BALLADE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 28 mars 2012

J’ai composé «La Ballade de Venise» sur la cité de mes origines, là même ou je fus conçu….

Une « ballade », avec deux ailes, (ne pas confondre avec la « balade » la promenade) est une forme fixe de la versification française….
Pour ceux qu’un peu de technique et de versification ne font pas fuir à toutes jambes je ne vous apprendrai rien en vous rappelant  que, depuis la fin du moyen-âge, la « ballade » se compose de 3 strophes et demie, construites sur 3 rimes, A B C…

Dans ma chanson la rime A est la rime phonétique masculine «ér»…
La rime B est la rime phonétique féminine «ise»…
La rime C est la rime phonétique masculine «lo»…

Ces rimes doivent être disposé dans une forme rigoureuse et préétablie :

A   ér
B   ise
A   ér
B   ise

B   ise
C   lo
B   ise
C   lo

Les vers sont en général octosyllabiques….

Le dernier vers de chaque strophe doit être le même et servir de refrain….

La dernière demi-strophe s’appelle  « Envoi », elle doit reprendre les rimes de fin des strophes précédentes, BCBC, et commencer par le mot « Prince » ou un mot analogue….

La Fontaine, Théodore de Banville, François Villon nous en ont offert de magnifiques….
Brassens a mis en musique : « La ballade du Roi Louis » de Banville, « La ballade des dames du temps jadis » de Villon….

Je me suis frotté à cette écriture particulière car inhabituelle dans la disposition des rimes, cassant l’alternance des rimes féminines et masculines, donc posant une petite difficulté supplémentaire quant au rythme de l’écriture et par conséquent de la musique…

Pour l’écoute de la chanson, cliquez sur la petite flèche en début du lien ci-après :

 (Je conseille toujours d’écouter la chanson avant, et de lire les paroles après, ou alors de lire simultanément à l’écoute…..
Parfois vous trouverez quelques différences entre la version écrite et la version chantée…. C’est normal, une chanson c’est vivant et il arrive que l’auteur, votre serviteur en l’occurrence, change un mot, ou deux, parfois même une rime, au gré de son inspiration….)

 

LA BALLADE DE VENISE

Si vous avez le cœur amer
La larme à l’œil et l’âme grise
Venez sur le bord de la mer
De la lagune qui me grise
Venez je vous le préconise
Sur mes bateaux dans mes îlots
Chanter la chanson de Venise
Qui se chante les pieds dans l’eau

BALLADE DE VENISE dans 08 Chansons du coyote 211-300x146

Pas d’autos feux rouges feux verts
De moteurs qui nous tyrannisent
C’est interdit aux bulldozers
Aux engins qui nous mécanisent
Mais c’est une île où fraternisent
Les artistes les matelots
Chantant la chanson de Venise
Qui se chante les pieds dans l’eau

38-300x225 dans 08 Chansons du coyote

Primavera même en hiver
C’est toujours la terre promise
Le paradis à ciel ouvert
Où le temps n’a pas la mainmise
Tous les destins là s’éternisent
Casanova Marco Polo
Dedans la chanson de Venise
Qui se chante les pieds dans l’eau

53-300x297

Envoi
Princes craignez que j’agonise
Si je ne peux plus en solo
Chanter la chanson de Venise
Qui se chante les pieds dans l’eau

Paroles & Musique Claudio Boaretto

Publié dans 08 Chansons du coyote | 15 Commentaires »

CARNAVAL ET MASCARADE

Posté par Claudio Boaretto le 28 novembre 2011

 Une chanson dont vous ne pourrez écouter la musique car elle nécessite une orchestration que, ici à Venise, je ne peux assurer seul….

CARNAVAL ET MASCARADE

Carnaval et mascarade
Allez viens voir la parade
C’est un joyeux festival
Mascarade et carnaval
Allez viens mon camarade
Carnaval et mascarade  
En gondole ou à cheval
Je t’emmène au carnaval

CARNAVAL ET MASCARADE dans 08 Chansons du coyote barca

Tout à l’heure sur l’esplanade
Je ferai ma sérénade
Pour mon bel amour fatal
Je suis un sentimental
Je chanterai la ballade
Ferai mes rossignolades
Tout prés du palais ducal
Intermezzo musical

palais 1

Soudain comme une sanglade
La sanglante estafilade
Je viens de la voir au bal
Dans les bras d’un « Hannibal »
Dans mon cœur c’est l’escalade
Je suis jaloux et  malade
Je suis pourtant pas brutal
Mais ca deviendra fatal

Me mettrai en embuscade
Pour lui donner l’estocade
Je saignerai mon rival
Mascarade et carnaval
Bal masqué, c’est l’échappade
Inconnu dans l’escapade
Qui la touche homme animal
Je suis prêt à faire du mal

masque dans 08 Chansons du coyote

Il faudrait bien des décades
Des juges et des alcades
Pour me mettre au tribunal
Ou même au confessionnal
Si tu crains les algarades
T’approche pas camarade
De mes amours c’est banal
Ou je deviens infernal

Carnaval et mascarade
Viens plutôt voir la parade
C’est un joyeux festival
Mascarade et carnaval
Viens ne reste pas en rade
Carnaval et mascarade
En gondole ou à cheval
Je t’emmène au carnaval

( in Venexian)
Carneval e mascarada
Andemo a sta parada
El xe beo sto festival
Mascarada e carneval

Paroles et Musique Claudio Boaretto

Publié dans 08 Chansons du coyote | 3 Commentaires »

LE GRAND AMOUR

Posté par Claudio Boaretto le 11 mai 2011

Encore une « chanson d’amour » un de mes thèmes préférés, évidemment….
Toujours quelques petites entorses à la versification classique,
ainsi que l’élision non conventionnelle de certains E muets parce que même pas chantés….
Et un petit décalage entre les textes écrit et chanté ….
Question de période….
Bof, même pas grave…. Mais toujours présentes, mes petites rimes parfaites dans lesquelles je me complais….

Pour l’écoute de la chanson, cliquez sur le lien ci-après :

 (Je conseille toujours d’écouter la chanson avant, et de lire les paroles après, ou alors de lire simultanément à l’écoute…..
Parfois vous trouverez quelques différences entre la version écrite et la version chantée…. C’est normal, une chanson c’est vivant et il arrive que l’auteur, votre serviteur, change un mot, une rime, ou deux, au gré de son humeur….)

LE GRAND AMOUR

Refrain
Ne le croyez pas éphémère
L’amour n’est pas une chimère
Le grand amour est sans pardon
Il prend les cœurs à l’abandon.

C’est pas amours à la légère
Petites amours passagères
Pas amours d’une nuit un jour
Rimant jamais avec toujours
C’est pas amours de bagatelle
Juste pour froisser vos dentelles
C’est pas amours de gigolo
Qui vous laissent le cœur dans l’eau

Ne le croyez pas éphémère
L’amour n’est pas une chimère
Le grand amour est sans pardon
Il prend les cœurs à l’abandon

C’est pas amours de circonstance
Juste pour tenir la distance
Pas amours de porte-monnai’
Pour s’enrichir ou se ruiner
C’est pas amours de ménagère
Sentant la soupe potagère
Pas amours de petit bourgeois
Comptant ses peines et ses joi’s.

Ne le croyez pas éphémère
L’amour n’est pas une chimère
Le grand amour est sans pardon
Il prend les cœurs à l’abandon

S’il ne frappe pas à ta porte
Patiente un peu le temps qu’importe
Persiste donc à naviguer
Mais garde le cœur aux aguets
Le grand amour quand il arrive
Coupe les ponts quitte la rive
Hisse la voile et suit le vent
Plus rien ne sera comme avant.

Ne le croyez pas éphémère
L’amour n’est pas une chimère
Le grand amour est sans pardon
Il prend les cœurs à l’abandon

Paroles &Musique Claudio Boaretto

Publié dans 08 Chansons du coyote | 5 Commentaires »

ENVIE DE VIVRE

Posté par Claudio Boaretto le 25 avril 2011

Alors que l’on me classe plutôt « chanson française », pour faire mentir un peu les étiquettes dont on affuble facilement et systématiquement les auteurs, les compositeurs ou les interprètes, un jour m’est venu à l’idée d’écrire un blues….
Trop facile de ranger tout un chacun dans un tiroir….
Un blues, à l’origine, une fois que l’on a bien pris le tempo, on improvise les paroles sur le rythme…. Évidemment, le résultat, au point de vue du texte, laisse souvent à désirer….
Ma gageure fut de ne pas improviser, mais, tout au contraire, d’écrire un blues en ce que j’appelle des rimes parfaites, c’est à dire où la syllabe entière rime, contrairement aux assonances…. Cette chanson n’est pas non plus écrite rigoureusement selon les règles de la versification classique, j’ai un petit hiatus qui traîne dans le refrain et quelques e muets que j’ai élidé de manière non conventionnelle….  Mais la rime parfaite avec les mots simples de tous les jours, c’est mon régal….

 

Image de prévisualisation YouTube

 

ENVIE DE VIVRE

 refrain
J’aurais toujours envi’ de vivre
D’être un peu fou d’être un peu ivre
Le long des heures des années
De ma furtive destinée
Sans trop chercher à bien comprendre
Ce qu’il faut laisser ou faut prendre
J’aurais toujours envi’ de vivre
D’être un peu fou d’être un peu ivre

I

Avant que ma vieille carcasse
Un jour ne se pli’ ne se casse
Tant que je ne serai pas mort
Qu’entre mes dents grince le mors
Tant que j’aurai toujours la veine
Que le sang coule dans mes veines
Que la moelle soit dans mes os
Que je reste en un seul morceau

au refrain

II

Malgré les coups de pieds en vache
Les coups de trique et de cravache
Mais sans jamais baisser le front
Malgré la peur et les affronts
Malgré cette maigre récolte
Qu’est le dégoût qu’est la révolte
Quand on s’embarque à son destin
Comme un passager clandestin

fouet.jpg

III

Malgré ces soirs d’incertitude
Peuplés d’ennuis de lassitudes
Les matins de crève la faim
Les jours sans but les jours sans fin
Malgré cette brève existence
Dont on connaît pas la distance
Malgré le temps ce charognard
Ses coups de ride et de poignard

 Refrain
J’aurais toujours envi’ de vivre
D’être un peu fou d’être un peu ivre
Le long des heures des années
De ma furtive destinée
Sans trop chercher à bien comprendre
Ce qu’il faut laisser ou faut prendre
J’aurais toujours envi’ de vivre
D’être un peu fou d’être un peu ivre

Paroles & Musique Claudio Boaretto

Publié dans 08 Chansons du coyote | 2 Commentaires »

ET LES AMOURS S’ETEIGNENT

Posté par Claudio Boaretto le 10 avril 2011

Une chanson dont la musique fut écrite par Marc Vincent,
auteur-compositeur-interprète….
Nous nous connûmes lorsque nous fûmes les sages élèves du petit conservatoire de Mireille, il y a, il y a, fichtre, déjà plusieurs décennies….
Cette chanson figure sur un des CD de Marc  intitulé « Vingt ans déjà » …..

marcvincent.jpg

 

Pour l’écoute de la chanson, cliquez sur le lien ci-après :

 (Je conseille toujours d’écouter la chanson avant, et de lire les paroles après, ou alors de lire simultanément à l’écoute…..)

 

ET LES AMOURS S’ÉTEIGNENT

Et les amours s’éteignent,
Et les soleils se passent,
Et se passent les règnes,
Et les reines se lassent.

Et tous les rois se meurent,
Et les empir’s trépassent,
Et trépassent les heures,
Et les bonheurs s’effacent.

Dam, didoudam,
Didam, didoudam,
Dadi, doudam,
Dadidoudam,
Dadidoudam.

À des dieux de décadence,
Des diables d’indifférence,
Je m’en vais livrer bataille.

Paroles de Claudio BOARETTO,
musique de Marc VINCENT

Publié dans 08 Chansons du coyote | 1 Commentaire »

123456
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance