UN PETIT CIRQUE FAMILIAL AU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 23 août 2015

Quand les petits vénitiens, accompagnés de leurs parents, veulent aller au cirque, il faut qu’ils prennent le vaporetto jusqu’au Lido, du côté de San Nicolò, près de l’embarcadère du ferry, dans l’aire spécialement aménagée pour les fêtes foraines, où s’est installé en ce mois d’aout et pour une quinzaine de jours ce petit cirque familial au nom ronflant de :

« Niuman Circus »…
(Serait-ce une italianisation de « new man » ?)

Mais, en tous les cas, voici un bien joli petit chapiteau…

01-DSC_9331

C’est exactement le style de petits cirques classiques itinérants que nous pouvons rencontrer en France, dans nos campagnes, que ce soit en Lorraine, en Normandie ou ailleurs…
Pour moi, un joli souvenir de jeunesse et un spectacle à ne pas manquer à l’époque, lorsque la télévision n’avait encore pas envahi tous les appartements, toutes les maisons…

Nous n’avons pas résisté à la tentation d’aller revoir cette petite scène de notre enfance…

Une fois à l’intérieur, la piste d’un diamètre de 13,50m nous accueille… 13,50m est la dimension traditionnelle de la piste de cirque…

Pourquoi cette dimension ?…
En tant qu’ancien cavalier je vous explique :
Les premiers spectacles de cirque, datant aux environs des années 1770, étaient des spectacles exclusivement équestres… Le dresseur, au milieu, devait pouvoir atteindre les chevaux tout autour de la piste avec sa chambrière…

Heu, tout le monde sait ce qu’est une chambrière ?…
Non, ce n’est pas une femme de chambre !…
Monsieur Larousse nous le précise :
« long fouet, utilisé depuis le centre de la piste par les dresseurs de chevaux non montés, et, dans un manège, par le professeur d’équitation »…

En résumé, c’est la longueur de la chambrière qui a déterminé la dimension internationale de la piste de cirque…

Le « Niuman Circus » n’échappe pas à la règle et respecte la tradition…

02-DSC_8562

Le personnage indispensable, le roi de la piste, le clown !…

03-DSC_8573

La petite troupe, vêtue en gitan…

Premier numéro : le jongleur…
(
Les couleurs n’arrêtent pas de changer, et les artistes de remuer, dans souvent peu de lumière, ça passe du très clair au très foncé, le technicien lumière que l’on voit à droite derrière son pupitre s’amuse comme un petit fou… Un vrai casse-tête pour le « fotograf » amateur que je suis, sitôt que je mets au point un réglage, ça change, c’est la galère…)

04-DSC_8613

Après le jongleur, le lanceur de couteaux…
Nous sommes dans la pure tradition circassienne…

05-DSC_8617

Non, elle n’est pas blessée, c’est la seconde gitane qui prend la pose…

06DSC_8624

Quelques tours de pistes avec un beau cheval noir qui, après son numéro, salue le public…

07-DSC_8676

Le lanceur de couteaux s’est changé, et le voilà revenu en jongleur…

08-DSC_8741

Qui jongle aussi avec sa bouche et deux petites balles qu’il envoie en l’air en soufflant et rattrape consécutivement…

09-DSC_8753        10-DSC_8760  

Puis les anneaux, il a terminé le tour avec 9 anneaux, une performance…

11-DSC_8772

Le clown Auguste revient avec un partenaire, un petit Auguste !…
C’est le grand-père et le petit-fils…

12-DSC_8803

La gitane s’est transformée en ballerine pour nous offrir quelques pointes et quelques pas de danse…

13-DSC_8811

Ballerine qui devient trapéziste…

15-DSC_8836

Elle est tout en haut du chapiteau, sans filet au sol…
Prise de risques…

16-DSC_8844

Juste un grand écart et une chute de reins qui empêche une chute au sol…
Bravo !…

17-DSC_8837

C’est le tour du quatuor d’ânes…
Un tour de piste à l’endroit…

18-DSC_8876

Un tour de piste à « l’engauche »…

19-DSC_8904

Ah oui, au Lido, il y a eu une campagne de dénigrement sur Facebook contre ce cirque sous prétexte qu’il utilise des animaux et que, par conséquent, ils seraient maltraités…

Encore des donneurs de leçons et des prêcheurs de morale qui n’y connaissent rien !…
Les animaux sont dressés pour travailler, tout comme ils sont dressés pour des concours hippiques ou des concours complets ou des concours de dressage… Il n’y a aucune maltraitance…
Il en de même que cela soit des chevaux, des ânes, des chiens, etc.…
C’est aussi le système travail-récompense…

D’ailleurs le dresseur de ce cirque, à la fin de chaque numéro, donne discrètement une friandise aux animaux…
Évidemment, cela ne nous a pas échappé…

20-DSC_8959

Alors, laissons baver les mauvaises langues, sur moi, elles ont provoqué l’effet contraire et m’ont poussé à venir payer ma place et voir le spectacle, un peu comme un geste du « Coyote Solidaire »…

Et les ânes de saluer le public…

21-DSC_8907

Le premier jongleur du tout début est revenu en funambule…
Nous sommes vraiment en plein dans les numéros du cirque classique exécutés par une famille d’enfants de la balle…

22-DSC_9031

Et c’est le second jongleur, lanceur de couteaux qui lui sert de partenaire…
Il tient devant lui, au bout d’une perche, un double tapis que le funambule saute avec brio…

23-DSC_9079

24-DSC_9080           25-DSC_9081

Notre danseuse trapéziste est de retour pour de l’acrobatie au sol…

26-DSC_9103

Belle démonstration…

27-DSC_9127

28-DSC_9149

29-DSC_9155

Entre chaque numéro, nous avons droit à nos Augustes pour faire patienter et divertir le public, et ça fonctionne rien qu’à entendre le rire des enfants…

30-DSC_9177

Et revoici le cheval noir accompagné d’un poney tout aussi noir…

31-DSC_9248

Après mille circonvolutions sur la piste, tout le monde se couche…
(
Et ces lumières qui n’arrêtent pas de changer)
Vous aurez remarqué la coiffure blonde platine en haut du crâne du dresseur…

32-DSC_9278

Et la représentation se termine sur un dernier salut de Monsieur Cheval Noir…

33-DSC_9231

Après une heure et demie de spectacle, l’équipe au complet vient nous saluer… (ils ne sont pas nombreux)…
Et ils ont encore changé de costumes…
J’ai entrevu la grand-mère costumière dans les coulisses…

34-DSC_9302

Ils se présentent tour à tour…

35-DSC_9317

Sans oublier le technicien son et lumière, (qui m’a donné tant de tracas)…

36-DSC_9297

Et, comble de politesse, ces enfants de la balle vont s’aligner devant la sortie pour donner l’au-revoir à chaque spectateur…

Chapeau les artistes !…

37-DSC_9322

C’est vraiment le cirque familial et nous sommes contents de les avoir applaudis…

38-DSC_9326

La magie du cirque, même modeste, fonctionne toujours…
Honte à leurs détracteurs…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 14 Commentaires »

LA MOSTRA DE VENISE TELLE QUE NE LA VERRONS PAS LES FESTIVALIERS

Posté par Claudio Boaretto le 20 août 2015

Avant que les festivaliers puissent, comme les années passées, voir ceci :

01-DSC_0285

Et cela :

02-DSC_0291

Aujourd’hui, 15 jours avant l’ouverture, nous voyons cela :

03-DSC_8506

Les triangles rouges sont encore dans leurs boites…

04-DSC_8500

Et avant que n’apparaissent les stars, les strass et les lumières,
les ouvriers de l’ombre sont en plein travail…

05-DSC_8503

La passerelle extérieure des « fotografi »
et le plancher du tapis rouge sont encore en bois brut…

06-DSC_8513

Avant d’aller aussi au luxueux « Bar-restaurant-salle-de-réception pour VIP »…

07-DSC_0297

Et d’y siroter un spritz avec vue sur la mer…

08-DSC_0004 (2)

15 jours avant voilà l’état des lieux…

10-DSC_8469

Nous retrouvons les ouvriers infatigables perchés sur leurs escabeaux…

11-DSC_8476

Procédant aux mises en place des structures…

12-DSC_8478

Ce petit billet illustré pour leur rendre hommage…

13-DSC_8481

Car le boulot est loin d’être fini…

14-DSC_8523

Même sur le toit du « Palazzo del Cinema »…

17-DSC_8526

Les ouvriers de l’ombre bossent en plein soleil !…

18-DSC_8528

Le seul qui ne « fout » rien sur le chantier et qui lézarde, le corps à l’ombre et la tête au soleil, c’est lui :

19-DSC_8543

Mais il a une réputation à tenir…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 8 Commentaires »

MA NOUVELLE HARLEY, LA « STREET BOB 103 »

Posté par Claudio Boaretto le 17 août 2015

Les « Ceuses » qui suivent mon blog depuis longtemps se souviennent qu’en mai 2013 j’avais vendu mon Harley « Electra Ultra Classic »…

01-P1100010

Pour m’acheter une Harley « Custom 1200 », car je voulais une moto beaucoup plus légère avec un centre de gravité plus bas…

je passais ainsi d’une moto de 400 kilos à une moto que 255 kilos, autant dire que j’avais l’impression de rouler en vélo…

02-P1280090

Mais elle avait quand-même quelques inconvénients, si la « Custom 1200 » est bien pour rouler en single, à deux, ça ne le fait pas vraiment :

- Moto pas assez longue donc pilote et passager quasiment collés l’un à l’autre…

- À deux, ça tape fort dans les trous ou les bosses aussitôt que la route est moins carrossable, même en renforçant les amortisseurs…

- Beaucoup trop de vibrations, à 130 kms/heure sur l’autoroute, dans les rétroviseurs tu n’arrives plus à identifier les véhicules derrière toi…

Voulant rester sur une Harley pas trop lourde, j’ai opté pour la plus légère des « Big Twin », à savoir :

La Dyna « Street Bob 103 »…
Même pas 40 kilos de plus que la « Custom 1200 »…

La « Street Bob » standard…

03-hd-street-bob-3-large

La mienne, la « Street Bob 103 »…
Coté tribord…

04-DSC_8294

Tribord trois quart avant…

04E-DSC_8296

Coté bâbord…
Comme vous pouvez le voir, j’ai choisi une couleur que j’aime bien : « Black Denim », soit noir mat… 

04F-DSC_8285

Bâbord trois quart avant…

04G-DSC_8289

Après 15 jours de conduite, j’ai changé deux choses capitales :

Primo, j’ai viré le guidon mini « Ape Hanger », qui t’oblige à lever les bras, pour un guidon « Bull Horn » bien plus agréable à la conduite…

05

Secondo, j’ai fait installer des commandes avancées…
Hé oui, sur le modèle standard, les commandes sont normales, donc il faut baisser le pied pour trouver le frein!…
Ça fait 20 ans que je roule avec des commandes avancées, donc j’ai le réflexe de lever le pied pour freiner…
Je ne vous dis pas la catastrophe à chaque fois, obligé de chercher et regarder mon pied pour utiliser le frein arrière…

Ça ne pouvait pas durer, tout est rentré dans l’ordre…

Commande avancée à tribord pour le frein arrière, (en plus j’ai l’ABS sur cette moto)…

06-DSC_8347

Commande avancée à bâbord pour le changement de vitesses…

07-DSC_8351

Autre mauvaise surprise, de toutes les options installées sur mon « Custom 1200 », aucune adaptable sur le « Street Bob »…

J’ai dû tout racheter et tout réinstaller !…

Le parebrise classique Harley…

08-DSC_8310

Mais escamotable, s’il vous plait…
Juste deux clips à tribord…

09-DSC_8314

Deux clips à bâbord, pour l’enlever ou le remettre rapidement selon que l’on ait envie, ou pas, de prendre le vent dans la « tronche »…

10-DSC_8317

Le pare-moteur, appelé aussi pare-jambes, bien utile si, malencontreusement, la moto se couche…

11-DSC_8307

Deux fonctions principales si la moto se couche,
primo, elle ne peut pas écraser la jambe,
secondo, elle protège le moteur qui ne touche pas le sol…
Il ne faut pas en faire l’économie…

12-DSC_8334

Le siège, appelé aussi pouf, hyper confortable pour la passagère…

13-DSC_8357

Avec les poignées pour se tenir en cas de freinage brusque ou d’accélération brutale…

14-DSC_8380

Toujours pour la passagère, le « Sissi bar »…

15-DSC_8359

Bien confortable pour reposer le dos…

16-DSC_8386

Les sacoches Harley,
Côté tribord…

17-DSC_8369

Mais il a fallu reculer le clignotant pour l’installer…
(
Heu, le zigoto que l’on voit dans le reflet, c’est « môa-m’aime »)

18-DSC_8370

Évidemment, même punition à bâbord…

19-DSC_8375

 

20-DSC_8378

Le porte-bagage à 5 branches, pour transporter le gros sac quand nous partons loin et longtemps…

21-DSC_8366

Ah oui, les seules choses que j’ai pu reprendre sur l’ancienne moto sont les cale-pieds pour la passagère, c’est toujours ça…

23-DSC_8355

22-DSC_8353

J’ai remis des poignées un peu antidérapantes, car les « noires standard ne sont agréables ni à la vue, ni au toucher…

24-DSC_8318

25-DSC_8320

Mon vieux TomTom Rider qui me suit de moto en moto…

26-DSC_8323

Ainsi que le boitier de « Telepass » qui permet de passer sans s’arrêter aux péages d’autoroutes italiennes… (avec 2 colliers rilsan pour embêter celui qui voudrait me piquer le « Telepass »)…

27-DSC_8325

Mon coyote qui chevauche le phare avant, abrité derrière le parebrise…

28-DSC_8413

J’ai refixé ma plaque de coyote, qui me suit également de moto en moto, sur le cache-batterie…

29-DSC_8372

Zoom… Elle est trop belle, encore un dessin de Hugo H. …

30-DSC_8373

Bien sûr, le « Gonfalone », le drapeau vénitien bien placé sur le pare-moteur, pour flotter au vent…
Quand je roule, on dirait même qu’il est rigide, c’est bôoooo !…
En France, on me posait souvent la question :
« C’est quoi ce drapeau ? »…
Ici c’est différent, toute l’Italie connait le drapeau de la République de Venise…

31-DSC_8335

J’ai replacé aussi ma vieille sacoche de fourche…

32-DSC_8306

Qui contient ma trousse à outils Harley…

33-DSC_8428

Je n’y connais rien en mécanique, mais n’allez pas croire que c’est du snobisme…
Si d’aventure surgit un petit ennui et qu’il faille resserrer une vis ou dévisser un écrou, nécessité d’avoir les outils qui vont bien, car les clés américaines n’ont pas les mêmes « pas » qu’en Europe…

34-DSC_8430

Voilà en quelque sorte le tableau de bord…
Au milieu, le compteur de vitesse avec compte-tours, kilométrage total et kilométrages partiels, l’heure, le nombre de kilomètres restant avant de faire le plein et l’indication de la vitesse enclenchée…
Le bouchon de réservoir à bâbord ne s’ouvre pas, c’est la jauge d’essence, le bouchon de tribord est le vrai bouchon de réservoir…

35-DSC_8397

« Street Bob 103 », le chiffre peut-être vous intrigue ?…

C’est la cylindrée en pouce cube :
« 103 cubic inches »… chez nous ça fait environ 1700cm3…
C’est vraiment une grosse bête…

35-DSC_8341

Si nous faisons la conversion : exactement 1687cm3…

À distinguer de la « Street Bob » normale, millésime 2014, qui ne fait « que » 1585cm3…

36-DSC_8344

Munis de toutes ces explications, vous comprendrez et apprécierez mieux ma nouvelle Harley Davidson…

Vue par la poupe…

37

Dernière vue bâbord…

38-DSC_8398

Dernière vue tribord…

39-DSC_8403

Et nous nous quittons sur le sourire du gamin planqué derrière son pare-brise…

40-DSC_8411

Ride Safe & Fun !…

Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres... | 28 Commentaires »

UN CUBO IN CANAL GRANDE A VENEZIA

Posté par Claudio Boaretto le 13 août 2015

En français :

« UN CUBE SUR LE GRAND CANAL À VENISE »…

C’est le nouveau scandale, la nouvelle polémique qui courent les « calle » vénitiennes, qui emplissent les colonnes des journaux locaux, qui alimentent les discussions dans les « bacari » de la Sérénissime…

Le « CUBO », définitivement baptisé ainsi…

Jugez par vous-même, la « foto » circule partout :

01-DSC_8220

Ce mercredi 5 aout, après 5 ans d’attente, les vénitiens ont découvert avec surprise, pour ne pas dire avec effroi, ce « Cubo » auparavant recouvert de toile blanche pendant toute la durée des travaux…

C’est l’hôtel « Santa Chiara »…

02- DSC_8249

Elio Dazzo, le patron, vient d’ajouter cette aile complètement dissemblable à la partie historique de son hôtel…

Je suis allé voir de plus près pour me faire une idée par moi-même… 

Nous l’apercevons déjà de loin quand on arrive par bateau sur le « Canal Grande »…

03-DSC_8196

On se rapproche…

04-DSC_8195

Oui, c’est bien lui, le «Cubo », on en croit à peine ses yeux, jouxtant l’aile ancienne datant du XVIème siècle !…

05-DSC_8194

Le voilà au plus près… Quel contraste entre les deux bâtiments…

06-DSC_8211

J’ai posé la question à mon gendre Hugo H., architecte D.P.L.G., au cas où quelques subtilités architecturales m’auraient échappé…

« Mais c’est complétement basique, on ne peut pas faire plus simple avec ses fenêtres rectangulaires » me dit-il…
Il en est resté bouche bée, et d’ajouter :
« il n’y a pas d’architecture et ils ont mis 5 ans pour faire ça ?!… Alors que la « Punta della Dogana » il a fallu seulement 16 mois pour la restaurer avec un résultat qui n’est pas comparable »…

L’édifice a été conçu par les architectes Antonio Gatto, Dario Lugato et Maurizio Varratta
La nouvelle aile recevra 19 chambres et un parking enterré de 16 places-autos destiné aux clients…

Pourtant je croyais qu’il était interdit de faire des sous-sols à Venise, encore des passe-droits ?…

J’ai mis pied à terre pour aller voir de plus près ce grand « Cubo » en pierre d’Istrie…

Ben oui, c’est vraiment basique…

07-DSC_8226

08-DSC_8243

En y regardant de plus près, il n’est pas même construit en pierre d’Istrie, c’est un « Cubo » de béton recouvert d’un simple parement de pierre d’Istrie !…

09

Des parements qui doivent faire 1 à 2 centimètres d’épaisseur, bref, de la construction à l’économie…
Pour un édifice sur le grand canal, ça méritait mieux…

10-DSC_8234

Le patron de l’hotel a déclaré à la presse :
«
Spero che piaccia ai Veneziani altrimenti me ne farò una ragione. Lo inaugureremo comunque entro settembre »
(
j’espère qu’il plaira aux vénitiens sinon je me ferai une raison. Nous l’inaugurerons de toute façon en septembre)…

Une façon de dire qu’il n’en a rien à « f..tre », car la presse locale révèle que 18% des vénitiens approuvent le projet tandis que 82% sont résolument contre, voire scandalisés…

Même sur le petit pont à droite de l’hôtel, le « Cubo » est toujours visible car sa façade n’est pas complétement horizontale par rapport à l’ancienne façade…

11-DSC_8247

Ce qui est incroyable c’est qu’un vénitien n’a pas le droit de changer la couleur de ses volets ou de sa façade et la moindre modification est soumise à un nombre impressionnant de règles, d’autorisations et de contrôles, et on laisse faire ça !…

Je sais que les municipalités précédentes ont attaqué à plusieurs reprises le projet mais ont été déboutées par le TAR, le tribunal administratif régional.
Le permis de construire n’a pas été délivré par la ville mais par la « Soprintendenza per i Beni Culturali » (
la surintendance pour les biens culturels) ce qui correspond en France à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles)…

En effet, le contexte architectural et environnemental des lieux donne de fait un pouvoir juridique monopoliste à la surintendante, Renata Codello, qui a autorisé ce « grossolano scatolone » (cette grossière boîte)…

Le Ministère des Biens Culturels vient de demander – tardivement – le dossier du projet, mais maintenant que le « Cubo » est là, personne ne le démolira….

Vu de l’arrière, depuis la Piazzale Roma, le contraste est encore plus saisissant vu que le « Cubo » fait un étage de plus par rapport à la façade avant, ce qui écrase l’aile historique…

12-DSC_8253

Seul le nouveau maire de Venise, Luigi Brugnaro, (celui qui vient de malheureusement s’illustrer en censurant des livres des écoles et en interdisant une exposition « foto » sur les « Grandi Navi ») trouve le « Cubo » à son goût :

« Sono sempre curioso delle cose nuove e, personalmente preferisco che, vicino alla storia, ci sia qualcosa di nuovo invece che delle scopiazzature. Invito tutti ad aver pazienza. L’opera va capita e, per il gusto, bisogna dargli tempo ».

(Je suis toujours curieux des choses nouvelles et, personnellement je préfère que, près de l’histoire, il y ait quelque chose de nouveau au lieu de pâles copies. J’invite tous à avoir à de la patience. L’œuvre doit être comprise et, pour le goût, faut lui donner du temps)….

Pour l’instant 92% des vénitiens, dont moi-même, ne l’ont pas comprise…

Maintenant, si je me rends de l’autre côté de la Piazzale Roma et quand je regarde l’hôtel « Santa Chiara » depuis sa gauche par rapport à la façade avant, on ne voit plus que l’énorme « Cubo »…

13-DSC_8277

Mais, à part quelques décrochements, qui aurait-il à comprendre dans ce « Cubo » ?…

14

Je préfère la vue arrière droite qui masque un peu le « Cubo », quoique, il est toujours bien là…

15-DSC_8271

Les internautes vénitiens, qui ne perdent jamais le sens de l’humour, ont vite fait de parodier l’image du « Cubo » sur le Net…

Voici la « foto » emblématique du « Cubo »…

16-DSC_8218

Et son détournement…

La démonstration de la complexité architecturale du dessin du « Cubo »…

31

Variante…

32

Un peu d’originalité…

33

Pourquoi ne pas styliser les fenêtres…

35

N’ayons pas peur de monter dans les étages…

34

Sexe show…

36

Pourquoi pas le Che ?…

37

Un clin d’œil au Grandi Navi…

38

Une des meilleures, ladies and gentlemen…

39

On ne pouvait pas éviter le rubik’s cubo…

40

Et c’est parti pour le toboggan sur le Canal Grande…

41

Le délire continue avec King Kong…

42

Et enfin, number one, ma grande préférée…

43

Pour terminer avec l’humour forcené, cette dernière injure que lancent les vénitiens à l’adresse de ce bâtiment :

« VAFANCUBO ! »…
(
Détournement de l’affreuse injure italienne : « vafanculo » qui veut dire « va te faire enc.…)

Mieux vaut en rire qu’en pleurer…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 27 Commentaires »

LE JACK UP DU MoSe DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 9 août 2015

Ce titre peut paraitre sibyllin, car, même après publication de plusieurs billets sur le « MoSe », je me suis aperçu, à travers les commentaires, que certains me demandaient encore ce qu’était le « MoSe »…

En bref, ou presque :

« MoSe » :
acronyme de « Modulo Sperimentale elettromeccanico », (
Module expérimental électromécanique), formant le nom italien du prophète Moïse. Soit un projet en cours de réalisation qui prévoit un système intégré de défense formé de rangées de vannes mobiles escamotables permettant d’isoler Venise et sa lagune de l’Adriatique durant les hautes marées lorsqu’elles dépassent une certaine hauteur (110cm) afin de mettre un terme au phénomène de « l’Acqua alta »…

01-450px-Vanne-gravité
A=lagune, B=mer, 1= socle béton, 2=vanne, 3=air injecté, 4=eau expulsée

Un système d’air injecté et d’eau expulsée, et vice versa, font remonter ou descendre ces vannes formant les trois digues mobiles aux trois embouchures de port…

Le projet a démarré en 2003 dans les trois passes de port du Lido, de Malamocco et de Chioggia…

01E-Venice_Lagoon

Le « MoSe », c’est aussi le plus grand scandale financier de ces 20 dernières années en Italie…

Depuis sa mise en chantier en 2005, le coût, estimé à 2 milliards d’euros au lancement des travaux, a dérapé jusqu’à frôler les 6 milliards, alors que la mise en place des digues flottantes, sans cesse repoussée, n’est plus attendue avant 2017, voire 2018…
La marge estimée des entrepreneurs sur ce chantier est de 50 %, contre 10 % d’ordinaire et les sommes détournées, plus d’une centaine de millions d’euros PAR AN !… La Mafia est passée par là…

35 personnes arrêtées dont Orsoni, le maire de Venise, Galan, président du Veneto de 1995 à 2010 et ministre de la culture en 2011, ainsi que de nombreux hauts fonctionnaires, militaires, entrepreneurs, etc.…

Après ce lamentable état des lieux, tout ce que nous souhaitons maintenant, nous autres vénitiens, c’est que le projet soit efficace et FONCTIONNE !…

Revenons à notre titre Sibyllin :
« LE JACK UP DU MoSe DE VENISE»…

« Jack up », what is it?…

Un « Jack up » est une plateforme flottante autoélévatrice comme, par exemple, certaines plateformes pétrolières…

Voici au loin le « Jack up du MoSe », nous allons nous en approcher…

02-

La construction de ce bâtiment par les chantiers navals CAV (Costruzioni Arsenale Venezia) débuta en 2012, pour se terminer en septembre 2014, pour un coût total de 50.436.000 €…

03-DSC_8009

Derrière le « Jack up », nous voyons l’énorme grue qui servit à sa construction…

04-DSC_8145-1

Quelle est donc l’utilité de ce « Jack up » ?…

Il sera utilisé pour la maintenance et la substitution des vannes à l’occasion des entretiens périodiques. Il servira même à installer les vannes sur les digues du Lido San Nicolò, de Malamocco et de Chioggia…

Il est formé de deux demi-coques rassemblées par un module intermédiaire, il pourra ainsi s’allonger et se raccourcir selon des dimensions des vannes qu’il devrait crocheter et transporter…

La longueur du « Jack up » varie alors de 69.6 mètres à 60.25 mètres pour une largeur de 30.25 mètres…

À priori nous ne distinguons pas les demi-coques lorsque nous regardons le bâtiment par son profil mais nous voyons bien ses 4 jambes hautes de 26 mètres…

05

Les vannes en effet ont des mesures diverses, proportionnelles aux profondeurs des embouchures où elles sont installées. Les plus petites sont celles de Lido Treporti (longues 18.5 mètres, larges 20 mètres et épaisses 3.6 mètres), alors que les plus grandes sont celles de Malamocco (longue 29.2 mètres, larges 20 mètres et épaisses 5 mètres)….

Le « Jack up du MoSe », contrairement à beaucoup d’autres, est aussi autopropulsé…
C’est un véritable bâtiment maritime équipé d’un système de positionnement, relié au système de propulsion : il est donc en mesure de naviguer à une vitesse moyenne de 5 nœuds et de se positionner en mode autonome, sans nécessité de remorqueurs ou de bateaux d’aides à l’ancrage…

Vue par l’arrière…

05e-DSC_8149

La poupe…

06-DSC_8000

Le nom de baptême du « Jack up » : « MOSE I »…

07-DSC_8000-1

La vue par l’avant…

07e-DSC_8031

La proue avec le nom que l’on retrouve sur les plats bords avant …

08-DSC_8136

La passerelle de pilotage….

08e-

09-DSC_8105

Lorsqu’il arrive en position au-dessus des caissons, ses quatre grandes « jambes », descendent jusqu’à rejoindre le fond. Une fois appuyée sur les jambes, la coque est soulevée au-dessus des flots pour garantir la stabilité et éviter les oscillations dues au mouvement des vagues, même par mauvais temps…

Le « Jack up » est doté de deux grues d’une portée de 6000 kilo Newton chacune.

La grue avant…

10-DSC_7999

10-DSC_8119

Celles-ci tiennent crochetées en suspension les vannes et procèdent à leur positionnement dans le fond sous-marin avec une précision millimétrique pour les replacer avec exactitude dans les caissons où elles doivent être logées…

La grue arrière…

11-DSC_8122

À la fin de l’installation ou de la maintenance, les jambes d’appui se soulèvent, la coque redescend et le bâtiment reprend son assiette de navigation pour rentrer à sa base opérative à l’Arsenal de Venise…

12-DSC_8144

Malgré les magouilles politiciennes, les corruptions mafieuses, les sommes englouties (sans jeu de mots malheureux), espérons que le travail des ouvriers, des techniciens et des ingénieurs de base, à qui nous devons toutes ces ingéniosités techniques, porte ses fruits et que le système « MoSe » soit efficace pour la préservation et la sauvegarde de la Sérénissime, de sa lagune et de sa population…

13-DSC_8016

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 13 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance