• Accueil
  • > Archives pour décembre 2016

LA REGATE « ALLA VALESANA » DES PÈRES NOËL, À VENISE  

Posté par Claudio Boaretto le 18 décembre 2016

« La regata alla Valesana dei Babbi Natale »

Un évènement que vous ne verrez nulle part ailleurs qu’à Venise…

C’était samedi dernier, 17 décembre 2016, comme chaque année, organisée par l’université de Ca’ Foscari de Venise, régate qui voit se confronter les coureurs, hommes et dames, champions et amateurs, tous vêtus en « Babbo Natale » (Père Noël) sur le « Canal Grande », depuis la « Chiesa della Pietà » (Église de la Pitié) sur la « Riva degli Schiavoni » (Rive des Esclavons, beaucoup l’interprètent comme la rive des esclaves, c’est un faux ami, les Esclavons sont les habitants de Slovénie, nous pourrions traduire par la Rive des Slovènes) jusqu’à Ca’ Foscari sur le Grand Canal…

Pour ne rien rater de cette régate, nous nous étions installés sur le « Ponte dell’ Accadèmia » avec, pour nous faire patienter, sa vue imprenable sur le « Canal Grande » et l’église de « La Salute » …

01-2016-12-17-004-HDR

Après plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu, heureusement un doux soleil d’hiver était de la partie, les premiers arrivants montrent le bout de leur proue…

Ils sont escortés de 2 « dragons-boat », ces bateaux à 18 pagayeurs et un barreur dénotant un peu de la tradition vénitienne mais bon, c’est le folklore de Noël…

02-2016-12-17-064-HDR

Les deux premiers sont deux « Mères Noël », trop galants, les « Pères Noël » leur ont laissé quelques brasses d’avance…

03-2016-12-17-061-HDR

Nous assistons là une régate relativement rare de « Voga alla Valesana » …

Voici la position typique du rameur/se « alla Valesana » …

04-2016-12-17-069-HDR

Je vous dois quelques explications que je vous livre tout au long de ces « foto » qui parlent d’elles-mêmes…

05-2016-12-17-084-HDR

La « Voga alla Valesana », à deux rames, est une variante de la « Voga alla Veneta » que pratique le gondolier avec une seule rame sur sa gondole… 

06-2016-12-17-075-HDR

Pour être précis, la « Voga alla Valesana » est plus antique que la « Voga alla Veneta » …

06-2016-12-17-077-HDR

Elle remonte encore avant le 5ème siècle où la lagune n’était pas encore très urbanisée…

07-2016-12-17-080-HDR

Elle permettait de voguer relativement rapidement, avec vision à l’avant, sur la lagune et ses larges chenaux…

07-2016-12-17-087-HDR

Ce n’est qu’avec l’urbanisation des îles qu’apparut la « Voga alla Veneta » à une seule rame, les deux rames formant une amplitude trop large pour parcourir les petits « rii » étroits des principales îles lagunaires telles Venise, Murano, Burano, etc…

08-2016-12-17-091-HDR

La « Voga alla Valesana » se pratique généralement sur « Mascarèta », barque traditionnelle vénitienne bien plus connue et populaire aux yeux des vénitiens que la gondole à touristes…

09-2016-12-17-096-HDR

La « Valesana » est une technique plutôt difficile car les rames posées sur les tolets, ici on dit les « Forcole », ne sont pas fixées comme le seraient des avirons…

10-2016-12-17-103-HDR

Les rames ne tiennent en place que par la poussée du rameur et leur angle d’entrée et de sortie dans l’eau…

11-2016-12-17-113-HDR

Le tolet de tribord est un peu décalé vers l’avant par rapport au tolet de bâbord…

16-2016-12-17-142-HDR

Le rameur doit avoir la jambe droite en avant…

13-2016-12-17-124-HDR

La main gauche tient la rame droite et la main droite tient la rame gauche qui doit toujours être devant la rame droite…

Le rameur doit pousser simultanément les deux rames qui doivent se croiser sans jamais se toucher…

15-2016-12-17-136-HDR

Une technique difficile à maitriser, voilà pourquoi on en voit si peu…

12-2016-12-17-116-HDR

D’ailleurs une expression populaire, en italien, dit :
« hai vogato alla Valesana »
que l’on peut traduire en français par :
« tu as galéré » …

17-2016-12-17-146-HDR

Une « Caorlina », autre embarcation typiquement vénitienne, joue le rôle de « bateau-balai » …

18-2016-12-17-152-HDR

Le « Penultimo »…

19-2016-12-17-160-HDR

La lanterne rouge, comme son habit l’indique, ou presque…
Mais tout aussi méritant que les autres participants, en plus, ce n’est pas un petit jeune…

20-2016-12-17-178-HDR

Le dernier étant passé je me tourne vers l’autre côté du pont pour les voir disparaitre à l’angle du Grand Canal…

21-2016-12-17-187-HDR

Dernière « foto » sur « l’ultimo » …
Bien courageux ces pères et mères Noël malgré la froidure que le timide soleil ne parvient pas dissiper…

22-2016-12-17-196-HDR

Nous ne regrettons pas d’avoir assister à cette « Voga » si rare et si particulière aussi bien par la discipline que par le folklore festif…

Contents de la faire connaître…

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : curiosités | 14 Commentaires »

VENISE À MARÉE BASSE ET DANS LE BROUILLARD

Posté par Claudio Boaretto le 12 décembre 2016

Depuis plusieurs jours Venise est enveloppée par le brouillard, simultanément avec des coefficients de marée bien bas allant de -40 à -50…

Si le brouillard s’estompe un peu, généralement vers midi, samedi le « Caigo » (brouillard en vénitien) n’a pas quitté un seul instant la Sérénissime et sa lagune…

L’occasion de shooter quelques « foto », même en visibilité réduite…

Ce premier cliché de Sant’ Elena, pris en tout début d’après-midi vous donne une idée de l’intensité du « caigo » et de la faible hauteur de marée, le niveau normal, coefficient zéro, étant à la hauteur de la première bande d’algues noires sur le quai…

01-2016-12-10-022-

L’embarcadère du vaporetto, la visibilité sur la lagune est réduite à une petite centaine de mètres, voire moins…

02-2016-12-10-025-

Sur tous les « vaporetti » tournoient les radars permettant la navigation…

03-2016-12-10-214-

Je me suis approché de la cabine du commandant afin de shooter, tant bien que mal, l’écran du radar malgré les reflets…

04-2016-12-10-232-

Sitôt que nous mettons pied à terre, le brouillard, quoique présent, est un peu moins intense…

Les Giardini…

05-2016-12-10-058-

Le « Viale Garibaldi » …

06-2016-12-10-067-

Mais il conserve son opacité dans les espaces plus ouverts…

Le rio de « San Piero de Casteo »…
Nous avons de la peine à distinguer le grand pont face à nous…

07-2016-12-10-094-

Et la basilique éponyme…

08-2016-12-10-115-

En revanche, si l’on s’aventure à l’intérieur des petites « calle », le « caigo » a presque disparu…

09-2016-12-10-109-

Et il n’est plus du tout visible sous les « Sottoportèghi » …

10-2016-12-10-088-

Il est moins présent également dans les « Rii » plus étroits, nous avons presque 200 mètres de visibilité…

10b-2016-12-10-172-

Mais là, la marée basse nous permet des découvertes, au sens propre comme au sens figuré, comme ces épaves à l’abandon…

11-2016-12-10-142-

Zoom…

Les propriétaires de ces embarcations, à moins qu’ils ne soient décédés, témoignent là d’une certaine incivilité, dangereuse à marée haute pour la navigation…

12-2016-12-10-145-

Que dire de ce petit « pontil » que je viens d’emprunter pour prendre quelques clichés…

La marée basse nous signale que les pieux de soutènement sont complètement rongés par l’eau salée…
« J’aurais su, j’aurais pas été d’ssus ! » …

13-2016-12-10-106-

Reprenons notre promenade dans le « Fog » vénitien…

La « Via Garibaldi » dont nous n’apercevons plus le bout…

14-2016-12-10-175-

Et de l’endroit où je shoote, d’habitude nous distinguons très nettement l’entrée et le pont de « l’Arsenale » …

Ce n’est pas le cas aujourd’hui…

15-2016-12-10-193-HDR

Sitôt que l’on se rapproche de la rive et des 55 000 hectares de lagune, le « caigo » reprend le dessus…

La « Riva dei sette Martiri » …

16-2016-12-10-181-

Ce sera tout pour aujourd’hui, rentrons vite au chaud, et surtout au sec car l’humidité nous pénètre de partout…

17-2016-12-10-205-

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 27 Commentaires »

« FOTO » DE NUIT AU PHARE DE LA ROCCHETTA, LIDO DE VENISE  

Posté par Claudio Boaretto le 5 décembre 2016

La « foto » de nuit, j’en suis fan et pour plusieurs raisons…

Une « foto » de nuit change totalement l’ambiance de l’endroit shooté en journée…

Dans la plupart des ouvrages ou des articles dédiés à la « foto » de nuit il est recommandé de privilégier « l’heure bleue », ce court instant entre chien et loup où le ciel n’est plus tout à fait bleu et pas encore tout à fait noir…
Ce n’est pas mon choix …

J’attends toujours avec impatience que disparaisse cette « heure bleue » pour laisser place au manteau sombre de la nuit enveloppant tous les paysages, qu’ils soient champêtres, urbains ou maritimes et mettant en relief les lumières, naturelles ou artificielles, discrètes ou puissantes, révélant des reliefs, des formes, des couleurs, des reflets insolites qu’alors je tente de graver sur le capteur de mon boitier…  

La « foto » de nuit est aussi une aventure technique…

Il faut partir en chasse armé du trépied, de la télécommande, de la lampe de poche afin de voir dans le noir l’appareil que l’on manipule, reconnaître où l’on va et choisir son poste de tir…

Sur l’objectif et le boitier il faut annuler tous les réglages que l’on a l’habitude d’utiliser en temps normal, retirer les automatismes performants, débrayer les autofocus, anti vibrations, picture control, balance des blancs et autres, se mettre totalement  en manuel ; exposition, vitesse, ouverture, ISO pour ne plus laisser le boitier développer automatiquement le cliché…

Le développement ne se fera qu’après, par soi-même en post-traitement où l’on réglera l’exposition, le contraste, les hautes lumières, les ombres, les blancs, les noirs, la clarté, etc…
Bref, un vrai boulot de « fotograf » tout aussi passionnant que la prise de vue…

Que les néophytes ne s’y trompent pas, ce n’est pas de la « retouche photo » et autres « photoshopage exagéré », c’est simplement donner aux « foto » le traitement qu’elles méritent et faire ce qui se faisait autrefois, en argentique, dans la chambre noire à la lueur d’une ampoule rouge, qui se fait désormais, en numérique, avec un logiciel adapté devant son ordinateur…

Après ce « credo » pour la « foto » de nuit, retour sur le terrain…

Le territoire de chasse choisi aujourd’hui est à l’extrémité Sud de l’île du Lido de Venise, à l’entrée de la passe de port de Malamocco, devant le phare de la Rocchetta (se prononce roketa)

Sur la carte ci-dessous l’endroit est entouré en rouge et mon positionnement exact indiqué par la flèche…

4 points cardinaux à shooter :

Au nord, le « canal des Pétroliers »,

À l’ouest « Santa Maria del Mar » (Sainte Marie de la Mer), début de l’île de « Pellestrina »,

Au sud l’entrée de la passe de « Malamocco »,

À l’est, la rive où je me trouve avec la tour de contrôle maritime et le phare de la Rocchetta…

01-rocchetta

J’établis ma position juste en face du phare sur une minuscule jetée en pierre, perpendiculaire au quai, devant un petit local abritant des instruments de mesures maritimes géré par la magistrature des eaux de la lagune vénitienne…

02-2016-12-02-073-

Au nord première « foto » de nuit, le « Canal des Pétroliers » délimité par les réverbères qui, de jour, sont quasiment invisibles depuis l’endroit où je suis posté…

Ce canal, profond d’une vingtaine de mètres, large de 200 mètres sur une longueur de 12 kilomètres, est le passage obligé des pétroliers et porte-containers pour rejoindre le pôle industriel et pétrochimique du port de Marghera, partie intégrante sur la terre ferme de la commune de Venise…

03bis-2016-11-26-074

À l’ouest, face à nous, nous apercevons sur la droite les lumières de « Santa Maria del Mar », première bourgade de l’île de « Pellestrina » …

Juste devant nous la balise tribord de couleur verte que tous les bateaux et navires entrant dans la lagune doivent doubler par leur tribord, bien évidemment…

04-2016-11-26-075

Au sud, l’entrée de la passe de « Malamocco » …

Nous voyons au loin les balises bâbords rouges et les balises tribords vertes qui délimitent le passage de tous les bâtiments entrant ou sortant de la lagune…

La grande lumière blanche c’est le chantier du MoSe qui devrait protéger la lagune de « l’Aqua Alta » (peut-être un jour, bientôt ou jamais, qui sait ? mais en tout cas un des plus grands scandales financiers de l’Italie)

05ter-2016-11-26-083

À l’est, près de moi un peu sur la gauche, la tour de contrôle maritime et une vision sympathique de la rive sous son aspect nocturne…

De cette tour sont données toutes les autorisations aux cargos, porte-containers et autres pétroliers de pénétrer ou sortir de la lagune… La tour envoie alors les « Piloti » (pilotes) chargés de diriger et d’escorter les bâtiments…

06bis-2016-11-26-087

Enfin, face à moi, le « Faro della Rocchetta » …

Un des rares phares où vivent encore en permanence le « Fanalista » (gardien de phare) et sa famille…

Le phare est carrément implanté au centre de la maison où un escalier en colimaçon permet d’accéder à la lanterne…

Devant sa porte, le « Fanalista » a installé une lanterne rouge à bâbord et une verte à tribord…
Trop chouette ! …

07-2016-11-26-086

Le phare dans toute sa hauteur…

Phare bidirectionnel, côté lagune et côté mer…

Hauteur 20 mètres, visible à 16 miles nautiques, soit environ 30 kilomètres…
Signal : 3 éclairs blancs toutes les 12 secondes…

08-2016-11-26-089

Voilà pour mes petites « foto » de nuit…

Juste pour montrer la différence d’ambiance, je suis revenu le lendemain et surlendemain au même endroit pour shooter les mêmes « foto » avec la même focale et le même cadrage, mais en pleine journée…

Au nord, le « Canal des Pétroliers » …

Comme je le disais, impossible de voir les réverbères à l’œil nu d’où nous sommes…
Ce n’est que le porte-containers arrivant qui nous situe la sortie du canal…

09-2016-12-01-090-

Pour apercevoir ces réverbères je suis obligé de fort zoomer à l’horizon…

10-2016-12-02-058-

Entre temps le cargo qui paraissait très lent est déjà tout près de moi et passe devant la balise tribord…

C’est un piège que ces grands bâtiments, j’en ai déjà fait l’expérience en traversant à la voile le « rail » sur la Manche entre la Bretagne et l’Angleterre, on croit ces navires très loin et tout à coup ils sont près de nous…
Il vaut mieux toujours prévoir de passer derrière leur poupe que devant leur proue, conseil d’ami…

11-2016-12-01-117-

À l’ouest, « Santa Maria del Mar », sans lumière on ne distingue pas grand-chose derrière la balise, juste une mince bande de terre sur la droite, l’île de Pellestrina… 

12-2016-12-01-189-

Au sud, l’entrée de la passe de « Malamocco » …

Le navire est déjà loin…

13-2016-12-01-198-

À l’est, la tour de contrôle maritime…

14-2016-12-01-147-

Juste en face, la maison du « Fanalista » …

15-2016-12-02-013-

Gros plan sur les deux lanternes de l’entrée, j’adore…

16-2016-12-02-055-

Enfin, le phare de la Rocchetta en plein jour…

17-2016-12-02-028-

Je ne sais pas si vous êtes de mon avis, mais je préfère indubitablement la « foto » de nuit…

08-2016-11-26-089

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 22 Commentaires »

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance