• Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

LE « PALINURO » FAIT ESCALE À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 29 octobre 2015

Le « Palinuro », « c’est un fameux trois mats fin… »… 

Heu, non !…
J’arrête immédiatement,
J’avais déjà commencé mon billet illustré sur le « Belem » par cette même phrase…
il faut que j’arrête de radoter…
Trouvons une expression plus appropriée :

Le « Palinuro », c’est un joli trois-mâts goélette…

01-DSC_1306

Le terrien demandera, un trois-mâts goélette, c’est quoi ?…

C’est un voilier dont le mât de misaine (à l’avant) a des voiles carrées, le grand mât (au centre) et le mât d’artimon (à l’arrière) des voiles auriques, je préciserais même, des voiles auriques à cornes…

Maintenant si vous ne savez pas ce que sont les voiles auriques, pour ne pas me répéter, référez-vous au début de mon article sur le « Belem », qui lui est un trois-mâts barque…
Voici le lien :ARRIVEE DU BELEM, VOILIER TROIS MÂTS BARQUE, à VENISE

Nous voyons bien sur la « foto » ci-dessous la différence entre le mât de misaine et les deux autres mâts…

02-DSC_1293

Quelques détails techniques :

Longueur hors-tout : 69 m
Longueur de la coque : 59 m
Longueur à la flottaison : 50 m
Largeur maximale : 10,1 m
Tirant d’eau maximal : 4,8 m
Tirant d’air : 30 m
Surface maxi de voilure : 1070 m²

02-DSC_1339

Avant d’être, depuis 1951, un navire école de la marine militaire italienne, c’était un morutier baptisé « Commandant Louis Richard », construit en 1934 dans les chantiers navals de Nantes, armé par la « Société de Pêches Malouines » et destiné à la pêche en Terre-Neuve…

3-DSC_1325

Rebaptisé par la marine italienne « Palinuro », personnage de la mythologie romaine représenté sur la figure de proue, prolongée par deux grandes frises dorées des deux côtés de l’étrave du bâtiment…

04-DSC_1367

Zoom…

05

« Palinuro », du latin « Palinurus », était le mythique barreur du navire qui ramena Énée, fuyant Troie envahie par les grecs, jusqu’en Italie…

Comme on le voit sur cette « foto » de face, il tient dans ses mains un « aviron de gouverne »…

06-DSC_1535

Allons jeter un petit coup d’œil à bord histoire de prendre quelques clichés…

07-DSC_1372

Par rapport à l’origine, la dunette a été très rallongée pour les besoins du navire école ; 6 marins et officiers et 75 cadets, ça fait du monde au bord…
Sous la dunette, la cale à poisson est transformée en poste d’équipage que nous ne pourrons pas voir, car, malheureusement, la visite n’est autorisée que sur le pont et la dunette…

08-DSC_1434

Les cordages aux pieds de chaque mât sont toujours aussi impressionnants sur ces vieux gréements…

09

10-DSC_1397

Chaque drisse, chaque écoute a sa fonction clairement définie pour éviter les erreurs…

11-DSC_1402           

La cloche et la devise :

« Faventibus Ventis »
(
que les vents te soient favorables)

13-DSC_1391

La timonerie avec sur la droite les commandes du moteur
(
car il y a aussi un moteur sur ce voilier)

 14-DSC_1424

Le timon…

15-DSC_1433

Les canots pour descendre à terre quand le voilier est mouillé en rade…
Ils sont accessibles depuis la dunette, en arrière-plan le « Palazzo ducale »…

16-DSC_1460

Sur les deux côtés de la dunette, les postes avec compas…

À tribord…

17-DSC_1416

Comme à bâbord, avec vue sur « San Giorgio Maggiore » et la « Salute »…

19-DSC_1438

Un des compas…

20-DSC_1442

Un petit bonjour au matelot d’astreinte…
Pas de pompon sur le bâchis en Italie, dommage pour les filles…

21-0DSC_1475

Les cabestans, sur ce navire-école pas de moteur électrique, il faut étarquer à la force des bras… On met les pièces de bois dans les gueules rouges et il faut 4 hommes pour la manœuvre…

21-1

Les petits bloqueurs en bas permettent de ne pas laisser filer les drisses…

21-2

Le grand mât vu du pied ou presque…

22-DSC_1471

Le mât de misaine a quand-même plus de « gueule »…

23

Tout en cuivre le « tableau de présence » des officiers…
Le cuivre est tellement poli que nous avons l’impression d’être devant un miroir…

24-DSC_1508

Nous voyons par exemple que le commandant est à bord…

25-DSC_1505

Nous redescendons à terre…

Le « Palinuro » est peint comme « l’Amerigo Vespucci », le second navire-école de la marine italienne, avec de faux sabords en noir…
(
Les sabords, du temps des corsaires, étaient les ouvertures sur les côtés des navires par lesquelles passaient les fûts de canons)…

26-DSC_1524

Le nom à la poupe, comme le veut l’usage et la réglementation…
Avec la « Salute » en arrière-plan…

27-DSC_1516

Au revoir, joli bateau, tu étais là ce week-end, tu ne seras plus là demain matin, mais tu es toujours le bienvenu car tu ne déparais jamais sur les quais de la Sérénissime, à l’inverse de ces immeubles flottants, trop laids hélas, qui traversent encore notre lagune…

28-DSC_1547

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 21 Commentaires »

ATLANTIQUE NORD par HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 23 octobre 2015

La dernière production d’Hugo H. en ce mois d’octobre 2015…

AtlantiqueNord-650

Une peinture à l’huile sur panneau de bois enduit de 23×25 cm…

Le ressenti de l’artiste :

« Les Açores. Quelques petites îles au milieu de l’Atlantique Nord. A peine quittons-nous la côte que la profondeur de l’eau atteint des dizaines de mètres. Le fond est loin. Inaccessible. Inexistant. Il n’y a que de l’eau. »

Je rappelle qu’Hugo est fan de la plongée sous-marine et que son séjour aux Acores n’avait d’autres buts que de s’adonner à cette passion si submersible…

« La surface est tantôt bleue, tantôt d’un gris d’acier. Regarder dans l’eau donne le vertige. C’est si sombre. Si profond»

Justement, ça ne m’incite pas à plonger et descendre dans ces profondeurs, mais plutôt l’envie d’avoir le pied sur le pont d’un bon bateau et de sentir le roulis et le tangage de l’océan…
Chacun son ressenti…

Hugo, toi qui nous a habitué aux grands formats, pourquoi un petit 23×25 cm ?…

« C’est une esquisse d’étude, faite en une seule fois, tout dans le frais pour mélanger les teintes sur le support. Deux gris neutres et du bleu de Payne. »

Une esquisse, donc une ébauche pour une œuvre future ?…

« Le but est de réaliser un grand format par la suite, mais actuellement je manque de temps. 

 Ici, on a bien le mouvement de l’eau et la profondeur qui apparaît dans ces vaguelettes à contre-jour. »

 Personnellement, j’aime à découvrir dans ce petit tableau, comme dans une lucarne, un petit morceau d’océan dont on appréhende l’immensité et la profondeur…
Quand on est amoureux de la mer, on ne s’en lasse pas…

Nous avons hâte de voir l’œuvre définitive…

Claudio Boaretto

 

Publié dans Peinture & Dessins | 8 Commentaires »

BALADE EN « SÀNDOLO » SUR LES CANAUX DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 20 octobre 2015

Si les touristes du monde entier connaissent les gondoles de Venise, la grande majorité ignore que les gondoles ne composent qu’une petite partie des barques traditionnelles vénitiennes sur lesquelles se pratique la fameuse « Voga alla Veneta », cette manière si particulière de voguer à la rame sur Venise et sa lagune…

Le « Sàndolo » est une des barques traditionnelles de la lagune, autant connue par les vénitiens que la gondole désormais dédiée aux promenades touristiques payantes…
Vous verrez bien souvent des vénitiens voguer sur « Sàndolo », sur « Mascarèta », sur« Pupparin », sur « Sanpierota » ou sur « S’copion » mais très rarement sur une « Gondola » privée, à moins que ce ne soient sur des gondoles de courses appartenant à des clubs pour concourir dans les régates…

Ce matin de septembre, pour cette promenade matinale en « Sàndolo », j’ai rendez-vous avec Flo, ma fille, à la « Remiera de Cannaregio » près de « San Alvise »…

Explication de texte :
« Remiera », venant du mot « Remo » (
rame en français), est un club de « Voga alla Veneta », c’est aussi l’endroit où sont remisées toutes les barques du club et de ses membres…
« Cannaregio » est un des six quartiers de Venise que l’on appelle un « Sestiere »…
« San Alvise » est une église de « Cannaregio » située près la rive Nord-Est de Venise…

La « Remiera de Cannaregio »

01-DSC_1658

Si les barques des propriétaires sont de toutes couleurs, comme le « S’copion » de Flo que nous voyons ici en premier plan…

02-DSC_1655

En revanche, les barques du club sont toutes de couleur verte…
Chaque Remiera de Venise a sa couleur, c’est ainsi que l’on reconnait les clubs et les « Sestieri » lors des parades, des défilés, des régates et des « gare » (
courses)…

03-DSC_1660

Les rameurs se doivent également de porter le maillot vert arborant les insignes du club… À Venise, on ne badine pas avec les traditions…
Nous voilà à deux rameurs sur le « Sàndolo »…
À la proue, Gino, le professeur de « Voga alla Veneta » de Flo, car on ne s’improvise rameur à la vénitienne, c’est très technique et cette technique ne peut s’acquérir par empirisme…
Il faut apprendre les gestes et les travailler !…
D’ailleurs les gondoliers doivent passer un examen pratique très difficile devant leurs pairs avant d’avoir le droit d’exercer ce métier…

04-DSC_1232

Flo, à la poupe…

05-DSC_1215

Trop belle ma fille, le sourire même dans l’effort…

06-DSC_1209

Et ma pomme au milieu, assis car interdiction de se lever à celui qui ne rame pas… Sur ces barques légères on perd trop facilement l’équilibre si on ne s’appuie pas sur la rame, avec alors le risque de déstabiliser les rameurs…
(Heu, j’ai endossé un sweet bleu car de si bon matin je suis un peu frileux, mais dessous j’ai mon t-shirt vert aux insignes du club)

07-foto2
(foto Éric Vaché)

Après avoir longé Venise côté lagune sur sa partie nord depuis « San Alvise » nous pénétrons dans le « Canale della Misericordia »…
Devant nous l’église éponyme…

08-DSC_1229

Le « Campo de l’Abazia » (place de l’abbaye) devant l’église…

09-DSC_1231

Le passage sous les ponts est toujours une aventure et, selon les marées, il faut parfois baisser la tête sous peine de bosses…

10-

Nous débouchons sur le « Canal Grande »…
(Sur l’eau, quand je prends des « foto », j’aime bien, quelque fois, laisser apparaître soit un bout de bateau, ou de rame, ou même du rameur, question de situation permettant également au lecteur de se repérer)…

11-DSC_1248

Nous traversons le « Canal Grande dans sa largeur jusqu’à l’église de « San Stae » (Saint Eustache) où nous allons embarquer deux amis de Flo…

12-DSC_1255

Et nous réintégrons les petits canaux dans le « Sestiere de San Polo »…
(
Je vais tenter de vous la faire courte quand-même car notre promenade matinale a duré plus de 3 heures)…

J’aime beaucoup ces balades en barque, la vision est bien différente au ras de l’eau et dans les canaux étroits nous avons comme l’impression que les maisons grimpent au-dessus de nous…

13-DSC_1284

Les « Campo », ou « Campi » au pluriel, dégagent une ambiance différente quand on les regarde de plus bas que le niveau du sol…

14-DSC_1287

Deux jeunes clients de Flo devant la « Porta d’Aqua » de son B&B…
Partout dans Venise, les gens paient à la ville une redevance pour accoster leur bateau à un « Posto Barca » qui leur est alloué en permanence… (
On peut traduire « Posto Barca » par anneau en France)… Le gros problème c’est que tous les « Posto Barca » sont occupés depuis longtemps et les listes d’attente interminables… Plusieurs années si l’on ne perd pas espoir… Mais les chanceux qui possèdent une « Porta d’Aqua » (porte d’eau) n’ont pas besoin d’attendre car ils sont accostés devant leur maison et ils paient beaucoup moins cher à la Ville pour leur droit d’accostage…

15-DSC_1290

Pour ceux qui connaissent, face à nous le pont de « San Polo »…

16-DSC_1297

17-DSC_1298

Depuis l’eau, c’est un monde étrange et fascinant que nous offre alors la Sérénissime…

18-DSC_1300

Nous croisons un gondolier juste avant de rejoindre le Grand Canal…
Nous avons pris des raccourcis pour éviter la grande boucle du canal…

19-DSC_1301

Depuis le « Canal Grande » j’aime bien shooter les petits « Rii » qui se perdent entre les « Palazzi »…

20-DSC_1355

21-DSC_1335

Un gondolier avec une grrrande barrrbe blanche…
Je crois bien que c’est le seul de Venise, je ne pouvais pas le rater…

22-DSC_1362

Direction le bassin de « San Marco », nous n’avons peur de rien, l’endroit où la navigation à rames et à moteurs est la plus intense…
Flo est passée à la proue et Gino à la poupe…

23-DSC_1374

Toujours aussi beau notre palais ducal, avec un petit clin d’œil sur la rame de Flo…

24-DSC_1387

Nous voilà devant le « Ponte della Paglia » (Pont de la Paille), celui d’où tous les touristes « fotografient » le « Ponte degli Sospiri » (Pont des Soupirs), le pont le plus « fotografié » du monde…

C’est un véritable embouteillage à gondoles…

25-DSC_1390

Parmi toutes ces noires gondoles, notre « Sàndolo » vert se démarque…

26-DSC_1396

Nous passons sous le pont de la Paille…

27-DSC_1402

Et bientôt sous le Pont des Soupirs…

28-DSC_1408

Ce n’est pas tous les jours quand-même…

29-DSC_1415

La « foto » à la verticale !…
À la chasse c’est ce que l’on appelle « Le coup du Roi »…

30-DSC_1419

Nous reprenons nos petits « Rii », raccourcis pour rejoindre le « Ponte de Rialto » sans se taper toute la boucle du « Canal Grande »…

31-DSC_1446

Nous croisons les parcours stéréotypés des gondoliers que nous rencontrons le long des canaux…

32-DSC_1459

Ou au sortir d’un pont…

33-DSC_1490

Les maisons séculaires grimpent toujours sur nos têtes…

34-DSC_1481

Où des vénitiens affichent des slogans à leurs balcons :
« Basta sale giochi a Venezia »
(
Assez des salles de jeux à Venise)
« Basta Mafia »
Pas de besoin de traduction…

35-DSC_1482

Pour ceux qui connaissent bien Venise, nous venons de passer sous le « Ponte de l’Ogio » (pont de l’huile) entre le « Sephora » et le magasin « Coin » qui vient de rouvrir ses portes après de grands travaux…

36-DSC_1492

Le pittoresque de Venise, une « calle » qui finit par un « Sotoportego » donnant sur un canal devant deux gondoles accostées…

37-DSC_1469

Et nous voilà au « Rialto », guidés d’une main sure par Gino, dont nous apercevons le poing assurant la rame…

38-DSC_1505

Le fameux marché aux poissons devant la rame de Flo…

39-DSC_1529

Cette avancée toute de bois sur le flanc d’un « Palazzo » m’interpelle…

40-DSC_1549

J’aimerais bien la voir de l’intérieur…

41-DSC_1550

Nous revoici à « San Stae » où nous débarquons les deux amis de Flo…

42-DSC_1556

Un peu plus loin sur notre bâbord, le « Palazzo detto Fontego dei Turchi » qui abrite le musée d’histoire naturelle de Venise…
C’est un musée à l’ancienne pour ce qui est de la présentation des collections… Il mériterait d’être dépoussiéré… Dans certaines pièces on a l’impression de se retrouver dans des salles de trophées de chasse…

43-DSC_1562

Nous quittons le « Canal Grande » pour le canal de Cannaregio et passons sous le « Ponte delle Guglie » devant le « Rio terrà San Leonardo », véritable autoroute à touristes-piétons en partance ou provenance de la gare et de la Piazzale Roma où se trouvent les grands parkings à automobiles…
Les gondoliers accostés là attendent le client…
(
Un rio terrà est un canal recouvert)…

44-DSC_1573

Plus loin, sur notre tribord, le « Sotoportego dei Vedei » (sous-portique des veaux)… Drôle de nom, n’est-ce-pas ?…

45-DSC_1578

Quelques coups de rame et sur notre bâbord, une maison que j’aime beaucoup…
Si j’avais des sous, je me l’offrirais avec un ravalement dans les tons ocre typique de certaines maisons vénitiennes…
Mais, snif…

46-DSC_1592

À la fin de ce canal donnant sur la lagune nord, toujours à tribord, les anciens abattoirs de Venise, reclassés maintenant en un grand complexe d’appartements…
Vous comprenez pourquoi, tout à l’heure nous sommes passés devant le « Sotoportego dei Vedei »… Tous les noms ont une raison d’être à Venise…

47-DSC_1602

Nous distinguons encore sur le haut du fronton la sculpture de tête de bovin…

 48-DSC_1606

Zoom…

49-DSC_1609

Nous voilà rentrés à la « Remiera » où nous hissons le « Sàndolo » sur le quai, le rinçons à l’eau douce avant de le remiser à l’intérieur…

50-DSC_1648

Je termine ce reportage illustré sur une « foto » de ma jolie fille chérie qui suit la tradition familiale car sa grand-mère, Linda, ma maman en l’occurrence, était une experte de la « Voga alla Veneta »…

L’air de rien, Flo vient de se taper plus de 3 heures de rames…
Bravo ma fille…

51-DSC_1208

Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres... | 29 Commentaires »

UN NOUVEL EMBARCADÈRE SUR LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 9 octobre 2015

C’était le 16 décembre 2014, nous passions sur la « Riva Santa Maria Elisabetta », au « Lido di Venezia », pour prendre le « Vaporetto »… 

Devant la lagune, juste sur le quai, une grande barrière en plastique rouge…

Notre curiosité est éveillée…
Que se passe-t-il ?…
Des travaux sur l’eau ?…
(Je sollicite votre indulgence pour ce reportage illustré car toutes les « foto » furent réalisées uniquement avec mon smartphone aux réglages spartiates… D’ailleurs, au lieu du format DX 24×16 habituel de mes « Nikon », nous avons un format HDTV 16×9, plus allongé)…

01-14-12-16-IMAG0197

S’approchant de plus près, nous voyons un bateau de travail avec des grues à bord…

02-14-12-16-IMAG0196

Et de petites colonnes en béton, hérissées de ferraille, sortent de l’eau…

03-14-12-16-IMAG0199

Le 28 décembre, les colonnes supportent maintenant 6 ou 7 poutrelles complètement ferraillées…

04-14-12-28-IMAG0206

05-14-12-28-IMAG0203

Le 08 janvier, de retour de notre Saint Sylvestre en France, le bateau-outils est revenu et les poutrelles sont réunies par des plaques de béton…

06-15-01-08-IMAG0379

Toutes aussi ferraillées…

07-15-01-08-IMAG0382

Le 14 janvier, le ferraillage s’intensifie…

08-15-01-14-IMAG0408

09-15-01-14-IMAG0411

Le 23 janvier, la dalle est coulée…

10-15-01-23-IMAG0491

Et quelques planches de chantier sont érigées en guise de balustrade de sécurité…

11-15-01-23-IMAG0496

Le 27 janvier, la balustrade provisoire est terminée…
On peut dire que la confiance règne quant à la solidité de la plate-forme ; une camionnette est carrément stationnée dessus…

12-15-01-27-IMAG0507

La plate-forme se transforme en lieux de stockage de matériaux de chantier…

13-15-01-27-IMAG0503

Pas d’évolution pendant 2 mois et, tout à coup,
la Révolution…

Le 15 mars, c’est carrément toute l’esplanade et le rond-point de « Santa Maria Elisabetta » qui se retrouve en chantier…
D’énormes travaux sont entrepris…

Les quais sont complètement dépavés…

14-15-03-15-

La plate-forme sur la lagune joue plus encore son rôle d’espace de stockage, les bateaux y déchargeant les matériaux…

15-15-03-15-IMAG0604

Le 20 mars, « Santa Maria Elisabetta » n’est plus qu’un immense chantier…

16-95-03-20-IMAG0625

Il faut attendre trois mois, la fin de ce chantier phénoménal sur l’esplanade, pour que reprennent les travaux sur le futur embarcadère…

Nous sommes alors le 22 juin, les quais sont remis à neuf avec de beaux parements blancs…

Les « Bricole » ou « Duc d’Albe » sont plantés tout autour de la plateforme et un kiosque est érigé…

17-95-06-22-IMAG1108

La nouvelle balustrade en bois est posée, les pontons ne sont pas encore terminés…

18-95-06-22-IMAG1116

Le 19 aout, sous le soleil, l’embarcadère semble terminé mais l’accès est encore interdit…

19-95-08-07-IMAG0066

Le 17 septembre, l’embarcadère, « Pontil » en vénitien, est terminé…
Nous sommes à marée haute, le dernier ponton est au ras de l’eau…

20-95-09-17-IMAG0284

Nous avons enfin accès à la plateforme, recouverte d’un plancher, qui comporte trois pontons…

21-95-09-17-IMAG0288

Le premier ponton à bâbord, pour les bateaux style taxis, vedettes Riviera, et autres « Barche Veneziane » (bateaux vénitiens)…

22-95-09-17-IMAG0289

Le ponton central, plus grand, plus large, plus haut, destiné à des bateaux plus importants pouvant embarquer (et débarquer ) plusieurs centaines de personnes, nous pensons immédiatement aux touristes…

23-95-09-17-IMAG0293

Le dernier ponton à tribord, semblable au premier, mais légèrement plus bas, puisque mouillé par marée haute…

24-95-09-17-IMAG0295

Voilà une belle réalisation sur notre « Riva » du Lido…

À quoi servira spécifiquement ce nouvel embarcadère ?…
J’ai entendu dire qu’il serait dédié aux « taxis maritimes », mais la présence d’un kiosque, vraisemblablement pour délivrer des tickets et d’un ponton central pour bateaux plus conséquents me laissent songeur…

25-95-08-07-IMAG0072

L’avenir nous le dira…

Quoiqu’il en soit, vous savez maintenant comment se réalise un embarcadère sur la lagune vénitienne…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 14 Commentaires »

LA BIENNALE DE VENISE, CÔTÉ « GIARDINI »

Posté par Claudio Boaretto le 5 octobre 2015

Après avoir visité la biennale côté « Arsenale », nous voici aux « Giardini » (jardins) pour visiter les pavillons nationaux… 

Pas moins de 29 pavillons, construits en dur depuis plus d’un siècle aux « Giardini », sans compter l’immense pavillon italien occupant presque un cinquième de l’espace ici dévolu à la Biennale…

Les « Giardini » c’est aussi une histoire de famille, c’est dans ces jardins, peuplés de statues, que m’emmenait jouer ma grand-mère, la nòna Gemma, lorsque j’étais enfant…

Lors, en entrant, je suis immédiatement interpellé par la petite dizaine de statues facétieuses érigées pour la Biennale, tournant en dérision les statues réelles à caractères guerrier ou politique…

La première nous accueillant à l’entrée de l’exposition, un roi guerrier, sans bras et dont l’épée est plantée sur un socle devant la statue…

01-DSC_0350

Le visage est « effacé »…

02-DSC_0350-1

Cet autre statue, coupée au niveau de la ceinture…

03-DSC_0352

Celle-ci n’offrant qu’un manteau vide…

04-DSC_0355

Ou encore celle-là avec le personnage au bas de son piédestal…
Très drôle…

05-DSC_0355-3

Nous commençons la visite des pavillons…
Comme pour l’arsenal, nous, qui d’habitude sommes bon public, prêts à accepter toutes les audaces, tous les délires, avons été quelque peu déçus, moins surpris, moins séduits que les années précédentes…
Serions-nous devenus blasés ?…

Encore une fois, nous avons zappé toutes les projections & vidéos et certains pavillons présentant des installations aux relents de déjà vus ou n’offrant que peu intérêt à nos yeux…

Le pavillon Suisse, vide avec rien que des murs verts…

06-DSC_0362

Nous suivons un petit couloir tout aussi vert…

07-DSC_0361

Menant à un bassin d’eau rougeâtre où se reflètent les néons…
Comprenne qui pourra…

08-DSC_0357

Le pavillon japonais,  à mon sens une des plus belles installations de l’exposition…

Des barques en bois sous un plafond envahi d’une multitude de clefs sur fond de filaments rouges…

09-DSC_0380

Ne me demandez pas le pourquoi de la symbolique des clefs…

10-DSC_0382

Mais le spectacle est magnifique…

11-DSC_0385

Dans le pavillon allemand, encore une vidéo, j’ai quand-même pris la « foto » pour la pièce obscure lumineusement quadrillée…

12-DSC_0402

Dans le pavillon canadien, une installation de pots de peinture bavant leurs couleurs…
Là, je me suis senti concerné car cela me fait tristement penser qu’il faut que je repeigne tout notre appartement…

13-DSC_0410

Le pavillon du Royaume-Uni ne laisse pas indifférent…
Déjà une drôle de bête à l’entrée…

14-DSC_0419

Que nous retrouvons à l’intérieur…

15-DSC_0421

Le pavillon est immense, tous les murs sont de couleur jaune et nous trouvons une multitude de corps sans bustes avec une cigarette « dans le cul ! »…
Je ne vous en montre que quelques-unes…

16-DSC_0425

17-DSC_0427

18-DSC_0444

Et quand ce n’est pas « dans le cul », c’est dans le nombril…

19-DSC_0431

Ou ailleurs…
Aurions-nous à faire à un artiste de la ligue anti-tabac anglaise ?…

20-DSC_0440

Devant le pavillon français, un arbre vivant, une espèce de pin avec tout son bloc de racines…

À priori rien de spécial, mais au bout de quelques instants nous nous apercevons que l’arbre se déplace lentement de quelques centimètres…
Surprenant…
En observant bien sur le gravier, nous voyons les traces de son déplacement…

21-DSC_0452

Même phénomène à l’intérieur du pavillon français…

22-DSC_0456

Dans le pavillon australien de nombreuses pendules bizarres…

Avec des barbelés…

23-DSC_0490

Montée sur livres anciens…

24-DSC_0474

Au centre de la salle, des têtes…

25-DSC_0492

26-DSC_0471

Sur une paroi, ce que j’ai d’abord pris pour de petits ossements ne sont que des morceaux de bois flottés…

27-DSC_0486

Le pavillon Hollandais, pays de la tulipe, nous offre une expo champêtre…

D’un regard nous embrassons la salle…
sur la droite, des serpes et serpettes…

28-DSC_0514

Les voici…

29-DSC_0498

Des tableaux représentant des herbes, des graminées…

30-DSC_0501

Mais en regardant de plus près, ce ne sont pas des peintures, mais la plante réelle qui est à l’intérieur du cadre, protégée par une vitre…
D’où les serpettes…

31-DSC_0502

Au milieu de la salle un immense rond de têtes de plantes séchées…

32-DSC_0505

N’étant pas botanistes je ne saurais vous dires si ce sont des fleurs, des fruits, des bourgeons ou autres…

33-DSC_0509

Dans le pavillon belge, cet écriteau…

34-DSC_0524

Les « foto » noir & blanc…

35-DSC_0526

Une performance : ces inlassables joueurs d’échec…

36-DSC_0530

Le pavillon brésilien,
des trous dans des murs colorés, où les gens rentrent…

37-DSC_0598

Et ressortent, car il n’y a rien d’autre à voir…

38-DSC_0599

Le pavillon de la Serbie ne m’a pas déplu…
Une grande salle avec des drapeaux froissés et salis qui semblent avoir décoloré sur le sol…

39-DSC_0630

Après examen, on s’aperçoit que ce sont tous des drapeaux désuets de royaumes ou de républiques qui n’existent plus et dont les noms sont inscrits en reliefs sur les murs blancs du pavillon…

La République Démocratique Allemande 1948-1990

40-DSC_0630-1

L’Empire Austro-Hongrois 1867-1918

41-DSC_0630-2

La Yougoslavie 1918-2003

42-DSC_0633-1

La symbolique est forte, j’applaudi des deux mains…

43-DSC_0633

Le pavillon de l’Autriche est vide !…
Murs blancs et plafond et plancher noirs…
Au moins le mérite de me faire rire…

44-DSC_0636

De beaux tableaux colorés dans le pavillon de la Roumanie…

Mon préféré…

45-DSC_0657

Un pavillon présenté par la société suisse Swatch…
Une sorte de wagon métallique, on rentre d’un côté pour sortir de l’autre, dans un épaisse obscurité, en suivant un magnifique parcours de fleurs lumineuses…

46-DSC_0669

Magique, mais extrêmement difficile à « fotografier » dans le noir à main levée, sans trépied…

47-DSC_0673

Heu, un coup de flash et la magie disparait !…

48-DSC_0670

Le temps nous presse, 6 pavillons n’auront pas notre visite…

Nous pénétrons dans l’énorme pavillon italien…

Dans l’entrée, un mur de valises ?!…

49-DSC_0681

Déambulant entres salles et couloirs nous débouchons sur un immense auditorium à deux étages, presque désert, où se produit une chanteuse lyrique au piano…

50-DSC_0703

Zoom pour portrait…

51-DSC_0708

Plus loin un tableau noir avec une formule…

52-DSC_0718

Par-ci, des tableaux…

53-DSC_0733

Par-là, des sculptures…

54-DSC_0739

Des assemblages d’objets dégoulinants de couleurs sombres…

55-DSC_0746

56-DSC_0743

Un coup de flash pour faire « péter les couleurs »…

57-DSC_0744

Un bras numériquement équipé sortant d’un mur…

58-DSC_0753

Bref, rien de très transcendant dans cet énorme pavillon…

Nous reprenons le chemin du retour, moins fans que les années précédentes…
Mais ce n’est que notre ressenti, tout à fait subjectif en matière d’art, qui plus est, contemporain…

59-DSC_0756

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 8 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance