les copains qui sont venus nous rendre visite et la famille de France le reconnaitront facilement….

04

Les passages pour piétons communément appelés «passages cloutés» sont devenus «passages mouillés»….

051

Que les vénitiens et les vénitiennes, une fois chaussés de bottes, empruntent tout à fait naturellement…..

061

Comme si c’était la chose la plus normale….

072

Ben quoi, quelques centimètres de flotte n’arrêtent personne ici….

081

Et la «Billa» le petit supermarché emblématique du Lido, ouvert 7 jours sur 7, est aussi envahi par les eaux….

091

Mais tout le monde continue d’y faire ses courses comme si de rien n’était….

101

Les trottoirs de la Via Santa Maria Elisabetta, les champs Élysées du Lido, sont devenus un long fleuve tranquille….
Ah oui, les sur-bottes bleues qui marchent avec précaution, ça c’est des touristes….

111

Le nouvel embarcadère du Lido est hors d’eau, juste la rue à traverser pour l’atteindre….

121

Ceux qui ne veulent pas s’humidifier les pieds empruntent la passerelle….

131

Sinon, la paire de bottes suffit….

141

En général il faut descendre du quai de l’embarcadère pour atteindre en contrebas le ponton d’embarquement du vaporetto….
Aujourd’hui, c’est le contraire, le ponton est maintenant bien plus haut que le quai….

151

Là, on voit nettement les passerelles inclinées vers le haut au lieu de descendre comme habituellement…

161

Nous ne pouvons plus passer sous le  pont que nous empruntons de coutume avec nos bateaux pour aller boire un spritz «chez Luca» notre bar attitré…. Va falloir attendre la marée basse….

172

Mais enfin !…. Cette hauteur exceptionnelle d’eau ne dure que DEUX HEURES !…. Le temps d’atteindre et de redescendre du pic de marée….
Il n’y vraiment pas de quoi en faire un drame, c’est assurément ce que pense ce «Gabiano» qui prend son chemin de ronde sur cette terrasse en front de lagune….

181

Pour des insulaires comme lui, comme nous, cela ne nous empêche pas de contempler notre lagune devant le pavillon vénitien qui flotte au vent….

191

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 8 Commentaires »

NICOLO’ -DOTTORE MAGISTRALE IN SIENZE AMBIENTALE-

Posté par Claudio Boaretto le 1 novembre 2012

Nicolo’, c’est mon petit cousin….

NICOLO’ -DOTTORE MAGISTRALE IN SIENZE AMBIENTALE- dans Venise : évenements 01

Soit le fils de ma cousine germaine, Lydia Nicolaj….

02 dans Venise : évenements

J’ai déjà évoqué les origines de la famille Nicolaj, ma branche maternelle, dans le billet ci-dessous :
 http://boaretto.unblog.fr/nicolaj-dynastie-nautique/

03
L’aïeul Giovanni Nicolaj

Jeudi 25 octobre 2012, Nicolo’, en compagnie de 8 autres étudiants, après 5 années d’études, présentait officiellement sa thèse afin de décrocher le diplôme de :
DOTTORE MAGISTRALE IN SIENZE AMBIENTALE
Nous pourrions traduire en français par
Docteur Magistral en Sciences Environnementales….

Cela se passait au «Palazzo Dolfin», près de Ca’ Foscari….

En attendant que les 9 récipiendaires présentent chacun leur thèse, Toute la famille patiente dans les jardins du Palazzo Dolfin….

4

05

Les cousins, les oncles, les tantes….

06

Sans oublier, de gauche à droite, Fulvia, la sœur de Nicolo’, Gino, le Papà de Nicolo’, et Alberto, son grand-oncle, qui est aussi mon père et le grand-père de Flo….

071

La proclamation des résultats approche, et le public est convié dans la prestigieuse «Salle des Miroirs» du Palais Dolfin….

08

La «Salle des Miroirs», lustre, plafond, miroirs, de toute beauté….

09

Tandis que les professeurs délibèrent dans une salle adjacente, les neufs récipiendaires sont assis au premier rang….
Et Nicolo’ fait un petit coucou à mon appareil photo….

10

En face, l’estrade où prendront place la présidente et ses assesseurs….

11

À côté, l’étendard de l’Université de Venise….

12

L’attente se prolonge, les étudiants s’impatientent, ça se remue, ça se retourne….

13

Voici enfin les professeurs, Présidente et Assesseurs….

15

Les neufs futurs lauréats se lèvent….

14

La présidente prononce son discours….

16

Attentivement écoutée par les récipiendaires….

171

Nicolo’, appelé en second, s’approche de l’estrade officielle….

18

Stoïque, au garde-à-vous, pendant que la présidente proclame ses résultats….
Le travail des étudiants est noté sur 110….

19

Nicolo’ obtient 110/110 !….
Les professeurs applaudissent….

20

Un moment de bonheur pour Nicolo’, et sa famille….
Il serre la main de la présidente….

21

ainsi qu’à tous les professeurs….

22

Retour à sa place…

23

Avec un prestigieux diplôme dans les mains….

24

25

La proclamation terminée, toute la famille se retrouve dans un petite osteria non loin de là, au Campo Santa Margherita, où Gino, le papà de Nicolo’,

26

 A fait préparer un apéritif dinatoire….

27

avec prosecco….

28

sans oublier le Spritz à l’Aperol….

29

C’est parti, et que la fête commence….

29-bis

Vous avez remarqué au milieu la ravissante Fulvia, ma petite cousine et sœur de Nicolo’…. Une ressemblance certaine avec Monica Bellucci, moi qui ai approché les deux, je puis vous affirmer que l’une n’a rien à envier à l’autre….

29t

Toute la famille se retrouve pour casser la-croûte et  trinquer en l’honneur de Nicolo’….

30

Non sans avoir chanté, avant le repas, la chanson traditionnelle et obligatoire au nouveau diplômé :

«Dottore, dottore»
«Dottore del buso del culo»
«Vafanculo, vafanculo»

En français :
« Docteur, docteur»
« Docteur du trou du cul»….

Je ne traduis pas la dernière ligne, mais je suppose que vous avez tous deviné, la tradition parfois n’est pas ce qu’il y a de plus subtil ou délicat….

Après toutes ces émotions cela fait du bien de se restaurer en compagnie de son grand-oncle….

31

Un dernier petit sourire pour la «foto»….

32

Et toutes nos félicitations au «Dottore Nicolo’»…..

 

 

Publié dans Venise : évenements | 7 Commentaires »

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance