LE MUSÉE DU « MERLETTO » À BURANO

Posté par Claudio Boaretto le 12 novembre 2015

 La réputation de la petite île de Burano, (en vénitien, nous disons « Buran » (qui se prononce -bou-rain-)), sise au milieu de la lagune Nord de Venise, n’est plus à faire, un des passages obligatoires des touristes visitant la Sérénissime…

Il faut avouer que cette île est des plus spectaculaires, particulièrement connue pour ses maisons colorées qui font la joie de millions de « fotografs »…

01

Une autre particularité de Burano :
son campanile fort penché que l’on distingue quand on aborde l’île par le sud-est, en venant de langue de terre de Treporti…

02-DSC_1892

En sens inverse…
Si je puis « allitérer » sans crainte je dirais que le campanile de Burano fait la Pise à la tour de pige…

03-DSC_2007

Mais ce qui fait la réputation de Burano depuis plusieurs siècles, c’est le « Merletto » (la dentelle)…

Néophyte en la matière, pour tenter d’en savoir plus, j’ai surfé sur quelques sites spécialisés sur l’art de la dentelle…
Burano y tient une place de choix…

« La dentelle est née à Venise dès la seconde moitié du XIème.
La dentelle de Venise s’est répandue dans l’Europe toute entière. Elle était particulièrement célèbre pour son précieux « punto tagliato » ou point coupé.
Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, pour s’opposer à la concurrence française, « il punto rosa » (point de rose) est créé à Venise.

Au début du XVIIIème, la production de la dentelle atteint des proportions considérables dans les îles de la lagune de Venise : tandis que le travail à l’aiguille se développe surtout à Burano, la dentelle aux fuseaux connaît une expansion à Pellestrina. C’est ainsi qu’est née une spécialisation dont les formes se sont maintenues jusqu’à aujourd’hui.

Une école a été créée à Burano, mais, de nos jours, il ne subsiste que le musée où se trouve une salle réservée aux dentellières. Celles-ci viennent se retrouver quelques heures afin de continuer à pratiquer la dentelle à l’aiguille. »

Si vous êtes passionné par l’art de la dentelle, il ne faut pas zapper ce « Museo del Merletto », petit musée au premier étage de l’ancienne école de la dentelle…

04-DSC_1822

Quand vous débarquez du vaporetto à Burano, le musée est à l’autre bout de l’île… Il faut alors aller tout droit et prendre sur la gauche la grande rue commerçante principale, la via « Baldassare Galuppi » jusqu’à la place éponyme ou trône la statue du dit « Baldassare Galuppi », enfant de l’île, (1706-1785), musicien célèbre, maitre de chœur à la basilique de San Marco, auteur d’opéras-bouffes en collaboration avec le grand Carlo Goldoni, le créateur de la « Commedia dell’arte »…

05-BalBurano

« En 1870, est créée la Manifattura Veneziana dei Merletti, un atelier et une école à Burano, pour y transmettre l’art de la dentelle à l’aiguille, faisant de ce savoir-faire la principale ressource économique de l’île.
Plus d’une centaine d’ouvrières y travaillent en 1875, afin de répondre aux commandes de nombreuses figures de l’aristocratie européenne. La production du « Merletto » poursuit son essor jusqu’à la première guerre mondiale, avant un déclin progressif et la fermeture de l’atelier en 1972. 
»

05T-DSC_1824

Le site officiel du musée précise :

« Le musée, ouvert en 1981, a son siège social dans les espaces de la dentelle-école historique de Burano, fondée en 1872 par la comtesse Andriana Marcello pour revitaliser une tradition vieille de plusieurs siècles. Après la fermeture de l’école, un consortium, créé par les Conseils de Venise et la Fondation Andriana Marcello, met en chantier, depuis 1978, une activité minutieuse de redécouverte et de développement culturel de cet art : les archives de l’ancienne école, pleine de documents et de dessins importants, sont répertoriées et cataloguées ; Le siège social est rénové et converti en espace d’exposition. Ainsi est né le Musée de la Dentelle. »

Un des cadres du musée en témoigne…

06-DSC_1748

Au rez-de-chaussée, un bronze représentant une dentelière et son geste caractéristique nous accueille… Œuvre de Remigio Barbaro (1911-2005), un autre enfant de l’île, auteur par ailleurs du Buste de Baldassare Galuppi trônant sur la place…

07-DSC_1643

À l’étage, nous tombons en admiration devant une queue de pie brodée…

08-DSC_1647

Une chemise du XVIIème siècle, avec le « punto rinascimento » (point renaissance)…

09-DSC_1659

Je ne saurais vous en dire plus sur ce point, mais le profane que je suis ne peut que prendre conscience de la minutie de ce travail…

10-DSC_1660

Je ne suis pas un guide trop compétent pour cette visite, mais l’organisation des lieux intéressera les afficionados de la dentelle…

Nous découvrons de larges meubles avec des vitrines à tiroirs que l’on peut manipuler à loisirs pour examiner et admirer les dentelles…

11-DSC_1779

12

Malgré le reflet des vitres je suis arrivé à shooter presque convenablement quelques échantillons…

13-DSC_1784

14-DSC_1786

Ne comptez pas sur moi pour vous expliquer la différence entre le point en l’air, le point coupé, le point renaissance ou autres…

15-DSC_1790

Mais je reste admiratif devant la délicatesse et la minutie de ce travail…

16-DSC_1791

Il faut l’adresse et le savoir-faire des dentellières associés à une vision aigue, je dirais un œil d’aigle, pour accomplir ces œuvres…

17-DSC_1794

J’en sais quelque chose car mia Màma, Linda, « sarta » de son métier (couturière), à 90 ans enfilait le fil dans le chas d’une aiguille en un seul geste sûr et sans lunettes !…

18-DSC_1796

La salle où se retrouvent encore aujourd’hui les femmes du Burano pour perpétuer la tradition dentellière…

19-DSC_1801

Les supports des pieds sont d’époque…

20DSC_1802

Comme nous le constatons sur cette ancienne « foto »…

21-DSC_1726

Une œuvre remarquable qui s’intitule « Riflessi di pace » (reflets de paix), dentelle aux fuseaux…

22-DSC_1697

Et cette parure étonnante, collier et boucles d’oreilles en dentelle…

23-DSC_1808

La « STRETTA DI MANO » (poignée de mains)…
Deux mains qui s’étreignent pour entretenir entre elles une paix multiethnique et solidaire…
Pour ceux qui lisent l’italien vous avez le détail du travail…

24-DSC_1812

Admirable…

25-DSC_1811

Outre l’exposition de peinture du « Premio Burano » que nous avons visitée dans mon billet précédent, de nombreux tableaux figuratifs d’époque, intéressants, sont exposés…

« Ritratto di merlettaia al tombolo », huile sur toile XIXème siècle, (portrait de dentellière au tombolo, coussin sur lequel travaille la dentellière)…

26-DSC_1733

« Merlettaie a Burano » (dentellières à Burano)…
J’aime bien ce tableau mais il est malheureusement mal éclairé…

27-DSC_1715

Je peux me mettre sur le côté pour éviter les reflets mais alors les perspectives sont déformées…

28-DSC_1717

« Due popolane e pescatore » huile sur toile XIXème siècle (Deux femmes du peuple et un pécheur)…

30-DSC_1737

Il y a encore une bonne dizaine d’autres tableaux que nous avons bien apprécié…

Pour en revenir à la dentelle, nous avons aimé aussi cette œuvre, plus sobre, intitulée « Pace », dentelle à l’aiguille, style antique…

31-DSC_1818

Au sortir du musée, vous pourrez peut-être découvrir quelques dentellières de Burano au travail sur leur « tombolo », s’il fait soleil, à l’ombre de leur maison…

32-IMAG1905

Ou à l’intérieur des boutiques spécialisées…

33-DSC_1953

34-DSC_1834

Pour terminer ce billet illustré, une petite vidéo de 14 secondes, juste pour voir le geste du point à l’aiguille de Burano…. 

Image de prévisualisation YouTube

Claudio Boaretto

18 Réponses à “LE MUSÉE DU « MERLETTO » À BURANO”

  1. Thierry dit :

    Superbe Claudio,lors de ma visite de Burano je n’ai malheureusement pas visité ce musée.
    Grace à toi c’est chose faite.
    Travail titanesque et très joli….hélas je crois qu’il y a de moins en moins de dentellières…quel dommage.
    Merci pour ce sublime partage.
    (le ciel est bleu,mais cela fait trois jours que le brouillard est sur la Lagune…..)

    • La tradition de la dentelle reste vivace à Burano, mais pour vendre aux touristes à des prix abordables la dentelle industrielle a envahi les boutiques de l’île, malgré les petites dames laborieuses qu’ils présentent à l’entrée de leurs magasins…
      Hé oui, pour faire une grande nappe il faut savoir qu’il faut UN AN de travail à une dentellière de Burano… Alors quand on voit des prix très abordables, pas d’illusions à se faire…

  2. nathalie dit :

    Rien de plus beau aujourd’hui qu’une oeuvre d’artisanat d’art, réalisée avec le savoir-faire rare et ancestral et surtout le temps nécessaire à sa perfection.
    Et puis je me fais la réflexion suivante sur l’acuité visuelle nécessaire : pendant que les dentelières (toutes des femmes j’imagine…) devaient aiguiser leur vue de près, vers un infiniment petit, les marins de la lagune (tous des hommes j’imagine…) devaient utiliser leur vue de loin, vers l’horizon, sans doute? Aujourd’hui, la plupart des sapiens de notre planète, ont le regard rivé sur un écran… nous voyons tous à la même distance, juste au bout de notre nez…
    merci claudio pour ce billet très intéressant!

    • Joli parallèle ma Nathalie, oserais-je te dire « Bien vu!» moi qui comme toi ne vois souvent que par le bout de la lorgnette de nos écrans domestiques ou professionnels…
      Parfois le collimateur de mon appareil foto m’apprend à regarder plus loin…
      Et je te connais trop bien pour savoir que ton horizon ne se limite pas à ces « étranges lucarnes »…

      • nathalie dit :

        tu as raison! quant à toi c’est bien la bonne distance de ton regard sur le monde qui nous séduit tous dans tes reportages : à la fois curieux (principal bagage de l’intelligence, n’est-ce pas ?) et suffisamment libre (toujours à l’extérieur du troupeau!), tu as ingénieusement le bon objectif (pas seulement sur ton appareil photo…) pour voir le monde et nous le rendre par tes bons mots.

  3. Jean-Jacques CHIRON dit :

    Admirable reportage qui fait écho à d’autres endroits européens où j’ai pu voir ces Petites Mains créer des vitraux de tissus appelés Dentelles.
    L’Art du beau, de la passion et de la patience.
    Ce campanile penché me fait penser à ceci :
    Une résurgence de Pise
    Approche la belle Venise.

  4. Esmeralda dit :

    Superbe reportage comme toujours Claudio… Le tableau de la dentellière grand-mère est magnifique ! J’adore son expression !!

  5. Zaz dit :

    Très intéressant reportage. J’avoue ne pas être fada de dentelle, mais on ne peut qu’admirer le travail. Le tableau la dentelière est magnifique.
    Une question qui va peut-être faire hurler ton fan-club : quand on n’y connait rien à la dentelle, est-il raisonnable de mettre autant d’argent dans une nappe en dentelle de Burano ? En plus cela doit être hyper chiant à laver et encore plus à repasser! Alors qu’on fait maintenant tant de jolies nappes qui ne se tâchent pas et ne se repassent ! En même temps, j’dis ça j’dis rien !

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

  6. Zaz dit :

    Sur ma tablette, je n’ai pas pu voir la vidéo. Peut-être sur l’ordinateur…

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

  7. Zaz dit :

    Ah ben moi je trouve ça génial ! C’est comme un ordi portable mais plus petit.
    Même sur mon ordinateur de bureau, je ne peux pas voir la vidéo. C’est marqué qu’elle est privée…

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

    • Il y a quelque chose qui déconne dans ton logiciel de lecture de vidéo, c’est une vidéo publique sur YouTube, tout le monde peut la voir…
      Je sais que sur les tablettes il y a des tas de restrictions, c’est pour ça que je ne les aime pas, ma fille bosse avec, donc je suis au parfum…
      Elle n’arrive pas à lire certains fichiers, certaines foto, certaines vidéo, et elle ne peut pas non plus lire les clefs USB, pas d’entrée !….
      mais sur un ordi, ce n’est pas normal que tu ne puisses pas lire cette vidéo…
      fais un essai, va sur YouTube et recherche Claudio Boaretto, dis moi si tu vois cette vidéo et les autres d’ailleurs, si ça ne marche pas c’est que ton logiciel déconne…
      à ce moment là essaie de télécharger le logiciel VLC, il lit absolument tout, il est génial…

  8. Zaz dit :

    C’est en effet très étrange… car j’ai bien le logiciel VLC sur mon ordi et je peux lire toutes les vidéos que l’on m’envoie régulièrement ainsi que celles postées sur Facebook.
    Pour l’instant, pas de désappointement avec ma tablette. Il s’agit de la marque ACER, apparemment ce qui se fait de mieux actuellement, avec une prise USB, carte SD, etc. Grâce à la synchronisation et le cloud domestique, Monique et moi pouvons plus facilement regarder ensemble diaporamas et autres vidéos que je reçois par mail et/ou sur FB et c’est vraiment génial ! Même mon blog, je m’en occupe au salon, devant la TV quand le programme ne me passionne pas, ce qui arrive assez souvent… :) Ce qui m’a d’ailleurs permis de regarder tes derniers reportages !!! Bref, je deviens une inconditionnelle de la tablette et Monique est aussi ravie que moi de ce cadeau car je ne file plus dans mon bureau dès que la TV me gavait !

    Dernière publication sur ECRIVAIN PUBLIC, ZAZ ET PLUS : L'adieu au blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance