INCENDIE A L’HÔTEL EXCELSIOR DU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 30 avril 2014

Breaking news !….

Depuis ce midi, un incendie s’est déclaré à l’hôtel Excelsior du Lido, ce fameux palace 5 étoiles où descendent  les stars de Festival du Cinéma…..

Quand j’ai vu la fumée, je me suis rendu sur place, l’Excelsior se trouve à quelques centaines de mètres de chez nous…. Beaucoup de véhicules de pompiers devant l’hôtel….

01

En ce moment, il y a des travaux de restauration à l’Excelsior, évidemment c’est à cet endroit que l’incendie s’est déclaré….

02

Sur l’une des deux coupoles les plus hautes du bâtiment que le sinistre s’est produit….

03

Une étincelle fatale aurait mis le feu à une longue gaine que posaient les ouvriers….

04

Nous aurons plus de détails demain avec les infos locales…. Les « Vigile del Fuoco », les pompiers sont à l’œuvre…. L’extérieur  de la coupole est arrosé en permanence

05

La zone attaquée par le feu a été délimitée et mise sous contrôle….

06

La coupole est composée de cuivre et de bois, ce qui n’arrange pas la situation….

07

Les lances d’incendie n’arrêtent pas, je suppose pour refroidir le toit et qu’il ne soit pas la proie des flammes….

08

Une fumée intense s’échappe qui se voit depuis toute la lagune….

09

Mais elle n’arrête pas le travail des pompiers

10

J’entends gronder sans arrêt le bruit des tronçonneuses avec lesquels les pompiers attaquent le toit….

11

Ils passent des tronçonneuses aux lances à incendie….

12

Pour  maitriser le feu, il faut faire des ouvertures dans la coupole et enlever les plaques de cuivres, et travailler dans cette épaisse fumée….

13

Espérons que les dégâts ne seront pas trop graves et que ce fleuron architectural du Lido ne sera pas trop esquinté…..

14

Nous en saurons plus demain….

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 22 Commentaires »

LA REGATE «DEL BÒCOLO», VOILE AU TIERS, A L’ARSENAL DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 29 avril 2014

Vendredi 25 avril 2014, après la régate «Del Bòcolo» de la voile au tiers, les concurrents avaient rendez-vous dans le bassin de «l’Arsenale di Venezia» pour prendre un rafraichissement….

Cette entrée en matière demande quelques éclaircissements…..

Pourquoi la régate du «Bòcolo» ?….
Parce que nous sommes le 25 avril, et que le 25 avril c’est la fête de «San Marco», et qu’à la «San Marco» tous les vénitiens offrent à leur femme, à leur mère, à leur sœurs, enfin aux femmes de leur vie, un bouton de rose appelé «Bòcolo»….

Pourquoi à l’Arsenal de Venise, car les 25, 26 et 27 avril, les portes de l’arsenal ont été exceptionnellement ouvertes à la population vénitienne…. 

Pourquoi la «Voile au Tiers» ?…. Car c’est sur des bateaux traditionnels vénitiens, en général des «Sanpierote» (Sanpierota au singulier) avec les voiles traditionnelles vénitiennes que sont les «Vele al Terzo»….

Et la voile au tiers c’est quoi ?…. Je l’ai déjà expliqué dans des reportages précédents, c’est une voile en forme de trapèze dont le bord supérieur est transfilé sur une vergue dont le point de drisse (angle situé au sommet de la voile où la drisse est frappée)  est situé environ au tiers avant de sa longueur »….

Sur cette «foto», par une flèche rouge, je vous indique le point de drisse des voiles de cette «Sanpierota»….

00

Nous voilà donc dans le bassin de l’Arsenal de Venise où bientôt arriveront les concurrents de la régate…. Devant nous les bateaux qui servent à l’initiation des jeunes à la «Voga alla Veneta», cette manière si particulière de ramer des vénitiens….

01

Mais voici la première «Sanpierota», n°312, sur la «Medusa», un mât et un foc….

02

Suivie par la «Minokuromasanette», n° 246, même gréement, (heureusement que j’ai en main la liste par numéro des arrivants pour écrire son nom)….

 03

Chaque bateau a son nom et sa couleur de voile….  N° 286, la «Madona», deux mâts….

04

Voilà le peloton de voiles bariolées…. Il était de tradition parmi les anciens pécheurs de Pellestrina, d’où sont originaires  les «Sanpierote» (du nom de San Piero in Volta, premier village de l’île de Pellestrina, près du Lido), de teindre les voiles de couleurs vives ce qui permettait d’identifier n’importe quelle embarcation…. Les couleurs et les dessins représentaient la famille qui la possédait….

05

Admirons ces belles embarcations traditionnelles qui filent bien malgré un vent modeste…. La n°308, «Arzento Vivo» qui veut dire «Vif Argent»….

06

Le n°330, le «Fogo», je ne traduis pas, trop facile…. Un seul mât et un foc….

07

Ah, le n°1, la «Veriogloa», je ne traduis pas non plus, trop difficile !….

08

Ça commence à être une joyeuse pagaille entre les tours de l’entrée du Bassin de l’Arsenal….

09

Nous voyons maintenant un «Topo» bateau à la proue arrondie, plus grand et plus ventru que la «Sanpierota»…. Bateaux qui, équipés d’un moteur, servent beaucoup aux transports des marchandises dans Venise….

10

Comme aujourd’hui l’entrée est permise dans le bassin de l’arsenal pour tous les bateaux évoluant à rames ou à voile, voici ce que j’admire toujours, la «Voga alla Veneta» à deux rames croisées…. Je me répète, mais rame gauche dans la main droite et rame droite dans la main gauche, c’est une belle démonstration de « Voga »….

11

Maintenant que tous les voiliers sont arrivés, ou presque….

12

Certains commencent déjà à ferler les voiles…..

13

Plier les focs….

14

Ou carrément abattre toute la voilure….

15

16

Alors que, profitant du moindre souffle de vent, d’autres continuent à faire des ronds tout autour du bassin….

17

On ne pourrait les blâmer de profiter de ce plaisir….

18

Nous terminerons ce billet illustré par le bateau d’initiation de la « Voga alla Veneta » pour les plus jeunes….

19

Une fête franchement «Veneto-Vénitienne»….

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 14 Commentaires »

HUGO A BORD DU BELEM, JUSQU’A VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 24 avril 2014

Dans l’article précédent, je vous avais décrit l’arrivée du trois mats, Le Belem, à Venise, en vous précisant que mon artiste de gendre, Hugo H., (comme il signe ses tableaux) était embarqué à son bord, avec son ami Ugo, pour une traversée de 3 jours et 3 nuits, de Trieste à Venise, via la Croatie, en tant que traducteurs puisque les stagiaires du Belem, jeunes et anciens « Marinaretti », étaient de nationalité italienne, alors que le commandement et l’équipage de gabiers formateurs sont français, évidemment….

Du coup, mon satané gendre m’a refilé toutes ses « foto » en me demandant de d’écrire un article…. Dur, dur, pour moi qui n’ai pas vécu, hélas, cette superbe aventure, ni pris les « foto »….

Je vais vous les livrer, brutes de décoffrages, avec quelques commentaires succincts…. Mais les images sont très belles pour qui aime la marine à voile….

Découverte du Belem, amarré dans le port de Trieste…. Sans vouloir froisser personne, je dois avouer que l’environnement est moins tristounet à Venise….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voici l’intérieur de la cabine de pilotage, matériel de navigation, radar et GPS à bord, mais rien de trop sophistiqué comme dans les paquebots modernes….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les coursives sont  nickel chrome….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Départ de Trieste, au milieu d’une forêt de cordages, de câbles, d’étais, de haubans…. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les gabiers sont déjà dans la mature….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On les reconnait à leurs bottes marron clair, leur tenue de travail bleu foncé et leur couteau à la ceinture….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà les voiles déployées…. Spectacle magnifique !…. Il faut être en mer pour voir cela, impossible à quai ou au port….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trop beau !…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les gabiers surveillent les voiles, prêts à intervenir…. Au premier plan, celui-ci a son harnais pour remonter dans la mâture….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le grand mât, vu par l’arrière, majestueux….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au premier plan, le foc d’artimon et, juste au dessus, la marquise….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour le néophyte voilà un enchevêtrement inextricable à l’arrière du grand mât….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A bord, consignes de sécurité pour les stagiaires avec essai du gilet de sauvetage….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La « Bora », ce vent de Nordet, gonfle les voiles….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les « Marinaretti » montent aussi dans la mâture….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les cordages, bien entretenus et lovés aux pieds des mâts….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La petite passerelle qui permet d’accéder au Gaillard d’avant depuis le Spardeck, à l’ombre de la voile de Misaine….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les inévitables bouées….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les pointes du Grand Foc et du Faux Foc, on voit que le voilier gite un peu sous l’effet du vent….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis, et puis, hé bien et puis la mer, mille sabords !….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous reconnaissons bien là l’œil de l’artiste qui scrute les vagues et leur mouvement ondulatoire….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et les embruns….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hugo regarde les vagues et le ciel par tous les trous !….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Euh, j’arrête les vagues, trop de « foto », mais j’ai comme l’impression qu’Hugo nous sortira bientôt de sa palette une « marine »….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici on rabante les voiles (on les tient bien serrées après les avoir remontées) pour éviter qu’elles ne claquent dans le vent…. C’est à dire  fixer la voile ferlée sur sa vergue à l’aide de filins….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un joli clair de lune sur l’Adriatique, le regard de l’artiste est toujours présent….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au lendemain, nous retrouvons notre Hugo transmettant les instructions en italien à un jeune « Marinaretto » de l’école navale de Trieste….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Equipés du harnais, ils montent tous deux dans la mâture…. Mais le soleil en pleine face n’est pas très heureux pour la « foto »….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les voilà perchés tous les deux…. Vous noterez que les marchepieds, si j’ose dire, ne sont pas très larges….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les voilà qui grimpent de plus belle….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ils sont maintenant au plus haut du grand mât, sur la vergue du Grand Cacatois à 32 mètres d’altitude…. Faut avoir le cœur bien accroché….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Redescendons sur le pont, toujours d’une impeccable propreté, les cuivres brillant au soleil….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tous les cordages soigneusement arrimés et lovés le long du pavois….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’échelle pour monter sur la Dunette où est située la timonerie et la barre…. La Dunette n’est accessible qu’au commandement et à l’équipe de quart….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La barre  avec inscrit « Nantes » en son cœur de cuivre….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La cloche au pied du mât de Misaine utilisée pour annoncer les repas :
dix coups plus un coup, pour les premiers services de 11 heures et 19 heures,
dix coups plus deux coups, pour les seconds services de midi et 20 heures….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout le monde à table dans la batterie, l’espace dédié au logement et repas des stagiaires….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur les panneaux on peut lire les noms du commandant, des officiers et de l’équipage de gabiers instructeurs….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et la répartition des stagiaires et « Marinaretti »…. Nos deux traducteurs officiels sont inscrits, Hugo pour la flèche bleue, Ugo pour la flèche verte….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les couchettes des Marinaretti et des stagiaires….

37b

Et les sanitaires, impeccables !….

37c

Quand on n’est pas en manœuvre, on entretient le navire ; on enlève la rouille, on repeint, etc., toujours mille choses à faire à bord….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le commandant que nous voyons de dos à tribord sur la Dunette surveille la voilure et donne les ordres adéquats….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir commence à tomber sur l’Adriatique, ce n’est pas Hugo qui raterait cette palette de couleurs….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’horizon avec vue depuis l’arrière du Belem, sublime….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et le couchant au bâbord du voilier….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain vers 11 heures 30 arrivée à la bouche de port de San Nicolò du Lido de Venise…. Approche du remorqueur….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Accostage afin que le pilote vénitien monte à bord et prenne la barre du Belem pour rentrer dans la lagune de Venise….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et c’est parti, avec le « bout » accroché au remorqueur pour entrer au cœur de la Sérénissime….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La suite, vous la connaissez déjà, vous l’avez lu dans mon article précédent , sinon il est encore temps en cliquant sur ce lien : Arrivée-du-Belem

Claudio Boaretto, photos de Hugo Husson

Publié dans Venise : évenements | 17 Commentaires »

ARRIVEE DU BELEM, VOILIER TROIS MÂTS BARQUE, à VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 21 avril 2014

« C’est un fameux trois mats fin comme un oiseau »….

Comme dirait la chanson, mais le deuxième vers doit changer si l’on vient à parler du Belem :

« 12 nœuds, 540 tonneaux » de quoi être fier d’y être matelot….

Ce fut le privilège de Hugo, mon gendre, et de son ami journaliste Ugo, embarqués pour trois jours et trois nuits sur le Belem, de Trieste à Venise, via la Croatie, en tant que traducteurs pour transmettre les ordres du commandement Français à  l’équipage de « Marinaretti » italiens….

Un « trois mâts barque » me dirait vous, c’est quoi ? Facile à comprendre : c’est un navire à voiles de trois mâts dont le mât de misaine (à l’avant) et le grand mât (au milieu) sont gréés avec des voiles carrées, tandis que le mât d’artimon, (à l’arrière) est gréé avec des voiles auriques…. Une voile aurique, comme la voile au tiers, étant une voile quadrangulaire asymétrique, un peu en forme de trapèze, enverguée sur une vergue dont le point le plus bas est à l’avant…. Parfaitement illustré dans cette aquarelle du Belem toutes voiles au vent….

01

Pour en savoir plus sur le Belem, je vous invite à jeter un œil sur le site de la Fondation Belem qui vous dira tout ce que vous voudriez savoir sur ce bâtiment exceptionnel :

http://www.fondationbelem.com/

Ce samedi 18 avril 2014, le Belem est de retour à Venise, nous avons décidé de sortir en bateau  pour aller à la rencontre du Belem qui doit rentrer dans la passe de port de San Nicolò vers 11h30 et retrouver nos deux matelots Hugo et Ugo…. Rendez-vous à « San Piero de Casteo » où Flo vient nous chercher…. Gaetano, mon petit fils, est déjà debout sur la proue prêt passer le « bout » autour de la « Bricola » pour s’amarrer….

02

Et nous voilà parti, Florence à la barre, avec sa fille de 5 mois attachée à l’aide d’une grande écharpe sur sa poitrine, cool….

03

Sur la proue, « la gueule au vent » Gaetano et Pierre-André, le frère d’Hugo….

04

A l’arrière les femmes, Mireille, l’épouse de mon frère, et Amarande, la charmante fille au pair de Florence, sans oublier le teckel à poil long de la maison, Fritella….

05

Et au centre pour équilibrer le bateau, Flo bien sûr,  mon frère ainé, Renato, le maitre d’art de la famille, Guillaume, de dos le copain de Pierre-André, et votre serviteur caché derrière son objectif….

06

Nous arrivons à la sortie de la passe, le Belem à un petit quart d’heure de retard, mais le voilà tout là-bas….

07

Nous le laissons s’approcher, à l’arrière plan nous voyons le phare de « Punta Sabbioni », sur la terre ferme….

08

Les deux remorqueurs, « Pilote » comme on les appelle ici, on prit en charge le Belem qui rentre à moteur, un « bout » à l’avant, un « bout » à l’arrière, il est interdit, pour des raisons évidentes de sécurité, de rentrer à la voile dans la lagune

09

Je vois notre ami Ugo, debout sur le « spardeck »…. il regarde droit devant, il nous a pas vu alors que d’autres nous filment, pourtant mis à part la vedette de la « guardia di Finanza » nous ne sommes que deux bateaux à accompagner le voilier…. Je vous mets une petite flèche rouge pour repérer Ugo….

10

Je vous ai parlé du « spardeck »…. C’est quoi me diriez-vous ?…. Visionnez le petit plan ci-dessous et le Belem n’aura plus de secret pour vous :

10bis

Nous pouvons admirer le voilier à loisir…. La « dunette » où se trouve la barre, le poste de commandement et le quartier des officiers….

11

Le « gaillard d’avant »….

12

Ah, ça y est, nous voyons notre Hugo, l’artiste n’a pas les yeux dans sa poche, il nous a repéré immédiatement….

13

Zoom !….

14

Je dirige mon objectif sur la mature…. Il y a même un homme debout sur la vergue du « grand perroquet »…. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas peur du vide….

15

Je zoome sur le guetteur…. Nous constatons qu’il porte un harnais de sécurité, c’est rassurant….

16

Je vous ai parlé du « grand perroquet », aussi je vous livre le petit schéma suivant qui vous donnera le nom de toutes les voiles du Belem…. Il faut savoir que le Belem peut étaler 1200 m2 de voiles….

17

Le Belem est maintenant bien rentré dans la passe de port, nous voyons derrière la vedette de la « guardia di Finanza » qui a déjà contrôlé et éloigné deux ou trois bateaux qui s’approchaient trop près du voilier…. Ils ont tourné autour ne nous mais ne nous ont rien dit…. Soit nous avons l’air sympathiques, soit nous avons l’air innofensifs, soit nous respectons bien les règles de navigation…. Peut-être les trois en même temps….

18

Le sourire de Pierre-André qui n’est pas un marin d’eau douce…. Il a déjà embarqué, il y a quelques années, comme stagiaire sur le Belem

19

Le Belem, débarrassé de ses remorqueurs, mais avec un pilote vénitien à bord, vire sur tribord pour longer la rive sud de Venise et laissant le Lido derrière lui….

20

La grande « Motonave »de l’ACTV (l’Agence Communale de Transport Vénitien), semble bien petite près du Belem….

21

Le Belem maintenant double sur son bâbord l’île de « San Servolo »….

22

Un petit « Pilota » s’est joint à nous et suit le Belem….

23

Nous les doublons par leur tribord…. Apparemment leur mission est de filmer ou « fotografier » le voilier…. Pour cela ils utilisent un drone télécommandé….

24

Le drone s’envole….

25

Je flashe en plein vol le drone « fotografieur »

26

Maintenant, le Belem double par son tribord l’île verdoyante de « Sant’ Elena »…. On remarque sur les flancs du voilier la ligne de faux « sabords » peints en noir et blanc…. Pour ceux qui ne sont pas marins, les « sabords » étaient des ouvertures par lesquelles on faisait  passer les fûts des canons pour attaquer ou se défendre d’éventuels bâtiments ennemis…. Le Belem étant un navire marchand, les faux sabords, vus de loin, dissuadaient d’éventuels vaisseaux pirates d’attaquer le voilier….

27

La partie française de mon cœur se réjouit de voir le nom de la ville bretonne de Nantes à la poupe du bateau….

28

J’ai réussi à prendre nos deux hommes d’équipage en même temps…. Ugo, en haut qui nous a toujours pas calculé, et Hugo en bas qui s’amuse à nous regarder….

29

Gros plan !….

30

Alors là, je suis content !…. c’est la raison pour laquelle Florence a navigué sur tribord…. Pour pouvoir prendre la « foto » du Belem entre les deux campaniles, de San Giorgio Maggiore et de San Marco…. Tout un symbole !….

31

Le voilier s’approche lentement de la « Riva San Biàgo » où il va accoster…. Cette foto nous permet de bien voir les pavillons arborés par le Belem…. Sur le mât de misaine, le pavillon du lieu où l’on mouille, en l’occurrence le pavillon italien et le pavillon vénitien…. Sur le grand mât, le pavillon de la fondation Belem, l’armateur du navire…. Sur le mât d’artimon, le pavillon de la Caisse d’Epargne, grand mécène qui a acheté ce bateau pour ensuite le donner à la fondation Belem… Enfin à l’arrière, le pavillon de la nationalité du navire, soit le pavillon français….

32

Et c’est un accostage tout en douceur, plus cool qu’un vaporetto, que réalise le pilote vénitien à la barre du Belem, bravo !…. Nous voyons également, comme sur la foto précédente, le drone « fotografiant »  la manœuvre d’accostage…. Je vous ai mis une flèche rouge pour le repérer….

33

Nous doublons le Belem….

34

Pour passer devant la proue….

35

Et nous engager dans le « Rio dell’ Arsenale »….

36

Toujours avec Flo à la barre, et accoster sur le quai de la « Fondamenta dell’ Arsenale »….

37

Aussitôt pied à terre, je vais près du Belem où enfin Ugo nous aperçoit…. Ciao Bello !….

38

Hugo sur le pont inférieur, vêtu aussi du polo blanc des marins du Belem… Il est 12h30, mais suite aux formalités administratives et de douanes l’équipage n’a pas le droit de mettre pied à terre avant 16 heures….

39

Pendant ce temps, sur le quai de l’Arsenale nous débouchons le « Prosecco » (champagne vénitien) pour fêter le retour du Belem, d’Hugo et Ugo… Susi, la femme d’Ugo nous a rejoints….

40

Ainsi que notre ami journaliste Manfred et sa femme Caroline qui partagent avec nous la « Colomba », le gâteau pascal….

41

Nous terminerons ce reportage festif par le charmant sourire à sa Maman de Charlotte qui n’en est pas à sa première virée en bateau….

42

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 22 Commentaires »

LES « ALTANE » SUR LES TOÎTS DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 11 avril 2014

Suite à mon reportage sur les cheminées vénitiennes, que vous pouvez revoir : ICI, je me devais de vous parler de ces constructions bizarres, typiques des toits vénitiens et qui tutoient les dites cheminées : les «Altane»….

01

Les «Altane» ne sont pas des terrasses au sens propre du terme…. Nous pourrions traduire ce mot en faisant un mixte entre belvédère et mirador…. C’est un plateau de planches de bois posé sur le toit, exposé au soleil et à tous les vents, soutenu sur des piliers de pierres ou de briques,  généralement au flanc d’une lucarne à laquelle on accède en passant par les combles des maisons….

02

Pour se plaire sur ce plancher de bois, souvent à claire voie, laissant passer l’air et la lumière, il ne faut pas avoir le vertige ou peur du vide….

03

La construction des « Altane » remonterait au XIIème siècle…. Toujours à cause de la densité du tissu urbain et de la concomitance des canaux et de l’eau, de nombreuses maisons ne pouvaient prétendre à une cour ou un jardin privatif…. C’est par  la construction de ces «altane», originales et typiques, que les vénitiens récupérèrent de petits espaces aérés et ensoleillés, bénéficiant de points de vue remarquables sur la cité et la lagune….

04

A une certaine époque la plupart des maisons de venise possédaient leur «Altana», puis, du fait de leur entretien difficile de par leur construction en bois et suite diverses interdictions de la République vénitienne,  de nombreuses disparurent, pour réapparaitre de plus belle à partir du XVème siècle….

05

Tout le monde a entendu parler du «blond vénitien»…. Jadis, Il n’existait  pas de teintures chimiques comme aujourd’hui pour se colorer les cheveux….Lors, pour acquérir cette belle couleur dorée, les vénitiennes se séchaient les cheveux au soleil des «Altane»….

06

C’était tout un cérémonial ; elles revêtaient un châle blanc, en général en soie, le «schiavonetto», et se coiffaient de la «solana», ce chapeau de paille à large bord mais sans fond, permettant ainsi d’étaler les cheveux sur les rebords de la «solana» qui servait alors simultanément de séchoir et d’ombrelle pour protéger le teint pâle de ces dames, comme l’illustrent les croquis ci-après….

new06a

A défaut de teintures comme on en trouve aujourd’hui dans les salons de coiffure, ces dames, avant d’étaler leur longue chevelure sur les rebords de la « solana » se l’imprégnait de mixtures dont elles gardaient jalousement le secret…. Sur un bouquin de 1865, nous trouvons la recette d’une de ces mixtures que je vous livre in extenso :

«Lume di rocca oncie sei, vitriolo oncie quattro, salnitro oncie due, il tutto distillato con acqua – oglio di miele e rosso d’ovo mischiato assieme – lissiva di cenere di vite, paglia di orzo, scorza di liquerizia, limature di bosso, e zafran, comin, reobarbaro tagliato a minuto e posto in decorazione di foglie, e ramificazione di ghi, lasciandolo sopra fuoco lento dopo alquanto bollito; indi con una sponga spesso si bagna i capelli, e si asciugano al sole« . » 

new06b

C’est écrit dans un mélange de vieil italien et de dialecte venete….  J’ai eu recours pour une meilleure traduction à ma cousine vénitienne, Lidia, qui parle très bien le français….

«6 onces d’Alun de roche, 4 onces de Vitriol, 2 onces de salpêtre, le tout distillé avec de l’eau – huile de miel et jaune d’œuf mélangés – de la lessive à la cendre de vigne, paille d’orge, écorce de réglisse, râpure de buis, safran, cumin, rhubarbe coupée tout petit et mis dans une décoration de feuilles, et des branches de gui. Laisser le tout sur petit feu après l’avoir fait bien bouillir; puis à l’aide d’une éponge se baigner souvent les cheveux et les sécher  au soleil.»

Fichtre !…. Comme me dit ma cousine Lidia avec son bon sens vénitien :
«secondo mi se quelchidun prova a far sta tintura el resta peoco», je traduis :
«selon moi, si quelqu’un essaie de se faire cette teinture il se retrouvera chauve»….
Quatre onces de vitriol, ça fait environ 120 grammes, même distillés dans l’eau, faut vraiment avoir envie de blondir !….

07

Du temps de ma grand-mère, les « Altane » servaient aussi à étendre le linge…. Aujourd’hui cela se fait beaucoup moins…. On y va bronzer avant que d’aller se pavaner en été sur les plages du Lido…. Souvent on y déjeune ou on y dîne en famille ou entre amis…. Chez nous,  le jour de Pâques en  général, quand le temps le permet, toute notre famille déjeune sur « l’Altana »….

08

Nous allons nous faire un petit inventaire des «Altane»,  en commençant par les plus grandes…

09

10

Suivies par les plus petites, plus sympathiques et plus typiques….

11

12

13

14

Certaines « Altane »  sont malheureusement perverties en local de service, envahies par les paraboles et les antennes de TV….

15a

 Ou avec les extracteurs d’air des appareils de climatisation….

15b

Avec ces machins qui soufflent l’air chaud, ça doit être intenable là-haut….

16

Je préfère de loin celles où les propriétaires installent chaises, fauteuils et tables pour profiter paresseusement du soleil…

17

18

19

20

21

Et une préférence incontestable pour les « altane » fleuries….

23

24

25

26

Une mention spéciale pour celle-ci où l’on étend encore le linge !…. Quand gamin, je passais mes vacances chez ma grand-mère, je l’accompagnais toujours lorsqu’elle étendait le linge sur «l’Altana»….

27

Pour compléter ce reportage, je vais vous faire monter sur la «Altana» de ma cousine Stefania…. La maison étant très haute et les «calle» étroites nous n’avons pas assez de recul pour l’apercevoir entièrement depuis le sol…. Nous voyons juste un petit morceau de la balustrade….

28

4 grands étages à escalader, (et les étages vénitiens font plus de 3 mètres), plus l’étage des combles, nous passons par la lucarne et nous voici sur «l’Altana»….

29

Déjà ma cousine et ma compagne installent les chaises longues….

30

Et les voilà toutes les deux installées, direction le sud, face au soleil !…. Elle est pas belle la vie ?…. Dans le petit coin de lagune on aperçoit l’île de «San Clemente» dans la lagune sud….

31

Pour nous récompenser de l’escalade, la vue imprenable sur les toits des «sestiere» de «Castello» et «San Marco»….

32

Tout près de nous, l’église du quartier, «San Isepo» où mes parents se sont mariés le 10 mai 1941….

33

Un peu plus au Nord-est, mais toujours près de nous, la basilique de «San Piero de Casteo» où ma mère allait au catéchisme, et ma grand-mère avant elle….

34

Au Nord, les toits des «Tese» de l’Arsenal, et la vieille grue désormais classée monument historique….

35

Si notre regard se porte un peu plus au Nord-nord-ouest nous découvrons le campanile de «San Francesco delle Vigne»….

36

Un peu plus vers l’Ouest la monumentale église de « San Giovanni e Paolo »….

37

On continue dans la même direction et nous reconnaissons le campanile de «Santa Maria Formosa»….

38

Carrément à l’Ouest, nous avons au premier plan, car à côté de chez nous, l’église « San Francesco di Paola » qui donne sur la via Garibaldi…. Au second plan un campanile qui me dit quelque chose, c’est comment son nom déjà ?….….

39

Nous descendons un peu, Ouest-sud-ouest, et c’est la fameuse église de «La Salute»….

40

Je prends quelques instants pour remplacer l’objectif de mon appareil « foto » par un téléobjectif puissant et je dirige mon regard plein sud sur l’île de «San Clemente» que nous avons aperçu en tout petit tout à l’heure… Bien sûr, la « foto » n’est pas très nette car nous sommes à plusieurs kilomètres, mais nous distinguons quand même la couleur des bâtiments….

41

A l’Est beaucoup plus près, l’île de «la Certosa» et sa marina….

42

Zoom sur la « Barena » typique de la lagune…. (En français nous pourrions traduire « Barena » par « Laisse », partie de terre ou de plage alternativement couverte et découverte par la marée)….

43

Au Nord-est, le promontoire végétal qui avance dans l’eau, c’est un bout de l’île des «Vignole» et les quais derrière, c’est l’île de «San Erasmo»….

44

Et plein Nord, je tombe droit sur l’île de «Murano»….

45

On ne s’ennuie pas sur une «Altana»…. Mais revenons plus près…. Au début de ce billet illustré je vous ai montré les «Altane» vues du sol, vues d’en bas…. Ici, nous les voyons maintenant d’en haut,  avec un regard sur les planchers typique de bois….

46

Et l’on distingue bien les petites lucarnes par lesquelles on accède….

47

Et si nous ne sommes pas plus hauts, nous sommes au moins à la même hauteur que nos voisines….

48

49

Et puis on peut s’attarder sur des détails pittoresques, comme cette cheminée à paliers….

50

Ou  ces vieilles cheminées d’époque…. Je ne m’y hasarderais pas à faire du feu, ni à stationner à leur aplomb….

51

Ou encore ce clocher de la chapelle d’un ancien couvent de « chères sœurs » qui donnait sur la Via Garibaldi….

52

Et puis alors, j’ose à peine vous le dire, depuis les « Altane » nous pouvons en surprendre certains qui, se croyant à l’abri des regards indiscrets, se livrent en toute impudeur à des ébats amoureux….

Shocking !….

53

Après ce tour d’horizon quasiment complet, quand vous passerez par Venise, n’oubliez pas de lever le nez pour voir toutes ces curiosités, ce que ne fait pas souvent le touriste lambda…. Mais il a des circonstances atténuantes car il est tant de choses à découvrir à Venise….

Claudio Boaretto, ciò !….

Publié dans Venise : curiosités | 32 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance