LE SANCTUAIRE ET OSSUAIRE MILITAIRE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 21 novembre 2019

Dans ce sanctuaire et ossuaire militaire appelé communément par les vénitiens le « Tempio Votivo della Pace » (le Temple Votif de la Paix), reposent les ossements de 3190 soldats et marins tombés pendant les deux guerres mondiales…

Le « Sacrario Militare » (Sanctuaire Militaire), se situe sur l’île du Lido de Venise, le long de la « Riviera Santa Maria Elisabetta », face à la lagune… Impressionnant bâtiment circulaire doté d’un escalier central et coiffé d’un dôme surmonté de la statue de la Vierge Marie, réalisation de l’architecte Giuseppe Torres commencée en février 1925, inaugurée en juin 1938

1 2019-11-04 39-PS

Le Sanctuaire, concédé en 1929 pour usage perpétuel au Ministère de la Défense, Commissariat général pour l’honneur des tombés à la guerre, reste la propriété de la curie archiépiscopale de Venise …

2 2019-10-26 7

Deux entrées pour pénétrer dans la crypte-sanctuaire nous amènent à l’exèdre mineur abritant une grande croix de bois…
Un panneau montre les « foto » de la construction de cet endroit précis du bâtiment…

3 2019-11-04 37

À la symétrie nous découvrons l’exèdre principal et la crypte…
(Pour les fotografs, les lieux étant relativement sombres, je me suis mis en ISO automatiques plafonnés à 6400, mon Nikon ne s’en tire pas trop mal)…

4 2019-11-04 1

Au centre de la crypte nous admirons un imposant lustre en bronze dessiné par Giuseppe Torres et offert par les familles des 46 officiers assassinés par les Allemands à Trilj, en Yougoslavie, le 1er octobre 1943…

6 2019-11-04 5

Derrière l’autel une gravure rappelle la mémoire de ces 46 officiers…

6 2019-11-19 17-PS-PS

Le temple ouvre aujourd’hui car nous sommes le 4 novembre, « Journée de l’Unité nationale et des forces armées italiennes » où l’on commémore l’armistice signée en 1918 entre l’Italie victorieuse et l’empire austro-hongrois défait…

Ce matin à 9 heures se déroulait une cérémonie comme en témoignent les gerbes à peine déposées…
Sur les parois de part et d’autre de la crypte, des niches creusées à même le mur, recueillent les ossements des soldats tombés au champ d’honneur… Sur chaque niche, le nom et le grade du militaire…

07a 2019-11-04 21

Devant l’autel, les ossements de 119 soldats inconnus de la seconde guerre mondiale reposent ensemble sous cette dalle posée à même le sol du sanctuaire…

07b 2019-11-19 15-PS

Tandis que les ossements de 499 soldats inconnus de la 1ère guerre sont enterrés sous 2 dalles, toujours à même le sol, posées de part et d’autre de la crypte…

« La chère patrie »
« ici voulait conserver les os »
« des tombés en guerre »
« dont le nom est inconnu »
« 4 novembre 1930 »

07c 2019-11-19 31-PS

« Dormez chers en paix »
« ici aux déjà envahies »
« portes de l’Italie »
« votre nom est connu pour l’éternité »
« 4 novembre 1930 »

07d 2019-11-19 37-PS

Entre ces deux tombes communes, nous trouvons la dalle sous laquelle repose le premier soldat enterré dans l’ossuaire, Romualdo Guicciardi, mort pour la défense de Venise…

07e 2019-11-19 33-PS

Nous ne pouvons éviter dans ce sanctuaire les tombes de ces deux héros nationaux italiens :

Giovanni Grion, né en 1890 à Pola en Istrie, à l’époque territoire de l’empire austro-hongrois, leader de l’irrédentisme italien, arrêté par la police impériale, puis relâché et forcé à l’exil à Milan… Avec l’entrée en guerre de l’Italie en 1915, il rejoint l’armée royale italienne et meurt héroïquement au combat près de Asagio en Vénétie à l’âge de 26 ans…

07f 2019-11-19 51

Le commandant Nazario Sauro, né également en Istrie à Capodistria le 20 septembre 1880, patriote de la Première Guerre mondiale, officier dans la marine royale italienne, une des figures les plus importantes de l’irrédentisme italien, exécuté pour haute trahison par l’Autriche-Hongrie…
Médaille d’or de la valeur militaire italienne…

07g 2019-11-19 53

De belles colonnes en marbre noir soutiennent en son centre le plafond de ce bâtiment circulaire…

08 2019-11-04 34

Autour des colonnes en marbre noir, un second cercle de piliers carrés et sculptés…

9 2019-11-04 26

Une vue à droite…

10 2019-11-04 8

Une vue à gauche…

11 2019-11-04 9

Au-delà, un troisième cercle de piliers, plus étroits mais plus nombreux, derrière lesquels nous accédons aux niches mémorielles des militaires tombés et répertoriés dans cet ossuaire…
Vue à bâbord…

12 2019-11-04 2

Vue à tribord…

13 2019-11-04 38

Des alcôves avec fenêtre en albâtre séparent chaque parois de niches mémorielles…

13b 2019-11-19 41

Un tableau montre les différents stades de la restauration de ces fenêtres en albâtre…

13c 2019-11-19 43

Toutes ne sont pas encore restaurées faute de crédits…

13d 2019-11-19 7

Ce sanctuaire, fermé pendant plus d’une dizaine d’années pour cause de restauration, n’ouvre ses portes que depuis cette semaine…
La dernière fois que je pénétrais en ces lieux remonte à trente ans…

Un de mes grands-oncles repose dans cet ossuaire, le « zio Mariano » (l’oncle Mariano) comme l’appelait ma mère, soit le frère de ma grand-mère maternelle, « Mariano Giri »…
Devant plus de 3000 inscriptions je n’arrive plus à retrouver l’emplacement de la niche où il demeure…

14 2019-11-04 3

Nous nous adressons donc au militaire responsable des lieux, au grade de « Primo Maresciallo » (Premier Maréchal) comme en attestent les barrettes sur sa poitrine, soit le plus haut grade des sous-officiers dans l’armée italienne correspondant au grade de Major dans l’armée française…
Je le sollicite pour un petit portrait auquel il se prête volontiers…

16 2019-11-04 31-PS

Extrêmement serviable et sympathique, il nous dirige rapidement vers la bonne paroi…

17 2019-11-04 16

Mon tonton se trouve au milieu, sur la rangée du bas…

18 2019-11-04 13

Focus sur le capitaine d’infanterie « Mariano Giri », blessé mortellement en France à Verdun, il succombe à ses blessures le 19 décembre 1918…

19 2019-11-04 14

Dans ma « fototec » je possède une « foto » d’époque trouvée dans l’album de famille de ma grand-mère, la « nonna Gemma Giri », album prêté par Lidia, une de mes cousines germaines… Je numérisais alors toutes les « foto »…

À gauche le capitaine « Mariano Giri », à droite le soldat « Virgilio Giri », les deux frères de ma grand-mère, mes deux grands-tontons…
Je ne connus jamais Mariano, tombé au champ d’honneur pendant la 1ère guerre mondiale, mais dans ma jeunesse, je rencontrais l’oncle Virgilio qui demeurait alors à Sant’ Elena…
J’adore cette « foto vintage » familiale …

20 album_013-2-PS

Heu, je ne vous raconte pas le temps INFINI passé pour restaurer cette foto…
Pour le fun je vous présente l’original où j’ai dû rectifier une à une toutes les grosses, petites et minuscules taches ainsi que les pliures, un lent et long travail de fourmi !… J’en ai laissé un peu sur les vareuses et les pantalons d’uniforme pour conserver le style « vintage »…

21 album_013

Je terminerai par une foto de nuit de l’Ossuaire Militaire de Venise où, sur le haut du dôme, la statue de la vierge illuminée semble dialoguer avec la lune gibbeuse…

22 2019-11-07 204-PS-PS

Cette visite n’a pas été sans me rappeler avec un brin de nostalgie mes fonctions de directeur de la culture et de la mémoire de la ville de Verdun quand j’étais encore dans la fonction territoriale…
Claudio Boaretto

26 Réponses à “LE SANCTUAIRE ET OSSUAIRE MILITAIRE DE VENISE”

  1. Thierry dit :

    Un bien beau reportage,une belle page d’histoire.Une époque à ne pas oublier.
    Claudio tu as fait une restauration superbe de la photo de tes grands-tontons.
    Merci pour ce partage historique et avant tout familial.

  2. PANNEQUIN Jean-Paul dit :

    Wouah! C’est pire qu’à Douaumont et en tout cas beaucoup plus beau.
    L’Italie possède une kyrielle de monuments historiques de toute beauté, c’est magnifique.
    Quand même tous ces hommes tombés « au champ d’honneur » comme on dit, mais par ces saletés de guerres! Respect et place à la paix

  3. Max dit :

    Chers Claudio
    Très très intéressant reportage je ne connaissais pas ce lieu et je suis agréablement surpris par la qualité de ce monument qui rend hommage et honneur aux soldats morts pour l’Italie.
    L’histoire de tes oncles est surprenante surtout celle de Mariano décédé de ses blessures faites à Verdun et que toi tu te sois retrouvé à Verdun comme directeur de là culture et de la mémoire de Verdun, est- ce une coïncidence!!!!
    Merci de nous avoir fait partager cette visite et nous présenter ce lieux est un grand hommage que tu leur fait.
    Amitiés Max

    • Salut Max…
      C’est une pure coïncidence car je n’ai appris que depuis quelques semaines par ma cousine germaine que Mariano était tombé à Verdun…
      Et je n’ai su la date exacte de son décès que grâce au registre de l’ossuaire de Venise que nous a gentiment ouvert le militaire de service…
      :-D :-D :-D

  4. mireille dit :

    Nous sommes des centaines de fois passés devant, mais n’avions jamais vu l’intérieur. Tous les pays ont leur mausolée et il est toujours impressionant de se rappeler le nombre de morts de ces différentes guerres. Merci pour tes recherches et un petit hommage à la famille. Comme toi j’ai bien le souvenir de l’oncle Virgilio de San Elena, de sa femme et de ses deux filles. Novembre est le mois du souvenir.

  5. Bauchy dit :

    Merci Claudio pour ces belles photos d’un lieu émouvant que j’ai toujours vu de loin en me demandant à qui il était dédié. La Grande Histoire est faite de petites histoires qui sont souvent de grands drames familiaux méconnus. Tu es la mémoire vivante de Venise!

  6. MAP dit :

    Merci Claudio de nous avoir montré ce lieu de mémoire ! C’est impressionnant tous ces morts !!! IL est juste de leur rendre hommage ! Quel beau travail tu as fait pour la restauration de la « foto » de tes deux grands-tontons !!!!

  7. Jean-Bernard GODMET dit :

    Bonsoir Claudio, encore un énorme travail très bien réalisé.
    Bravo pour cette restauration, tu maitrises.

  8. pierrette Jousse-Pinguet dit :

    Buona sera Claudio.
    Après l’été et le début de l’automne les journées redeviennent courtes, s’amenuisant chaque jour un peu plus et me permettant
    donc des stations de plus en plus prolongées devant mon ordi et parfois devant la télé. Je commence ainsi à visionner tous tes reportages « foto » que j’ai soigneusement stockés. En effet pendant les longues et lumineuses soirées de printemps et d’été impossible pour moi de tenir enfermée et donc je suis le moins possible devant mon ordinateur et encore moins devant la télé.

    Ton reportage est émouvant d’autant plus qu’il est rehaussé par une dimension de souvenir familial.

    Le nom de ce monument m’interpelle cependant :  » Tempio Votivo Della Pace »……della pace, vœu pieux s’il en est ! car l’histoire de l’humanité n’est malheureusement faite que de guerres ! tu en es à la troisième génération et tu te souviens encore, et c’est très émouvant (magnifique foto de tes grands tontons) mais quid de la quatrième et de la cinquième génération ?

    Comme toujours et c’est un réel bonheur tes photos sont magnifiques. Je vais avoir de quoi me régaler jusqu’à ce que les jours s’allongent de manière significative et m’attirent à nouveau dehors.

    Pierrette

  9. Pierrette Pinguet dit :

    Paix toute relative quand même, car la vie est si difficile pour certains à cause de la guerre économique et des quelques grands argentiers qui font en fait la pluie et le beau temps. Et les attentats terroristes chez moi en France mais aussi partout dans le monde et et et…. les destructions de patrimoines de l’humanité par des fous furieux au nom de leur religion et tant d’horreur comme la Barça Nostra qui en est le témoin…….la liste est longue et bien que je sois d’un naturel optimiste et très joyeux…..j’ai le sentiment que la Paix est une Chimère.

  10. Mylène dit :

    Un lieu majestueux qui rappellent tant de peine. Pour ne pas les oublier

  11. Rémy CARLIER dit :

    J’ai fait le tour de l’île sans le voir. Pourtant il est… monumental !
    Mais s’il n’est ouvert que le 4 novembre… je m’accorde quelques excuses.
    Quant à ton tonton, il fait partie de ces innombrables morts des guerres que l’Armistice n’a pu sauver. Sans évidemment considérer qu’il y aurait des morts plus justes que d’autres.
    Beau travail de patience par contre pour « sauver » la photo sépia.
    Sur le plan de la photo des lieux, pas facile en effet d’éclairer l’espace où l’ombre sépulcrale invite à l’immobilité.
    Rémy

  12. Zaz dit :

    Très intéressante visite. Tu as réussi à capter l’aspect majestueux et solennel du bâtiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance