• Accueil
  • > Archives pour juillet 2014

LE RAINBOW WARRIOR À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 29 juillet 2014

Tous les navigateurs célèbres, tous les bateaux mythiques font escale au moins une fois dans leur vie à Venise, cette cité où artistes et marins se rencontrent et se complètent…

Le bateau légendaire de la fameuse « Greenpeace » n’échappe pas à la règle… En tant que vénitien, j’aime cette «foto» sur la «Riva degli sette martiri» avec la proue du «Rainbow Warrior» devant ce lampadaire typique de la Sérénissime et le campanile de «San Giorgio Maggiore» en toile de fond…

01

En naviguant sur la lagune, nous avons cette première vision du «Rainbow Warrior» accosté sur les quais du «Sestiere de Castello»…

02

«Rainbow Warrior», quel nom magnifique, le «Guerrier de l’Arc-en-ciel», tout comme l’action exemplaire de cette association…

Si nous voulons être plus précis, nous dirons que c’est le «Rainbow Warrior III»… De triste mémoire, nous nous souvenons tous de la lamentable affaire du premier «Rainbow Warrior», opération commanditée par François Mitterrand et à laquelle le gouvernement et les services secrets français prennent part en 1985, en coulant le navire amiral de l’organisation écologiste, qui faisait route vers Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français. Le photographe Fernando Pereira périra dans le naufrage…

03

Le second «Rainbow Warrior» construit en 1957 comme chalutier, le «Grampian Fame» est racheté en 1987 par Greenpeace. Après d’importants travaux il prit la mer le 10 juillet 1989, le jour du quatrième anniversaire du naufrage du premier navire… Le 16 août 2011, pendant la construction du «Rainbow Warrior III», le «Rainbow Warrior II» est légué à Friendship, une ONG du Bangladesh qui en fera un hôpital flottant. Il est rebaptisé Rongdhonu, qui signifie « arc-en-ciel » en bengali…

Le nouveau « Rainbow Warrior » est le premier bateau construit «sur mesure» par Greenpeace pour répondre aux besoins spécifiques des actions menées en mer et sur terre…

04

Nous pouvons lire les banderoles affichées entre les deux mats :

«SAUVEZ LE CLIMAT, IL N’Y A PAS DE PLANETE B»…

05

Je me suis renseigné sur les spécificités techniques de ce beau bateau :

Le «Rainbow Warrior III» est un voilier : il utilise le vent comme principale source d’énergie et, lorsque les conditions l’exigeront, un moteur électrique diesel pourra prendre le relais…

La chaleur du moteur et des générateurs est récupérée et recyclée pour chauffer les cabines et pour le préchauffage du moteur…

Les eaux usées sont retraitées et purifiées grâce à un système biologique…

06

Grâce à l’espace flexible qu’offre le bateau, les scientifiques ont la possibilité d’effectuer leurs analyses à bord, sans devoir attendre de retourner sur la terre ferme…

Les grues situées à l’avant et à l’arrière du bateau permettent l’embarquement d’équipements scientifiques volumineux, pouvant peser jusqu’à huit tonnes…

07

Grâce à l’hélicoptère et à sa piste d’atterrissage, l’équipage a la possibilité de faire du repérage à bonne distance ou de faire le lien avec les gens restés à terre quand le bateau est au large…

Avec une vitesse de pointe de 15 nœuds, le «Rainbow Warrior III» peut suivre de près les navires industriels…

Des bras articulés permettent de mettre à l’eau en quelques minutes les trois zodiacs du «Rainbow Warrior III», même avec des vagues de 3,5 mètres de haut…

08

Où que soit le navire, le système de communication satellite embarqué assurera le relais des actions ou des interviews auprès des médias internationaux, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

La salle des radios est protégée par une porte cloison en acier. Aussi, la transmission pourra se poursuivre même en cas d’abordage…

Depuis le nid-de-pie, qui s’élève à 50 m de haut, les bateaux pratiquant la pêche illégale peuvent être repérés jusqu’à 24 km au loin…

09

Sur ce beau bateau, aucun artifice superfétatoire comme on a l’habitude de voir sur les yachts de luxe qui s’amarrent souvent à Venise…

09B

La banderole à la poupe affiche le refus des énergies fossiles, en réaction à la politique de Matteo Renzi, président du conseil italien et de son gouvernement qui semblent de nouveau vouloir prendre la route erronée : celle du carbone et du pétrole et autres ressources fossiles, tel l’Allemagne et son charbon…

10

Je partage totalement l’avis de « Greenpeace » à ce sujet et je soutiens ses actions… La « Paix Verte » comme indique son nom…

Même les équipiers de ce bateau ont une allure sympathique…

12

Gros plan sur cette bonne «gueule» de barbu qui me rappelle étrangement ma jeunesse…

13

Si j’avais 30 ou 40 ans de moins, je ferais tout mon possible pour embarquer sur ce voilier légendaire et militer pour leurs nobles cause. À l’époque, j’étais assez tête brûlée pour prendre tous les risques…

14

Sur le quai, Greenpeace a monté un petit stand que l’on distingue à gauche sur cette «foto»…

16

Zoom sur le stand…
Depuis ce dernier, attenant à la passerelle, des visites gratuites du bateau sont organisées pour le public…

16B

Content de t’avoir rencontré «Guerrier de l’Arc-en-ciel»,
et bon vent…

18

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 17 Commentaires »

UN MAITRE VERRIER DE MURANO, L’ÎLE DES VERRIERS DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 28 juillet 2014

Les défaitistes chroniques nous diront que les fours ferment à Murano, cette île de la lagune vénitienne, spécialisée dans l’art du verre et dont la réputation mondiale n’est plus à faire…

Et bien nous, nous avons découvert un maitre verrier qui vient d’ouvrir son nouveau four à Murano… Ce n’est pas une grande « Fornace » avec des dizaines d’ouvriers travaillant à la chaîne, c’est une petite structure artisanale de natifs de Murano composée de 4 personnes…

Le maitre verrier…

01

Son assistant…

02

Le troisième associé en charge de la fabrication des perles pour colliers, bracelets et autres…

03

Et l’épouse du Maitre verrier pour l’administration et la vente…

04

Mais n’oublions pas le principal collaborateur, le four ! La « Fornace »…

05

Nous avons pu assister, entre autres, à la fabrication d’un vase par le maitre… J’ai rarement eu si chaud pour faire des « foto », j’étais à 3 mètres du four dont la température atteint les environs de 1500° !…

06

Une fois le mélange vitrifiable fusionné au bout de la longue sarbacane,

07

Le maitre travaille le verre à l’aide d’outils, plus spécialement une paire de pinces qui lui sert à sculpter le verre…

08

Bien sûr, il faut souffler…

09

La sarbacane est toujours en mouvement rotatif, mouvement qui façonne le verre pour conserver sa symétrie…

10

Et la pince revient en action…

11

On retourne au four pour conserver la malléabilité…

12

Et l’on souffle encore… On s’aperçoit alors que le geste du souffleur est très technique… Exactement la même position que tout à l’heure…

13

Et le maitre fait tournoyer très rapidement la sarbacane…

14

Une petite vidéo de 1’20’’pour appréhender la gestuelle du maitre verrier et le retour incessant à la « Fornace »…

Image de prévisualisation YouTube

Un dernier coup de patte…

15

Et voilà le travail ! Bravo l’artiste…

16

Pour nous faire plaisir, le maitre nous a fait un petit cheval de verre, démo emblématique de Murano et souvent proposée aux touristes…. Démonstration du savoir-faire indispensable d’un maitre verrier de Murano qui doit impérativement savoir effectuer ces petites manipulations précises…

Image de prévisualisation YouTube

Et voilà l’animal !…

17

Petit cheval qui passera quelques temps dans les fours intermédiaires en guise d’écurie afin qu’il puisse descendre lentement en température… Car il faut savoir qu’un objet sortant de la « Fornace » s’il est laissé à l’air libre ambiant, à cause du choc climatique, explosera forcément en mille morceaux …

17B

N’oublions pas la fabrication des perles… On chauffe le mélange vitrifiable avec un vrai chalumeau dédié sur lequel on lit l’inscription « MURANO »… il est fortement déconseillé de passer un petit doigt devant, il serait calciné dans la seconde…

18

Une fois le mélange vitrifiable chauffé au point de devenir une petite boule de verre malléable,

19

Elle est présentée devant la pince adéquate,

20

Que l’on serre fortement pour lui donner sa forme…

21

Tout cela décliné en plusieurs tons, plusieurs formes selon les pinces, un travail de patience et de précision… Puis elles sont mises à refroidir sur les fameuses tiges qui moulent le trou dans la perle…

22

À côté de l’atelier, le petit magasin d’usine exposant le travail des verriers de la petite entreprise…

23

Les stalactites et les stalagmites de Murano, en haut les lustres, en bas les chandeliers…

24

Une stalagmite…

25

Une stalactite…

26

Les verres de couleur, très chargés, très travaillés, typiques de Murano

27

Ou transparents et un peu moins chargés…

28

Il y en a pour tous les goûts, les « classiques » de la fabrication Murano, mais aussi des créations plus modernes, plus « design »

29

30

31

Nous restons admiratifs devant la beauté de certaines pièces…

32

Florence, ma fille, et Hugo, mon gendre, ont été ravis de découvrir cette petite manufacture où l’on peut assister à toutes les étapes de la fabrication des créations de Murano, vases, lustres, comme celui-ci par exemple en cours de fabrication dans l’atelier…

33

Manufacture qui contient aussi le vrai atelier de perles…

33B

Ils se sont mis d’accord avec Fabio, le maitre verrier, et son épouse pour que leurs clients de VENISEJETAIME soient accueillis et puissent l’observer dans son travail. Et contrairement à certaines grosses sociétés de Murano, là on peut voir le Maitre verrier qui travaille vraiment, il ne s’agit pas d’une « démonstration » pour les besoins de la cause. Pour ce faire, il faudra aller visiter la verrerie le matin car l’après-midi on ne travaille plus sur les fours à cause de la trop grande chaleur…

Le voir s’activer pour créer ces objets merveilleux est captivant ! 

34

Lors de la réservation des Chambres d’hôtes ou d’un appartement le client pourra prendre « l’option » visite de Murano et on lui remettra alors, pour 10 euros de plus seulement, un dépliant avec une belle carte au dos pour trouver facilement la manufacture de verre cachée dans les petites « calle » de Murano.

35

Sur présentation du dépliant de VENISEJETAIME ils pourront aussi retirer un « présent » à choisir parmi ceux sélectionnés par Hugues et Flo : photophore, verre, bracelet etc. (et dont certains créés spécialement)… 

Ensuite ils auront accès au magasin d’usine ce qui est très intéressant par rapport aux prix pratiqués dans les magasins d’exposition ! 

Mais comme VENISEJETAIME (qui ne tire aucun bénéfice pécuniaire dans cette opération) préfère n’imposer aucune contrainte, il sera également possible de visiter sans le petit présent et sans rien payer. (Mais c’est vrai que ce serait moins pratique et peut être moins sympathique pour l’atelier…)

Claudio Boaretto

 

 

Publié dans Venise : curiosités | 27 Commentaires »

CONCERT DE HARPE A LA FENICE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 20 juillet 2014

Vendredi 18 juillet 2014 à 18 heures, c’était au théâtre de la Fenice de Venise que se déroulait le concert de Harpe de Nabila Chajai…

00

Nabila est une « franco-vénitienne », autant dire que nous étions là, à l’heure, pour venir l’applaudir…

01

Le programme était consistant, de quoi ravir les amateurs…

02

Le concert se déroulait dans la belle salle « Apollinee » de la Fenice, sous les splendides lustres de Murano…

03

Voici la ravissante Nabila dans ses œuvres…

04

Une petite biographie pour que vous fassiez plus ample connaissance avec Nabila :

« Nabila Chajai a commencé ses études musicales à l’École Nationale de Musique de Colmar où elle fut diplômée en Harpe et en violon, se distinguant déjà aux concours internationaux Martine Géliot et Marcel Tournier. Elle poursuit ses études de Harpe au Conservatoire National Supérieur de Paris où elle est diplômée avec Isabelle Moretti. Suit ensuite un Master au Conservatoire National Supérieur de Lyon dans la classe de Fabrice Pierre. En 2004, elle obtient le second prix au Concours International de l’ARD de Munich en Allemagne, ce qui lui offre l’opportunité de jouer avec quelques-uns des meilleurs musiciens de sa génération, parmi lesquels le Quartet Ébène, Antoine Tamestit, Magali Mosnier, Jérôme Pernoo. Parallèlement à son activité de soliste, elle collabore régulièrement avec d’importants orchestre européens parmi lesquels : Lucerne Festival Orchestra, Mahler Chamber Orchestra, Orchestre Mozart dirigé par Claudio Abbado, Berliner Philharmoniker, Philarmonique de Radio France, Orchestre National de France,, Philarmonique de Strasbourg, de Lille, Radio de Berlin, RAI de Turin, Philarmonique d’Anvers, Philarmonique de Liège, Sinfonika de Bilbao. »

05

Depuis mai 2011 Nabila est la première harpe de l’Orchestre du Théâtre de la Fenice de Venise…

« Simultanément Nabila fait partie de divers groupes de musique de chambre parmi lesquels l’Ensemble Laboratorium (musique contemporaine), le Duo Senza Misura avec le mezzosoprano Isabelle Druet et le Duo Psyché avec le flutiste Zacharie Braiek. Son éclectisme la porte à se passionner d’ethnomusicologie et de la pratique de musiques extra-occidentales comme la musique javanaise et le gamelan. Elle est en train de développer un projet avec harpe et santûr, un instrument persan dérivé de la harpe, projet qui associe la musique occidentale et la musique perse classique et traditionnelle. »

06

La harpe est un magnifique instrument qui mérite d’être découvert, surtout quand il est joué par une virtuose…

L’aplat des mains permet d’arrêter le son quand il convient…

07

Mais étonnement, le ou la harpiste ne sert pas que de ses deux mains, les deux pieds sont aussi de la partie…

08

D’après ce que j’ai pu constater, 4 pédales pour le pied gauche, trois pédales pour le pied droit, ou vice et versa, je ne sais pas…

09

Entre deux morceaux il faut souvent réaccorder la harpe…

10

Pour obtenir un meilleur son, Nabila a mis certaines cordes en boyau sur son instrument, cordes bien plus sensibles aux contraintes climatiques que les cordes nylon, surtout par la chaleur torride de ce vendredi de juillet, aggravée par l’humidité ambiante due à Venise et ses canaux…

11

Une fois l’instrument réaccordé, laissons place aux plaisirs de l’oreille…

12

Pour ceux qui désirent entendre le son, une petite vidéo de 1’34’’ filmée par votre serviteur, piètre amateur en la matière…

Image de prévisualisation YouTube

150 personnes dans la salle « Apollinee » parmi eux une dizaine « franco-vénitiens » venus soutenir Nabila… Allez, pour les copains copines, je vous les ai repérés…

13

Un véritable succès…

14

Nabila fut rappelée 4 fois !!!…

15

Au quatrième rappel, nous eûmes le plaisir d’écouter un ultime morceau…

16

Le bouquet de fleurs final…

17

Un dernier salut au public enthousiaste…

18

Ensuite, rançon de la gloire, la signature des autographes dans la salle adjacente…

20

J’en profite pour flasher le bas de la harpe et vous montrer les fameuses pédales au nombre de 7…

21

Et notre petite bande de « franco-vénitiens » s’est retrouvée au bar du coin du campo pour fêter le succès de Nabila dans la joie et la bonne humeur…

22

Un petit prosseco, indispensable après tant d’émotions….

23

Ambiance sympathique et détendue, Nabila nous apprend moult choses sur son art…

24

Ah, je suis aussi sur la « foto », l’affreux barbu à droite, ça c’est quand ma fille me pique mon appareil…

25

Tandis que Yannick à gauche et Esmeralda à droite font les belles devant l’objectif…

26

Mille bravos à Nabila, une véritable artiste et une grande musicienne…

27

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 8 Commentaires »

L’ABATTAGE DES ARBRES DU GRAN VIALE DU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 13 juillet 2014

Hier samedi 12 juillet 2014, manifestation contre l’abattage des 272 arbres qui bordent le « Gran Viale », la plus grande avenue du Lido de Venise…Je dis toujours avec humour, ce sont les Champs Élysées du Lido, notre petite île de 11 kilomètres sur 450 mètres de large en moyenne, une des rares îles de la lagune où la circulation automobile est permise …

00

Le « Gran Viale Santa Maria Elisabetta » est celle belle avenue arborée qui fait presque 700 mètres de long, (l’endroit le plus large du Lido) qui relie la Lagune à l’Adriatique… (La flèche rouge indique l’entrée de l’avenue, côté lagune, la flèche bleue, le rond-point terminal côté adriatique)…

01

Voilà que la commune de Venise, sous l’égide de son maire démissionnaire, Giorgio Orsini, a décidé l’abattage et le remplacement des 272 arbres sous prétexte qu’ils seraient TOUS malades ?!… Un joli marché adjugé à la société Insula qui, par ailleurs, a déjà obtenu les travaux en cours de réfection de toute l’entrée du Lido lorsque l’on descend du vaporetto… Depuis 6 mois, les travaux ne sont toujours pas terminés, nous vivons dans un chantier permanent…

Un regard sur l’avenue, au premier coup d’œil les arbres ont l’air de bien se porter, verdoyants sous le soleil de juillet…

02

Les associations locales environnementales et écologiques (Coordinamento delle associazioni ambientaliste del Lido, Lipu Venezia, Estuario Nostro, Gruppo Vegan Venezia, Pax in Acqua, Amico Albero, Italia Nostra e il Comitato Teatro Marinoni Bene Comune) se sont alors mobilisées, sous le regard bienveillant et participatif de la population, pour protester contre l’extermination de ces arbres… Car les écolos sont d’un avis différent sur la question comme en témoignent le tract ci-dessous…

003

Pour les mono-linguistes français, je traduis :

« TOUS LES ARBRES DU GRAN VIALE SONT DESTINES A ÊTRE ABATTU PENDANT L’ETE

Ceci est un legs incompréhensible et couteux de la municipalité communale passée

Les arbres du Gran Viale souffrent simplement des erreurs passées de plantation et de mauvais entretien.
il suffit donc d’agrandir les parterres drainants, arroser les jeunes arbres, planter des arbres où il en manque et les tailler de manière appropriée pour permettre une meilleure vitalité, et maintenir ainsi la coloration verte générale du Viale…

Nous demandons

Au Commissaire de bloquer immédiatement l’abattage des arbres déjà adjugé…

A la municipalité de donner finalement un signal de bon sens et d’appuyer cette requête »

Petite explication : on s’adresse au « Commissario » car le maire de Venise ayant démissionné suite à un financement illégal de sa campagne, c’est un fonctionnaire d’état nommé par le préfet qui gère les affaires de la commune de Venise en attendant les nouvelles élections…

Rendez-vous de la manif à 18 heures devant la « Billa » notre grande « superette » du Lido… Vous me connaissez, j’y étais…

04

Eux aussi !… D’ailleurs chaque fois que je vais à une manif, ils sont toujours là… Ces types doivent être de sacrés contestataires car ils n’en ratent pas une de manif…

05

La parole est donnée aux arbres :
« Ne me coupez pas, je veux vivre »…

06

Une des organisatrices explique la démarche et les raisons de la manifestation…

07

Le cortège se met en place pour occuper la voie…

08

Tout le monde est en place ?…

09

C’est parti…

10

Je mets sur le bord pour « fotografier » le cortège…

11

Il y a du monde, et ce ne sont pas que des petits jeunes qui défilent, tous les âges sont présents…

12

Les journaux d’aujourd’hui n’étaient pas d’accord sur le nombre de participants…

13

300 personnes pour le «Gazzettino di Venezia», plus de 1000 pour la «Nuova di Venezia», la moyenne des deux et nous serons presque bons…

14

Quelques arrêts en cours de route…

15

Pour encore et toujours expliquer la démarche…

16

Et on se repasse le portevoix…

17

De l’un à l’autre et le cortège continue…

18

En face les bus de l’ACTV sont bloqués…

19

Sinon, je m’attarde quelques instants auprès des arbres à sacrifier… j’ai beau les regarder de mon œil de néophyte suspicieux,

20

Je ne suis pas forestier, mis à part le petit rabougri à droite planté il n’y a pas longtemps,

22

Ils ne me semblent pas vraiment malades ou en pleine souffrance comme l’affirment les « techniciens » favorables à l’abattage…

21

J’ai tendance à croire plus en la parole des environnementalistes, mais encore une fois, méfiance, je ne suis ni forestier, ni scientifique…

23

Enfin, si c’est pour les remplacer par des petits arbustes qui mettront des années à pousser, le « Gran Viale » en perdra son charme et sa personnalité, alors qu’il fait si bon marcher à l’ombre de ces grands arbres… Quel dommage…

24

Le cortège est arrivé au bout du « Gran Viale » et l’on affiche les calicots :
« Sans arbres nous ne respirons pas,
commençons à prendre soin de la Nature
 »

25

Et le cortège repart en sens inverse…

26

Un bus tente le passage, mais il restera bloqué et dévié dans les rues parallèles par la police… Admirez au passage les frondaisons verdoyantes… Quel malheur d’abattre cela !…

27

Une dernière vue du « Gran Viale », circulation coupée, manif dans le fond et rangées d’arbres magnifiques sur les côtés…

28

Devant la force de l’administration, espérons que cette manifestation ne sera pas « un coup de pet de l’eau »…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 13 Commentaires »

CABANES DE PÊCHEURS DANS LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 11 juillet 2014

Chose promise, chose due, voici mon petit billet illustré sur les cabanes de pêcheurs dans la lagune de Venise, les «Cason» comme nous les appelons en dialecte vénitien… Vous m’accorderez toutefois un peu d’indulgence car j’ai pris toutes ces «foto» à l’arrache… En effet, nous avions rendez-vous avec les cousins et cousines pour une fête familiale justement sur un de ces «cason» et nous étions en retard d’une bonne heure déjà, si ce n’est plus… Du coup, Hugo à la barre a mis les gaz à fond et j’ai eu du mal avec mon téléobjectif pour prendre les «foto», bringuebalé par le bateau qui surfait et sautait sur les vagues… Pas le temps de choisir mes prises de vue, obligé de m’asseoir et de caler mon appareil sur le plat-bord, heureusement qu’il a un stabilisateur…

J’adore ces cabanes de pêcheurs typiques et mythiques de notre lagune…

01

Elles sont d’une dimension poético-folklorique, mais pas seulement…

02

Ce sont toujours des instruments de travail indispensables à nos pêcheurs locaux, en particulier à ceux des îles de Pellestrina et Chioggia… Sur celle-ci nous voyons l’outil en fer appuyé dessus, outil qui s’installe à l’avant des petits chalutiers pour pêcher les «vongole», en vénitien les « caparòzzoi », ces coquillages bivalves que l’on pourrait traduire en français par «palourdes» (un peu légère cette traduction… lol…

03

Certains n’ont pas de cabanes, juste un plancher où remiser le matériel, du même style que les planchers de bois des «Altane»…

04

Mais ces cabanes sont d’un pittoresque extraordinaire… Celle-ci, vue du nord-est, j’arrive à accrocher quelques reflets sur la lagune… Nous pouvons remarquer que toutes les cabanes ont orienté l’entrée plein sud, pas fous les pécheurs…

05

La même, vue du sud-ouest, nous allons trop vite, pas le temps de réfléchir, juste le temps de la mise au point avec le téléobjectif, nous sommes déjà presque trop loin pour visualiser les reflets…

06

Nous doublons ces cabanes dans un jet d’écume le long des «bricole» délimitant le chenal, une vue d’ensemble…

07

Je zoome sur la cabane de gauche, vraiment trop loin pour le moindre reflet, mais la cabane en elle-même vaut son pesant d’or…

08

Elles se ressemblent toutes sans toutefois vraiment se ressembler…

09

Chacune leur personnalité, je dirais même leur âme si je n’étais d’un athéisme forcené…

10

Mais j’aime aussi ces pals surgissant de la lagune où le pécheur range ses filets, ses nasses et ses piquets….

11

12

Encore une vue d’ensemble le long des «bricole» qui défilent, où nous traçons avec maintenant une heure et demie de retard…

13

Nous passons assez près de cette cabane avec, dans mon objectif, la possibilité d’accrocher les reflets dans l’eau, j’adore…

14

Voilà une des plus incroyables et des plus folkloriques cabane de la lagune !… Comme l’impression que la femme du pêcheur lui a refilé tout ce qu’elle ne voulait plus dans sa maison…

15

Ça vaut bien une seconde «foto»… Apparemment il arriverait à rentrer dans sa cabane par la gauche… Pourvu que le ciel ne lui tombe pas sur la tête…

16

Bon, il y des pécheurs qui sont quand-même moins «bordéliques» !…

17

Quoique ?… Mais là c’est un fouillis esthétique, nous pourrions même croire à un peintre disposant son sujet…

18

Un toit coloré et les filets séchant au soleil…

19

Pour ne pas lasser (car j’en ai plein d’autres des «foto»), nous terminerons ce petit billet illustré sur cette dernière image prise d’assez près pour visualiser les reflets sur la lagune…

20

Heureusement, à la fin de notre course endiablée, nous attendait un «fritto misto» d’enfer, comme seuls savent faire les pécheurs, arrosé par quelques litres de prosseco bien frais…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 24 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance