DAMIEN HIRST EXPOSE À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 1 novembre 2017

« Treasures from the Wreck of the Unbelievable » (Trésors de l’épave de L’Incroyable), exposition de Damien Hirst présentée du 9 avril au 5 décembre 2017, simultanément à la « Punta della Dogana » et au « Palazzo Grassi », les deux musées d’art contemporain de la fondation François Pinault…

Nous sommes allés visiter mercredi dernier la Pointe de la Douane, (le mercredi entrée gratuite pour les vénitiens) et, autant vous l’avouer, nous sommes emballés par cette incroyable expo…
Nous ne tarderons pas d’aller bientôt visiter le « Palazzo Grassi », de toute évidence avant le 5 décembre…

Devant la porte d’entrée nous accueille « The Fate of a Banished Man » (le destin de l’homme banni), statue en marbre de Carrare qui donne le ton…

1-2017-10-25-001

Cette exposition est un événement dans le monde de l’Art Contemporain…
Voici, assez explicite, un des nombreux articles publiés à ce sujet :

 « L’enfant terrible de l’art contemporain est de retour. Le Britannique Damien Hirst est l’hôte de la Fondation Pinault, à Venise à partir de ce dimanche 9 avril et jusqu’au 3 décembre, pour une exposition monumentale où il entraîne le spectateur dans une fiction sous-marine, d’une grande profondeur.

Le secret avait été jalousement gardé sur ce projet ambitieux auquel Damien Hirst, 51 ans, a consacré dix années et qui rassemble près de 200 œuvres inédites dans les deux écrins de la Fondation Pinault que sont le Palazzo Grassi et La Punta della Dogana.

Baptisé « Treasures from the Wreck of the Unbelievable » (« Trésors de l’épave de L’Incroyable »), il conte la légende de L’Incroyable, présenté comme un vaisseau qui sombra il y a des siècles au large des côtes d’Afrique, emportant avec lui sa cargaison inestimable. Dans les cales du navire, des sphynx venus d’Égypte, des statues grecques, des colosses de bronze, de l’or, des bijoux et des armes à profusion.

Ce trésor englouti, Damien Hirst l’aurait retrouvé au fond de l’océan Indien et extrait des profondeurs au cours d’une prétendue campagne de fouilles sous-marines, dont les vidéos sont projetées au fil de l’exposition. À Venise, le plasticien expose le fruit de cette pêche miraculeuse dont les pièces sont encore recouvertes d’algues durcies, de coraux ou de coquillages, autant d’empreintes que la mer a déposées au fil des siècles.

Vrai ou faux ?

Mais le visiteur s’interroge… »

Je ne me suis pas interrogé longtemps car je savais avant d’arriver, mais cette exposition est incroyable, avec des œuvres monumentales, magnifiques et non dénuées d’humour…

Au rez-de-chaussée nous accueille un bronze, « Calendar Stone » … Plus de 4 mètres de haut et de large…

4-2017-10-25-011

Je ne vous épargnerai pas, par moments, les explications alambiquées données sur ces œuvres car elles font partie des œuvres elles-mêmes et mélangent habilement le vrai et le faux, jugez par vous-même :

« Alors que les calendriers méso-américains et aztèques révèlent une vision du monde cosmologique hautement complexe, leur signification profonde continue de nous échapper. On pense que ces disques -celui-ci- comparable en taille à la célèbre pierre aztèque appelée Pietra del Sol, auraient été utilisés afin de prédire des dates importantes dont celle de l’imminente apocalypse, etc., etc. … » …

Détails…

5-2017-10-25-013

« The Diver » (la plongeuse) …

6-2017-10-25-015

Recouverte d’algues, de coraux, de coquillages, après 2000 ans passés au fond des eaux…

7-2017-10-25-017

« The Diver with Divers », pour parfaire la crédibilité, sur une sorte de gigantesque écran on voit la « foto » des plongeurs découvrant la plongeuse…
Trop fort !…
Aluminium thermolaqué, polyester imprimé et caisson lumineux en acrylique, 535 x 357 x 10 cm…

8-2017-10-25-019

« The Warrior and the Bear » (la Guerrière et l’Ours), sculpture monumentale de 7,13 mètres de haut…
Waouh, impressionnant…

9-2017-10-25-021

10-2017-10-25-024

« Cette sculpture faire référence à l’Arkteia, rite d’initiation de la Grèce antique, où de jeunes Athéniennes imitaient des ourses, dansaient et pratiquaient des sacrifices. Cet acte de sauvagerie orchestrée servait à apaiser Artémis, etc. » …

11-2017-10-25-026

Une vue depuis la mezzanine nous fait appréhender la grandeur des espaces, la beauté du lieu et de la charpente, la monumentalité des œuvres et la dimension de la « foto » …
Un bel ensemble, je suis fan…

12-2017-10-25-027

« Lion Women of Asit Mayor »…
« Cette paire de sculptures s’inscrit dans une tradition ancienne qui consiste à présenter des figures divines ou semi-divines maîtrisant des monstres prédateurs »…

13-1-2017-10-25-034

« La symétrie de la composition suggère qu’elles étaient destinées à être gardiennes de l’entrée d’un temple. » …

Trop bien les explications, mort de rire…

13-2-2017-10-25-030

Qui n’a jamais vu telle crinière ? … Pourtant pléthore de lions à Venise…

14-2017-10-25-031

Je suis loin d’être le seul à shooter ces œuvres rocambolesques…

15-2017-10-25-033

Détails…
Encore deux mille ans dans l’eau et on ne voyait plus le visage !… lol…

16-2017-10-25-035

« Extraordinarily Large Museum Specimen of Giant Clam Shell »…
On y croirait, même en regardant de très près…
C’est un bronze peint…

18-2017-10-25-037

« The Minotaur », sculpture en granit noir…

« La représentation du mythe grec de l’homme mi-homme et mi-taureau violant une vierge d’Athènes dresse un portrait violent d’une sexualité masculine débridée et menaçante » …

Que voilà un thème d’actualité, certains « enfoirés » s’y reconnaitront assurément…

28-2017-10-25-070

Voici une des œuvres les plus spectaculaires et monumentales de cette exposition :
« Hydra and Kali », bronze de 539 x 612 x 244 cm… 

« Représenter la nature cosmique omniprésente d’une divinité à travers une multiplicité de membres est une pratique indienne datant de la période kouchane. Bien que le serpent à plusieurs têtes (naga) soit une figure récurrente de la mythologie hindoue, cette bête à sept têtes rappelle davantage l’Hydre grecque, l’un des adversaires les plus terrifiants d’Hercule.

Les têtes de l’Hydre se régénérant une fois tranchées, on associe ce monstre à une tâche se répétant sans cesse. Les multiples extrémités de ces figures peuvent également être lues comme une expression de mouvement : les bras de la femme brandissant une épée présentée dans trois positions à différentes hauteurs ; et les têtes chancelantes de son ennemi symbolisant le corps du serpent vaincu. Les adversaires émergent d’un socle de cristaux primordiaux sur lequel des formes cubiques parfaites et naturelles sont reproduites en métal coulé » …

Il a tout dit !..

29-2017-10-25-092

La même œuvre, juxtaposée à la première, mais avant immersion…

30-2017-10-25-097

Focus sur Kali et ses épées…

31-2017-10-25-101

Les vues depuis la mezzanine donnent une idée des dimensions…
Avant immersion…

32-2017-10-25-128

Après immersion…

33-2017-10-25-175

Coucou l’Hydre…

34-2017-10-25-176

La découverte de la sculpture par 4 plongeurs…

35-2017-10-25-108

Retournons à des dimensions plus réduites avec, dans une vitrine, cette statue en bronze et agate blanche, « Female Archer » …

99-2017-10-25-116

Au travers de ces magnifiques fenêtres en demi-lune du 1er étage de la « Punta de la Dogana », admirons le mythique panorama qui s’offre à nous…
En ce milieu d’après-midi, la lune perce déjà les nuages pour tenir compagnie au « Paron de Casa » …

44-2017-10-25-159

« Sphinx », bronze de 177 cm…
« les attributs féminins idéalisés de ce sphinx rappellent les modèles romains des 1er et 2ème siècles de l’Ère commune. Les nombreuses représentations de la sphinge montrent la plasticité immuable de la créature qui depuis des millénaires ne cesse de séduire artistes, poètes et philosophes »

49-2017-10-25-142

Je n’ai pas pu retenir un éclat de rire en arrivant devant cette œuvre intitulé « Remnants of Apollo » (les restes d’Apollon) !…
Ne restent qu’un pied de géant et une sandale surmontés d’une souris ridée greffée d’une oreille humaine…

« La présence de la souris ridée nous indique que ce fragment sculptural appartient à une effigie apollonienne.
« Apollon Sminthée », « le seigneur de la souris » apparaît dans l’Iliade, comme le dieu des châtiments et des maladies. L’étrange ajout de l’oreille sur le dos du rongeur figure une créature hybride entre l’homme et l’animal ou une divinité totémique, fruit d’une croyance locale »

Comme quoi, dans l’art contemporain, on peut écrire ce que l’on veut, Damien Hirst est un expert en la matière…
La souris, à mon humble avis, fait référence à l’expérience des frères Vacanti sur le cartilage humain

51-2017-10-25-150

« Proteus », bronze…

« Dieu marin pourvu du don de se métamorphoser. Protée est ici en plein mutation physique. Le corps se transforme en pierres et en rocs issus des grottes où il dormait. » …

53-2017-10-25-156

La « foto » de sa découverte par trois plongeurs…
Toujours aluminium thermolaqué, polyester imprimé et caisson lumineux en acrylique…
L’effet est super…

55-2017-10-25-160

Dans la même veine, « Cerberus (Temple Ornament) …

57-2017-10-25-166

« On the Seabed »…

58-2017-10-25-168

« Five Grecian Nudes », marbre rose…
« Largement répliquée depuis l’Antiquité, cette série de bustes en marbre rose témoigne de la prédilection des Anciens pour les formes artistiques marquées par la sérialité, une tendance qui s’oppose au respect excessif des contemporains pour les originaux. »

59-2017-10-25-181

« Une copie agrandie de la figure centrale a été commandée par le collectionneur et est exposée à côté d’un bronze contemporain et d’un buste retrouvé dans les fonds marins.
Les formes sont caractérisées par des tailles fines, des hanches amples, de petits seins hauts et des dos étroits et cambrés.
Très appréciés pour le traitement minimaliste du corps de la femme et leur ressemblance avec des mannequins, ces bustes sculptés, objets érotisés préexistants, illustrent parfaitement l’intérêt des surréalistes pour le caractère auto-référentiel du geste artistique »…

60-2017-10-25-190

Voilà, c’était un aperçu des collections exposées en ces lieux, mais, pour les futurs visiteurs, bien d’autres salles, d’autres œuvres sont à découvrir…

61-2017-10-25-198

Nous ne pouvons terminer sans s’attarder sur ce bronze qui m’a arraché un second éclat de rire,
« The Collector with Friend » représentant le « Collectionneur » et son ami, en l’occurrence le Mickey Mouse de Walt Disney…

62-2017-10-25-136

Damien Hirst, son autoportrait délirant et son sens de la dérision…

63-2017-10-25-171

La visite est terminée, nous revoici sur la rive devant notre environnement quotidien…

70-2017-10-25-200

Il nous reste une dernière œuvre à voir, en extérieur, tout au bout de la Pointe de la Douane, devant son mythique réverbère, nonobstant les touristes sans gêne qui posent leur « cul » n’importe où…

71-2017-10-25-206

Un joli bronze de 4,50 mètres de hauteur, intitulé « Mermaid » (Sirène)…

73-2017-10-25-201

Si vous passez par chez nous, vous ne pouvez ignorer cette fantastique exposition qui fermera ses portes le 3 décembre 2017…

Claudio Boaretto

28 Réponses à “DAMIEN HIRST EXPOSE À VENISE”

  1. Thierry Pineau dit :

    Incroyable,un travail titanesque,ces œuvres imaginaires rejoignent le monde des vivants.Ce mélange mer-terre est sublime.
    Un tel travail sur le bronze,une telle précision des détails.Il faut le voir pour le croire.C’est beau,très beau ont en redemande.
    Claudio c’est un superbe partage,merci à toi…..

  2. PhilRich dit :

    Bonjour Claudio

    magnifique souvenir de notre semaine en juin dernier. Cette superbe expo délirante reste gravée dans nos mémoires. Quel travail remarquable de l’artiste et de son équipe. J’attends avec impatience ton prochain reportage du palazzo grassi avec tes superbes fotos.

  3. Malo dit :

    dedelaperf@yahoo.fr coucou Claudio , merci encore pour ce magnifique reportage qui comme d’habitide est très bien exposé!
    Incroyable ce qu’on peut effectivement retrouver sous les eaux ……
    Merci encore de continuer à nous faire partager ce genre de chose insolite malgré tout ….

    Bises des Malos de la meuse

  4. Jean-Jacques CHIRON dit :

    Impressionnant !

    Un monde terrestre lié après des milliers d’années au monde corallien.

  5. Anaïs dit :

    Je suis encore émerveillée par cette expo que tu as sublimé par tes photos. Si je pouvais, j’y retournerai une nouvelle fois. Magnifique découverte de cette artiste et de son univers.

  6. danielle yap lebel dit :

    Fantastique! le mot est faible pour exprimer mon admiration et mon étonnement devant de telles oeuvres§§
    Merci Claudio de nous les faire découvrir!!

  7. Gabriella dit :

    Évidement, je ne manquerai pas d.y aller. Le lieu est tellement bien restauré, merci Monsieur Pinault. A presto ( j’arrive demain) e Baci.
    Gabriella

  8. MICHEL KHALANSKI dit :

    Magnifique démonstration que l’art contemporain n’est pas seulement une imposture. Quelle claque pour Jeff Koons !
    Les commentaires que tu as cités ont du sens, ce qui n’est pas banal.
    Merci pour cette visite si bien illustrée.

    • Un rival pour Jeff Koons dans la cour des grands de l’art contemporain…
      Les commentaires cités font partie de l’oeuvre à mon sens, c’est pourquoi j’ai pris la peine de les reprendre pour certains…
      à bientôt Michel…
      :-D :-D :-D

  9. Arlette dit :

    Quelle plongée (c’est le cas de la dire) dans le fantastique imaginaire de l’artiste ! Merci Claudio pour ce partage toujours richement documenté et superbement fotografié. A bientôt

  10. isabelle.fontaine@libero.it dit :

    Je n’aurais jamais imaginé que cette expo était aussi délirante et spectaculaire!!!!merci Claudio

  11. nathalie dit :

    A l’époque où la vérité est de plus en plus souvent exprimée par la réalité virtuelle (oxymore devenant le commun des mortels), cette exposition est pour moi surtout une performance, en ce que sa figure de style, (démonstration d’un réel imaginaire), est drôle et porteuse de sens. L’art contemporain est génial quand il délivre un message tout en se préservant un humour chargé d’autodérision.
    Là est l’extraordinaire et le monumental de cette oeuvre (dont chaque partie reste indivisible pour moi).
    bon bref, j’adore!
    et puis apparemment ça me fait causer…
    merci claudio

    • Mais tu causes bien ma Nathalie, tu peux vas-y, je ne m’en lasse pas…
      J’adore ton style de commentaire toujours emprunt d’une réflexion artistique, car tu es aussi une artiste…
      Bon bref, le Damien Hirst j’adore moi-aussi…
      Mercredi, je vais voir la suite au Palazzo Grassi…
      Bisous Nathalie…
      :-D :-D :-D

  12. Castanié dit :

    Magnifique à voir

  13. MAP dit :

    Extraordinaire, merveilleux, une exposition d’une richesse incroyable !!! On n’en croit pas ses yeux !!! Quel ARTISTE !!!!!!!! Merci Claudio pour cet étonnant reportage !!! A voir et à revoir !

  14. Cecile dit :

    Magnifique.incroyable.jubilatoire!
    …mais z’ont fait comment pour le transport?…
    Arf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance