NUAGES SUR LES PLAGES DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 29 avril 2019

Fin avril 2019, je vais faire un tour sur la plage de « San Nicolò » du Lido de Venise, appareil foto en bandoulière au cas où, donc l’occasion de prendre 4 clichés, style panorama, que je vous livre…

Le temps est maussade agrémenté d’une petite pluie fine…

Il n’y a pas trop de vent, la mer est calme mais je suis impressionné par l’importante voûte nuageuse qui me surplombe…
Je déclenche…

1 2019-04-28 1

Mes pas me portent un kilomètre plus loin, direction nord, histoire de jeter un œil sur les zones de nidification du « fratino » et du « fraticello »…
Pas d’oiseau en vue, de toute façon je n’avais pas pris l’objectif pour…

De retour, je shoote de loin la plage déserte…
Le sable mouillé a pris une teinte sombre allant de pair avec le ciel tourmenté…
Je suis absolument seul, le « vénitien » ne sort pas par temps de pluie…
Les plus attentifs auront remarqué, à droite de la « foto », les traces uniques de mes pas à l’aller, personne d’autre n’ayant marqué le sable humide avant moi…

2 2019-04-28 10-Panorama-PS

La plage de la « Pachuka »…
À la mi-mai, elle sera entièrement remplie de lits de plages, de chaises longues, de parasols mobiles s’insérant sur les petits poteaux jaunes et bleus, en complément des parasols fixes…
En blanc le petit mirador où théoriquement s’installe le « Bagnino » (maître-nageur) qui surveille la plage, les plagistes et les baigneurs…

3 2019-04-28 5-Panorama-PS

Il est temps de rentrer, because la pluie ne cessant pas, ça ne se voit pas sur les « foto », je fais attention à mon matériel… Bien qu’il soit tropicalisé j’évite de trop le mouiller…

Un dernier shoot…
Intéressant ce cliché avec cette allée pierrée qui permet de ne pas se brûler les pieds quand darde le soleil…
Les nuages et l’allée, dans un bel ensemble, portent automatiquement le regard sur le mirador de plage tandis qu’à cet endroit la ligne d’horizon est chapeautée par les parasols fixes…
Sympa…

4 2019-04-28 16-Panorama-PS

Comme quoi, on peut prendre des « foto » même sans grande lumière…

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements | 18 Commentaires »

SOUS UN HÊTRE DE HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 24 avril 2019

Troisième tableau sur un des thèmes de prédilection d’Hugo H, les arbres…

1 0 2019-04-16 231

Huile sur panneau entoilé de 20x30cm…

Les explications de l’artiste :

« Je suis au pied d’un arbre. Dos au tronc principal.
Je regarde vers l’extérieur ces deux branches basses qui rampent puis se déploient.
Comme des sœurs.
Partant de l’ombre fraîche, elles finissent en ombres chinoises en remontant devant le fond lumineux du paysage inondé de soleil.
Les pissenlits sont en fleurs… »

Remontons quelques mois dans le temps, au 29 janvier 2019 nous renvoyant aux débuts de cette œuvre et de l’état d’âme de l’auteur…

« Il faut y croire. Toujours. Essayer. Regardez ça si c’est peu convaincant…
Je veux sauter des étapes, oublier les bases pour aller plus vite au résultat.
Pour cela je décide de faire tout un fond lumineux avant d’installer deux grosses branches basses qui partent en se tortillant et qui seront à contre-jour, plus ou moins.
Juste après avoir fini ce fond, voilà : on se demande bien où je vais avec ça… on croirait une patte de vache le sabot en l’air, non ? Tout ce qui m’intéressait était de trouver les couleurs justes pour l’arrière-plan.
Et même ça, pour l’instant n’a pas l’air acquis… »

2 01-29 0

« Pourtant, avec un peu de bois, c’est tout de suite mieux.
Les feuilles suivront dans un troisième temps. En peignant ce sujet d’ombres chinoises toujours sur le sec, je suis sûr de conserver ce que j’ai appliqué précédemment. Et l’attente entre deux étapes n’est pas un problème quand on a dix autres toiles en cours ! »

3 01-29 1

Le 3 février…

« Revenons à mes branches rampantes…
Hop, des feuilles… sans trop de détail pour commencer. On ne va quand même pas peindre CHAQUE feuille…
il y aura un vrai travail sur la dentelle des contours à la fin mais d’abord, il faut juste installer les masses.
On en profite pour donner aux troncs des teintes plus sourdes, plus réalistes. En comparaison, ça rend de la fraîcheur à l’herbe…
et puis c’est tout (eh oui, déjà), je préfère encore une fois abandonner cette scène pour laisser sécher.
Une histoire à épisode qui acquiert à présent un aspect réaliste. On est donc sur la bonne voie. »

4 02-03

Le 14 février…

« Et puis ici c’est pareil : prochaine séance dans les ombres. J’ai mis toutes les teintes claires possibles sur les troncs. C’est trop.
Les plus observateurs auront repéré que j’ai modifié l’arrière-plan également. Avec l’apparition d’une montagne (bleu/violet) au lointain à droite par exemple…

5 02-04

Le 21 février…

« Je me disais que ça serait simple et rapide de finir mes branches qui courent sur l’herbe…
en fait non. Je n’ai pas pu finir et je me suis même un peu fourvoyé sur celle de droite…
c’est pourquoi vous la voyez avec une couche d’ombre en moins…
la prochaine fois sera la bonne, j’espère…
En attendant, j’ai semé des pissenlits et signé ! »

6 02-21

Le 10 mars…

« C’est vrai qu’en peignant à l’huile on peut revenir sans cesse corriger les détails imparfaits mais il convient de ne pas non plus se crisper. Il faut se concentrer sur l’essentiel. Juste l’idée.
Et ici c’est deux choses : des branches rampantes qui passent d’une fraiche pénombre à un parfait contre-jour en s’éloignant vers la lumière. Et l’arrière-plan qui possède ses vraies couleurs malgré le contre-jour.
Donc c’est fini, là, en fait. »

7 03-10

Les foto précédentes étant des foto de travail permettant de concrétiser les différents stades de l’élaboration de l’œuvre, je vous remets la foto du début, foto prise dans les règles de l’art et qui permet de reproduire fidèlement les véritables couleurs et nuances de la toile…

1 0 2019-04-16 231

Les éventuels amateurs pourront acquérir cette toile pour 410€, tarif établi selon la dernière cotation officielle de l’artiste…

Claudio Boaretto

Publié dans 07 Peinture & Dessins | 5 Commentaires »

ARBRE MORT DE HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 24 avril 2019

Toujours dans la série Patagonie de Hugo H…

011 2019-04-16 237

Cette petite huile sur toile de 20×20 cm intitulée Arbre mort…

Que nous raconte Hugo H sur ce tableau ?…

« C’est au milieu de la première forêt que j’ai traversée en Patagonie (près du Lac Grey) que j’ai approché pour la première fois un arbre mort, encore sur pied, quasiment complet mais sans son écorce.
Ainsi dénudé, tout monochrome et véritablement immobile malgré le vent omniprésent, il avait quelque chose de sculptural.

Les courbes souples de ses branches hautes lui donnent l’air de la couronne d’un grand cerf…
Serait-ce le monument à un ancien roi de la forêt ? »

Pourquoi ces petites dimensions de la toile ?…

« Sur ce petit format j’ai voulu garder la vivacité du dessin initial, au moins pour l’arrière-plan.
Le contre-jour du fond de ciel et le mouvement des feuillages sont ainsi conservés.

Ce tableau a dû être peint d’un jet car je n’ai trouvé qu’une seule trace datée du 23 janvier dernier dans « l’Atelier de Hugo »…

« Un arbre mort rencontré au beau milieu d’une forêt.
Tout mort, tout tordu, mais encore bien debout. Ses branches font penser aux bois d’un cerf… »

2 01-23

On note l’évolution avec la version définitive ci-dessous…

1 2019-04-16 237

Les éventuels amateurs amoureux des arbres d’Hugo H pourront acquérir cette toile pour 290€, tarif établi selon la dernière cotation officielle de l’artiste…

Claudio Boaretto

Publié dans 07 Peinture & Dessins | 2 Commentaires »

CUERNOS DEL PAINE de HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 24 avril 2019

Sous l’influence de son voyage hivernal au Chili, notre artiste peintre Hugo H continue la série des paysages de Patagonie…  

Même si je sais que le Chili forme la façade ouest de l’Amérique du Sud mouillée par le pacifique, que la Patagonie est la pointe sud du continent, j’aime bien visualiser sur une carte l’endroit précis concerné…

Cuernos del Paine ou «cornes de Paine» est un nom collectif donné à un ensemble de pics granitiques épineux du parc national de Torres del Paine, qui culminent tous à plus de 2 000 mètres d’altitude…

0 0 Capture d'écran 2019-04-24 10.10.38

C’est aussi le nom donné par Hugo H à cette huile sur toile de lin de 30x30cm…

0 1 2019-04-16 228

Mais, comme d’hab., laissons la parole à l’artiste qui vous expliquera mieux que moi la géographie et les couleurs du lieu motivant cette toile…

« En route pour les montagnes !

Au cœur du parc national de “Torres del Paine”, en Patagonie chilienne, une route en cailloux longe le lac Pehoe d’un bleu turquoise extraordinaire.

Le ruban de la route joue avec la rive, s’approchant, s’éloignant, s’élevant par endroits pour passer de colline en colline…

Au fond, le massif des “Cuernos del Paine”, caractéristique avec sa tranche de roche jaune entre deux plus sombres, culmine à 2600m d’altitude alors que nous nous trouvons quasiment au niveau de la mer…

Une automobile rouge (une coccinelle, pour le clin d’œil entomologique) se dirige vers les cimes.

Dans le lointain du grand paysage, le vert de l’herbe prend une teinte plus froide alors que les ombres s’atténuent et tirent vers le violet. Tout y semble plus lumineux. »…

Reprenons la genèse de l’œuvre…

Le 6 février Hugo nous explique comment il transpose le croquis qu’il a effectué sur place au Chili sur une toile de lin…

« Comment décalquer un croquis sur une toile ?

Appliquer de la peinture au dos de la feuille blanche (à gauche). Un reste de la veille fait l’affaire, pour ne pas gâcher la peinture (ici du bleu outremer). Ensuite, poser la feuille sur la toile et passer sur les traits.
La pression trace à travers la feuille.
Ceci donne un dessin qui, une fois sec, ne salira pas la peinture comme le ferait du crayon de papier par exemple… »

2 02-06

Le 8 février…

« Un premier jet de couleurs, pour voir comment on passe du vert au bleu dans le lointain… oui oui, le lac Pehoe est vraiment turquoise… »

3 02-08

Le 13 février…

« Avec un petit coup en plus sur les montagnes au loin (deux bonnes heures à se poser plein de questions quand même), une couche de turquoise pour le lac, du gris pour la route et les gabions qui la soutiennent sur la rive, un fond plus foncé pour le talus à droite, quelques touches de ci de là…

Arrêtons pour aujourd’hui.
La prochaine fois, j’attaque avec les ombres les plus fortes (qui sont sur le talus et au bord du lac) pour établir définitivement l’échelle des contrastes. »

4 02-13

Le 5 mars…

« Un peu de méthode ne peut pas faire de mal.
Après une séance : se poser, regarder, évaluer.
À ce moment-là, à chaud, viennent plein d’idées de ce qu’il faudrait faire. Comme si on continuait l’action mais sans pinceaux en main. C’est plus réfléchi…
Donc, pour la fois suivante : prendre des notes de quoi faire. Et voilà. Une nouvelle palette avec des dégradés d’herbes et d’ombres bien colorées pour mon bord de lac Pehoe. »

5 03-05 0

« Et sur la toile. »

6 03-05

Le 10 mars…

« Hier j’ai fini ce tableau.
Sauf si on imagine qu’il manque une auto sur la route. Mais j’hésite encore sur le modèle… j’avais préparé ma feuille de route à l’issue de la séance précédente (une très bonne habitude) donc je me suis préparé une palette avec la dizaine de couleurs nécessaires et voilà le résultat final après quelques coups de pinceaux décisifs… »

7 03-10

Le 11 mars…

Quand Hugo a évoqué l’éventualité d’une auto sur la route, les amis qui le suivent, avec humour ont voté pour…
Réponse de l’artiste :

« D’accord mais… elle sera vraiment, vraiment toute petite ! »

8 03-11

Le 12 mars…

« Oui ! Mais bon, je n’ai pas spécialement de gros doigts mais c’est pour faire voir la taille. Elle sera là ! J’ai dû sortir mon plus petit pinceau… »

9 03-12

Le 04 avril

« Voilà. À présent cette microscopique chose ressemble bien assez à une coccinelle rouge. Le tableau est officiellement fini. »

10 04-04

Voici l’œuvre achevée…
(Il est possible que vous constatiez des nuances différentes entre la 1ère foto et toutes les « foto » intermédiaires… La raison en est qu’Hugo prend ses  « foto » sur le « tas », souvent avec son smartphone, alors que la 1ère (et la dernière qui est la même) est prise dans les règles de l’art, avec mon boitier full frame, l’objectif approprié, le collimateur bien centré et la toile absolument verticale dans la meilleure lumière possible de l’atelier…
Donc cette première et dernière foto reproduit fidèlement les véritables couleurs de la toile
)…

0 1 2019-04-16 228

Les éventuels amateurs pourront acquérir cette toile pour 500€, tarif établi selon la dernière cotation officielle de l’artiste…

Claudio Boaretto

Publié dans 07 Peinture & Dessins | 6 Commentaires »

À VENISE, PÂQUES EN FAMILLE AUX « VIGNOLE »

Posté par Claudio Boaretto le 22 avril 2019

Dimanche de Pâques, 21 avril 2019…

C’est en famille restreinte que nous allons déjeuner à Pâques dans notre resto préféré sur l’île des « Vignole »…
Quand je dis famille restreinte, j’entends petits-enfants, enfants et nous, sinon avec les cousines et cousins vénitiens directs, nous serions plus d’une bonne vingtaine…

Rendez-vous sur l’île de la « Certosa », voici la petite famille sur leur petit bateau que nous appelons la « mobylette » de la lagune…

1 2019-04-21 3-PS

Nous montons à bord et en route pour les « Vignole » (c’est l’île juste à côté)…

À l’avant, les petits-enfants…

2 2019-04-21 4

Attention, virement de casquette à bord…

3 2019-04-21 14

Au centre, notre artiste de gendre…

4 2019-04-21 11

À l’arrière, les femmes en pleine forme…

5 2019-04-21 9

À l’avant, la figure de proue surveille la route…

6 2019-04-21 22

Et nous voici devant le ponton de débarquement de notre restaurant préféré de la lagune…

Ce resto ouvre le jour Pâques et ferme fin septembre…
Il est beaucoup plus facile d’y accéder en bateau perso qu’avec les bateaux des transports publics… De chez nous, il faut changer deux fois de vaporetto et le dernier ne fait le trajet qu’une fois par heure…

7 2019-04-21 29

Une fois débarqués, la « Trattoria alle Vignole » nous ouvre les bras…
(Fermé le lundi, sauf le lundi de Pâques)…

8 2019-04-21 33

Il est midi, le resto est déjà à moitié plein sachant que la plupart des gens arrivent entre 13 et 14 heures…
Aujourd’hui pas de touristes ici, population exclusivement vénitienne…

9 2019-04-21 47-PS

Quasiment toutes les tables sont « Riservato »…

La nôtre aussi, évidemment…

10 2019-04-21 34

L’entrée du bar, resto, cuisine, enfin l’endroit où l’on commande le boire et le manger…

11 2019-04-21 43

Focus sur les glycines…

12 2019-04-21 81

13 2019-04-21 75

À l’intérieur c’est Flo qui commande les différents mets qui constitueront notre pascal repas…

14 2019-04-21 49

Tous les plats sont à la vue, on voit ce que l’on va manger et l’on choisit…
Et TOUT EST BON !!!…

15 2019-04-21 50

Les prix sont affichés, pas de mystère…

16 2019-04-21 51

Que des choses de la mer et de la lagune que nous adorons et tout est FRAIS…

Les brochettes de « Mazzancolle » (grosses crevettes)…

17 2019-04-21 53

Les différents poissons…

18 2019-04-21 56

Difficile pour le « fotograf » car tout est sous vitrine, alors bonjour les reflets…

19 2019-04-21 58

Les seiches grillées, un vrai délice…

20 2019-04-21 59

À gauche, les « Folpetti » petites poulpes qui ne grandissent pas autant que les pieuvres, elles n’ont d’ailleurs qu’une seule rangée de ventouses sur les tentacules…

À droite, les seiches cuites dans leur encre noire…

21 2019-04-21 63

Encore les « Folpetti in umido », c’est à dire cuits avec une sauce tomate piquante, un délice, j’en prends à chaque fois…

22 2019-04-21 64

Pour ceux qui sont légumes et verdure, pas de problème non plus, double rangée de plats…

 23 2019-04-21 62

Ne pas oublier crevettes à gauche, sardines à droite, marinées dans l’oignon, plat typiquement vénitien…

 24 2019-04-21 65

Hugo a piqué mon appareil foto pour shooter sa femme revenant avec son deuxième spritz…

Heu, foto prise de travers, pour être plus créatif, moi je veux bien, mais bon…

25 2019-04-21 68-2

Une première partie de mes « antipasti » (entrées) Saint Jacques, « Folpetti in umido » et polenta…

26 2019-04-21 42

Ma douce au soleil…
Toujours un plaisir que de déjeuner en extérieur…

28 2019-04-21 125

Hugo a encore piqué mon appareil…

Du coup, on me voit, mais la mise au point est faite sur Flo, donc je ne suis pas net, heu, seulement sur la « foto »…

29 2019-04-21 131

Nous avons mangé de tout, sans oublier les « spaghetti alla marina » et le « risotto scampi e castraure » (risotto aux langoustines et petits artichauts)…

Nous voilà déjà au dessert : « caffè e Sgropino »…

Ah le Sgropino !… Cocktail de glace au citron (glace, pas sorbet) mélangée avec du prosecco et de la vodka…

30 2019-04-21 83

Tous ensemble, tous ensemble…
Sauf moi bien sûr derrière l’objectif…

31 2019-04-21 89

Après ce délicieux et pantagruélique repas, nous sommes retournés sur l’île de la « Certosa », vérifier si tout allait bien sur le bateau de nos amis français, Arnaud et Gabrielle…

 32 2019-04-21 133

Il faut bien surveiller le bateau des copains…

33 2019-04-21 138

Apparemment tout va bien à bord…

34 2019-04-21 146

Je termine cette sortie pascale par l’horizon panoramique privilégié qui s’offre à nous…

À droite en jaune, le « Jack-up du MoSe » amarré devant « l’Arsenale »…
Au centre, derrière « l’Arsenale » le campanile de « San Francesco delle Vigne »…
Au gauche, la basilique et le campanile de « San Piero de Casteo »…
Encore à gauche, la grande maison à façade blanche : la maison natale de feu ma maman…

35 2019-04-21 148-Panorama

Des lieux remplis de l’histoire de nos anciens…

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements, 04 Venise : vie quotidienne, 12 La famille du Coyote | 28 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance