ATTAQUE DE NUAGES SUR LE CIEL BLEU DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 30 avril 2016

Si, plus souvent qu’autrefois, mon regard se porte désormais vers le ciel,
je rends grâce à mon artiste peintre de gendre qui m’a fait découvrir,
par l’intermédiaire de ses œuvres picturales,
les nuances infinies et sans cesse renouvelées des cieux…

Ce fut encore le cas en cette mi-avril 2016 où la société anonyme des nuages gris lançait une OPA hostile sur l’espace aérien occupé jusqu’alors sereinement par le ciel bleu vénitien…

01-DSC_7283_4_5

Inquiet, mais curieux d’en savoir plus j’endossais, malgré le danger, mon costume de reporter de guerre pour « fotografier » les hostilités de plus près…

02-DSC_7527_28_29_30_31

L’agression est évidente, les nuages barbares attaquent par le Nord et tentent d’investir la place « San Marco » et le « Paròn de Casa » (nom du campanile de Saint Marc)…

03-DSC_7602_3_4_5_6

Le campanile encerclé, l’attaque se propage au bassin de « San Marco », mais l’île de « San Giorgio Maggiore » résiste à l’envahisseur…

04-DSC_7677_78_79_80_81

Pas pour longtemps car l’ennemi gagne du terrain et tente de s’emparer maintenant du « Campanil de San Giorgio » …

05-DSC_7587_88_89_90_91

Les hostilités se dirigent  maintenant vers l’Est, du côté de Castello où le ciel bleu ne veut toujours pas se soumettre…

06-DSC_7673_4_5

Mais une dernière et sournoise agression prend traitreusement « San Zaccaria » et « La Pietà » par l’arrière…

07-DSC_7537_38_39_40_41

Ça devient trop dangereux, je rentre aux abris…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 25 Commentaires »

DE SANT’ALVISE AU GHETTO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 19 avril 2016

Je vous invite aujourd’hui à une promenade partant de l’embarcadère du Vaporetto de « Sant’ Alvise » pour rejoindre le « Canal de Cannaregio » avec passage par le « Getho » de Venise…

Descendus du bateau, nous voilà à « Sant’ Alvise », un des endroits populaires de Venise dans le sestiere de « Cannaregio » …

01-DSC_7690_1_2-2

Ce quartier ressemble beaucoup à « Castello » et même à « Sant’ Elena » …
On y retrouve des angles droits où sèche le linge traversant les « Calle » …

02-DSC_7687_8_9-2

Ainsi que les habituelles « Altane » en bois pour se prélasser au soleil…

03-DSC_7693_4_5-2

Il y a de quoi couvrir plusieurs chefs…

04-DSC_7696_7_8-2

Un chat méfiant nous regarde avec circonspection, hé oui, nous ne sommes pas du quartier…

05-DSC_7699_700_701-2

Nous débouchons sur le « Rio de Sant’ Alvise » …

Il faut savoir que ce secteur est traversé par trois « Rii » rectilignes et parallèles :
le « Rio de Sant’ Alvise »,
le « Rio della Sensa »
le « Rio della Misericordia » …

06-DSC_7705_6_7-2

Un peu plus loin, deux pigeons s’abreuvent à une fontaine publique, rien que de plus normal…

07-DSC_7714_5_6-2

Nous sommes bien dans la Venise de chez nous avec ses « Calle » étroites et sombres…

09-DSC_7735_6_7-2

Ses culs de sac qui terminent sur des « Rii » transversaux…

10-DSC_7744_5_6-2

Où l’on ne peut qu’admirer les reflets dans l’eau, semblables à des œuvres d’art abstraites…

10e-DSC_7747_8_9

Sur le mur des sculptures du lion de Venise, m’est avis qu’un artisan ou un amateur de terre cuite réside dans le coin…

11-DSC_7750_1_2-2

Chaque petit coin de Venise a son originalité, c’est le paradis des « fotografs » …

12-DSC_7753_4_5-2

Nous arrivons au troisième rio, le « Rio della Misericordia » pour emprunter le pont du « Gheto Novo » (écrit en vénitien, soit en français : le ghetto nouveau) qui contrairement à son nom est le ghetto le plus ancien…

13-DSC_7756_7_8-2

Quelques mots sur le Ghetto de Venise extraits de l’exposé du Docteur Danièle GUEDJ :

« Le premier peuplement de juifs n’eut pas lieu dans la cite vénitienne elle-même mais dans l’ile de SPINALUNGA (ou longue arête de poisson, du fait de sa forme), ile insalubre car elle abritait des tanneries et qui était donc dévolue aux juifs. En 1252, du fait du nombre croissant de juifs y habitant, elle a été nommée GIUDECCA.
Il faut préciser que les vénitiens voulaient vivre entre eux et isolaient toutes les communautés étrangères…

Ensuite les juifs arrivèrent d’Allemagne, soit fuyant les persécutions qui y faisaient rage, soit attirés par les avantages commerciaux.
Puis ce fut le tour des juifs d’Espagne en 1492, fuyant l’inquisition, bientôt suivis en 1496 par les juifs fuyant le Portugal…

Il y eu d’abord le GHETTO NUOVO en 1516, plus précisément le 25 mars 1516,
Les juifs ayant 3 jours seulement pour déménager et trouver à se loger, logement dont le loyer a été majoré d’un tiers en accord avec les autorités lors de la venue des juifs…
Pour les juifs d’Allemagne et d’Italie (de Rome ou du sud de l’Italie) dans le quartier de la nouvelle fonderie a canons à Cannaregio…

Puis le GHETTO VECCHIO en 1541 pour les juifs expulsés d’Espagne et du Portugal.
Vecchio ne veut pas dire qu’il est plus ancien mais érigé sur les ruines de l’ancienne fonderie désaffectée…
Le ghetto était insalubre, surpeuplé, loin de l’activité commerciale de ses habitants…
Ce fut le quartier le plus élevé de Venise avec 6-7 étages, des appartements petits aux plafonds bas pour pallier au manque de place 
»

Si vous désirez en savoir plus, je vous invite à lire l’article :
« Les Juifs de Venise » par le Dr Daniele GUEDJ que vous trouverez sur ce lien :
http://www.terredisrael.com/juifs-venise.php

Mais continuons notre promenade, nous avons passé le pont et nous voici dans le « Campo du Gheto Novo » …
Nous sommes samedi, c’est Sabbat, il y a queue devant les restos casher, c’est d’une débauche de feutres noirs et de kippas…  

14-DSC_7786_7_8-2

Plus besoin de regarder le nom du campo pour savoir où nous sommes…

15-DSC_7795_6_7-2

Les enfants s’amusent, coiffés également de leur kippa de couleur, bleue, blanche,

16-DSC_7804_5_6-2

Ou verte…
Hé, attendez-moi, j’arrive ! …

17-DSC_7807_8_9-2

Sur le campo, une grande sculpture en bronze érigée le 19 Septembre 1993, « The Last Train », monument en l’honneur du 50ème anniversaire de la déportation des Juifs du Ghetto de Venise…

18-DSC_7810_1_2a-2

De l’autre côté du campo également plusieurs plaques et bas-reliefs interpellent le passant…

18e-DSC_7843_4_5-2

Les deux plaques de droites sont rédigées en français, en anglais et en italien…

Je ne sais pas si la « foto » permet de déchiffrer les textes…
La première plaque :

HOMMES, FEMMES, ENFANTS, TROUPEAU POUR CRÉMATOIRES
 CHEMINANT VERS L’HORREUR SOUS LE FOUET DU BOURREAU.
VOTRE TRISTE HOLOCAUSTE EST GRAVÉ DANS L’HISTOIRE
ET RIEN NE CHASSERA VOS MORTS DE NOS MÉMOIRES
CAR NOS MÉMOIRES SONT VOTRE UNIQUE TOMBEAU. 

La seconde plaque :

LA VILLE DE VENISE SE SOUVIENT DES JUIFS VÉNITIENS
QUI LE 5 DÉCEMBRE 1943 ET LE 17 AOÛT 1944
 FURENT DÉPORTÉS DANS LES CAMPS D’EXTERMINATION NAZIS.

19--2

À côté, une œuvre majeure, composée de 7 puissants bas-reliefs en bronze, connue comme le Monument de l’Holocauste, en exposition permanente dans quatre pays :
l’Italie, la France, les États-Unis et la Lituanie…

20-DSC_7834_5_6-2

Ces bas-reliefs sont signés Arbit Blatas, comme le monument précédent « The Last Train », pseudonyme de Nicolaï Arbitblatas, né à Kaunas (Lituanie) le 12 novembre 1908, et mort à New York le 27 avril 1999, peintre et sculpteur lituanien naturalisé américain.

21-DSC_7840_1_2-2

Voici les 7 bas-reliefs composant ce monument…

22-DSC_7813_4_5-2

23-DSC_7816_7_8-2

La première édition de ce monument a été installé dans le campo le 25 Avril 1980, à l’occasion de la Fête de la Libération, Anniversaire de la Résistance et de la fin de l’occupation nazie du pays.

24-DSC_7819_20_21-2

25-DSC_7822_3_4-2

La connexion personnelle d’Arbit Blatas à l’Holocauste était profonde ;
ses parents ont été déportés de la Lituanie en 1941 et sa mère est morte dans le camp de concentration de Stutthof tandis que son père a réussi à survivre Dachau…

26-DSC_7825_6_7-2

27-DSC_7828_29_30-2

L’historien italien de l’art, Enzo di Martini, a écrit à propos du Monument Blatas de l’Holocauste :
« Ces bronzes sont martelés et ciselés dans la colère et la tragédie » …

28-DSC_7831_2_3-2

Toujours sur ce même campo, la maison de repos israélite…

29-DSC_7846_7_8-2

Tout à l’heure nous avions passé le « Ponte del Gheto Novo », nous passons maintenant le « Ponte del Gheto Vecio » qui relie les deux ghetto…

30-DSC_7858_59_60-2

Les « Niziolèti » (petits draps), ces rectangles blancs peints sur les murs où l’on inscrit les noms des rues à Venise, sont depuis toujours écrits en vénitien…
Suite à l’initiative stupide d’une adjointe de la municipalité précédente, responsable de la toponymie, certains « Niziolèti », pendant leur rénovation, ont été récrits en italien !…
Motif avancé par la dite-adjointe : « Ne pas désorienter les touristes et les étrangers qui ne connaissent pas la langue vénitienne » …
La révolte des autochtones alors a grondé, groupes Facebook en tête, pétition à la clef, et la municipalité a dû céder car même certains adjoints et conseillers municipaux étaient opposés à cette « italianisation » des « Niziolèti » …

Mais il reste des traces de cette bévue qui dureront jusqu’à la prochaine rénovation picturale…

Comme sur ceux-ci qui devraient être écrits ainsi :
« PAROCHIA DE S. ALVISE »
« PONTE DE GHETO VECIO »
« CAMPO DE GHETO NOVO »

31-DSC_7855_6_7-2

Nous voici dans le vieux ghetto…
Si vous avez l’œil curieux vous serez interpellés par la « Mezouzah » sur la porte de nombreuses maisons du Ghetto…

32-DSC_7864_5_6-2

33-DSC_7861_2_3-2

Pour ceux qui l’ignorent, tout comme moi avant qu’un ami converti au judaïsme ne me l’explique, la « Mezouzah » est un rouleau de parchemin comportant deux passages bibliques, emboîté dans un réceptacle, et fixé au linteau des portes…

34-DSC_7867_8_9-2

35-DSC_7870_1_2-2

La coutume veut que la mezouzah soit apposée dans tous les lieux où les Juifs résident.
L’étui est fixé à droite dans le sens de l’entrée, en biais, et à une hauteur équivalente au tiers de la hauteur du montant de la porte à partir du linteau.

36-DSC_7879_80_81-2

37-DSC_7882_3_4-2

Le parchemin, fait de la peau d’un animal « pur », est calligraphié par un scribe habilité à cette tâche. Il est nécessaire de faire vérifier régulièrement (deux fois tous les sept ans) ce parchemin afin de s’assurer que le texte est toujours en bon état.

38-DSC_7885_6_7-2

39-DSC_7888_89_90-2

L’esthétique du boîtier de la mezouzah est très diversifié comme on peut le voir sur ces « foto », ainsi que les matériaux utilisés, bois, plastique, métal, verre ou pierre…

40-DSC_7891_2_3-2

41-DSC_7894_5_6-2

Si les synagogues sont relativement discrètes quant à leur aspect extérieur, elles sont riches et luxueuses à l’intérieur…

Il en subsiste 5 dans le ghetto, on les appelle « Scola » (qui veut dire école en vénitien) …
La Scola grande Tedesca (1528)
La Scola Canton (1532)
La Scola Levantina (1538)
La Scola Spagnola (1555, reconstruite en 1654)
La Scola Italiana (1575)

Personnellement, je ne suis jamais pénétré à l’intérieur d’une de ces synagogues…
Mais je surmonterai une fois mon athéisme forcené pour prendre quelques « foto »…
Aujourd’hui Sabbat, les synagogues ne sont pas ouvertes aux visites…

Devant nous la porte de la synagogue nommé « la Scola Levantina »…

 42-DSC_7897_8_9-2

Une plaque de marbre commémorative sur le fronton :

1939 -1945
DEUX CENTS HÉBREUX DE VENISE
HUIT MILLE HÉBREUX D’Italie
SIX MILLIONS D’HÉBREUX D’EUROPE
PAR L’AVEUGLE HAINE BARBARE
EN DE LOINTAINES TERRES
CHASSÉS MARTYRISÉS SUPPRIMÉS 

43-DSC_7903_4_5-2

Sur le mur d’en face, une autre plaque de marbre en mémoire des hébreux vénitiens qui se sont battus et sont tombés pour l’Italie pendant la première guerre mondiale…
Cette plaque est datée de MCMXV-MCMXX (1915-1920) …

44-DSC_7906_7_8-2

Ce petit devoir de mémoire accompli, loin d’être vain actuellement vu la montée nauséabonde de tous les nationalismes en Europe, nous rejoignons la « Riva del Canal de Cannaregio », que nous entrapercevons au soleil au bout de ce « Sotoportego », pour aller fêter un anniversaire en famille…

45-DSC_7909_10_11-2

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 32 Commentaires »

VISITE DU MUSÉE NICOSIS À VERONE, AVEC LE PADOVA CHAPTER

Posté par Claudio Boaretto le 6 avril 2016

Ce dimanche 3 avril 2016, c’était « l’Open Season Ride » du Chapter Padova…
(pour ceux qui ne le savent pas le Chapter Padova est une subdivision du HOG, Harley Owners Group, le groupe des propriétaires d’Harley Davidson, le club de bikers le plus important de la planète (plus d’un million de membres) … Le Chapter Padova est donc le chapitre de Padoue)

Au programme, visite du Musée Nicosis à Villafranca, tout près de Vérone…

Le rendez-vous des bikers était fixé à 08:30 du matin à Monselice, quelques kilomètres au-delà de Padoue par rapport à Venise…
Si nous avions voulu être à l’heure, Evelyne et moi, en partant du Lido de Venise, avec la traversée en ferry, il aurait fallu nous lever à 05 heures du matin, triste sort des insulaires…
Très peu pour nous un dimanche matin…
Même problème pour Paola et Lanfranco demeurant près de Venise…
Nous décidions donc de nous lever un peu plus tard et de nous retrouver tous les quatre sur l’autoroute pour rejoindre le gros de la troupe directement au Musée à 10:45…

Nous voici donc arrivés sur les lieux, un quart d’heure avant les autres, devant le parking du musée Nicosis…
Nos compagnes récupèrent leurs petites affaires dans les sacoches de nos Harley…

01-DSC_7073_4_5

Présentation :
Paola…

02-DSC_7087

Lanfranco…

03-DSC_7090

Evelyne…

04-DSC_7093

À l’entrée du Musée Nicosis, une sculpture en bronze représentant une automobile de la belle époque…
Vous comprenez que ce Musée expose des voitures, des motos, des bicyclettes, etc….

05-DSC_7082_3_4

Soudain, un sourd vrombissement parvient à nos oreilles…
Voilà la cavalerie !…

06-DSC_7112_3_4

Avec les gilets fluo, ce sont les « Safety Officers » (les officiers de sécurité) … Ils sont chargés de la protection du groupe, bloquant les ronds-points et les croisements pour que la colonne de motos puisse passer sans encombre et sans arrêt…

07-DSC_7118_19_20

Chacun stationne sa moto en position de départ…

08-DSC_7121_2_3

Tout le monde est garé, la visite du Musée peut commencer…

09-DSC_7130_1_2

Suivez le guide…

À l’intérieur, une sculpture grandeur nature…

10-DSC_7136_7_8

Le Musée est divisé en plusieurs sections :
Automobiles
Motos
Bicyclettes vélos
Aviation
Appareils photo, Télescopes, machines à écrire, instruments de musique, etc…

Je laisse tomber cette dernière section un peu fourre-tout…

11-DSC_7223_4_5

Ainsi que les moteurs d’avion qui ne me transcendent pas outre mesure…

12-DSC_7220_1_2

Commençons plutôt par la plus prestigieuse section, celle des automobiles…
(
petit avertissement, si elles peuvent sembler parfois légèrement sombres, toutes les « foto » à l’intérieur sont prises sans flash malgré les contre-jours)

À tout seigneur, tout honneur, dans l’entrée nous accueille une Ferrari…

13-DSC_7259_60_61

C’est une époustouflante exposition de voitures anciennes…

14-DSC_7145_6_7

Toutes plus belles les unes que les autres…

15-DSC_7142_3_4

Et, d’après les documents du musée, elles sont entretenues en permanence et toutes en état de marche !…

16-DSC_7157_8_9

Une Lancia…

17-DSC_7151_2_3

Une Rolls Royce de 1917…

18-DSC_7160_1_2

Une Alfa Roméo de 1925…

19-DSC_7235_6_7

Une des plus anciennes, qui souligne la transition avec les calèches…
J’ai vu tellement de véhicules que je ne me souviens plus des marques…

20-DSC_7262_3_4

Ces automobiles s’apparentent à des œuvres d’art…

21-DSC_7238_39_40

Encore une splendide Alfa Roméo…

22-DSC_7103_4_5

Et que dire de cette fastueuse Rolls Royce…

23-DSC_7154_5_6

Rapprochons-nous un petit peu de notre époque…

24-DSC_7100_1_2

Une Delahaye, voiture française…

25-DSC_7163_4_5

Allez, on se la joue sport,
Lancia Astura de 1938…

26-DSC_7166_7_8

Mais Fiat ne s’en laisse pas conter…

27-DSC_7169_70_71

La Maserati « A6 1500 » …

28e-DSC_7250_1_2

Pour les snobs qui ne veulent rouler qu’en BMW, voilà de quoi les satisfaire, hi hi hi ! …

29-DSC_7256_7_8

Nous terminons la section avec cette voiture à pédales ! …
Cette voiture fit Paris Calais en 1882, conduite par les deux inventeurs français qui l’avait conçue…
Le premier à l’avant conduisait, le second à l’arrière pédalait…

30-DSC_7241_2_3

Particularité importante : le volant qui trouve son application bien avant qu’un moteur à essence ne soit installé sur une voiture…
À noter également, les lanternes originales sur le côté fonctionnant avec des bougies…

30e-DSC_7247_8_9

La voiture à pédale nous permet de faire la transition avec la section bicyclette…

31-DSC_7199_200_201

Je ne vais m’intéresser qu’aux plus anciennes…
L’ancêtre, la bicyclette, en revanche, sans pédales…

32-DSC_7202_3_4

Tout le monde reconnait ces grands vélos d’antan, il fallait un marchepied ou un tabouret pour grimper dessus…

33-DSC_7205_6_7

Une magnifique bicyclette à 3 roues…
Modèle unique, un vieil irlandais qui n’avait pas le sens de l’équilibre, a rajouté une troisième roue…
En 1935, à 90 ans il parcourait 40 kilomètres par jour avec son engin… Et quand, fatigué, il s’endormait, il était certain de ne pas tomber…

34-DSC_7208_09_10

La bicyclette en bois réalisée selon les plans de Léonard de Vinci…

35-DSC_7214_5_6

Et que dire de cette bicyclette de pompier…
Avec le casque à l’arrière, la sirène et le tuyau d’arrosage…
Fabuleux !…

36-DSC_7217_8_9

Nous passons maintenant, en tout bien tout honneur, à la section de moto, beaucoup moins achalandée que la section automobile, nous y trouvons d’anciennes motos italiennes…

Rendons grâce d’abord aux célèbres Moto Guzzi…

37-DSC_7175_6_7

Si j’avais été obligé d’acheter une moto italienne plutôt qu’une américaine, mon dévolu se serait porté naturellement sur les Guzzi…

38-DSC_7181_2_3

Les motos Bianchi, marque non moins célèbre créée en 1885 et spécialisée dans la conception et la fabrication de bicyclettes…
L’entreprise se lance dès 1899 dans la fabrication des motos…
L’unité motos sera reprise en 1967 par Piaggio…

39-DSC_7172_3_4

Une marque italienne moins connue, les motos Gilera, entreprise fondée à Arcore en 1909 par Giuseppe Gilera
Comme les Bianchi,
rachetée par Piaggio en 1969…

40-DSC_7184_5_6

Moto Garanzini Oreste, des années 20…
La société fondée en 1913 fermera en 1931, en partie à cause de la crise économique…

41-DSC_7190_1_2

Pour terminer cette sympathique visite, et spécialement pour mon ami Ludo, j’ai même déniché une Indian…
Apparemment, elle perd de l’huile, ce n’est pas bon ça mon Ludo…

42-DSC_7265_6_7

Indian et son side-car, sioux-plait…

43-DSC_7268_69_70

Trop fort le petit indien qui scrute l’horizon sur lanterne de la roue du side-car…
Allez, on se la joue style « foto » d’époque…

44-DSC_7271_2_3a

Encore une belle journée avec le Padova Chapter qui s’est terminée par nos habituelles agapes…

Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres... | 22 Commentaires »

VENISE, CARTE POSTALE

Posté par Claudio Boaretto le 2 avril 2016

Ma fille et mon gendre devant renouveler le site « venisejetaime » sur le web, il leur fallait quelques « foto » des lieux mythiques de Venise pour illustrer leurs nouvelles pages…

Bien que ce ne soit pas tout à fait mon style, je me suis appliqué à prendre quelques clichés, genre « carte postale »…

À tout seigneur, tout honneur, le bassin de « San Marco » avec le palais des doges et le campanile…

01-DSC_6586_7_8

Entre les deux, la « Piazzetta » avec ses deux colonnes, toujours envahie par le monde, en toile de fond l’horloge avec les deux maures frappant les heures sur la cloche…

02-DSC_6595_6_7

Le « Paron de casa » (le patron de la maison) ainsi que les vénitiens nomment le campanile de Saint-Marc…

03-DSC_6628_29_30

La « Piazzetta », vue de l’intérieur, la foule est encore nombreuse entre les deux colonnes, mais ce sont des touristes…

Savez-vous pourquoi ?
Les vénitiens ne passent jamais entre les deux colonnes, c’est censé porter malheur car à cet endroit jadis on exécutait les condamnés à mort…

04-DSC_6634_5_6

Du haut de sa colonne, « el leon de San Marco » (le lion de Saint Marc), symbole de Venise…

05-DSC_6637_8_9

Coincé entre le palais des doges et les « Piombi » (les plombs, ancienne prison), l’incontournable pont des soupirs, toujours à l’ombre (évidemment) …

05e-DSC_6619_20_21

Sur la place, la basilique Saint Marc, malheureusement une partie de l’aile droite est en restauration, la « foto » n’est donc pas opérationnelle…

05f-DSC_6643_4_5

De l’autre côté du bassin, « San Giorgio Maggiore » et son campanile…

06-DSC_6574_5_6

Presque la même vue, mais de nuit…
« Foto » déjà publiée sur ce blog, mais j’ai un faible pour elle…

7-DSC_2327

Un regard sur la droite pour voir la pointe de la douane et l’église de la « Salute » …

Hélas, je n’avais pas la bonne lumière, il faut que j’y retourne plus tôt le matin quand le soleil à l’est éclairera ces façades…

08-DSC_6613_4_5

Ma fille m’a demandé des « foto » du linge qui sèche…
Direction notre « sestiere de Castello » du côté de « Secco Marina » …

09-DSC_6698_699_700

Linge qui sèche au-dessus d’un rio…

Il y a même à gauche une petite dame à sa fenêtre qui cause avec sa voisine (qui n’entre pas dans le cadre de la « foto ») …

10-DSC_6755_6_7

Linge qui sèche avec reflets dans le rio…

11-DSC_6758_59_60

Uniquement le reflet dans le rio…

12-DSC_6761_2_3

Autre endroit typique de Venise, le/s « Sotoportego/i » que l’on pourrait traduite par sous-portique…

13-DSC_6740_1_2

Petits passages obscurs et couverts qui conduisent d’une « calle » à une autre, ou à une « Corte », ou un « Campiello » …
Celui-ci part de la « via Garibaldi » pour arriver au Rio de la « Tana » …

14-DSC_6782_3_4

Bien sûr la « via Garibaldi », c’est la seule « via » de tout Venise, toutes les autres rues sont des « calle », des « rami » ou des « rio terra » …

15-DSC_6785_6_7

Tout à côté, les pavés de la « Riva dei Sette Martiri » avec vue sur l’île du Lido…

16-DSC_6797_8_9

N’oublions pas la gondole avec sa cargaison de touristes asiatiques…

17-DSC_6658_59_60

Dans mon cahier des charges, il y avait aussi le pont de Rialto…

Pas de chance, il est en pleine restauration et l’on ne sait pas combien de temps cela durera…
Pour le pont des soupirs les travaux avaient duré plusieurs années…

Ne s’offre à notre vue que la toile cachant les échafaudages…

18-DSC_7055_6_7 J

Je me suis donc rabattu sur le pont en bois de « l’Academia » …

19-DSC_6989_90_91

Avec sa vue magnifique sur le « Canal grande » …

20-DSC_6996_1_2

Un petit cliché de la lagune sud du côté de « Malamocco » …

Je précise que le personnage principal de cette « foto » n’est pas le bateau, juste là pour animer, mais la lagune et son ciel…

21-DSC_6092_650

Je termine dans notre « Sestiere de Castello » avec la vue intérieure de la « Marinaressa » donnant sur les réverbères ensoleillés de la « Riva dei Sette Martiri » …

C’était par-là que mon Papà avait sa cantine quand il servait dans la marine militaire à la fin des années 1930…

22-DSC_6800_1_2

Espérons que ces pseudos « cartes postales » susciteront le désir de voir par soi-même…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 30 Commentaires »

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance