À LA POURSUITE DES FLAMANTS ROSES DANS LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 24 mars 2018

Mars 2018, en ce mois de mauvais temps et de gel, la lagune représente un biotope idéal et un abri sûr pour les oiseaux sédentaires ou migrateurs du fait de ses hauts-fonds, réservoirs de nourriture, et de son eau salée gelant beaucoup plus lentement que d’autres lacs, étangs ou ruisseaux de Vénétie…

La presse locale s’est alors fait l’écho de l’arrivée des « Fenicotteri rosa » (flamants roses) sur la lagune de Venise…

De quoi chatouiller sérieusement les envies des « fotografs », fussent-ils amateurs comme votre serviteur…

Seulement, la lagune vénitienne c’est 55000 hectares d’eau, d’îles, d’îlots, de lais, de marais, de chenaux…

Où sont les flamants roses ?…

Dans certains articles on pouvait lire : « On les a vu par-ci », « on en a vu par-là » …

Je suis allé « par-ci », hélas je ne les ai pas trouvés…

Aujourd’hui, ma compagne et moi, nous allons « par-là », sans trop se faire d’illusions pour ne pas être déçus…

Mais « par-là », c’est où ?…

Je vous le révèle :

Nous partons en maraude dans la zone comprise entre Torcello-Burano et Cavallino-Treporti, exactement entre « Lio Piccolo » et « Lio Maggiore » signalés par les 2 flèches rouges sur la carte ci-dessous…

0-mappa lio piccolo_01-PS

Un endroit rempli de « Barene » (lais) de « Ghebi » (canaux mineurs qui traversent les Barene) et de « Velme » (hauts-fonds marécageux rarement émergés sauf par marées exceptionnellement basses) où sont installées de nombreuses vallées de pêche (pisciculture lagunaire) particularité des lieux…

1-2018-03-20-851

Fort heureusement ces deux « Lio » sont parcourus par de petites voies de circulation très étroites où il est presque impossible de croiser une autre voiture à moins d’avoir un véhicule amphibie…
Ces petites routes permettent d’accéder aux vallées et aux quelques rares habitations, donc possibilité de circuler en automobile car à pied la zone est trop grande pour la prospecter en son entier…

C’est aussi un labyrinthe où l’on peut se perdre, ce qui n’a pas manqué de nous arriver…

2-2018-03-20-902

Après avoir fait le tour de la lagune nord et tournicoter un bon moment, Miracolo ! …

Il est 10h15, nous découvrons nos premiers flamants roses…

3-2018-03-20-003

Évidemment, nous sommes loin des oiseaux, très loin, impossible de se rapprocher, mon téléobjectif (300mm maxi) est à fond la gamelle et nous sommes mal positionnés rapport au soleil donnant aux eaux une teinte gris clair parfois trop brillante…

Mais nous n’avons pas le choix, déjà bienheureux d’avoir trouvé nos « Fenicotteri rosa » …

Nos flamants roses sont presque tous en train de roupiller, la tête sous l’aile, certains sur une patte, d’autres sur deux…

4-2018-03-20-018

J’aimerais bien les voir un peu plus éveillés…

Je pousse un grand « gueulement » …

Gagné !…

Je les ai réveillés, ils lèvent la tête… Nous sommes ne plein contre-jour, mais faut faire avec…

5-2018-03-20-025

Certains mêmes rouspètent de ce brutal réveil en poussant leurs cris rauques et un peu coincés, nous les distinguons le bec ouvert…

6-2018-03-20-028

Je dois avoir l’air bien inoffensif car après une minute ou deux, le temps d’évaluer la situation, ils se cachent la tête à nouveau sous l’aile et se rendorment aussitôt…

Sauf un qui étend son aile si rouge…

7-2018-03-20-050

Un autre quitte le groupe en râlant…

8-2018-03-20-080

Après quelques shoots, nous repartons en maraude…

Un bon kilomètre plus tard, nous voyons de nouveau des flamants roses…

Ils sont quatre, mais, bien mieux exposés rapport au soleil, ils se détachent sur fond de lagune bleue…
C’est mieux pour la « foto » …

9-2018-03-20-142

Deux dorment, je repousse mon cri de guerre pour les réveiller…

Encore gagné ! …

10-2018-03-20-171

Du coup ils se mettent à casser la croûte, ce doit être l’heure du p’tit-déj…

11-2018-03-20-205

ils sont accompagnés d’un couple de « Tadorne de Belon », ces oiseaux à mi-chemin entre l’oie et le canard…
Sur le cliché la femelle est devant, le mâle derrière…

12-2018-03-20-297

Le premier flamant avance en cancanant car, comme le canard et le perroquet, le flamant « cancane » …

14-2018-03-20-376

Jamais deux sans trois dit le proverbe, nous repartons en maraude avec l’espoir de débusquer nos troisièmes flamants roses de la matinée…
Aujourd’hui nous avons la foi…

Chemin faisant nous découvrons en bord de route, sur un petit coin de terre plus ferme, une improbable petite église, je m’arrête pour la « foto » …

15-2018-03-20-423

Un petit écriteau nous informe qu’elle date des années 1300…

Volets ouverts et rideaux aux fenêtres, elle est maintenant maison d’habitation…

16-2018-03-20-427

Mais le mini campanile et sa cloche sont toujours bien présents…

18-2018-03-20-433

Tout à côté, une grande maison pittoresque affublée d’une énorme cheminée attire notre attention…

19-2018-03-20-418

Incroyable cette cheminée, ce doit être un sacré four…

20-2018-03-20-419

Je fais le tour du bâtiment, pas moins de trois cheminées dont une autre aussi énorme et surprenante que la première…

21-2018-03-20-439-PS

Que devait-on cuire là-dedans ? …

23-2018-03-20-445

Près d’un petit « Ghebo » je repère deux canards…

On dirait des cols verts, mais, surprise, ils ne sont pas verts mais bleus !…
Des cols bleus ?…
Serait-ce des mutants ?…

Ça mérite la « foto » …

24-2018-03-20-474

Nous continuons notre prospection et voici nos troisièmes flamants roses ! …

La chance est avec nous…

25-2018-03-20-502

Comme d’habitude, la tête sous l’aile, ils dorment encore bien qu’il soit déjà plus de 11 heures du matin…

Ne souhaitant plus m’égosiller, je demande à ma compagne d’aller au 4×4 et de klaxonner…

26-2018-03-20-465

Ça marche encore, bonjour tout le monde !…

27-2018-03-20-518

Comme ils sont bien en ligne je prends 2 « foto » pour créer un panoramique afin d’avoir presque tous les oiseaux sur le même cliché…

Et voilà :

29-2018-03-20-540-Panorama

Second panoramique de 2 « foto » …

C’est chouette, j’arrive à les shooter à main levée, bien tranquilles…

30-2018-03-20-548-Panorama

Juste pour le plaisir, troisième panoramique à 3 « foto », ainsi je les ai tous sur le cliché, ils sont 25…

31-2018-03-20-554-Panorama

Ceci fait, nous continuons notre maraude…

Jamais trois sans quatre, ça ne se dit pas mais nous allons essayer quand même…

La bonne fortune nous est acquise, 10 minutes plus tard nous trouvons nos quatrièmes flamants roses…

32-2018-03-20-630

Nul besoin de réveiller ces derniers, ils se déplacent en file indienne…

33-2018-03-20-627

Je zoome au maximum…

34-2018-03-20-640

Je les ai bien là, au milieu du biotope lagunaire, dans les « Velme » et les « Ghebi » …
(
Ne cherchez pas ces mots dans un dictionnaire italien, ils sont en langue vénitienne) …

35-2018-03-20-674

Ils sont à contre-jour, mais ça le fait quand-même, de toutes façons pas le choix, impossible de se positionner ailleur…

36-2018-03-20-678

Soudain j’entends du bruit au-dessus de moi, des cris et des claquements d’ailes…

Je lève les yeux…

Deux sont en vol !…

38-2018-03-20-778

Je n’en espérais pas tant…
Magnifiques et majestueux…

39-2018-03-20-779

D’une rapidité stupéfiante, il me faut les shooter en rafale…

40-2018-03-20-782

Le reste de la cavalerie…

41-2018-03-20-786

Ils s’éloignent à grande vitesse…

42-2018-03-20-788

À les voir voler avec tant de facilité on ne s’étonne plus qu’ils puissent venir ainsi du continent africain…

43-2018-03-20-790

De plus en plus haut dans le ciel…

44-2018-03-20-802

Jusqu’à n’être bientôt plus que des silhouettes…

45-2018-03-20-818

Ce fut une grande satisfaction pour moi que de « fotografier » ces flamants roses, sauvages et en liberté totale, qui viennent désormais, depuis une petite dizaine d’années, nidifier dans notre lagune vénitienne…

J’espère vous avoir fait partager notre plaisir…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : curiosités | 26 Commentaires »

OPTIMISTES de HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 14 mars 2018

Un nouveau tableau de Hugo H. …

optimistes 7-1024-2

Une huile sur toile de lin, format 3M (16x27cm), intitulée « Optimistes » …

Pourquoi ce nom nous explique Hugo :

« Oui, je sais, ces petites embarcations conçues en 1947 par l’architecte naval étasunien Clark Mills pour apprendre la voile aux enfants sont nommés à l’anglaise “Optimist” même en français… Mais alors, comment écrire cela au pluriel quand nous en avons cinq sous les yeux ?

Bah, nous pouvons aussi bien utiliser l’adjectif à propos de ces jeunes apprentis marins pour nommer ce tableau… d’ailleurs, il y en a un tout à droite qui semble bien optimiste sur l’équilibre de son embarcation ! » …

Si nous renouons avec plaisir aux spectacles que nous offrent l’été avec ces jeunes écoliers vénitiens en cours de voile sur la lagune, quel est l’intérêt artistique de cette toile ? …

« L’intérêt principal de cette toile réside dans une composition basée sur la géométrie des surfaces blanches, voiles et coques confondues, qui se détachent nettement sur fond de paysage faiblement éclairé par un soleil de fin d’après-midi. Les matières modernes qui constituent ces petits voiliers réussissent à capter la lumière d’une manière étonnante ! »

Et l’artiste de lever le voile sur la composition colorimétrique de son œuvre…

« À part le t-shirt du garçon au premier plan (un détail pour finir le tour des couleurs primaires), tout le paysage est peint avec du jaune ocre et du bleu de cobalt. Le vert de la végétation n’est que le mélange des deux. Ainsi, l’arrière-plan est assez homogène pour souligner la forme des voiliers. Évidemment, le blanc et le noir ont été fortement mis à profit pour augmenter le contraste au maximum. L’éclat du blanc lui-même est accentué par de légères nuances jaunes et bleutées. » …

Maintenant reprenons la genèse de cette toile en suivant son évolution commentée par l’artiste tout au long de son élaboration…

Nous sommes le 25 novembre 2017 quand une première esquisse aux tons gris est jetée sur la toile par Hugo.

« Plus loin dans mes essais de grisailles avec seulement des niveaux de gris !

Personnellement je trouve ça triste, étant habitué aux tons sépia… vivement la couleur ici !

À part cela vous pouvez constater que j’ai pris livraison de mes formats Marine, que j’inaugure naturellement avec des embarcations. Honneur à la génération future ! »

optimistes 2-1024

05 décembre

Apparition de la couleur…

« Ocre jaune et bleu pour l’arrière-plan des optimistes font déjà oublier ma « grisaille » trop grise… ouf ! » …

optimistes 3-1024

12 décembre

Ça se précise…

« Ici c’est autre chose… après les teintes du fond, j’ai travaillé le modelé des bateaux et des voiles. Je ne suis pas complètement convaincu par les teintes de tout ça mais j’y reviendrai après avoir donné un rendu correct à la surface de l’eau… » …

optimistes 4-1024

22 décembre

Nous rentrons dans le détail…

« Petit croquis d’essai couleur pour les voiles de mes optimistes. Quand la lumière vient à contre-jour… » …

optimistes 5-1024

21 février

Après deux mois de pose, reprise de la toile…

« Ayant donné un aspect correct à l’eau, je me suis rendu compte que les formes blanches, qui font tout l’intérêt de la composition, manquaient de nuances colorées.

À présent on va d’une lumière légèrement dorée (qui ne passe pas bien en photo) à des ombres qui peuvent être bleutées parfois.

Prochaine session, j’essaye de finir (il ne manque plus que les mâts et quelques détails) … » 

optimistes 6-1024

05 mars

« Voilà, quelques petits détails et c’est fini.

Surtout, le plastique est d’un blanc éclatant et toute cette belle géométrie est à présent soulignée de noir ! L’encadrement aussi mériterait d’être noir… je ferai un essai ! » …

optimistes 7-1024-2

Dernière précision de l’artiste :

« Les proportions de la toile respectent le format “marine”… quoi de plus normal vu le sujet ? » …

Merci Hugo pour toutes ces explications fort instructives…

Ce tableau déjà vendu fait désormais partie d’une collection privée…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 16 Commentaires »

PROMENADE À TORCELLO EN LAGUNE NORD DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 13 mars 2018

Samedi 10 mars 2018, nous voici partis pour une promenade dans la petite île de « Torcello », île habitée la plus au nord de la lagune  (soixantaine d’habitants permanents), de 44 hectares, soit moins de la moitié d’un kilomètre carré…

De notre île du « Lido » de Venise, il nous faut plus d’une heure pour atteindre « Torcello » en hiver et prendre 4 bateaux différents :

Du « Lido » à « Punta Sabbioni »,
De « Punta Sabbioni » à « Treporti »,
De « Treporti » à « Burano »,
De « Burano à « Torcello ».

Nous avons l’habitude de la navigation lagunaire, c’est dans notre ADN, mais je plains le pauvre touriste qui doit se perdre dans les dédales des lignes de navigation…
L’avantage est que nous avons beaucoup moins de monde à bord, contrairement aux embarquements pour « Torcello » depuis « Fondamenta Nove » à Venise où les bateaux sont pris d’assaut par des hordes de touristes…

00-Capture d'écran 2018-03-12 10.45.20 - Copie-PS

J’avais déjà publié un article relativement détaillé sur « Torcello » en 2014, donc je ne m’étendrai pas sur l’historique, mais c’est l’occasion pour moi de reprendre quelques clichés ma technique et mon matériel « fotografic » ayant évolué depuis ces 4 dernières années…

Pas de chance aujourd’hui, partis par temps sec, mais sous le ciel chargé la pluie tombe maintenant par intermittence…

 Après quelques pas sur l’île, nous pouvons voir ces deux maisons sur notre gauche, on se croirait à la campagne…

1-2018-03-10-011

Zoom sur la première, joliment embusquée derrière les arbres…

2-2018-03-10-014

Zoom sur la seconde…

3-2018-03-10-015

Nous prenons la route pavée le long des quais, la « Strada della Rosina », qui conduit du débarcadère au centre historique…

Au loin, le campanile de la cathédrale et le « Ponte del Diavolo », (Pont du Diable) …
Tout de suite à gauche, sous les parasols blancs la « Taverna Tipica Veneziana », un petit endroit sympa où l’on peut boire un spritz sans se faire détrousser et avaler un petit « fritto misto » pour trois francs six sous…
En plus, les filles qui tiennent ce bouiboui sont super sympas…
Il y a trois autres restaurants à « Torcello » mais gare à l’addition…

4-2018-03-10-008

Le fameux pont du Diable, sans parapet, associé à une vielle légende que je vous avais narré dans mon article d’il y a quatre ans…

5-2018-03-10-016

Des maisons le long du canal avec leurs typiques cheminées vénitiennes en cloche, dont je me plais à capturer aussi les reflets…

6-2018-03-10-040

Nous arrivons sur le mini-centre de l’île, vue sur le côté du musée et son petit clocher…

7-2018-03-10-057

Face à nous l’église octogonale de « Santa Fosca » jouxtant à gauche la cathédrale de « Santa Maria Assunta » …

Nous sommes en hiver et il n’y a pas trop de touristes mais à la belle saison ça se bouscule…

8-2018-03-10-060

Vue de face de « Santa Fosca » avec son portique à arcades vénéto-byzantines appuyées sur des colonnes de marbre…

09a-2018-03-10-072

La façade du côté cathédrale…

09b-2018-03-10-093

Les arcades qui relient l’église à la cathédrale…

09c-2018-03-10-091

Toujours sous les arcades, le porche d’entrée à la cathédrale…
De splendides mosaïques à l’intérieur de cette dernière où malheureusement les « foto » sont interdites…

10-2018-03-10-073

À la guichetière de l’entrée, je demande la permission de pénétrer dans la petite allée sur le côté pour « fotografier » les volets de pierre, célèbre particularité de la cathédrale…

Refus !…

Après insistance, j’ai seulement pu rester sur le palier la porte vitrée donnant sur cette petite allée, porte que j’ai ouverte d’autorité pour shooter fenêtres et volets sans l’obstacle de la vitre, mais je suis trop loin, trop de profil et sans recul…

11-2018-03-10-083

Je zoome, mais je ne peux prendre les volets que sur leur travers…

13-2018-03-10-081

Il me suffirait de quelques pas pour les prendre de face…
Quel dommage !…
J’ai failli insulter la guichetière mais mon savoir-vivre a pris le dessus…

14-2018-03-10-081

Je me suis éloigné de la cathédrale afin d’en shooter l’arrière et le campanile de plain-pied…

15-2018-03-10-088

Retour sur la place centrale où le musée fait face à la cathédrale devant le trône d’Attila…

18-2018-03-10-096

Ce fameux trône d’Attila où tous les touristes posent leur séant…

Mais contrairement à la légende, Attila n’a jamais posé ses fesses sur ce trône, car les huns ne sont jamais arrivés dans la lagune vénitienne, leur avancée en Italie s’arrêtant à Aquileia…
En réalité ce trône de pierre datant du Vème siècle était le siège du « magister militum », le gouverneur de l’île, pendant les réunions du conseil et quand il administrait la justice…

19-2018-03-10-068-PS

la maison près de musée, fermée depuis de nombreuses années, que je shoote à chaque fois…

21-2018-03-10-064

Sans oublier la cabane des chats, pour faire plaisir à ma cousine Stefi, installée là par l’association « Dingo », la SPA vénitienne…

22-2018-03-10-108

Reflets sur le rio…

23-2018-03-10-046

La « Locanda Cipriani », endroit de passage de nombre de célébrités à l’époque : Elisabeth II d’Angleterre, le prince Charles et Lady Diana, Maria Callas, Charlie Chaplin, et bien d’autres….

Mais surtout le passage prolongé d’Ernest Hemingway….

24-2018-03-10-052

Le côté pile, avec terrasse et jardin…
C’est là qu’Hemingway écrivit le roman «Across the River and into the Trees» (1950), publié en français sous le titre Au-delà du fleuve et sous les arbres.

25-2018-03-10-077

Les maisons attenantes au « Cipriani » et les reflets dans l’eau malgré le ciel nuageux et les pluies intermittentes…

26-2018-03-10-113-Panorama

Sur la rive opposée un petit rio perpendiculaire avec un autre restaurant…
Je l’ai shooté aussi pour le reflet…

27-2018-03-10-118

Retour sur la « Strada della Rosina » vers l’embarcadère…
À l’aller, nous n’avions pas vu cet immense étendard aux couleurs de Venise sur le flanc de cette maison…

28-2018-03-10-119

Sur le bras de lagune entre Torcello et Mazzorbo passe un bateau…

29-2018-03-10-140

Un pêcheur qui va poser ou rentrer ses piquets, ses filets et ses nasses…

30-2018-03-10-138

Pas loin, un « Svasso piccolo » et ses incroyables yeux rouges…

31-2018-03-10-128

Ça y est, nous sommes repartis, nous avons quitté « Torcello », débarqué à « Burano », et nous voici dans le second bateau, cap vers « Treporti » …

Nous doublons Burano et ses maisons colorées, spectacle dont on ne se lasse pas même sous un ciel maussade et une faible luminosité…

Il m’a fallu assembler 5 « foto » prises à main levée depuis le bateau qui bouge pour obtenir cette vue panoramique…

33-2018-03-10-153-Panorama

Toujours en panoramique, un des bouts de l’île…
Là, assemblage de trois « foto » …

34-2018-03-10-160-Panorama

Et le bout du bout avec le chenal, deux « foto » …
Les couleurs de Burano sont toujours aussi gaies…

35-2018-03-10-163-Panorama

Nous retrouvons maintenant notre paysage minimaliste lagunaire qui nous est cher même sous les cieux hivernaux :
Étendues d’eau et de ciel séparées par un simple trait de terres à peine émergées, les « Barene » vénitiennes (en français, les laisses ou les lais) …

36-2018-03-10-206

Terminons ce reportage par cette image mythique de notre lagune, un « Gabbiano reale » (goéland) posé sur une « Bricola » …
Cette « Bricola » d’ailleurs s’appelle une « Dama » car, en plus des 3 pals de chêne qui la compose habituellement, un 4ème pal central dépasse les 3 autres…
C’est l’indication d’une entrée ou d’une sortie de chenal lagunaire…

37-2018-03-10-182

Malgré le temps incertain, une jolie balade…

Claudio Boaretto

Publié dans Promenades, à pied, en bateau, moto, auto, ou autres... | 34 Commentaires »

L’AUBE SUR BATANTA de HUGO H.

Posté par Claudio Boaretto le 7 mars 2018

Je vous présente la dernière œuvre en date de notre artiste-peintre vénitien préféré, Hugo H.

Ce ne sera pas une œuvre sur Venise ou sur la lagune comme nous en avons souvent l’habitude, mais, de retour d’un pays lointain, c’est un paysage tout ce qu’il y a de plus exotique qu’il nous livre…

aube batanta1024x603

Cette œuvre sur toile de lin format 3M (16x27cm) s’intitule « L’aube sur Batanta » …

Nous n’avons pas pu voir l’évolution de l’œuvre dans son atelier, en revanche Hugo H. se montre très disert sur cette œuvre…

Jugez-en vous-même, je vous livre son discours brut de décoffrage :

« C’est merveilleux de voyager… Nourrir ses yeux et donc son âme sous d’autres latitudes…

Nous voici à une latitude minimale sur l’hémisphère austral. Plus loin de chez moi que je ne le fus jamais auparavant… Dans la partie la plus orientale de l’Indonésie. A “Raja Ampat”, l’archipel des quatre rois situé au large de la Papouasie. La Mecque mondiale de la biodiversité marine. Le rêve de tout plongeur ! 

J’y étais il y a peu et le décalage horaire aidant malgré la fatigue du voyage, l’excitation de plonger dans ces eaux merveilleuses du détroit de Dampier également, me poussaient à passer du lit au hamac avant même l’apparition du soleil…

Voici la vue que j’avais alors. En face de notre minuscule île de sable s’étendait une île plus importante à la côte nettement découpée, faite de vallées couvertes de forêt équatoriale :
Batanta.

A peine mes yeux s’habituaient à la lumière, l’émerveillement commençait.

L’aube… Moment magique. Porteur de toutes les promesses d’un jour nouveau et forcément exceptionnel ici…

Moment où il ne fait plus nuit mais pas encore jour et qu’il est rare d’admirer (surtout pour moi qui n’aime pas me lever très tôt) …

Si on étudie un peu en détail la progression de la perception visuelle du monde qui nous entoure à ce moment “entre chien et loup”, on apprend que l’aube est divisée en trois phases :

• L’aube civile : le soleil n’est pas encore levé mais on distingue tout le paysage.

• l’aube nautique : on distingue l’horizon et quelques éléments mais pas tout. C’est suffisant pour naviguer sans se repérer uniquement aux lumières…

• l’aube astronomique : il fait encore nuit disons, mais on ne peut plus voir correctement les astres dans le ciel qui n’est plus assez sombre…

Ces trois phases correspondent à une position précise du soleil respectivement entre zéro et six, six et douze, douze et dix-huit degrés sous l’horizon.

Quand on regarde l’île à droite sous les nuages, on ne distingue pas tout. La nuit s’accroche encore un peu sous les gros nuages, dilue les contours, noie les contrastes… Même les pentes plus définies à gauche sont tout en subtiles nuances… impossible de dire de quoi elles sont couvertes…

On pourrait conclure que le soleil doit se trouver à environ 6° sous l’horizon, à la limite entre aube civile et nautique, ce qui tombe bien car nous avons affaire à une vue paysagère sur format “marine”.

Tout est gris bleuté, peu saturé… sauf un éclat de ciel à gauche, orange relativement soutenu. Les variations se situent dans les teintes du bleu, entre bleu de Prusse et bleu outremer principalement.

Et puisque c’est encore l’aube, deux lumières subsistent dans cette partie non encore réveillée de Batanta. Serait-ce un hotel ? »

Que voilà un joli discours et j’ai appris plein de trucs sur les aubes…
Merci Hugo…

Les éventuels amateurs peuvent acquérir cette toile pour 290€ selon désormais la cotation officielle de l’artiste…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 10 Commentaires »

RONDE NUPTIALE À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 7 mars 2018

Mercredi 28 février, depuis la « Riva dei Schiavoni » à Venise, je prends en « foto » les toits enneigés de l’île de « San Giorgio Maggiore » …

1-2018-02-28-105

Lorsque, à quelques mètres de moi, atterrissent deux mouettes rieuses l’air passablement excitées…

4-2018-02-28-116

Je shoote aussitôt les deux oiseaux sans prendre le temps de changer mes réglages car, connaissant leur méfiance, je crains qu’ils ne s’envolent aussi rapidement qu’ils sont venus…

Juste le temps de tourner ma focale à 200 mm pour les prendre en gros plan…

il faut dire que je suis à f8 en mode ouverture alors que je devrais me mettre en mode vitesse au 1/250ème, mais pas le temps de tripoter les boutons du reflex…

5-2018-02-28-118

J’assiste donc à une cour galante très appuyée par Monsieur Mouette sur la gauche, auprès de Madame Mouette, sur la droite…

Ils se tournent tout autour l’un de l’autre avec les ailes légèrement écartées du corps…

6-2018-02-28-119

Alors que l’œil dans le viseur je ne m’y attends pas, remue-ménage soudain d’ailes et de plumes, j’ai juste le temps d’appuyer sur le déclencheur, de les shooter et même pas entièrement…

Trop rapides, elles disparaissent de mon viseur pendant quelques secondes…

7-2018-02-28-121

Le temps que je lève les yeux de mon appareil et elles réapparaissent près de moi…

M’est avis qu’il s’est passé quelque chose, auraient-ils eu le temps de copuler ? …

Si c’est le cas, Monsieur Mouette est bien rapide !…

L’attitude des deux oiseaux a complètement changé…

Monsieur Mouette n’arrête plus de piailler, fier comme un « bar-tabac », tandis que Madame Mouette baisse la tête, l’air vexée…

Par les temps qui courent, d’ici à ce qu’elle porte plainte pour viol ou agression sexuelle je ne serais pas étonné…

8-2018-02-28-122

Apparemment Madame Mouette n’a pas l’air contente tandis que Monsieur Mouette continue de pérorer à grands renforts de piaillements…

9-2018-02-28-123

À force de faire la tronche, voilà que Monsieur Mouette s’y met aussi…

Allez, on baisse la tête et on écarte les ailes…

10-2018-02-28-125

Mais ça suffit comme ça, Monsieur Mouette un peu macho rebombe le torse…

11-2018-02-28-126

Du coup, Madame Mouette se relève également…

12-2018-02-28-128

Voilà qu’ils se remettent à tourner l’un autour de l’autre…

13-2018-02-28-132

Ils ne vont quand-même pas remettre ça ? …

15-2018-02-28-141

Quelques battements d’ailes, ils viennent de s’envoler estimant sans doute s’être suffisamment donnés en spectacle…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 24 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance