LE « CAVALIERE D’ITALIA », RÉSIDENT DE LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 18 mai 2019

Comme signalé dans ma publication précédente voici un reportage illustré exclusivement sur le « Cavaliere d’Italia » Échasse blanche (Himantopus himantopus), oiseau spécialement protégé en Italie et en France depuis 1976, mais aussi dans toute l’Europe…

C’est mon petit échassier préféré, blanc et noir juché sur deux pattes roses extrêmement longues et fines donnant à cet oiseau une démarche élégante…

1 2019-05-02 1011

En cette période de nidification tous les « Cavaliere d’Italia » sont en plumage nuptial…

Les ailes sont entièrement noires, ainsi que le haut du dos et l’arrière du cou…
La face est blanche et le sommet de la calotte est noir nous dit la description officielle, mais je peux vous assurer que j’en ai vu plus d’un dont la calotte est aussi blanche que la face qu’ils soient mâles ou femelles… Les yeux sont rouges, le bec long, fin, noir et droit, les très longues pattes et les doigts sont rougeâtre-rose…

2 2019-05-02 991

La femelle en plumage nuptial est presque similaire, mais elle est plus brunâtre et on peut parfois voir une teinte grisâtre sur la nuque et l’arrière du cou comme en témoigne cette « foto »…
Mais avec les variations de lumière jouant sur les nuances des plumes, la différence n’est pas si évidente…

3 2019-05-10 50

Souvent, il plonge carrément la tête sous l’eau pour trouver sa nourriture, ce qui nous donne une image amusante…

4 2019-05-02 1562

Son vol est tout aussi élégant que sa démarche, le dessous de ses ailes triangulaires semble tout noir, tandis que ses pattes dépassent longuement de la queue…

5 2019-05-02 1041

Nous sommes dans un coin perdu des « Barene » vénitiennes où je sais trouver une petite colonie d’une vingtaine de ces oiseaux… 
Pour mes amis « fotografs », étant toujours au maximum d’une forte focale (900 mm), la mise au point est sur l’oiseau central ce qui fait que les autres apparaissent moins nets…

Comme je le disais précédemment nous voyons bien deux individus sans calotte noire sur la tête…

6 2019-05-10 125

Nous sommes en pleine période de nidification et je vais donc tenter de dénicher les nids, j’entends par « dénicher » « fotografiquement » parlant, évidemment…

En voici un premier…

7 2019-05-02 1069-PS-PS

Nous nous rapprochant et nous constatons que les oiseaux qui ne couvent pas montent la garde autour des nids…

8 2019-05-02 1055

Un deuxième nid…

9 2019-05-02 1096-PS-PS

Troisième nid…

10 2019-05-02 1570

Quatrième nid…

11 2019-05-10 22

Cinquième nid…

12 2019-05-02 1905

Sixième nid…

13 2019-05-10 1803-PS

Septième nid…

14 2019-05-10 107

Comme je suis un peu mieux situé pour shooter ce dernier nid, je vais tenter de me rapprocher sans toutefois déranger l’animal…

15 2019-05-10 103

Elle m’a repéré, je stoppe mon approche…

16 2019-05-10 111

Après quelques instants, rassurée, elle s’assoupit…
Nous pouvons voir les détails du nid et la façon particulière de plier en deux leurs longues pattes…

17 2019-05-02 1039-PS

Autour, les gardiens déambulent tout en cherchant leur nourriture…

18 2019-05-10 74

Mais un des gardiens s’approche de moi, il est à une quinzaine de mètres…
C’est un mâle à n’en pas douter…

19 2019-05-02 1372

Comme je suis légèrement en surplomb, il me regarde et me lance son cri d’alarme haut perché « kik-kik kik-kik kik-kik » pendant une bonne dizaine de minutes sans relâche…
C’est un super spectacle qu’il m’offre…

Je finis par déguerpir pour qu’il n’attrape pas une extinction de voix…
Il a donc bien fait son job…

20 2019-05-02 1205

Mais apparaît dans le ciel un prédateur fatal pour les œufs et les futurs oisillons, le « Gabbiano reale » Goéland (Larus michahellis)…

21 2019-05-02 1945-PS-2

Aussitôt les « Cavaliere d’Italia » décollent…

22 2019-05-02 1522-PS

Et malgré qu’ils soient plus petits ils s’envolent en criant dans le ciel à la rencontre de l’intrus…

23 2019-05-10 227

 

24 2019-05-10 232

Ils se déplacent si vite qu’avec mon gros téléobjectif je n’ai pas réussi à cadrer l’attaque…

J’ai déjà eu du mal à prendre les « Cavaliere » en vol…

25 2019-05-10 250-PS

Le goéland immédiatement rebrousse chemin et les gardiens reviennent au sol…

26 2019-05-10 52

Pour continuer leur surveillance autour des nids…

28 2019-05-10 433

Apparemment nonchalante mais néanmoins attentive…

29 2019-05-10 16

Un nid et un gardien…

30 2019-05-10 169

Mais cet oiseau à tête blanche semble fort excité…

31 2019-05-10 149

Et voilà le pourquoi !!!…

32 2019-05-10 1821-PS

Après le « fratino » j’assiste à l’accouplement du « « Cavaliere d’Italia » ! …
Génial !!!…

33 2019-05-10 1825-PS

Avec les pattes pliées en deux, il trouve le bon « ajustement » à sa partenaire…

34 2019-05-10 1829-PS

Les longs becs noirs se croisent en une sorte de baiser…

35 2019-05-10 1830-PS

L’accouplement est très rapide, déjà le mâle met un pied à terre…

36 2019-05-10 1831-PS

Puis la seconde patte…

37 2019-05-10 1837-PS

Et le couple se sépare, encore une chance inouïe d’assister à ce spectacle…

38 2019-05-10 1846-PS

Terminons ce reportage avec cette femelle couvant au nid et qui nous regarde de son œil rond et rouge…

39 2019-05-10 1868-PS

Claudio Boaretto

26 Réponses à “LE « CAVALIERE D’ITALIA », RÉSIDENT DE LA LAGUNE DE VENISE”

  1. Thierry dit :

    Une bien belle histoire.Ces « Cavaliere d’Italia » sont élégants avec leurs pattes roses du plus bel effet.
    La lagune renferme de petites merveilles,et grâce à toi et Evelyne qui t’accompagne,tu réussis à nous faire partager cette vie sauvage,pleine de couleurs,tendresse……

  2. Françoise dit :

    Quelle élégance ces oiseaux ! Merci Claudio pour nous les faire découvrir, c’est une merveille. Françoise

  3. MAP dit :

    Quel émerveillement de suivre ainsi ces magnifiques oiseaux !!! Des prises de vue incroyables !!! Merci et un grand BRAVO Claudio !!!!

  4. Danielle MOZZICONACCI dit :

    cher claudio,
    Magnifique série, quelle patience et sans aucun doute passé incognito pour prendre de telles photos, il a du vous falloir beaucoup de temps pour faire un reportage pareil, bravo je suis admirative et merci pour le partage
    Danielle

  5. cécile dit :

    ouah Claudio, on ne se lasse pas de ces reportages!
    mais j’ai des questions: je suppose que vous êtes en bateau? comment se fait il que ces oiseaux ne s’envolent pas? et il te faut combien de temps d’affut et de photographies pour réaliser tout cela?
    et … comment tu en es venu à t’intéresser de si près à ces oiseaux? tu sembles les connaitre depuis très longtemps!
    encore merci

    • Holà, Cécile, il me faudrait des heures ou des pages pour répondre précisément à toutes ces questions, alors je vais tenter d’être le plus bref possible…
      « Je suppose que vous êtes en bateau? »
      Pas forcement, certains lieux sont inaccessibles en bateau à cause des vallées de pêche qui sont privées et occupent 9000 hectares de lagune… Et c’est surtout dans ces endroits privilégiés que nidifient les oiseaux… alors c’est parfois en voiture sur de petites routes où 2 autos ne peuvent se croiser et qui serpentent dans les méandres des « Barene » et longent les digues naturelles des vallées de pêche… Parfois à pied sur des chemins d’un mètre de large avec la lagune des 2 côtés… Mais il faut bien connaitre le terrain car la lagune c’est un périmètre de 120 kilomètres et une surface de 55000 hectares…
      Parfois aussi en bateau, avec Hugo, mais ce n’est pas de tout repos car dans la lagune sauvage les chenaux ne sont pas matérialisés et les risques d’échouage sur les hauts-fonds sont permanents…
      « Comment se fait-il que ces oiseaux ne s’envolent pas? »
      Certains sont plus hardis, d’autres plus farouches, donc certains s’envolent et d’autres pas comme ce Cavaliere d’Italia qui est venu m’engueuler à 15 mètres… Mais j’ai aussi un téléobjectif très puissant qui me permet de les shooter de très loin, donc souvent l’oiseau ne sait pas que je m’intéresse à lui…
      « Et il te faut combien de temps d’affut »
      Je ne pratique quasiment jamais « l’affut », mais je chasse « à l’approche », l’art d’approcher l’animal de chasse sans se faire repérer, mes anciennes années de chasseur à l’arc m’ont appris comment me comporter…
      « Et de photographies pour réaliser tout cela? »
      En une journée de billebaude j’arrive à prendre 1000 et 2000 « foto » et même plus car pour les oiseaux je shoote en rafales de 9 images par seconde… Donc j’ai beaucoup de « foto » qui se ressemblent mais cela me permet de choisir les meilleurs instants et attitudes…
      En général je n’en garde que 10% et ne publie au maximum que le quart de ces 10%…
      « Comment tu en es venu à t’intéresser de si près à ces oiseaux? tu sembles les connaitre depuis très longtemps! »
      Depuis ma prime jeunesse, je me suis toujours intéressé au monde animal, par exemple j’ai eu plusieurs chevaux dans mes anciennes vies, j’ai élevé des chiens avec lesquels j’ai obtenu des titres de champions nationaux et internationaux aussi bien en beauté qu’en travail, etc., je ne dis pas tout ce serait trop long… Pour les oiseaux, je connaissais déjà tous ceux de la forêt quand j’avais ma maison au milieu des bois sur les côtes de Meuse…
      Comme je suis curieux, chaque fois que je vois un animal que je ne connais pas, je recherche, j’ai tous les bouquins utiles sur les zoizos à la maison…
      Depuis 10 ans que je suis revenu près de mes parent à Venise, normal que je m’intéresse à l’avifaune lagunaire…
      Voilà Cécile, j’espère que mes réponses un peu lapidaires satisferont ta curiosité…
      :-D :-D :-D

  6. Christiane HOFER dit :

    Félicitations pour ta patience, merci de nous faire partager ce magnifique résultat.

  7. mireille dit :

    Que c’est beau et élégant. La finesse de leurs pattes et leur port de tête semblent irréelles et magiques. On ne pense pas assez souvent que la nature renferme des trésors. Merci d’en faire pour nous la recherche, et fixer toutes ces beautés pour nos mémoires.

  8. Jean-Bernard GODMET dit :

    Bonjour Claudio,
    Comme d’hab un super reportage sur L’Échasse blanche (emblème du Domaine Des Oiseaux de Mazères, ou je vais très souvent).
    Bisous à vous deux
    JB

  9. Mylène Nouvel dit :

    bonjour Claudio, oh merci pour ce merveilleux reportage
    que dire devant un tel spectacle
    que de beautés
    que de prises de vue si rares. Etre là au bon moment, être patient et voilà ce que cela peut donner
    En attente de nouvelles vues,
    amicalement
    Mylène

  10. Max dit :

    Superbe ces photos du cavalière s’italia. J’ai l’occasion de l’apercevoir de loin a Santa Margherita di Savoia, mais je suis épaté par tes photos qui me permettent de mieux le découvrir. Je suis d’accord avec toi cet oiseau est magnifique d’une élégance et je crois qu’il le sait.
    Merci encore pour ce reportage, j’ai lu tes explications pour Cécile et cela m’a rappelé les teckels à poil dure de Sommedieue et d’autre souvenir de chevaux a Damvillers.
    Merci c’est formidable ce que tu fais. Amitiés Max

  11. BEMER Armand dit :

    Bravo Claudio pour ce superbe reportage. J’avais des questions techniques à te poser mais je vois dans ton fil de questions-réponses que tu les as déjà abordées. Depuis notre belle Lorraine sous le soleil (nous manquons d’eau, il faut bien le dire…), reçois mes amitiés. Armando !

  12. Zaz Chalumeau dit :

    Super reportage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance