LES VILLAS « LIBERTY » DU LIDO DE VENISE, premier circuit

Posté par Claudio Boaretto le 30 mars 2015

Après 3 jours de pluie consécutifs  (rare chez nous), le soleil est enfin revenu… Comme promis, je vous invite à découvrir d’autres villas assurément typiques de ce style « Liberty » fort prisé au Lido de Venise en début des années 1900…

Pour ce faire, j’ai programmé deux circuits très courts, mais dense en villas…

Ce premier circuit est à un tout petit quart d’heure de marche du débarcadère des « vaporetti », en empruntant la route principale du Lido qui traverse l’île dans toute sa longueur, la « via Sandro Gallo »… C’est le quartier « Città Giardino » derrière le Casino et le Palais du Cinéma…

Partant du point « A » pour se rendre à « B », 10 villas à découvrir… Il en existe bien d’autres, mais je n’ai sélectionné que les plus caractéristiques en les numérotant pour faciliter la compréhension de l’itinéraire, en suivant les petites flèches vertes sur la carte ci-dessous…

01-000

La villa numéro 1 fut construite en 1924 par l’architecte Brenno Del Giudice assisté de l’ingénieur Fausto Finzi…

Il est dit de cet architecte :
«Del Giudice fornisce delle interpretazioni convinte e vivaci dell’architettura veneta tardorinascimentale»…
(Del Giudice fournit des interprétations auto-convaincues et vivaces de l’architecture Vénète de la Renaissance tardive)…

Le résultat ne laisse pas indifférent…

01-1

C’est la « Villa Mirandolina » comme l’indique une des colonnes du portail d’entrée…

01-2

Une vue de trois quart pour appréhender le volume…

01-3

Numéro 2, la « Villa Parco », construite en 1911 par Giulio Fano, aujourd’hui transformée en hôtel…

02-1

Comme de nombreuses villas « Liberty » nous retrouvons l’escalier en pierre donnant sur une terrasse-perron abritée par des arcades… Nous remarquons aussi les faïences au-dessus des fenêtres…

02-3

Nous arrivons directement au numéro 4 (volontairement, j’ai zappé la 3), la « Villa Church » construite avant 1913 par l’architecte Antonio Pedrazolli pour sa famille…
Même si le ravalement de la villa aurait besoin d’un petit rafraichissement, nous y retrouvons tous les décrochages et terrasses chères aux villas « Liberty» du Lido…

04-1

L’inévitable escalier de pierre…

04-2

Vue à l’angle opposé pour retrouver la tour caractéristique…

04-3

Numéro 5, la « Villa Donatelli », construite en 1919 par l’ingénieur Ernesto Corti…

05-1

Toujours cette tour quadrangulaire tenant lieu de terrasse abritée, entourée de colonnes…

05-3

Comme nous sommes en bordure de lagune, on peut imaginer le point de vue magnifique depuis cette tour rien qu’en contemplant le nôtre qui sommes au ras de terre

05-vue                      

Numéro 6, la « Villa Isolana », construite en 1910 par l’ingénieur Angelo Davanzo…

06-1

Sur les deux colonnes de la porte d’entrée, le nom de la Villa…

06-5   06-6

Vue de l’angle opposé de cette villa cossue….

06-3

Avec une vue tout aussi imprenable que la « Villa Donatelli »…

06-vue

Numéro 7, la « Villa Carla », construite en 1911 par l’ingénieur Carlo Sansoni…

07-2

Comme souvent, le nom de la villa sur les colonnes du portail d’entrée…

07-5     07-4

Personnellement, le lierre et la vigne vierge grimpant le long des murs, j’aime …

07-3

Nous quittons le bord de lagune pour s’enfiler dans une petite ruelle (voir les flèches vertes) et arriver devant la villa numéro 8 cachée dans la verdure…

08-0

La « Villa Venturini » construite en 1911 par l’ingénieur Carlo Sansoni, comme la « Villa Carla »… L’une près de l’autre elles ont dû être construites simultanément par cet architecte…
Dissimulée dans les feuillages, je n’arrive qu’à prendre la tour…

08-1

Zoom sur le balcon et les faïences…

08-2

Numéro 9, la « Villa Talimini », œuvre de l’ingénieur Tullio Martello, construite en 1912…

09-0

Gros plan sur la tour…

09-1

Nous sortons de la ruelle pour suivre le canal qui mène au Palace Excelsior…
Au coude du canal, la numéro 10, la « Villa Candia », construite en 1910 par l’architecte Amadori Mazolli…

C’est cet architecte, comme nous l’avons vu dans l’article précédent, qui déclarait : « Le lido n’est pas Venise et vous avez besoin de quelque chose de moins austère qu’en cité »

Là, effectivement, il ne s’est pas gêné…

10-1

Nous nous retrouvons carrément devant un petit château fort avec ses créneaux et son presque donjon…

10-4

Mais ça vaut le coup d’œil, surtout depuis l’autre rive du canal…

10-5

Nous terminons le circuit directement sur la numéro 12, une de mes villas préférées…

12-1

La « Villa Adele » construite en 1911 par l’architecte Giulio Alessandri…

12-2

Cet architecte a construit de nombreuses villas au Lido entre 1907 et 1914…
La « Villa Adele » est souvent citée comme référence…

Vue de ¾ pour appréhender le volume et la cheminée vénitienne…

12-3

L’escalier et sa superbe rampe en fer forgé…

12-4

Vue depuis l’autre rive du canal… Trop chouette !…

12-6

Voilà pour ce premier circuit qui, je l’espère, ne vous aura pas déçu…

Pour les passionnés du style « Liberty », suivra un second article pour le second circuit, encore plus court mais tout aussi intense….

Comme sur le Net on ne trouve aucune référence sérieuse, surtout en langue française, sur les Villas « Liberty » du Lido de Venise, j’ose espérer que ces articles serviront de repères aux amateurs du genre décidés à visiter le Lido…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 21 Commentaires »

LES VILLAS « LIBERTY », PARTICULARITÉ DU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 25 mars 2015

La première question, c’est quoi le style « Liberty » ?…

00-1

En France, c’est « L’art Nouveau », un mouvement artistique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle…

Quelques d’explications :
« Né en réaction contre les dérives de l’industrialisation à outrance et la reproduction sclérosante des grands styles, c’est un mouvement soudain, rapide, qui connaîtra un développement international concomitant :

Tiffany (aux États-Unis), Jugendstil[ (en Allemagne), Sezessionstil (en Autriche), Nieuwe Kunst (aux Pays-Bas), Stile Liberty (en Italie), Modernismo (en Espagne), Style sapin (en Suisse), Modern (en Russie).
Le terme français « Art nouveau » s’est imposé en Grande-Bretagne, en même temps que l’anglomanie en France a répandu la forme Modern Style au début du XXe siècle
.
 »

Et au Lido de Venise :
« au 19ème siècle, le Lido commence à être fréquenté pour les bains de mer en raison de la beauté de ses plages. Le Grand Hôtel des Bains est ouvert en 1900 et accueille des clients illustres (écrivains, aristocrates, artistes,..) comme le Grand Hôtel Excelsior, construit dans le style néo-mauresque, ouvert à proximité quelques années plus tard, en 1908.  »

Vous avez déjà découvert des images de ces deux hôtels dans mes billets illustrés précédents…

« Concentrées autour de ces palaces, de luxueuses maisons sont édifiées à partir du début du siècle dernier, dans des styles influencés par l’art nouveau (appelé style Liberty en Italie), ou un peu plus tard par l’art déco. En raison de la proximité de Venise, les formes et décors vénitiens constituent d’importantes sources d’inspiration des architectes. »

Il en résulte un ensemble de villas dans ce style Liberty, style un peu éclectique, un peu kitsch, mais qui ne manque pas de charme et qui ne se rencontre que dans cette région de l’Italie…

Comme je demeure au Lido (Centre), je vais vous faire découvrir les villas « Liberty », dans un rayon de 5 à 10 minutes de promenade tout autour de chez moi…(Vous ne trouverez pas de villas Liberty à Malamocco ou Alberoni, les autres bourgades du Lido)

La première villa est dans ma petite rue, la « Villa Klinger » construite en 1907 par l’architecte Domenico Rupolo…

01-1

Cet architecte a bâti, entre autres, la « Pescheria di Rialto », le marché couvert aux poissons de Rialto…

Le balcon et les fenêtres à colonnes…

01-2

La porte d’entrée et ses verres colorés… Un peu kitsch, il est vrai, mais l’ensemble a de la « gueule »…

1-4

Presque en face, le long du canal de la via Lepanto, la « Villa Romanelli », bâtie en 1906 par le même architecte, Domenico Rupolo, dont on reconnait la patte…

02-1

Nous le voyons à peine sur la foto précédente, sur le flanc gauche à hauteur du premier étage, le lion… Trop fort ! Cette exubérance me fait chaque fois sourire… Il y a même le dispositif anti-pigeons pour ne pas que ces oiseaux viennent déposer leur fiente, un lion, ça se respecte, que diable !…

02-2

De l’autre côté du canal de la Via Lepanto, la « Villa Otello », une impressionnante villa, aujourd’hui gérée comme immeuble collectif, toujours construite par Domenico Rupolo…

03-1

Ses grandes frises colorées…

03-2

L’arrière de cette immense villa avec ses cheminées…

03-3

Dans une petite rue, une vingtaine de mètres plus loin, la « Villa Erinna », moins massive, construite en 1909 par l’architecte Alberto Amadori qui déclarait : « il Lido non è Venezia e vi occorre qualcosa di meno austero che in Città. » (Le lido n’est pas Venise et vous avez besoin de quelque chose de moins austère qu’en cité)

04-1

Comme semblent le souligner ces deux statues sur colonnes vous accueillant à l’entrée de cette villa…

04-2

Plus petite, la « Villa Giannina » construite en 1908 par l’ingénieur Rubbens Corrado et appartenant au Comte Gregorio de Totto…

06-1

On remarquera les entourages autour des fenêtres et les vitraux…

06-2

Revenons au bord du canal de la via Lepanto pour passer du plus petit au plus grand, en admirant l’imposante « Villa Zanga », aujourd’hui « Hôtel Atlanta Augustus », construit en 1909, toujours par Rubbens Corrado…

07-1

Nous retrouvons le même style pour l’entourage des balcons et fenêtres…

07-2

Une villa dont, malgré mes investigations, je n’ai pas trouvé le nom, construite par Gioachino Armano, qui a bâti de nombreuses villas… Nous reconnaissons bien ce style « Liberty » du Lido avec tous ces décrochages et ces « racoins »…

14-1

La « Villa Rodella », pas trouvé l’architecte… Mais elle figure dans les documents cadastraux austro-italien, donc construite en 1846 et 1925…

15-2

Décrochages et frises…

15-3

La « Villa Jolanda » construite en 1931 par Rubbens Corrado que nous avons déjà cité plus haut…

18-1

Cette villa est inoccupée depuis longtemps… Nous retrouvons les sculptures sur la façade…

18-2

Et la statue abandonnée devant l’entrée dans le jardin en friche…

18-3

La « Villa Viale », cachée dans la verdure, construite en 1912 par l’architecte Ambrogio Narduzzi qui a également de nombreuses villas Liberty à son actif…

19-1

Vue sous un autre angle, avec ses décrochements caractéristiques…

19-2

Je terminerai par la « Villa Luisa », construite en 1921, je n’ai pas retrouvé non plus le nom de l’architecte…

20-1

Sur la façade avant, ce cadran solaire avec l’inscription « tarda pigri »…
Pas évident à traduire, j’interpréterai par « tardent les paresseux »…

20-3

Nous retrouvons encore deux lions à l’entrée dont un perché sur le nom de la villa…

20-2

J’espère vous avoir fait découvrir ces villas du début du siècle dernier, caractérisant l’architecture de l’époque du Lido de Venise, alors station balnéaire très à la mode…

Vous avez vu celles tout près de chez moi…

Lors d’un prochain rayon de soleil, je ferais quelques pas supplémentaires pour « fotografier » d’autres villas assurément typiques de ce style « Liberty » fort prisé au Lido de Venise au début des années 1900…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 19 Commentaires »

COMBIEN SOMMES-NOUS SUR LES ÎLES VENITIENNES ?

Posté par Claudio Boaretto le 17 mars 2015

00blog

En complément de mon article du 11 janvier 2015 sur la population totale de la commune de Venise, aussi bien sur les îles que sur la terre ferme : LA POPULATION DE VENISE

Voici les toutes dernières précisions communiquées par Paolo Apice, en liaison avec la commune de Venise et publiées par l’association vénitienne : « Groupe 27avril » sur la population exclusivement insulaire de la lagune

Population insulaire mise à jour au 12 mars 2015

LES « SESTIERI » (les six quartiers) DE VENISE

01

5 068          Santa Croce

3 849          San Marco

6 602         Dorsoduro

4 721         San Polo

16 043       Cannaregio16 074

11 995       Castello

 1 869        + Sant’Elena

50 147       TOTAL SESTIERI

 4 560        Giudecca

 1 482        Sacca Fisola

       5         San Giorgio

56.194       TOTAL avec GIUDECCA, Sacca FISOLA, San GIORGIO

        

LES ÎLES DE LA LAGUNE NORD

02-a

4 430         Murano

2 534         Burano

   688         Sant’ Erasmo

   289         Mazorbo/Mazorbetto

     60         Vignole

     16        Torcello

 8 017        TOTAL ÎLES LAGUNE NORD

 

LES ÎLES DE LA LAGUNE SUD 

02b

14 657       Lido  (Centre)

1 013         Malamocco (Lido)

1 019         Alberoni (Lido)

16 689       TOTAL LIDO

3 803         Pellestrina et San Pietro in Volta

20492        TOTAL ÎLES LAGUNE SUD

 

TOTAL DE LA POPULATION  LAGUNAIRE

84 703 INSULAIRES VENITIENS

Bon, ben, nous ne sommes pas les seuls appréciant le bonheur de vivre les pieds dans l’eau…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 13 Commentaires »

SAN PIETRO IN VOLTA, SUR LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 15 mars 2015

En ce début de mars 2015, nous voilà partis, en mission commandée, pour examiner et « fotografier » une barque traditionnelle vénitienne convoitée par ma fille ;
un « S’copion », barque à fond plat qui servait spécialement aux vénitiens pour aller, armés de fusils, à la chasse aux oiseaux maritimes au milieu des « Barene » (
lais) de la lagune…
(
« Scopio » veut dire une explosion, d’où le nom de la barque)

00

Une fois la mission accomplie, comme nous sommes dans la lagune sud, nous décidons de traverser l’entrée de port de Malamocco, entre « Lido » et « Pellestrina »…

01

Au passage, je ne peux m’empêcher de shooter ce « Cason de pesca », (Baraque de pêche) bien placé tout au début de l’embouchure de port pour capturer, selon les marées, tous poissons qui rentrent ou sortent de la lagune…

01bis

But de la promenade ?…
Le premier village de l’île de « Pellestrina »,
j’ai nommé « San Pietro in Volta » dont nous aimons l’ambiance paisible et la sérénité…
Nous approchons…
Au loin, comme amers, son château d’eau rivalise avec le petit campanile de son église…

01ter

Pour nous situer, il faut encore réviser la géographie lagunaire (comme dirait mon amie Nathalie), mais la lagune comptant 55 000 hectares, d’aucuns pourraient s’y perdre…

Sur cette carte vous voyez les deux iles : « Lido » à tribord, et « Pellestrina » à bâbord, remparts de la lagune contre l’Adriatique…
Pellestrina est une île très étroite, 10 kilomètres de long pour une largeur moyenne de 250 mètres…
J’ai fléché San Pietro in Volta…

02

Zoom de carte sur ce village de pêcheurs d’environ 1200 habitants appelés les « Sanpieroti »…

03b

Comme vous le constatez sur la carte ci-dessus, mise à part la longue route qui défile le long de la digue, côté mer, et traversant les 10 kilomètres de l’île, il n’y a qu’une seule artère parallèle à la rive lagunaire… C’est la rue principale du village, toutes les autres ruelles sont perpendiculaires, conséquence de l’espace restreint…

Nous sommes à peu près à la flèche jaune…
Remarquez les filets qui sèchent sur le quai…

04 

Nous voyons d’un peu plus près le château d’eau en briques…

05

Et le mini campanile…

06

« San Pietro in Volta », ce sont ces maisons au bord de l’eau…

07

Avec leur originalité marquée de l’empreinte vénitienne ; arcades, cheminées, bord de rive, etc…

08

Somme toute, l’habitat logique des pêcheurs dont nous trouvons la trace sur tous les quais…

09

Sans compter évidemment la flottille de bateaux et barques de pêche amarrés face aux maisons…

10

Nous sommes dimanche, et le dimanche il n’y a pas de pêche, ce qui explique que la plupart des bateaux soient à quai…

11

Nous reconnaissons bien ces chalutiers armés pour la « pesca alla vongola » (pêche à la palourde) que l’on déguste dans 90% des restaurants vénitiens… (Et à la maison aussi, bien souvent…)

12

Ce sont comme de grandes dragues placées à l’avant des chalutiers, combinées avec un système d’aspiration qui avale et trie les palourdes pour les récupérer dans ces cages en acier…

13

C’est un armement typique des pécheurs de « l’Alto-Adriatico » (Haut-Adriatique)…

14

Nous voyons un reste de palourdes sur cette cage pas encore nettoyée…

15

Revenons aux maisons dont nombreuses arborent des couleurs « flashies »…

16

Ce qui fait penser à Burano, ces couleurs permettant aux marins de reconnaitre de loin leurs maisons dans la brume hivernale lagunaire…

17

Mais à l’inverse de Burano, sujette à une fantastique pression touristique et où tous les rez-de-chaussée se sont transformés en magasins et boutiques de dentelles, de masques, de souvenirs en provenance directe d’Asie, « San Pietro in Volta » est resté un véritable village de pécheurs vénitiens…

18

Impossible d’y trouver ne serait-ce qu’un seul magasin de souvenirs…
Vous n’y verrez que des maisons typiques de pécheurs authentiques…

19

Là, une villa de maître, originale dans son style…

20

Ici, l’église, bien sûr…

21

Deux restaurants quand même à « San Pietro in Volta »…

Pas loin de l’église, « Da Nane »… Si ce restaurant eut son heure de gloire, il semblerait aujourd’hui surfait…

22

Mais beaucoup viennent pour sa vue imprenable sur la lagune depuis la terrasse du premier étage…

23

Le second restaurant : « Da Memo », là où la rue principale fait un petit décrochage et s’éloigne quelques instants de la rive lagunaire…
Pour ceux qui l’on fréquenté dans les années 90 et 2000, on retrouve à peu près les même avis que ceux fait à « Nane »…
Mais, pour de nombreux vénitiens, c’est un but, prétexte pour une balade en bateau dans la lagune sud…

24

A « San Pietro in Volta » sur la rue principale, on peut aussi trouver un glacier, un bar, ainsi qu’un second bar qui propose aussi des Pizza mais du côté de la grande route qui longe la digue maritime…

N’oublions pas le boulanger…

25

Le « Palazzetto dello Sport », hé ouais, ils ont un palais des sports…

26

À d’autres endroits, par exemple dans cette ruelle perpendiculaire, les roseaux sont plus hauts que les réverbères…

30

 Mais surtout « San Pietro in Volta » possède un charme indubitable, même quand l’artère principale s’élargit…

27

Avec d’un côté ses maisons de pêcheurs…

28

De l’autre l’armada de pêche et les fatras de matériel répandu sur les quais…

29

Vu mon amour inconsidéré pour la marine et les gens de mer, je terminerai ce billet illustré par la « foto » d’un vrai bateau de travail…

32

Si vous passez par chez nous, ne ratez pas cette jolie balade…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 27 Commentaires »

LE LION DE SAINT MARC ÉRIGÉ AU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 6 mars 2015

Moins colossal que le Lion majestueux de la Place San Marc…

01
(foto trouvée sur le web)

Moins disproportionné que le lion de Chioggia, (colonne trop haute pour lion trop petit), que les vénitiens surnomment ironiquement « el gato de Ciòsa » (le chat de Chioggia)…

02

Depuis le 12 février 2015, le Lido de Venise a désormais son
« LEONE MARCIANO » (
Lion de Saint marc),
érigé à hauteur d’homme sur une colonne de marbre et de brique au milieu de la Via Lepanto, une des artères les plus fréquentées de l’île…

03

Ce sont des retrouvailles bienvenues et désirées par les « Lidensi » (nom des habitants insulaires du Lido) qui organisèrent en son temps une campagne de signatures pour le retour de ce lion qui ornait jadis les jardins de « L’ospedale al mare » (l’hôpital de la mer) aujourd’hui à l’abandon…

04

Son emplacement sur la piazzetta Lepanto permet de réhabiliter le « trou » malencontreux laissé par la fontaine et ses jets d’eau tombés en désuétude, pourtant construits il y a peu d’années mais défectueux en permanence… Des malfaçons semblent être la cause du démantèlement de la fontaine…

Quoiqu’il en soit l’effet est maintenant des plus heureux et nous attendons le printemps pour que le parterre soit fleuri…

05

Que cette statue soit érigée à hauteur d’homme est une excellente idée… Elle permet de profiter pleinement de l’œuvre… C’est le défaut de tous ces monuments élevés un peu partout dans toutes les villes du monde avec des statues trop souvent en hauteur et qui nous font attraper des torticolis chaque fois que l’on désire les examiner de plus près…

D’ailleurs le lion de la Place de San Marc a beau être magnifique, mais, même en levant la tête au maximum, nous n’en voyons rien si ne n’est que le bout de la queue ou la pointe des ailes… Quant à le « fotografier » il faudrait louer un hélicoptère !…

Au Lido nous pouvons désormais admirer, sans crainte pour nos cervicales, la statue posée sur son chapiteau de marbre rose et son fut de briques, matériaux utilisés pour la construction de la majorité des maisons vénitiennes…

06

Je dois avouer que c’est dans la via Lepanto que se trouve un de mes bars préférés…
Ainsi, assis à la terrasse, sirotant notre spritz quotidien, nous pouvons alors admirer et chanter comme tout bon vénitien :
« Evviva le glorie del nostro leon »…

07

Hé, c’est qu’on finit par s’y attacher à ces p’tites bêtes…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 20 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance