ESSAI DU MoSe A L’EMBOUCHURE DU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 29 novembre 2014

 

Ce 28 octobre 2014, essai pour la première fois de fermeture complète des «Paratoie» du MoSe à l’embouchure de port du Lido de Venise…

Petit rappel : MoSe (MOdulo Sperimentale Elettromeccanico) : système intégré de défense formé de rangées de vannes mobiles escamotables permettant d’isoler la lagune de Venise de la mer Adriatique durant les phénomènes de hautes marées dépassant un niveau établi (110 cm) et jusqu’à un niveau maximum de 3 mètres…

Apparemment l’expérience est concluante, mais les plus pessimiste disent que cet essai s’est réalisé pendant des conditions climatiques normales, donc pas de vent, pas de courant, pas de grandes marées… Ce qui ne sera pas le cas quand ces caissons devront se relever par temps mauvais pour protéger la lagune des grandes marées…

Image de prévisualisation YouTube

Allez, tentons d’être optimistes, notre avenir, et celui de la Sérénissime, dépend de la réussite cette réalisation…

Claudio Boaretto

12 Réponses à “ESSAI DU MoSe A L’EMBOUCHURE DU LIDO DE VENISE”

  1. Thierry dit :

    Effectivement calme plat.Cela fonctionne mais comme tu le dis si bien avec du vent,le coefficient de marée et …..L’espoir fait vivre.
    Je souhaite de tout cœur que cela vous apporte de la sérénité pour votre sérénissime……

    • Jolie formule, Thierry… C’est certain car les « aqua alta » étant bien plus nombreuses et rapides depuis le creusement du canal des pétroliers, un peu de sérénité les pieds aux secs ne nous ferait pas de mal…

  2. marchal dit :

    toujours etre optimiste dans la vie face a tous problemes

  3. giudecchina dit :

    Espérons espérons… mais, au risque d’être un oiseau de mauvais augure, je me demande bien comment une escroquerie aussi monumentale peut produire un résultat qui fonctionne… laquelle escroquerie s’étant, bien entendu, étendue à la qualité des matériaux utilisés, ou plutôt leur non-qualité : des rivets moitié moins résistants que ceux figurant au cahier des charges, par exemple, pour assembler une chaîne de caissons devant résister à de très hautes marées…
    Autre aspect : j’ai lu, il y a quelques années, mais cela demande vraiment réfutation ou confirmation par quelqu’un qui connaîtrait la question, que les très grandes marées sont aussi nécessaires à l’équilibre de l’écosystème lagunaire que l’étaient, en d’autres temps et lieux, les crues du Nil. Et que, en conséquence, le véritable effet de MoSe sera de déséquilibrer cet écosystème, avec des conséquences irréparables sur la vie des plantes et des poissons, tandis que pour la vie quotidienne des Vénitiens l’amélioration sera minime. Je me dois de préciser que, à l’époque où est paru l’article de ce scientifique dont j’ai hélas oublié le nom, le réchauffement climatique était une notion assez confidentielle, et la montée générale des eaux qui en résulte connue seulement des spécialistes concernés. Peut-être changerait-il d’avis aujourd’hui et dirait-il que le jeu en vaut la chandelle…
    Je me demande également si les monstres aquatiques de MM. Costa et consorts ne sont pas beaucoup plus nuisibles aux fondations de Venise que les marées, et si ce n’est pas par là qu’il aurait fallu commencer (non, là, c’est de l’humour… noir).
    Alors, les Vénitiens, qui après tout sont les premiers concernés, qu’en pensent-ils? (J’ai vu, il y a cinq ou six ans, dans le sestiere de Canaregio, des petits panonceaux dans les vitrines de plusieurs commerçants disant « Stop Mose », « Mose truffa », etc.)

    • Giudecchina, toujours intarissable quand il s’agit de Venise, mais c’est bien !…
      Je te rejoins dans ton commentaire…
      D’ailleurs à Françoise, une des mes amies, qui m’interpellait sur Facebook en me disant avec une petite pointe d’ironie :
      « Alors Claudio, la mafia aurait elle bien travaillé ? »
      J’ai répondu ceci :
      « L’avenir nous le dira, Françoise, mais ce n’est pas la mafia qui a travaillé, ce sont les ouvriers, les techniciens, les ingénieurs… Mais ce qui est sûr c’est que la mafia s’est bien remplie les poches en exploitant tout ce monde là, en corrompant les politiques et les administrations, et enfin en multipliant le coût des travaux… En conclusion, nous ne sommes pas certains qu’il n’y ait pas de malfaçons, ne serait-ce que pour les charnières des caissons, pièces maitresses, qui n’ont pas été réalisées comme il était prévu et certains s’interrogent sur leur résistance dans le temps… La mafia a profité de tout, même les pierres d’Istrie de la digue dont le prix a été multiplié par deux… Simple, on crée une société bidon qui achète les pierres aux carrières puis qui les revend au MoSe le double du prix… Il n’y a pas de petits bénéfices pour ces gangsters… »

      En ce qui concerne l’aqua alta, Giudecchina, il faut savoir que du temps de la jeunesse de mes parents et de mes grand-parents, elles étaient relativement exceptionnelles, il y en avait 3 ou 4 par an… Alors que 3 ou 4 par an fassent du bien à la lagune, d’accord, mais 150, non !… Le réchauffement climatique y est peut-être pour quelque chose, mais c’est surtout le creusement du canal des pétroliers qui a complètement bouleversé le microsystème lagunaire… Nous nous rendons compte actuellement que la hauteur des marées est beaucoup moins élevée du côté de la lagune Nord où les courants sont obligés d’emprunter les méandres naturels des barènes et où les fonds n’ont pas été détruits par les creusements inopinés, plutôt que du côté de l’embouchure de Malamocco où la mer s’engouffre en ligne droite jusqu’à Marghera… Je t’enverrai par mail une belle explication des rapports entre mer et lagune….

  4. giudecchina dit :

    Là je fais court (!) : grand merci pour l’explication de l’acqua alta, je pige mieux de quoi il retourne exactement (comme quoi, rien ne vaut l’info puisée… à la source). Et je lirai avec beaucoup d’intérêt ton mail…

  5. Klod dit :

    Ils devraient répéter l’expérience aujourd’hui et demain, avec une marée de 130 pour voir ce que ça donne… espérons en tout cas qu’un jour on ne les verra pas arriver en déferlante sur le rivage de Sant’ Erasmo, là où on va manger les brochettes le dimanche en été… (à causes des pièces pourries livrées par les entreprises mafieuses)…

    • Hé oui, c’est la réflexion que tout le monde se fait Claude…
      Et puis, pour un effet efficient il faudrait boucher simultanément les 3 embouchures en espérant que les caissons résisteront à la pression des marées…
      Sinon, comme tu le dis, nous aurions droit à un tsunami…

  6. Zaz dit :

    Un peu trop technique pour moi, mais très intéressant !

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance