LES « SQUERI » DE VENISE, OÙ L’ON CONSTRUIT LES GONDOLES

Posté par Claudio Boaretto le 17 mars 2016

Avant de parler des « Squeri », commençons par le commencement, soit la « Gondola »… 

La gondole : cette mythique barque en bois, de noir vernie, à la silhouette si particulière, symbole de Venise et de sa lagune…

Nous trouvons déjà des représentations picturales de la gondole datant des XV et XVIèmes siècles…

C’est une embarcation de 11 mètres de long servant autrefois aux transports privés et publics des personnes, aujourd’hui aux transports des touristes qui souhaitent découvrir Venise depuis ses canaux…

Mais attention, la gondole n’est pas une barque quelconque fabriquée en fibres de résine et que l’on peut construire en usine ou de manière industrialisée…

01-DSC_1392

Si vous êtes passés par chez nous, vous avez vraisemblablement remarqué que les gondoles ont un petit air de guingois…

Ce n’est pas un défaut, les gondoles, barques à fond plat pour voguer dans les eaux parfois peu profondes des rii et de la lagune, sont asymétriques…
Le côté gauche est plus large de 25 centimètres que le droit ce qui permet de contrebalancer la poussée de l’unique rame…

02-DSC_1458

Chaque gondole est une pièce unique car chaque gondolier possède sa gondole personnelle construite, pour ainsi dire, sur mesure, selon son poids, sa hauteur, sa morphologie… Le fameux fer de proue, si caractéristique, possède un poids variable pour équilibrer l’embarcation selon la « jauge » du gondolier… Idem pour la rame et la « Forcolà » (fourche ou l’on appuie la rame) qui dépendent également de la taille et du bras du gondolier qui guidera la barque…

La construction d’une gondole nécessite plusieurs centaines d’heures sur plus d’une année, elle est composée de 280 pièces et utilise 8 essences de bois différentes, à savoir : 
sapin, cerisier, mélèze, acajou, noyer, orme, chêne et tilleul…
Elle en coûtera 40 000 € minimum à son propriétaire, brut de décoffrage, à quoi il faudra ajouter toute la décoration…

03-DSC_1490

Aujourd’hui, les gondoliers vénitiens patentés sont au nombre de 450 et se partagent les 500 gondoles existantes (au XVIème siècle, Venise comptait 10 000 gondoles) …

Sachant que la vie moyenne d’une gondole est environ d’une vingtaine d’années, pour maintenir une flotte constante de 500 gondoles il faut chaque année fabriquer entre 20 à 30 gondoles…

Construire des gondoles est donc le travail dévolu aux derniers « SQUERI » vénitiens (Squero au singulier), sujets de ce billet illustré …

Un Squero est un chantier naval, de petite taille, où l’on construit les gondoles ainsi que les autres barques vénitiennes traditionnelles en bois comme le sandolo, la mascarèta, le puparin, etc…

Il ne reste que 7 « Squeri » dans Venise, certains étant désormais désaffectés :

Le Squero San Trovaso,
Le Squero Tramontin,
Le Squero Bonaldi,
Le Squero dei Mendicanti,
Le Squero dei Muti
Le Squero Crea
Le Squero Costantini–De Rossi

Nous allons commencer par le plus connu de Venise, le Squero San Trovaso…

Comme nous le voyons sur la « foto » ci-dessous, le Squero est caractérisé par un plan incliné vers le canal pour la mise à sec ou le lancement des bateaux…

04-DSC_6162_1_2

En général, le Squero est clos par les deux côtés latéraux soit par des bâtiments, le plus souvent en bois, soit par un canal…

05-DSC_6168_7_8

Au fond du Squero, face à la cale sèche, nous trouvons la « Tesa » (ou les « Tese »), bâtiment généralement en bois…

06-DSC_6163_4_5

Dans la « Tesa » sont rangés tous les instruments de travail et elle permet de continuer à travailler en cas d’intempéries…
Vue arrière de la « Tesa », avec le stockage des planches de bois, matière première du squero…

07-DSC_6216_5_6

Traditionnellement, l’habitation du « maestro d’ascia » (que l’on peut traduire par « maître de hache », nous sommes bien dans le travail du bois), en général le patron du Squero, est contiguë et se situe dans les plans supérieurs des bâtiments…

À San Trovaso, nous identifions immédiatement la maison d’habitation à l’étage, sur le flanc droit du Squero…

08-DSC_6183_2_3

Devant la « Tesa » principale, les noires gondoles, sous la clarté du soleil, étincellent…

09-DSC_6174_3_4

10-DSC_6180_79_80

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, un Squero ne fait pas forcement que des gondoles… Il construit et entretient aussi les autres bateaux traditionnels vénitiens…

11-DSC_6189_8_9

12-DSC_6195_4_5

Si le Squero de San Trovaso n’est pas le plus ancien de Venise, il est le plus fameux et carrément le plus « Storico » (historique) comme on dit ici, on en retrouve la trace jusqu’aux temps de Goldoni (1707-1793) …

Il est vraiment typique avec toutes ses « Tese » en bois…

 13-DSC_6186_5_6

Quittons le Squero San Trovaso pour nous diriger, le long de ce même canal des « Ognissanti » (tous les saints), vers le Squero le plus ancien de Venise :

Le Squero Tramontin…

Nous reconnaissons immédiatement la structure typique du Squero…
Nous sommes samedi, jour de relâche, aucun « S
querarolo » (ouvrier qui travaille dans un Squero) n’est à l’ouvrage, évidemment…

14-DSC_6237_6_7

La famille Tramontin est célèbre car elle a modernisé la technique constructive de la gondole en rénovant les méthodologies des années 1500 et 1600…

Modernisation, somme toute toujours bien artisanale, que les Tramontin se transmettent de père en fils depuis 1884…

La « Tesa » Tramontin…

15-DSC_6240_39_40

Au passage, j’en profite pour faire un petit clin d’œil à mon gendre, Hugo H., qui a travaillé pour les Tramontin…
Il leur a peint plusieurs cloisons intérieures de proues de gondole,
par exemple celle-ci :

16-IMG_0934

Ou celle-là, bravo à notre artiste…

17-IMG_6894

Un coup d’œil sur la cale sèche…
Ce Squero a le mérite d’être bien rangé, soigneux les Tramontin…

18-DSC_6249_8_9

Je ne résiste pas au plaisir de zoomer sur les deux tréteaux à gondole au milieu de la cale sèche…
On dirait une œuvre d’art contemporain…

19-DSC_6261_60_61

Sous un abri, le long du mur latéral droit, sèche le bois…
De l’autre côté du mur, nous trouvons le Squero Bonaldi, attenant au Squero Tramontin…
Je ne m’étendrais pas sur ce Squero car il n’est plus en activité et sert de garage et de remise à bateaux de toutes sortes, comme nous l’entrevoyons derrière le mur…

20-DSC_6253_4_5

Nous changeons de quartier…
Dans le « sestiere » de Cannaregio, le long du canal d la « Sensa », voici le Squero
Dal Mistro, appelé aussi Squero dei Muti…

21-DSC_6414_3_4

Je me rapproche jusqu’au pont à la balustrade en bois, pour faire un gros plan sur le squero…
Heu, c’est un peu « el casin ! » (
le bordel !) sur ce Squero…
M’est avis que l’on a plus construit de gondoles depuis longtemps ici…

22-DSC_6402_1_2

Mais ce Squero reste un monument historique, il a été immortalisé par des peintures et des « fotografies » d’époque, dont celle-ci :

23-squero muti

Feu les frères jumeaux Soccoli, maîtres dans l’art du modélisme naval, ont reproduit ce Squero et son environnement à l’échelle 1/20ème, reproduction exposée dans les collections permanentes du Musée National des Arts et des Traditions Populaires à Rome…

24-17032016 100342

Je me recule un peu pour reprendre un cliché, le Squero étant plus beau de loin car on voit moins le capharnaüm…

Au passage, remarquez le « Sandolo » passant sur le rio avec le rameur qui vogue à la « Valesana » (rame droite dans la main gauche, rame gauche dans la main droite, je suis toujours admiratif) …

25-DSC_6405_4_5

Au passage, un petit bonjour à la famille col-vert qui clapote dans le rio avec moult de coincoins fort bruyants… Nous ne voyons pas souvent ces canards à Venise, nous sommes plus habitués aux goélands…

26-DSC_6393-1

Dirigeons-nous maintenant vers l’hôpital civil de Venise, le long du « Rio dei Mendicanti » où se situe le Squero éponyme…
Contrairement au précédent, il est « nickel-chrome » …

27-DSC_6355_4_5

Vue sur le flanc droit…

28-DSC_6343_2_3

Vue sur le flanc gauche…

29-DSC_6361_60_61

Au fond la « Tesa » en bois…

30-DSC_6334_3_4

Nous terminons notre périple en allant sur l’île de la Giudecca pour voir les deux derniers Squeri, le Squero Crea et le Squero Costantini–De Rossi…

Alors là, ces 2 Squeri sont disséminés dans cet immense et plus grand chantier naval de Venise intra-muros, avec des « Tese » un peu partout…

Depuis le quai nord de l’île, nous pénétrons dans un « Sotoportego » pour rejoindre la rive sud où sont sis les 2 Squeri …

À l’entrée du « Sotoportego », exposée à l’abri, une ancienne gondole nous souhaite la bienvenue…

31-DSC_6417_6_7

Après avoir slalomer entre la multitude de bateaux à quai, je trouve enfin la cale sèche du Squero Costantini–De Rossi…
Malheureusement je ne peux la « fotografier » de face, car en face c’est la lagune sud…
Donc voici le Squero de profil, à droite la cale sèche, à gauche la « Tesa »…

32-DSC_6444_3_4

Ici, les « Squeraroli » sont à l’ouvrage…

33-DSC_6462_1_2

Et des gondoles, il y en a partout, dans des positions où vous n’aurez pas souvent l’occasion de les voir…

34-DSC_6441_40_41

35-DSC_6435_4_5

36-DSC_6453_2_3

On dirait comme de grands animaux marins qui se sont sécher au soleil avant que de retourner voguer sur la lagune…

37-DSC_6438_7_8

L’intérieur d’une petite « Tesa » du Costantini–De Rossi…

38-DSC_6450-1

L’intérieur d’une « Tesa » que j’attribue (sous réserve) au Crea…

39-DSC_6517_8_9

Un petit mot sur Crea, surnom de Gianfranco Vianello, en son temps habile gondolier, qui fut vainqueur de la « Regata Storica » de « Voga alla Veneta » plusieurs années de suite… Les vainqueurs des régates historiques sont considérés comme des héros à Venise…

Crea a également ouvert un restaurant traditionnel vénitien au beau milieu de ce chantier naval :
« Ristorante al Storico Crea » …

40-DSC_6501_500_501 (4)

Si, comme moi, vous aimez déjeuner ou dîner dans une ambiance navale, c’est l’endroit tout indiqué…
Le restaurant est à l’étage de la grande « Tesa », une fois monté l’escalier métallique, sur la terrasse surplombant la lagune sud, on peut déguster des plats typiquement vénitiens, entre autres, un excellent « fritto misto » …

41-DSC_6501_500_501 (5)

Après ce tour d’horizon, vous savez maintenant presque tout ce qu’il faut savoir sur les « Squeri » vénitiens…

Claudio Boaretto…

Publié dans Venise : curiosités | 23 Commentaires »

VENISE, DEPUIS L’ÎLE DE LA GIUDECCA

Posté par Claudio Boaretto le 3 mars 2016

L’île de la « Giudecca » c’est un peu le septième « sestiere » de Venise…

Malgré deux grands palaces, le « Cipriani » et le « Molino Stucky », ce coin de Venise, un peu l’écart, n’est pas assailli par les touristes, il reste populaire et authentique, comme les quartiers de « Sant’ Ana » ou « Sant’ Isepo » à « Castello » …

En ce début de mars, malgré une certaine fraicheur, le linge fait sa réapparition le long des « calle »…

01-DSC_5827

Annonciatrices du printemps, les petites culottes sont de retour…
(
heu, quand je dis « petites » c’est un euphémisme) …

02-DSC_5826

C’est aussi un des rares endroits où l’on rencontre encore des compagnies félines de « Gatti de strada » (Chats des rues) …

03-DSC_5852

À Venise, les chats, et le territoire où ils vivent, jouissent d’une protection législative spéciale (L. 281/1991 e L. Reg. 60/1993) …
En outre, il est établi que les colonies de chats sans propriétaires peuvent occuper des lieux publics et privés, ils ne peuvent pas être capturés, maltraités ou occis, il est aussi interdit de les déplacer…

Au coin d’une ruelle, un lieu de repos et de repas, entretenu par les autochtones avec l’aide de l’association « Dingo » (sorte de SPA) soutenue par la commune de Venise…

04-DSC_5872

Après bien des batailles dont témoignent quelques cicatrices auriculaires, le repos d’un vieux guerrier vénitien…

05-DSC_5845

L’île de la Giudecca est aussi appelée, par dérision, l’île aux phoques…
En effet, la rive est orientée plein nord, si c’est appréciable pendant les étés caniculaires, en revanche l’hiver, il fait un froid de canard, le soleil n’y faisant que timidement apparition en fin d’après-midi…

06-DSC_5762

À la Giudecca, il faut s’installer sur une terrasse le long des quais en sirotant quelques « Spriss » pour admirer, juste en face, le bassin de « San Marco » et la rive des « Sette Martiri » qui eux, plein sud, bénéficient toute la journée de la chaleur et de la clarté du soleil…

Une vue dont on ne se lasse pas…

07-DSC_5745

Sur les « Zattere », la rive opposée du canal de la « Giudecca », l’arrière de l’église de la « Salute » et la pointe de la douane où sont exposées les collections contemporaines de François Pinault…

08-DSC_5767

Plus loin sur bâbord, les anciens entrepôts du sel, transformés en lieux d’expositions diverses…

09-DSC_5755

À nos pieds, trop près pour que je ne sois pas tenté de la shooter, clapote une mouette mélanocéphale…

10-DSC_5788

Et la carte postale, même par temps gris ;
Le campanile de « San Marco » et notre célèbre palais des Doges qu’on le dirait bâti de fines dentelles…

11-DSC_5737

Ah, que l’on est bien sur cette terrasse, mais attention de ne pas avaler un « Spriss » de trop, les effets indésirables s’en feraient aussitôt ressentir…

12-DSC_5692

LOL …

Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres..., Venise : vie quotidienne & familiale | 19 Commentaires »

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance