• Accueil
  • > Archives pour février 2016

LES GRANDI NAVI à VENISE, 2 PROJETS EN CONCURRENCE

Posté par Claudio Boaretto le 28 février 2016

Souvent je vous ai parlé des « Grandi Navi », ces immeubles flottants pénétrant dans la lagune pour rejoindre la gare maritime de Venise en passant par le bassin de Saint Marc, à quelques mètres de la place et du palais des doges, avec tous les dangers et les risques que cela implique, sans parler du déplacement des eaux en profondeur mettant en péril les fondations de la Sérénissime…

01-navi crociera venezia-2

Pour appliquer l’injonction du gouvernement italien visant à empêcher ces grands paquebots d’entrer dans le bassin de « San Marco » plusieurs projets ont vu le jour…

À ce jour, seulement deux projets subsistent…

Je vais tenter de vous les présenter succinctement…

Le premier projet est celui du nouveau maire (style berlusconien) de Venise, Luigi Brugnaro, en accord avec Paolo Costa, président de l’autorité portuaire de Venise, donc gestionnaire de la gare maritime…

Il s’intitule « TRESSE NUOVO » …

Selon ce projet, les paquebots rentreront dans la lagune par la bouche de port de Malamocco, en empruntant le « Canale dei Petroli » jusqu’à Porto Marghera…
Là ils tourneront à tribord dans le nouveau canal qui devra être creusé, canal qui coupera en deux l’île de Tresse, (
île artificielle créée avec des matériaux divers ; résidus d’excavations, décombres, résidus urbains et industriels) jusqu’au canal « Vittorio Emanuele », parallèle au pont de la Liberté, pour rejoindre la gare maritime…

En rouge, la route actuelle,
En pointillé blanc, la route future…

02-Percorso-Tresse-Nuovo-620x350

Pour ce faire, il faudra creuser ce nouveau canal de 1,2 kilomètres de long, 10,5 mètres de profondeur, large de 90 mètres et de 120 mètres dans la courbe pour que les géants des mers puissent prendre leur virage…

02z-Brugnaro-il-progetto-Tresse-Nuovo-con-il-rendering-del-percoso

Pour creuser, il sera nécessaire d’enlever 2,7 millions de mètres cubes de fonds marins pour un coût de  140 millions d’euros, délai de réalisation 20 mois…

En jaune, le nouveau canal à creuser
En vert, le canal Contorta à creuser, projet précedent de Paolo Costa, abandonné au profit de ce nouveau projet…

03-grandi-navi-percorsi-alternativi-venezia-contorta-tresse-giudecca-550x300

Ce projet n’a pas la faveur des associations environnementales qui craignent que ces nouvelles excavations modifient encore l’équilibre fragile du microcosme lagunaire et apportent encore plus rapidement les « aque alte » (hautes eaux) encerclant le centre historique de Venise…
Qui plus est, les paquebots traverseront toujours la lagune avec tous les risques inhérents à leur passages…

Le second projet s’intitule « VENIS CRUISE 2.0 » …

Il est soutenu par l’ancien maire adjoint de Venise, Cesare De Piccoli, qui fut, entre autres, vice-ministre des infrastructures et des transports, délégué au domaine de la navigation et du transport maritime dans le second gouvernement Prodi…

C’est le projet du port « offshore » à la bouche d’entrée de port du Lido de Venise…
Il prévoit un nouveau terminal de croisière pour l’accostage des grands navires en amont du MoSe dont il n’influerait pas le fonctionnement…

C’est le point rouge dans le graphique précédent, et le petit trait rouge sur la carte ci-dessous…

04-Capture plein écran 26022016 120211

Le nouveau terminal serait constitué par un double quai de 940 mètres de long sur 34 mètres de large, en communication avec le port de refuge à travers une structure de liaison pour assurer les services d’urgence avec le continent ;  à sa tête un petit quai pour l’amarrage des bateaux reliant le personnel maritime et de service. La structure de connexion permet le passage des navires à moteur et bateaux (voile) également par l’insertion d’un pont-levis dans la partie centrale de la structure elle-même.
Les travaux de quai sont entièrement amovibles, en modules préfabriqués en béton construits sur place, transportés flottant et lestés dans les lieux de positionnement…

05-Immagine.progetto-Duferco.2

Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques qui n’intéresseraient que les spécialistes, mais il est bon de savoir que tout semble prévu :

(traduction automatique littérale d’une infime partie de l’explication du projet)
« Le nouveau terminal se compose de deux quais, positionnés aux deux grands côtés de la station d’accueil, capables d’offrir des espaces pour cinq grands navires de croisière et une station pour la manutention, le chargement et le déchargement des bagages et des fournitures pour les navires. Dans la partie centrale du ponton, sur sa longueur, est situé une structure qui accueille les services de niveau de route pour l’exploitation du nouveau terminal : bureaux, salles et rafraîchissement pour le personnel, les locaux pour le logement des installations techniques entrepôts pour stockage de fournitures aux navires, envois de fonds et aires de stationnement de véhicules de service aux navires, etc. Au premier étage, est la galerie pour le transit des passagers, équipés de trottoirs roulants et des escaliers et des ascenseurs pour se rendre à la porte à l’étage et les navires de croisière supérieurs à travers les trottoirs roulants. Aux deux des têtes de quai et à la connexion avec le refuge, sont disposés des quais flottants pour l’accostage des moyens nautiques de transfert des passagers à partir du nouveau terminal à la gare Maritime, etc. etc. etc. » …

06-Immagine.nuovo-terminal-crociere-Venice-Cruise-2.0

Le coût estimé des travaux est de 128 millions d’euros pour un délai de 24 mois…

Le transbordement des passagers se fera par des bateaux, genre les « Motonave » de l’ACTV, et aura pour effet de diminuer l’onde globale provoquée par les passages des grands paquebots…

D’après les concepteurs, aucun emploi ne serait perdu, voire ce serait même le contraire…

07-Immagine.logo-Venice-Cruise-2.0

Actuellement, les deux projets sont en examen au ministère des transports et à la commission d’évaluation environnementale…

Autant vous dire qu’en ce moment doivent se dérouler d’âpres luttes d’influence…

Le projet de Brugnaro est-il foncièrement mauvais, le projet de De Piccoli est-il vraiment meilleur, à chacun de se faire une opinion…

Personnellement, je préfère le second projet car il exclut totalement les grands navires de la lagune et supprime tous risques de pollution et d’accident style l’île de Giglio…

Ça ne me gênerait pas d’avoir ce spectacle près de notre digue du Lido, l’un de nos lieux de promenade, sachant que la sauvegarde de Venise et de sa lagune est assurée…
(
notre digue c’est celle en haut à droite)…

08-venis-cruise-2-0

Dans tous les cas, cela vaut mieux que « ça » devant la place « San Marco » …

09-venis

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 18 Commentaires »

LES BOURGEONS DE NOTRE JARDIN VÉNITIEN

Posté par Claudio Boaretto le 25 février 2016

 Nous avons la chance d’avoir, dans notre petit jardin vénitien, 4 magnifiques pieds d’hortensias, variant, quand ils sont fleuris, du rose tendre au rouge écarlate…

00-DSC_1720

Alors que le mois de février n’est pas encore terminé, nous avons le plaisir de voir surgir les minuscules bourgeons…

01-DSC_1704

Commencent à éclore les petites feuilles…

02-DSC_1689

Certaines plus en avance que d’autres…

03-DSC_1695

Les plus hardies se sont déjà débarrassées de leur cocon…

04-DSC_1687

Vue d’en haut…

05-DSC_1699

Ces feuilles peuvent vous sembler bien mâtures, mais ne vous y fiez pas, c’est le subterfuge de la « foto macro », les plus grandes font à peine 2 centimètres et demi de longueur…

06-DSC_1712

Ça devient bon les amis, le printemps pointe le bout de son nez !…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 6 Commentaires »

SOIRÉE CARNAVAL AU PALAZZO PISANI-NICOLAJ À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 20 février 2016

Un dernier reportage illustré sur le carnaval de Venise…

C’était dimanche soir 7 février 2016 à 21 heures, au terme d’une journée très chargée en l’occurrence :
-visite du navire « Bob Barker » à la « Certosa »
-opéra-bouffe « Les chevaliers de la table ronde » au théâtre Malibran
-soirée costumée au « Palazzo Pisani-Nicolaj » (
Nicolaj se prononce « ni-co-la-ï » car en italien le « J » est considéré comme un « i long ») où nous étions invités par le club de plongée de Venise dont font partie Hugo et Flo…

Le « Palazzo Pisani-Nicolaj » est un palais de 3 étages de style gothique, datant du XVème siècle, situé près du campo Santa Marina…

01-IMAG0583

Nous connaissons le « Palazzo Pisani-Nicolaj » car c’est une branche de ma famille maternelle qui en est propriétaire depuis plusieurs générations… Mon cousin au 3° degré, Gianni Nicolaj, aujourd’hui hélas disparu, m’avait déjà fait visité les lieux…

Ce palais est difficile à « fotografier » car nous n’avons pas assez de recul pour shooter toutes les façades de haut en bas…

02-IMAG0589

C’est par une petite « calle » sombre que nous pénétrons à l’arrière du « Palazzo » …
(
La calle est si étroite qu’il est impossible de faire un cliché de face de son portail gothique) …

03-IMAG0607

Cette soirée n’était pas une soirée avec les « Costumés » que l’on croise à cette époque dans les rues de Venise, et qui passent leur année à confectionner le costume de l’année prochaine, c’était une soirée « décontractée » entre vénitiens, où les « déguisements » simples côtoient les « déguisements » sophistiqués, pas de « Dress-code », mais une vraie soirée de carnaval à l’ancienne…

Au « secondo piano nobile » (deuxième étage noble) nous sommes accueillis par la maitresse des lieux, Patrizia Nicolaj, la fille de mon regretté cousin Gianni…

04-DSC_5338

Elle est revêtue d’une magnifique robe bleue avec queue de sirène et se prête à plaisir pour la pose « foto » avec les invités arrivant à la soirée…

05-DSC_5406

Quand ce n’est pas elle-même qui « fotografie » ses amis…

06-DSC_5411

Christine, franco-vénitienne, en superwoman, l’épouse du trésorier du club des plongeurs…

07-DSC_5364

Son époux, Maurizio, véritable cheville ouvrière du club …

08-IMG_1715

Sinon, on se perd un peu dans tous les magnifiques salons de ce « piano nobile » …

10-DSC_5341

11-DSC_5344 

12-DSC_5450

La belle et la bête…

13-DSC_5441

Mais voici le salon où l’on étanche sa soif et se restaure…

14-DSC_5358

Ce que semble apprécier ce maitre d’arts martiaux…

15-DSC_5393

Nous rencontrons quelques émirs…

16-DSC_5327

17-DSC_5402

Quelques beautés de l’ancienne Égypte…

18-DSC_5398

19-DSC_5400

Un couple équivoque…

19-DSC_5352

Une beauté diaphane…

20-DSC_5384

La compagnie des Indes…

21-DSC_5375

Un pirate…

22-DSC_5381

L’inquiétant fils de la maison…

23-DSC_5388

Un maquillage très réussi…

24-DSC_5322

Un couple technicolor…

25-DSC_5330

Une sombre beauté…

26-DSC_5378

Nous rencontrons toutes sortes de déguisement ce soir, mais le sourire est toujours de mise…

27-DSC_5390

28-DSC_5396

Notre amie franco-vénitienne Carole, en perruque bleue…

29-DSC_5438

Rencontre entre perruques bleues…

30-DSC_5336

Flo, ma fille, a ôté son masque de lionne, mais la crinière est toujours là…

31-DSC_5333

Alors qu’Hugo, mon gendre, et son nez rouge converse avec un mousquetaire…

32-DSC_5368

Ah, je me suis fait shooter avec ma compagne et une noble princesse égyptienne, mais j’avais déjà retiré ma « Bauta » avec laquelle il est impossible de boire, c’est donc un cas de force majeure…

32z-IMG_8188

Tandis que l’on danse dans les lumières tamisées…

33-DSC_5447

34-DSC_5451

Patrizia, notre hôtesse, prend soin de la soif de ses invités…

35-DSC_5372

Une petite vidéo d’ambiance de 26 secondes prise par ma fille…

 Image de prévisualisation YouTube

Une excellente soirée très vénitienne au « Palazzo Pisani-Nicolaj » dans la bonne humeur et la convivialité…

Un très grand merci à nos hôtes…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 19 Commentaires »

LE «BOB BARKER» DE «SEA SHEPHERD» à VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 10 février 2016

Tous les grands marins, tous les bateaux célèbres, un jour ou l’autre, font escale à Venise…

Nous le vérifions une fois encore ;
Le navire aux dents de requins, le « Bob Barker » de la flotte « Sea Shepherd », de retour des îles Féroé, est arrivé dans notre lagune pour une semaine d’escale…

Quelques infos auparavant pour ceux qui ne connaissent pas l’ONG « Sea Shepherd » et leur fameux capitaine Paul Watson…

« Bob Barker est le navire de la flotte de Sea Shepherd le plus redouté par les baleiniers japonais. Il a été un des principaux protagonistes dans six campagnes antarctiques pour la défense des baleines dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral et la dernière campagne pour la défense de la morue de l’Antarctique, opération « Icefish », pendant laquelle il a contraint à la reddition, après une poursuite record de 110 jours, l’infâme navire braconnier « Thunder ».
Au cours de l’été 2015, il a participé à la campagne pour défendre les baleines, l’Opération « Sleppid Grindini », dans les îles Féroé. 

En dix ans de campagnes antarctiques la flotte de Sea Shepherd a sauvé la vie de plus de 5000 baleines. Les équipages à bord des navires de « Sea Shepherd » sont composés de bénévoles de partout dans le monde et risquent leur vie pour la sauvegarde du patrimoine commun de l’humanité, les océans, le fondement de notre vie sur cette planète. » 

J’ai récupéré sur le Net une « foto », de gauche à droite, du capitaine « Alex Cornelissen », présent à Venise, et du capitaine « Paul Watson » le fondateur de « Sea Shepherd » …

01-Alex et Paul

La flotte de la « Sea Shepherd », se compose actuellement à ma connaissance de 5 bâtiments :

Le Brigitte Bardot
le Steve Irwin
Le Bob Barker
le Jules Vernes
Le Farley Mowat

Pour être clair, voici un condensé succinct de trente années de combats de ces « éco-pirates » chers aux cœurs de tous les défenseurs de la nature et des océans :

« En 1986, la Commission baleinière internationale (CBI) a promulgué un moratoire sur la chasse commerciale à la baleine. Depuis, trois pays – l’Islande, la Norvège et le Japon – ont sauvagement massacré plus de 25000 baleines sous couvert de recherche scientifique et à des fins commerciales. La CBI n’a pas le pouvoir de faire appliquer le moratoire.
Sea Shepherd, légitimée par la Charte Mondiale pour la Nature des Nations Unies, est la seule organisation dont la mission est de faire respecter ces règles internationales de protection en haute mer.

Résumé de trente ans de combats :

-Abordage et mise hors service du célèbre baleinier pirate, le Sierra
-Mise hors d’état de nuire de la moitié de la flotte baleinière espagnole
-Rassemblement de preuves sur la chasse à la baleine aux îles Féroé, campagne dont témoigne le documentaire de la BBC Black Harvest
-Sabordage de la moitié de la flotte baleinière islandaise et mise hors d’usage de son usine de traitement de la viande de baleines
-Sabordage des baleiniers norvégiens Nybraena et Senet
-Lutte contre la chasse baleinière illégale du Japon en Antarctique 
»

Maintenant que tout le monde sait de qui nous parlons, voyons ce qui se passe à Venise…

Programme de l’escale vénitienne :
-du 1er au 5 février, le « Bob Barker » est amarré à la marina de l’île de la « Certosa » pour y effectuer petites réparations et entretien d’usage…
-du 6 au 7, déplacement du navire sur les quais du bassin de « San Marco » avec visites gratuites guidées pour la population…
-dimanche 7 février après-midi, conférence du capitaine « Alex Cornelissen » dans les locaux du « Vento di Venezia » à la « Certosa » …

J’avais hâte de voir ce bateau, héros des mers et des océans, et son courageux équipage…

Je me précipitais donc à la « Certosa » le lundi 1er février, muni de ma « macchina fotografica » (appareil photographique) pour shooter ce fameux navire…
Malheureusement, ce lundi, « caigo », (
brouillard) d’enfer sur la lagune…
Tant pis, je prends quand-même quelques clichés quitte à revenir plus tard car, d’après la météo, le soleil devrait faire sa réapparition jeudi…

Le « Bob Barker » dans le brouillard, accosté près de l’embarcadère du vaporetto de la « Certosa » …

02-DSC_4846

Ce bâtiment s’appelle « Bob Barker » du nom du célèbre producteur et animateur de la télévision américaine…
Pourquoi ? …
« En janvier 2010, la Fondation « Sea Shepherd » annonce que Bob Barker avait donné, en toute discrétion, 5 000 000 $ afin d’acheter et d’équiper un bateau pour lutter contre la chasse de la baleine par la flotte Japonaise dans les Océans du sud. Le fondateur de « Sea Shepherd », Paul Watson, décida de baptiser le navire « Bob Barker » » …

Les dents de requins du « Bob Barker », redoutées de tous les baleiniers…

03-DSC_4861

Sur le ponton, je m’offre le portrait d’un membre de l’équipage, son bonnet sur la tête avec l’emblème à tête de mort de la fondation…
(
trop chouette, je leur ai acheté, entre autres, ce bonnet, ce qui m’a permis de leur donner ma modeste contribution) …

04-DSC_4926

Juste le temps de voir quelques membres de l’équipage s’éloigner sur un des deux zodiacs du navire…

05-DSC_4963

Un petit saut dans le temps, de lundi à jeudi où le soleil refait surface…
C’est quand même plus sympa…

06-DSC_5031

Même le cormoran d’à-côté en profite pour faire sécher ses ailes…

07-DSC_5054

Trois-quarts avant bâbord…

08-DSC_5060

La poupe, avec le pavillon Néerlandais, le port d’attache du navire étant Rotterdam…
Au-dessus, l’hélipont, la plateforme pour l’hélicoptère, nous surplombe…

09-DSC_5084

À la proue, flotte au vent le glorieux pavillon de ces éco-pirates…

10-DSC_5089

Genèse du pavillon :
« Le pavillon de l’ONG rappelle le drapeau pirate. Créé par l’artiste Geert Vons et co-conçu avec le capitaine Paul Watson, le logo est composé d’une crosse de berger (Shepherd signifie « berger » en anglais) et du trident de Neptune, qui représente l’approche interventionniste. Le crâne représente la mort que les hommes infligent à la vie marine avec, sur son front, un dauphin et une baleine en forme de yin-yang symbolisant l’équilibre naturel des océans. »

11-DSC_4989

J’arpente le ponton, je suis le seul étranger au navire, et j’ai demandé la permission à l’équipage de prendre quelques « foto », permission accordée avec de grands sourires…

11-DSC_5101

L’équipage, tous relativement jeunes, garçons et filles, s’affairent aux travaux d’entretien du bâtiment… Si j’avais entre 20 et 30 ans, c’est volontiers que je me porterais volontaire pour embarquer à bord le temps d’une campagne, même en sachant que l’alcool, le tabac, les cigarettes qui font rire et la viande sont interdits à bord, régime végétarien pour tous… Les grandes causes exigent quelques petits sacrifices…

12-DSC_5113

Les flancs du navire portent de nombreuses cicatrices, témoins de rudes collisions avec les baleiniers illégaux…

13-DSC_4915

Zoom…

14-DSC_4896

De l’autre bord du ponton, un zodiac, embarcation toujours opérationnelle dans leurs batailles navales… Ils n’ont vraiment peur de rien…

15-DSC_5102

Tout au bout des pontons, sur l’île même de la Certosa, le stand de la délégation Italienne de « Sea Shepherd », où l’on peut faire des dons, apporter de la nourriture pour l’équipage (car la fondation n’est financée que par des dons), ou acheter des articles, style sweatshirt, t-shirt, casquettes, bonnets, badges, sacs etc., tout cela pour soutenir l’ONG…

16-DSC_5130

Comme les visites guidées du bateau sont prévues pour samedi et dimanche sur le bassin de San Marco, je décide de revenir samedi au soleil car dimanche il va pleuvoir…

Nous voilà Samedi 6 février 2016…

Oups !… Que se passe-t-il ?… Pas de bateau sur la « Riva degli Sette Martiri » …

Le « Bob Barker », se déplaçant de la « Certosa » au bassin de « San Marco » s’est ensablé sur les hauts fonds de la lagune, devant l’île de « San t’Elena » …  Il gîte légèrement sur bâbord, la gueule de requin est entièrement découverte, le navire est posé sur le fond…

17-DSC_5167

Quand je répète à qui mieux mieux que la lagune vénitienne est un des endroits les plus difficiles à naviguer de par son trafic intense et ses hauts fonds, on me regarde toujours avec un petit sourire amusé, voire ironique… La preuve en est, l’équipage, qui n’est pourtant pas composé de marins d’eau douce, a sous-estimé ce matin la marée basse dans la lagune…

On comprend bien pourquoi la Sérénissime n’a jamais pu être envahie par des flottes étrangères…
Moi-même je me suis planté une fois voulant tirer au court entre Punta Sabbioni et le Lido, heureusement j’ai fait machine arrière immédiatement mais j’ai un peu abîmé mon hélice…
Le navire restera attaché toute la journée par deux remorqueurs, à l’avant comme à l’arrière pour éviter tout faux mouvement, il faudra attendre la marée haute à 22h30 heures pour délivrer le « Bob Barker » …

18-DSC_5174

« La lagune vénitienne nous a démontré qu’elle pouvait être pour nous plus insidieuse que les baleiniers japonais » a plaisanté le capitaine historique Alex Cornelissen pendant sa conférence dimanche après-midi dans les locaux du pôle nautique de la Certosa…

En conséquence les visites guidées qui devaient durer 2 jours se restreignent à la seule après-midi du dimanche, et sous une pluie permanente, ce qui n’a pas empêché une foule nombreuse de passionnés d’être présente…

C’est par groupe de 20 que nous sommes accueillis tous les 10 minutes pour des visites d’une demi-heure…
Notre guide nous fait un petit topo préliminaire et nous donnant les consignes de sécurité…

19-DSC_5230

La passerelle métallique, glissante à souhait, pour monter à bord…

20-DSC_5319

Le gaillard d’avant, avec l’emplacement d’un des deux zodiacs du bateau, et la grue pour les descendre en mer, grue servant également à embarquer ou débarquer du matériel…

21-DSC_5231

Nous descendons à l’intérieur du navire…
C’est spartiate, ce n’est évidemment pas un bateau de croisière, tout est fonctionnel et prévu pour le travail… Des réservoirs de carburant permettent 3 mois d’autonomie en mer ! …

22-DSC_5239

Les équipements pour l’équipage…

23-DSC_5245

Tenues de plongées

24-DSC_5246

Bouteilles d’oxygène… Ils ont leur propre compresseur à bord…

25-DSC_5247

Les vagues sont si violentes dans les mers antarctiques que les flancs du navire ont dû être renforcés, quand on connait les 40ème, 50ème et 60ème rugissants, il y a de quoi prendre des précautions…

26-DSC_5242

Nous arrivons enfin dans l’espace à vivre, le carré…

27-DSC_5256

28-DSC_5253

Le marin de nous expliquer que c’est la pièce la plus sûre du bâtiment, les hublots donnent sur les coursives, elles-mêmes protégées par les flancs du navire…

« Lorsque nous avons été coincés et éperonnés par deux baleiniers japonais et que le bateau gîtait à 35°, tous les membres de l’équipage qui n’étaient pas en postes de combat étaient rassemblés dans cette pièce » …

29

À côté, la salle à manger…

30-DSC_5262

Quelques membres d’équipage sont à table… (J’ai demandé la permission de les « fotografier ») …

31-DSC_5265

Il ne nous a pas été permis de visiter les cabines, certaines étant occupées…

Nous voilà sur la passerelle de commandement…
Les instruments de bords, radar, GPS, échosondeur, etc…

32-DSC_5270

De là, nous avons la vue sur le pont avant où débute la visite guidée suivante…

33-DSC_5277

Les commandes des moteurs…

34-DSC_5272

Les instruments de communications extérieures et intérieures…

35-DSC_5286

La table à cartes marines…

36-DSC_5292

Nous revoici à l’extérieur, à la poupe, et je grimpe sous la pluie pour shooter l’hélipont…

37-DSC_5295

Espace couvert sous l’hélipont qui sert à ranger du matériel, en particulier ces barres de fer pointues qui viennent d’être repeintes…
À quoi peuvent-elles servir ? …

38-DSC_5315

C’est le dispositif anti-abordage…
Pour vous faire comprendre, j’ai repiqué une foto sur une vidéo en plein affrontement où vous voyez le dispositif installé autour de la poupe du navire…

39

La visite est terminée, nous redescendons sur le ponton par la coursive bâbord …

40-DSC_5299

Pour clore ce reportage illustré, je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous, d’une durée de 11 minutes, montrant 6 collisions et affrontements entre les bâtiments de la flotte « Sea Shepherd » et les baleiniers illégaux…

Impressionnant…

Image de prévisualisation YouTube

Si vous êtes, comme moi, passionnés par la marine et les marins, la vie en mer et les aventures de ces courageux éco-pirates, je vous conseille de regarder les vidéos sur YouTube en faisant une recherche sur « Sea Shepherd » …

La plupart de ces vidéos sont en anglais, toutefois si vous recherchez « Sea Shepherd en français » vous trouverez 5 à 6 vidéos passionnantes… Elles durent environ 40 minutes chacune mais personnellement, les ayant visionnées pendant plusieurs heures je ne me suis pas ennuyé une seule seconde…

Une dernière « foto » du « Bob Barker » maintenant reparti pour une nouvelle campagne…

41-DSC_9022

Lors de sa conférence de dimanche après-midi à la « Certosa » le capitaine Alex Cornelissen, a laissé entendre qu’ils reviendraient bientôt à Venise…
Je ne manquerai pas le prochain rendez-vous…

Je conclurai ce billet par la devise de mer de la « Sea Shepherd » :

« Nos navires sont vos navires, nos équipages sont vos équipages, nos victoires sont vos victoires, et les vies que nous sauvons sont les vies que nous sauvons tous ensemble »

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 17 Commentaires »

SUR LA VIA GARIBALDI PENDANT LE CARNAVAL DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 5 février 2016

Comme je l’ai déjà souvent dit, la « Via Garibaldi », dans le sestiere de « Castello » à Venise, c’est le quartier berceau de ma famille…

Hier, en fin d’après-midi, nous y buvions notre « Spriss » quotidien au bar « el Refolo », quand soudain la musique se mit en branle du côté du restaurant « Giorgione » à deux pas du « Refolo »…

C’était Lucio Bisutto !…

Lucio Bisutto est une figure de la « Via Garibaldi » …

Ancien gondolier, il est le patron du restaurant le « Giorgione » situé à « meta strada » (au milieu) de la « Via Garibaldi »,
(pour la petite histoire perso, ma tante Wanda et ma grand-mère, Gemma Nicolaj dans ses derniers jours, habitaient tout au-dessus du « Giorgione » )

Lucio est également un chanteur vénitien reconnu, à son actif de nombreux CD de ses compositions en dialecte et surtout des anciennes chansons vénitiennes…

Comme nous sommes dans la période de carnaval, avec un de ses amis, le voilà, tricorne sur le crâne, qui pousse la chansonnette vénitienne à cinq heures de l’après-midi…

Je ne peux que vous faire partager ce moment authentiquement vénitien :

Image de prévisualisation YouTube

 Après le Spriss et les chansons, à 17h30, Lucio a offert à tout le public rassemblé dans la « Via Garibaldi » le fameux « Risi Bisi » …

Le « Risi Bisi » est un plat typiquement vénitien composé de riz et de petits pois, à mi-chemin entre le « Risotto » et la « Minestra », se dégustant en hiver et au début du printemps…

 Quand j’étais gamin et que mia Màma, Linda Nicolaj, me demandait ce que je voulais manger, invariablement je répondais « Risi Bisi » c’était mon plat préféré, mon Papà est là pour en témoigner…

C’était aussi le plat qui était offert au Doge de Venise le jour de la « San Marco » …

Je n’ai pas pris la « foto » de l’énorme marmite ni de mon assiette car je l’avais en main et la bouche pleine…

Sinon voilà, ça ne paye pas de mine, mais c’est DÉ-LI-CIEUX  :

risi-e-bisi 3

Bravo à Lucio Bisutto pour cette excellente fin d’après-midi…

Dernière info, je viens de retrouver les «foto» du risi bisi cuisiné par ma compagne et selon la recette de ma maman, voilà je les rajoute… 

36

37

38

Hé hop ! … Dans les assiettes ! …

40

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 23 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance