EL SFRATO

Posté par Claudio Boaretto le 30 avril 2015

Una poesia in lingua veneziana, scritta da Cristina Marson La Rossa, ispirata di fatti reali vissuti dalla famiglia di una delle sue amiche…

Per i francofoni, ho tradotto la poesia, ma, ahimè, non avrete, in francese, il canto della lingua veneziana e l’armonia della rima…

Un poème en langue vénitienne, écrit par Cristina Marson La Rossa (la Rousse), inspiré de faits réels vécus par la famille d’une de ses amies…

Pour les francophones, j’ai traduit le poème, mais, hélas, vous n’aurez pas, en français, le chant de la langue vénitienne et l’harmonie de la rime…

El sfrato

 

 Questa xe la stòria, de na famèja venessiàna

 Che sfratada da Venèssia, la xe ‘ndada via lontàna …

Ceci est l’histoire d’une famille vénitienne

Qui expulsée de Venise, s’en est allée loin

 I viveva anca col nono, un vècio pescaór

 Che tanto ne la so vita, ga lavorà co onór.

Ils vivaient aussi avec le grand-père, un vieux pécheur

Qui énormément dans sa vie, a travaillé avec honneur.

M1

I vìveva su na casa, che bùtava su de un Rio

 Ma un zórno maledéto, i ga tocà dìrghe adìo …

Ils vivaient dans une maison, qui donnait sur un canal

Mais un jour maudit, ils ont dû lui dire adieu…

 Soto i so balconi, pasàva tante imbarcasìon

 Chi a motor, chi a remi, na vera procesìon

Sous leurs balcons, passaient beaucoup d’embarcations

Qui à moteurs, qui à rames, une vraie procession

 El ciacolàr dei gondolìeri, ghe fazèva compagnìa

 Tuto questo par el so cuòr, géra pura melodia …

Les bavardages des gondoliers, lui faisait compagnie

Tout cela pour son cœur, était une pure mélodie…

 De matìna bonóra, sto nòno co la so fiàcheta

 ’ndava ad alsàr le tende intonàndo na òpereta

De matin de bonne-heure, ce grand-père avec sa petite nonchalance

Allait à relever les rideaux en entonnant une opérette

 Co el vèrxiva le finestre, el sól tèpido de la matìna

 Scaldàva co i so ràgi, fin drénto la cuxìna …

Quand il ouvrait les fenêtres, le soleil tiède du matin

Réchauffait avec ses rayons, jusqu’à dans la cuisine…

 E mentre el cafè, veniva sùzo piàn piànin

 El bòngiorno ghe dava a tuti, sto nòno matutìn.

Et pendant que le caffè, montait tout doucement

Le bonjour il le donnait à tous, ce grand-père matinal.

 I fàzeva la spéxeta, dà l’amìgo frutariòl

 Un salto in panificio, par finìr dal latariòl

Ils faisaient les petites courses, chez l’ami fruitier

Un saut chez le boulanger, pour finir chez le laitier

 I nevódi zogàva lìberi, córendo par la cale

 De istà i stava a l’ómbra, a scoltàrse le cicàle

Les petits-enfants jouaient libres, courant dans les ruelles

En été, ils restaient à l’ombre, à écouter les cigales

 Quanta alegrìa, regnàva drénto sta caxèta

 Ma un zórno xe rivàda, na lètera incònsueta

Que d’allégresse, régnait dans cette petite maison

Mais un jour est arrivée, une lettre insolite

 Un avìso de sfràto, cusì de pùnto in bianco

 Un cólpo al cuòr, par un òmo ansiàn e stanco

Un avis d’expulsion, comme çà de but en blanc

Un coup au cœur, pour un homme ancien et fatigué

 E co la létera in man, che strénzeva dà la ràbia

 La lèzeva piànzendo, sentìndose in gàbia …

Et avec la lettre en main, qu’il serrait de rage

La lisait en pleurant, se sentant en cage…

 « Indóve i ne manda dèso, cara famèjeta mia

 No vojo morìr in tèra-férma, de malinconìa

Où nous envoient-ils maintenant, ma chère petite famille

Je ne veux pas mourir sur la terre ferme, de mélancolie

 So nato in laguna, go raìxi venessiàne

 Gavàremo na masarìa, éntro póche setimàne …

Je suis né en lagune, j’ai les racines vénitiennes

Nous aurons un déménagement, dans peu de semaines

P1190398

 Perchè mi me domando, no i ne làsa vìver qua

 Par mi che so vècio, xe na gran crudéltà

Pourquoi moi je me demande, ils ne nous laissent pas vivre là

Pour moi qui suis vieux, c’est d’une grande cruauté

 Chi no ghe xe nato qua, no podarà mai capìr

 Che se i te cava da Venèssia, xe come ‘ndar a morìr

Qui n’est pas né ici, ne pourra pas comprendre

Que s’ils t’enlèvent de Venise, c’est comme aller mourir

 La famèja lo vardàva, chel’ bàteva i pugni in tòla

 Sercàndo de consolàrlo, el xènero co la fiòla …

La famille le regardait, qui battait les poings sur la table

Cherchant à le consoler, le gendre avec la fille…

 E dal quél trìste zórno, sta famèja i ga ‘sasinà

 Traslocàndo par la tèraférma, de qua e de là …

Et depuis ce triste jour, cette famille ils ont assassiné

Déménageant pour la terre ferme, d’ici et de là…

 Quél pòvaro nòneto, andà in depresiòn

 Lontàn da Venèssia, el géra come in prexón

Ce pauvre petit grand-père, est allé en dépression

Loin de Venise, il était comme ne prison

 Ma no el ga mai molà, el ga sempre combàtuo

 Par ritornàr a Venèssia, e riavèrla nel cuòr suo

Mais il n’a jamais lâché prise, il a toujours combattu

Pour retourner à Venise, et la ravoir dans son cœur

M09

 

 e co el ghe xe riusìo, in laguna el xe tornà

 Ma dopo pochi ani, i òci el ga serà …

Et quand il a réussi, en lagune il est retourné

Mais après peu d’années, les yeux il a fermé…

 Ma co la sodisfasión, in paxe de ripoxàr

 Nel grèmbo de la so tèra, sòrta dal mar…

Mais avec la satisfaction, en paix de reposer

Dans le giron de sa terre, sortie de la mer

 Sta stòriela triste, se ripete da tanti ani,

 Perche’ questo xe el destìn, dei pòvari venèssiani!

Cette historiette triste, se répète depuis tant d’années

Parce que ceci est le destin, des pauvres vénitiens !

 Cristina Marson

01

11 Réponses à “EL SFRATO”

  1. Thierry dit :

    Merci à Christina…………..que c’est triste Venise………….
    et merci à toi Claudio de nous avoir fait partager ce sublime poème.

  2. marchal jean louis dit :

    plein d’emotion ;merci de nous faire vivre venise par procuration

  3. Cristina Marson dit :

    Grazie Claudio! Mi hai fatto una bella sorpresa, sono felice che tu l’abbia tradotta in francese . :-) .

  4. Esmeralda dit :

    Très chouette cette chanson… et si proche de la réalité…

    • Si proche de la réalité, tu as raison, les loyers deviennent exorbitants boutant les classes populaires de Venise hors de la sérénissime…
      Ce sont eux pourtant qui forment la Venise authentique…

  5. Cristina Marson dit :

    Merci à toi

  6. Zaz dit :

    Oui, c’est bien triste… Même sans parler vénitien, on perçoit bien la musicalité de cette poésie.
    Cette histoire me fait penser aux habitants de l’île de Ré qui n’ont plus les moyens de rester chez eux…

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance