1er JOUR DE LA PHASE 2 DE DÉ-CONFINEMENT À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 21 mai 2020

Nous sommes le 18 mai 2020, 1er jour de la « Fase 2 » du dé-confinement à Venise…

L’occasion pour nous d’effectuer quelques courses indispensables, impossible à réaliser depuis deux mois…
Direction le centre historique et malgré le temps maussade je n’oublie pas mon appareil-foto…

1 2020-05-18 13

Nous débarquons à « San Marco Valaresso »…
Force est de constater que les quais demeurent déserts et les kiosques à souvenirs irrémédiablement clos…

2a 2020-05-18 26

En revanche, le « Caféhaus » semble ouvert mais quasiment personne à l’intérieur…

2b 2020-05-18 30-Modifier (2)

Je voulais jeter un œil aux plantations des « Giardini Reale », hélas, lundi jour de fermeture hebdomadaire…

2c 2020-05-18 29

Pas grand-monde sur les quais pour rejoindre « San Marco », mis à part le « Spacin » et sa charrette, soit le balayeur en dialecte vénitien, …

3 2020-05-18 33

Quelques vénitiens sur la « Piazzetta »…

4 2020-05-18 36

La basilique fermée…

5 2020-05-18 50

Je recule pour prendre la place dans son ensemble qui, en temps normal, grouille de monde…
Quel contraste…

6 2020-05-18 54-Modifier

Nous remarquons la police omniprésente malgré le peu de monde à contrôler, car nous n’avons pas la permission de déambuler sans masque…
Deux policières…

7 2020-05-18 40

Deux policiers…

8 2020-05-18 42

Et plus, si affinités…

9 2020-05-18 44

Un type en costard, propre sur lui, se fait interviewer…
Inspire-t-il vraiment confiance ?…

10 2020-05-18 47-Modifier

Sous les arcades des « Procuraties » le « Florian », le plus célèbre des cafés vénitiens garde portes closes…

11 2020-05-18 61

Et sa terrasse si fréquentée fait grise mine…

13 2020-05-18 56

Plus incroyable encore les pigeons, et pour paraphraser le poète, je connais un pays étrange où ni ne marchent, ni ne volent les pigeons, mais où ils roupillent au beau milieu de la place Saint Marc…

14 2020-05-18 69

Du jamais vu, Jean-Cocteau n’en reviendrait pas…

15 2020-05-18 67-Modifier

La calle des « Mercerie del Orologio » d’habitude si fréquentée qu’il s’avérait souvent difficile de marcher à deux de front…

16 2020-05-18 74

17 2020-05-18 79

Nous débouchons sur le « Campo San Bortolomeo », lieu de rendez-vous des vénitiens où trône la statue de Goldoni…
Quasiment personne…

18 2020-05-18 84

Le « Ponte de Rialto » tout aussi désertique…

19 2020-05-18 92

D’un côté ou de l’autre des marches…

20 2020-05-18 105

En haut du pont, cette rambarde était quasiment inapprochable vu le flot de touristes voulant « fotografier » le Grand Canal…

Aujourd’hui, un seul « gugus » prend un cliché…

21 2020-05-18 103

Plus moi, second « gugus », car shooter le « Canalazzo » sans vaporetti, sans taxis, sans gondoles, sans barques privées, je ne pouvais pas le rater…

22 2020-05-18 115

Je ne peux pas ne pas shooter non plus le pont, sans personne le franchissant…

23 2020-05-18 116-Modifier

Nous voilà au « Campo Santa Maria Formosa », autre lieu de passage et de rencontre de la Sérénissime…
No body…

25 2020-05-18 132

Cette terrasse d’ordinaire pleine à craquer… Malgré les tables espacées, une seule personne attablée…

26 2020-05-18 134

Dans ce rio passe d’habitude une suite ininterrompue de gondoles…

28 2020-05-18 138

Autre endroit de grand passage, le « Campo San Filippo & Giacomo », entre le pont de la « Canonica » et la « Calle delle Rasse »…
La brasserie « Aciugheta » bien connue pour ses toasts aux anchois, personne à l’intérieur et terrasse fermée…

29 2020-05-18 141

En face un « Bacaro » (appellation des bars en vénitien) plus animé, ça fait plaisir…

À noter au passage le nom du bar, toujours en vénitien « Magna Bevi Tasi », ce qui donne en bon français : Mange Bois et Tais-toi…

30 2020-05-18 142

La fameuse « Calle delle Rasse », empruntée par tous les vénitiens qui descendent au débarcadère de « San Zaccaria »…
Vide elle aussi…

31 2020-05-18 146

Loin d’être significatif ce premier jour de la phase 2 du dé-confinement…
Cela m’agace quand je pense à tous ces moralisateurs bien-disant qui déblatèrent sur le tourisme de masse à Venise, mais dont la plupart n’y vivent pas vraiment…

Sans touristes Venise se meurt…

Et les 50000 mille vénitiens qui résident encore dans la cité n’auront plus les moyens de survivre, presque tous dépendant de la mono-industrie touristique, que ce soit au niveau des bars, des restaurants, des hôtels, des appartements à vocation touristique, des musées, des grandes manifestations culturelles internationales, mais aussi des magasins et boutiques de toutes sortes, des transports publics et privés, des artisans, des entreprises et des ouvriers qui entretiennent tout ce tissu économique, et la liste n’est pas exhaustive…

La « Riva degli Schiavoni » d’habitude noire de monde…

32 2020-05-18 150

Vivement le retour des touristes à Venise…

Claudio Boaretto

30 Réponses à “1er JOUR DE LA PHASE 2 DE DÉ-CONFINEMENT À VENISE”

  1. BAUCHY Yves dit :

    Un grand merci Claudio pour ce beau reportage de la Sérénissime quasi désertique mais pour moi encore plus sublime et magique. On y retrouve l’intimité réservée à tous ceux qui se lève tôt avant les autres ou ceux qui ne dorment pas la nuit pour déambuler quand il n’y a plus un chat. Au concret comme au figuré.
    Dans les grands rêves il faudrait imaginer Venise avec peu de touristes mais remplie de vénitiens y habitant et y remplissant les calle comme au XVII et XVIIIe siècle. En dix ans de fréquentation de Venise, ce qui m’attriste le plus c’est la disparition des commerces de proximité. Quand un commerçant prend sa retraite, sa boutique étant remplacées par un restaurant pour touristes ou un marchant de pacotilles. Et cela même dans les quartiers où vivent encore de nombreux vénitiens, comme la partie Est du Castello.

    • Bien sûr, Yves, c’est le revers de la médaille…
      On ne peut tout avoir, le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière…
      Mais quelques quartiers dont celui dont tu parles restent encore bien vénitiens…
      :-D :-D :-D

  2. Rachid BARNAT dit :

    Les plus tristes, ce sont les pigeons de la place St Marc qui n’ont plus de graines à manger et qui ne comprennent pas pourquoi les hommes les boudent …
    Venise est magnifique sans touristes, mais il en faut pour ce qui en vivent.
    Espérons que la sagesse fera que les vénitiens s’orienteront vers un tourisme moins anarchique qu’il ne l’était jusque là.
    Merci pour ces belles photos.
    Rachid

    • Merci Rachid pour ton commentaire…
      Pour les pigeons ce n’est pas trop grave, il était déjà interdit de nourrir les pigeons sous peine d’amende…
      Facile à comprendre que ces volatiles « chient » partout et dégrade les monuments, les statues, etc…
      Et il est probable que leur fiente soit porteuse de maladie…
      :-( :-( :-(

  3. Thierry dit :

    Une bien belle ballade,le calme absolu…..les touristes reviendront et la vie de la sérénissime reprendra.
    Il faut avouer que sans eux les « détails » sont plus présents sur les monuments et maisons.
    Prenez soin de vous et continuez ce dé-confinement dans la sérénité de cette magique cité.

  4. MAP dit :

    Venise comme on ne l’a jamais vue … Je souhaite pour tous les vénitiens le retour de jours meilleurs pour que la vie continue ! Merci pour ces prises de vue totalement inédites, belles mais tristes !!! Bon courage à vous tous !!!

  5. Jean-Jacques Chiron dit :

    Que c’est triste Venise sans ses visiteurs.
    Même les pigeons semblent paralysés par cette disette touristique.
    Il ne reste plus rien à becquer.
    Humains et volatiles gardez espoir.

  6. Maurizio detto prof dit :

    Senza dubbio hai ragione, senza turisti Venezia rischia di morire, ormai la vita dei residenti è imperniata tutta sul turista ma come non si può riconoscere il fascino delle calli, dei canali liberi da una marea di persone o barche che per il 90% sono solo di passaggio; è vero danno da vivere non solo a Venezia ma a tutta la regione. Certo che si è ormai perso il ritmo vitale dei veri veneziani, i gran signori, o il popolo con le sue attività artigianali, professionali, commerciali o anche solo pescatori o marinai. Rimane comunque una città meravigliosa anche se difficile da vivere ai nostri tempi.
    Grazie Claudio per le splendide immagini.

  7. danielle yap lebel dit :

    Je retrouve Venise comme je l,avais découverte en 1999 lors de la guerre du golfe ,mais ce n,est pas comparable à ce ,qui se passe actuellement ,c,était le carnaval mais moins de touriste et on pouvait se promener dans les rues ,visitée les églises , admirer les oeuvres d,art en toute tranquillité ,je comprend que les Vénitiens ont besoin du tourisme pour vivre ,mais trop nuit à sa beauté,que tu sais si bien capter et nous faire partager par tes magnifiques photos…un grand Merci Claudio ,

  8. Annie BERNARD dit :

    Bonjour Claudio,
    Merci pour cette promenade dans les rues de Venise..toujours aussi belle, un peu triste cependant ! Surtout cette photo d’une terrasse avec une seule personne…et les vitrines du Florian habituellement si animées, si joyeuses..Par contre j’ai aimé voir les jolies façades que tu as shootées d’une manière très « pro »
    Tu ne dis pas (ou alors je n’ai pas tout lu) si les Vénitiens étaient contents de s’être réappropriés leur ville pendant quelques semaines .(.si toutefois vous aviez le droit comme nous en France, de sortir une heure par jour..)

  9. Rémy CARLIER dit :

    Sans touristes Venise se meurt…
    Et sans liberté nous aussi.
    Quelle que soit la ville qu’on aime, qu’on y vive ou non habituellement
    Nous partageons ce sentiment ambivalent :
    Toute la ville pour nous.
    Mais est-ce qu’on veut vivre à Pompéi ?
    La toute puissance de l’esthétique, incontestable, nous aurait suffi quelques jours.
    Il nous faut la ville et la campagne mais à chacune sa place et son temps.
    Nous laisser redevenir adulte, c’est-à-dire retrouver nos droits en respectant nos nouveaux devoirs.
    Rémy

  10. mireille dit :

    Difficile d’être trop catégorique. Bien sur on peut rêver d’une ville plus calme et pouvoir profiter avec recul des plaisirs de la ville. Mais comme tu le dis si bien, Venise vit du tourisme et il est vital d’avoir du monde dans la ville. L’idéal serait de trouver le bon point d’équilibre entre les visiteurs et la horde sauvage envahissante. Et surtout des touristes respectueux de la vie des autochtones, des monuments et de l’âme de la ville. Mais là je pense que l’on est dans l’utopie.
    Bises à tous

  11. alain SCHMITT dit :

    Merci pour ce reportage. La tristesse de ces Campos vaut elle l’affluence dans les rues, les gondoles se suivant les unes derrière les autres, la foule bigarrée et les costumes du Carnaval de Venise. Je n’en suis pas certain. Il faut retrouver pour les vénitiens et les vrais amoureux de Venise une juste mesure. Cordialement…..

    • La juste mesure, le point d’équilibre, pour l’instant c’est le problème insoluble…
      Mais entre choisir le vide et l’affluence, j’opte sans hésiter pour l’affluence, malheureusement ce n’est pas aussi simple…
      Les gondoles qui se suivent vont vivre les gondoliers et leurs familles qui sont de vrais vénitiens… Et qui font vivre les petits chantiers navals vénitiens, etc. etc. etc. La chaîne se déroule…
      En revanche il faudrait laisser les « Grandi Navi » en dehors de la lagune… Mais que fait-on des milliers d’emplois de la gare maritime ?…
      Trouver un numerus closus pour les touristes… Mais comment les sélectionner ? encore en taxant ?…
      Tant de problème dont on nous rabat les oreilles depuis des années sans que des solutions soient prises…
      :-( :-( :-(

  12. nathalie dit :

    Merci Claudio pour ces photos, à la fois belles et étranges.
    Il y règne un silence, un malaise, transformant la ville en un décor de cinéma. On pourrait presque imaginer, comme dans une dystopie, que derrière ces murs magnifiques, il n’y a rien, que le vide et l’inconnu, le danger, un mal invisible.
    Mais sortons de cette imagination.
    Grâce à toi, nous savons que 50 000 humains attendent, espèrent, sans bruit et sans bouger, que leur prison dorée s’ouvre à nouveau et retrouve les flux entrants et sortants d’une multitude de sons, de couleurs, de culture, d’amour, de vie.
    Tenez bon! Nous reviendrons!

  13. MICHEL KHALANSKI dit :

    Le ciel de l’économie touristique est bien sombre, mais il y a peut-être un rayon de soleil pour Venise; une perspective évoquée par le président du festival de Cannes qui a été annulé cette année: associer Cannes à la Mostra de Venise en 2020.
    Venise a besoin des touristes mais n’oublions pas que les touristes ont aussi besoin de Venise. Le désir de beauté sortira probablement renforcé après le traumatisme de la crise actuelle et l’envie de Venise restera vivace sur tous le continents. Un peu d’optimisme ne nuit pas, c’est même le moteur principal de l’action.

  14. Jean-Michel Babonneix dit :

    Merci pour cet album donnant un aperçu de Venise en cette fin de confinement.
    Trop de touristes défigurait et asphyxiait Venise. Plus du tout de touristes risque de tuer Venise…
    C’est une ballade en zig zag que vous nous offrez là… Car, partant de la Piazza San Marco pour aller au Campo Santa Maria Formosa, le chemin le plus direct ne passe pas par le Rialto… ou alors Venise a beaucoup changé pendant le confinement !!!
    Cordialement

    • Ah, je vois que nous avons à faire à quelqu’un qui connaît les lieux…
      Alors pour ne rien cacher nous sommes descendu à San Marco Valaresso, puis nous sommes passés par la Piazza et les Mercerie car nous avions des courses à faire du côté de Rialto… Puis nous sommes revenus en passant par San Lio et Santa Maria Formosa pour ne pas faire le même trajet qu’à l’aller et nous avons repris le vaporetto à San Zaccaria pour rentrer à la casa sur notre île du Lido…
      Voilà vous savez tout…
      :-D :-D :-D

  15. PANNEQUIN Jean-Paul dit :

    Merci Claudio c’est très beau malgré tout de voir Venise aussi déserte où même les pigeons semblent s’ennuyer. J’y étais allé la première fois en 56 ou 57 et je crois me souvenir qu’il y avait quand même un peu plus de monde mais pas comme ces dernières années. Bon déconfinement en attendant la reprise du tourisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance