RESTAURATION D’ANTIQUES FOTO DE FAMILLE

Posté par Claudio Boaretto le 21 janvier 2024

Cet article dédié particulièrement et diffusé à la « Famegia Francese », la Famille Française, offre un regard nostalgique sur des photos d’antan, un véritable voyage dans le temps …

Récemment, Daniel, mon cousin germain le plus proche, (nous comptons le même âge à quelques mois près) m’envoyait d’anciennes photos en noir et blanc, dont certaines provenaient de nos autres cousines germaines.
Je restaurais et colorisais ces clichés dans les limites de mes modestes compétences…

Les foto concernent principalement notre « Nono » et notre « Nona » de la branche paternelle Boaretto, nos grands-parents, ainsi que les arrière-arrière-grands-parents de nos petits-enfants et les ancêtres de la dernière génération familiale…

La première foto originale met en scène Boaretto Antonio (Arcole 1886 – Montréal 1955) et Silvia Boaretto, née Brun (Arcole 1889 – Bayeux 1958)…

1 LesAncêtres

Foto restaurée et colorisée dans la mesure du possible…

2 ext-St-Just  LesAncêtres-Modifier-Modifier-Modifier

Il y a quelques années au Canada, les autorités municipales de Montréal décidèrent de recouvrir une partie du cimetière où reposait Antonio Boaretto.

En octobre de l’année dernière, 2023, Florence, ma fille, en accord avec Delphine, la fille de Daniel, prenaient l’initiative d’ériger une plaque commémorative en souvenir de leur arrière-grand-père et de l’apposer sur le monument funéraire familial au cimetière de Bayeux, dans le Calvados.
Cette foto servit à l’élaboration de ladite plaque…

3 IMG-20231108-WA0001-Modifier

Foto de groupe de juin 1940… Nous y retrouvons mes grands-parents ainsi que mes oncles et tantes et mes cousines germaines encore enfants, Eliane et Laurette…
Daniel et moi n’étions pas nés encore…

3 IMG-20240120-WA0000

Trop de bruit numérique et d’artefacts dans cette foto pour la restaurer convenablement… Ou alors, il faudrait prendre les personnages un par un, les agrandir et les restaurer presque pixel par pixel, un travail de plusieurs jours pour un résultat non garanti surtout sur du jpeg, le jeu n’en valait pas la chandelle…
Je la restaurais donc à l’emporte-pièce…

4 IMG-20240120-WA0000-Modifier-Modifier

Antonio et Silvia…

5 IMG-20240120-WA0001

Difficile aussi à restaurer avec cette mauvaise lumière venant de la droite…

6 IMG-20240120-WA0001-Modifier

Les grands-parents dans leur salon au Canada…

7 nono nona 2

Résultat déjà plus satisfaisant…

8 2 nono nona 2-Modifier-Modifier

Le « Nono » avec son cigare…

9 IMG-20240119-WA0002

En couleur…

10 IMG-20240119-WA0002-Modifier-Modifier

Portrait par un professionnel d’Antonio. Le haut du crâne se confond dans l’arrière-plan…
Perso, j’aurais bien détaché le sujet de l’arrière-plan…

 11 nono2

Après restauration, l’expression de mon grand-père demeure bien présente…

12 3 nono2-Modifier-Modifier

La « Nona » devant le four…

13 IMG-20240119-WA0001

Je modifiais le cadrage pour améliorer la composition…

14 5 IMG-20240119-WA0001-Modifier

La « Nona » avec quelques décennies de moins…

15 IMG-20240120-WA0002

Résultat satisfaisant…

16 bis IMG-20240120-WA0002-Modifier

Très intéressante cette foto…

 17 IMG-20240120-WA0003

Après restauration, nous retrouvons une certaine fraicheur pour ne pas dire jeunesse…

18 ter IMG-20240120-WA0003-Modifier

J’adore cette foto du « Nono » avec sa fameuse moustache en guidon de vélo…

19 IMG-20240120-WA0004

Nous retrouvons également chez le grand-père une jeunesse telle que nous ne l’avons jamais connue, nous ses descendants…

21 bis IMG-20240120-WA0004-Modifier

Je recevais également deux foto de ma mère, mon frère ainé et moi-même en 1948, dont la premiere ci-dessous que je possédais déjà…
Beaucoup de travail pour restaurer…

21 facebook_1673902567283_7020856233569519491

Mais le résultat nous récompense…

23 bis1 1 Renato Mamma Claudio-Modifier-Modifier

Enfin les mêmes un an plus tard, en 1949…

23 IMG-20240120-WA0006

Les enfants changent vite à cet âge mais leurs traits particuliers déjà les identifient…

25 bis IMG-20240120-WA0006-Modifier-Modifier

Restauration d’un retour en arrière que je partage avec la famille…

Claudio Boaretto

Publié dans 11 La famille du Coyote | 10 Commentaires »

RENATO BOARETTO, UN ARTISTE EXTRAORDINAIRE

Posté par Claudio Boaretto le 3 novembre 2020

Mon grand-frère, Renato, s’est éteint dimanche 1er novembre suite à une longue maladie…

0 Renato DSC_0557

Pour lui rendre hommage et afin de rappeler à tous ceux qui suivent le blog quel artiste fantastique était mon frère, je poste un article que j’avais publié il y a 6 ans, le 20 juin 2014 …

 

L’ATELIER DU MAITRE D’ART, RENATO BOARETTO, né à VENISE

Renato Boaretto, créateur d’automates né à Venise en 1942, fut élevé au titre de « Maître d’Art » en 1995 par le ministre de la Culture….

01

 Renato est un artisan d’art reconnu et sollicité aussi bien par des collectionneurs privés d’automates que par les conservateurs et les scénographes…. Ses domaines d’activité sont extrêmement variés : restauration ou restitution de pièces rares du 18e siècle, création de scènes en mouvement pour des musées et les parcs d’attraction, réalisation d’objets précieux animés en joaillerie, collaboration avec des scénographes et des artistes contemporains (notamment, l’art cinétique), etc…

Voici un petit échantillon de ses œuvres, la marquise…
(reprise des foto d’un catalogue d’automates)

02

et l’artiste peintre….

 03

Ou ce chouan grandeur nature qui vous attend à l’entrée du musée des automates à La Rochelle….

04

Renato, bien que maitre d’art, n’en reste pas moins mon frère aîné, et, de ce fait, le tonton de ma fille Florence…. Nous profitons de notre passage à Paris en ce mois de juin 2014 pour le saluer et visiter son atelier…

Il faut savoir que, quand Renato conçoit, crée et réalise un automate, il fait tout, manuellement, du début jusqu’à la fin….
Alors il devient tout à tour inventeur, concepteur, mécanicien, électricien parfois, sculpteur, dessinateur, peintre, couturier, coiffeur, bijoutier, etc.…

La première chose qui m’a frappé en pénétrant dans l’atelier de cet «artiste», c’est l’impression de me trouver dans une mini-usine !…

05

(Je présente toutes mes excuses au préalable pour la qualité médiocre des « foto » car n’ayant pas mes appareils, j’avais tout «fotografié» avec mon petit «telefonino» de l’époque, bien moins performant que les smartphones d’aujourd’hui)….

Je lui demandais donc de passer en revue tous ces outils, domaine mystérieux pour moi, affublé de deux mains gauches totalement inaptes au travail manuel…

Premier instrument barbare, la scie à chantourner avec soufflerie servant à faire des découpes précises et délicates…

06

Le pantographe pour découper le métal ou le bois à une échelle différente que le modèle…

07

La fraiseuse…
Alors là, j’ai compris que la fraiseuse ne sert pas à récolter les fraises !…
C’est une machine-outil utilisée pour usiner tous types de pièces mécaniques…

08

Le tour à métaux…. Bon, je sais, c’est aussi une machine-outil…

09

D’ailleurs, il doit bien s’en servir car il a un second tour (dans son sac)…

10

La scie à coupe d’onglets…

11

Une perceuse légère…

12

Une perceuse à colonne…

13

Une deuxième perceuse à colonne, pas la même distance, pas la même puissance….

14

Un étau ancien, très beau…

15

Un autre étau, normal, plus «petit mais costaud»…

16

Une scie circulaire pour les pièces métalliques…

17

Les meules…

18

19

La scie à ruban… 

20

Les machines à main, autres ponceuses, perceuses, visseuses, etc…

21

Marteaux, tenailles, pinces ou tournevis, l’embarras du choix !…

22

Inévitablement, les clous, chevilles, goupilles, cavaliers, poulies, etc

23

Une bigorne…

23b

Anachronique, mais s’intégrant dans le contexte, les yeux des automates…

24

L’occasion pour Hugo de nous faire un personnage de dessin animé, trop drôle…

25

Des mains, des têtes, moulées ou sculptées par Renato…

25a

Les perruques pour les coiffer…

25b

Les bobines de fil car il se doit aussi d’être couturier….

26

Les tissus pour coudre les costumes des automates….

27

Réserve de perles…

28

De petits bijoux à l’échelle des automates, fabriqués toujours par Renato, et qui seront plaqués or…

29

Les palettes de l’artiste….

30

Les pinceaux, les couteaux…

31

Les boites à musiques…

32

À l’ancienne….

33

Les clefs pour remonter les mécanismes….

33b

Je vais m’arrêter là car il faudrait plusieurs «Prévert» pour faire l’inventaire exhaustif de cet atelier…

On trouve des trucs inattendus chez le grand frère, comme cet «Automate de gare» en restauration….

33c

On mettait une pièce dans le « bastringue », ça faisait de la musique et les musiciens se bougeaient dans le rythme…

33d

Maintenant nous rencontrons, ici et là, quelques automates inachevés ou en construction…

34

35

36

Celui-ci fut exposé tel quel, pour montrer le système des mécanismes au public…

37

J’avais oublié !… La signature du créateur d’automate se trouve en général sur la clef servant à remonter le mécanisme… Voici la clef de signature de Renato Boaretto, avec ses initiales…

38

Comme on peut le voir sur cet automate où il devait représenter son métier sur un mannequin…. Mannequin qui fut exposé à Chicago pour l’exposition des Grands Ateliers de France…

39

Toujours dans cet atelier, l’automate «Équilibriste à l’ombrelle»…

40

Automate à cinq mouvements… Elle se tient en équilibre sur une main….

41

L’autre main s’écarte et la voici à l’horizontale…

42

Elle se redresse encore… 

43

Pour se retrouver à la verticale en tournant sur elle-même….

44

Elle tourne dans le vide quelques instants et réalise ensuite quelques exercices avec ses jambes…

45

Elle entame sa descente…

46

Passe en dessous de l’horizontale…

47

Pour rejoindre sa position initiale…

48

En retournant sur elle-même…

49

Et voilà, le cycle est terminé, magnifique !…

50

Allez, juste pour le plaisir, un dernier automate…. L’illusionniste à l’éventail…

51

Automate électrique à 6 mouvements…. Il cache sa tête derrière l’éventail…

52

Quand il retire l’éventail, la tête a disparu….

53

Commence alors à s’ouvrir lentement la boite magique à notre droite….

54

Où apparait la tête de l’illusionniste….

55

La boite se referme, l’éventail revient en place…

56

L’illusionniste écarte une nouvelle fois l’éventail…

57

Et sa tête est revenue…

58

Le scénario continue, il se cache une nouvelle fois le visage…

59

La tête disparait à nouveau et le bras droit de l’automate se lève….

60

Ainsi que le couvercle de la sphère….

61

D’où ressort la tête de l’illusionniste….

62

Ensuite, l’éventail revient, la sphère se referme, l’éventail s’écarte à nouveau pour que la tête revienne à sa bonne place….

63

Et l’automate nous désigne la montre qui apparait au-dessus de sa tête…. Car cet automate est un automate de vitrine conçu pour un grand horloger-joaillier suisse…. Le moteur est électrique et se déclenche avec une télécommande car l’automate était installé à l’intérieur d’un vitrage blindé….

64

L’illusionniste a achevé son cycle… Il a fallu 500 heures de travail à Renato pour réaliser cet automate… coût : 30 500€…

65

Je terminerai ce reportage en vous parlant d’un autre chef-d’œuvre de mon maitre d’art de frère ; le lion de Léonard de Vinci dont Renato a fait la réplique pour le musée Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise.….

Selon les témoignages de l’époque, le lion automate conçu par de Vinci fut présenté en 1515 à François 1er par les marchands et les banquiers de Florence installés à Lyon, pour célébrer une alliance entre la France et la cité toscane, qui avait le lion pour symbole. Grâce à un mécanisme interne, le lion avançait sur plusieurs mètres, puis le poitrail de l’animal mécanique s’ouvrait pour faire apparaître une fleur de lys, symbole de la monarchie française.

C’est exactement ce qu’a reproduit Renato, pour ce faire il a utilisé les plans des mécanismes de l’inventeur florentin…

66 1

Concernant l’apparence du lion, Léonard de Vinci n’avait pas laissé de dessin, Renato Boaretto a dû se fier à une description écrite…

66

Renato Boaretto est aussi médaillé des « Arts Sciences et Lettres » et membre des Grands Ateliers de France –

67

Chapeau l’artiste !…

Claudio Boaretto

Publié dans 11 La famille du Coyote | 50 Commentaires »

À VENISE, PÂQUES EN FAMILLE AUX « VIGNOLE »

Posté par Claudio Boaretto le 22 avril 2019

Dimanche de Pâques, 21 avril 2019…

C’est en famille restreinte que nous allons déjeuner à Pâques dans notre resto préféré sur l’île des « Vignole »…
Quand je dis famille restreinte, j’entends petits-enfants, enfants et nous, sinon avec les cousines et cousins vénitiens directs, nous serions plus d’une bonne vingtaine…

Rendez-vous sur l’île de la « Certosa », voici la petite famille sur leur petit bateau que nous appelons la « mobylette » de la lagune…

1 2019-04-21 3-PS

Nous montons à bord et en route pour les « Vignole » (c’est l’île juste à côté)…

À l’avant, les petits-enfants…

2 2019-04-21 4

Attention, virement de casquette à bord…

3 2019-04-21 14

Au centre, notre artiste de gendre…

4 2019-04-21 11

À l’arrière, les femmes en pleine forme…

5 2019-04-21 9

À l’avant, la figure de proue surveille la route…

6 2019-04-21 22

Et nous voici devant le ponton de débarquement de notre restaurant préféré de la lagune…

Ce resto ouvre le jour Pâques et ferme fin septembre…
Il est beaucoup plus facile d’y accéder en bateau perso qu’avec les bateaux des transports publics… De chez nous, il faut changer deux fois de vaporetto et le dernier ne fait le trajet qu’une fois par heure…

7 2019-04-21 29

Une fois débarqués, la « Trattoria alle Vignole » nous ouvre les bras…
(Fermé le lundi, sauf le lundi de Pâques)…

8 2019-04-21 33

Il est midi, le resto est déjà à moitié plein sachant que la plupart des gens arrivent entre 13 et 14 heures…
Aujourd’hui pas de touristes ici, population exclusivement vénitienne…

9 2019-04-21 47-PS

Quasiment toutes les tables sont « Riservato »…

La nôtre aussi, évidemment…

10 2019-04-21 34

L’entrée du bar, resto, cuisine, enfin l’endroit où l’on commande le boire et le manger…

11 2019-04-21 43

Focus sur les glycines…

12 2019-04-21 81

13 2019-04-21 75

À l’intérieur c’est Flo qui commande les différents mets qui constitueront notre pascal repas…

14 2019-04-21 49

Tous les plats sont à la vue, on voit ce que l’on va manger et l’on choisit…
Et TOUT EST BON !!!…

15 2019-04-21 50

Les prix sont affichés, pas de mystère…

16 2019-04-21 51

Que des choses de la mer et de la lagune que nous adorons et tout est FRAIS…

Les brochettes de « Mazzancolle » (grosses crevettes)…

17 2019-04-21 53

Les différents poissons…

18 2019-04-21 56

Difficile pour le « fotograf » car tout est sous vitrine, alors bonjour les reflets…

19 2019-04-21 58

Les seiches grillées, un vrai délice…

20 2019-04-21 59

À gauche, les « Folpetti » petites poulpes qui ne grandissent pas autant que les pieuvres, elles n’ont d’ailleurs qu’une seule rangée de ventouses sur les tentacules…

À droite, les seiches cuites dans leur encre noire…

21 2019-04-21 63

Encore les « Folpetti in umido », c’est à dire cuits avec une sauce tomate piquante, un délice, j’en prends à chaque fois…

22 2019-04-21 64

Pour ceux qui sont légumes et verdure, pas de problème non plus, double rangée de plats…

 23 2019-04-21 62

Ne pas oublier crevettes à gauche, sardines à droite, marinées dans l’oignon, plat typiquement vénitien…

 24 2019-04-21 65

Hugo a piqué mon appareil foto pour shooter sa femme revenant avec son deuxième spritz…

Heu, foto prise de travers, pour être plus créatif, moi je veux bien, mais bon…

25 2019-04-21 68-2

Une première partie de mes « antipasti » (entrées) Saint Jacques, « Folpetti in umido » et polenta…

26 2019-04-21 42

Ma douce au soleil…
Toujours un plaisir que de déjeuner en extérieur…

28 2019-04-21 125

Hugo a encore piqué mon appareil…

Du coup, on me voit, mais la mise au point est faite sur Flo, donc je ne suis pas net, heu, seulement sur la « foto »…

29 2019-04-21 131

Nous avons mangé de tout, sans oublier les « spaghetti alla marina » et le « risotto scampi e castraure » (risotto aux langoustines et petits artichauts)…

Nous voilà déjà au dessert : « caffè e Sgropino »…

Ah le Sgropino !… Cocktail de glace au citron (glace, pas sorbet) mélangée avec du prosecco et de la vodka…

30 2019-04-21 83

Tous ensemble, tous ensemble…
Sauf moi bien sûr derrière l’objectif…

31 2019-04-21 89

Après ce délicieux et pantagruélique repas, nous sommes retournés sur l’île de la « Certosa », vérifier si tout allait bien sur le bateau de nos amis français, Arnaud et Gabrielle…

 32 2019-04-21 133

Il faut bien surveiller le bateau des copains…

33 2019-04-21 138

Apparemment tout va bien à bord…

34 2019-04-21 146

Je termine cette sortie pascale par l’horizon panoramique privilégié qui s’offre à nous…

À droite en jaune, le « Jack-up du MoSe » amarré devant « l’Arsenale »…
Au centre, derrière « l’Arsenale » le campanile de « San Francesco delle Vigne »…
Au gauche, la basilique et le campanile de « San Piero de Casteo »…
Encore à gauche, la grande maison à façade blanche : la maison natale de feu ma maman…

35 2019-04-21 148-Panorama

Des lieux remplis de l’histoire de nos anciens…

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements, 04 Venise : vie quotidienne, 11 La famille du Coyote | 33 Commentaires »

NICOLAJ, DYNASTIE NAUTIQUE

Posté par Claudio Boaretto le 24 mars 2019

Suite à des contraintes techniques, mise à jour de l’article  « NICOLAJ, DYNASTIE NAUTIQUE », article publié 23  janvier 2011 sur ce blog…à l’époque je ne connaissais rien à l’art de la « fotografie »

Ça commence par l’histoire de mon aïeul,  GIOVANNI NICOLAJ, le Grand-père de mon grand-père maternel, ma mère, LINDA, étant une NICOLAJ, née à l’extrême Est de Venise, à San Pietro, San Piero de Casteo en vénitien, là où fut érigée la première basilique de la Sérénissime, bien avant celle de San Marco

3 nicolaj Giovanni
Portrait de Giovanni NICOLAJ

En 1856, mon aïeul, GIOVANNI NICOLAI, commandant la frégate royale « BEROLDO » fut décoré de la médaille d’or par la marine française pour l’héroïque courage dont il fit preuve au cours d’une des batailles navales conduite pour la guerre de libération de l’Italie….
(Le patronyme des NICOLAI fut transformé par erreur à l’époque par un employé de l’état civil prenant le « i » final pour un « J » changeant ainsi le nom de la lignée maternelle de mes ascendants, quoiqu’il en soit le nom ne se prononce pas « nicolage » mais bien « nicolàï » avec accent tonique sur le A )…  

6 nicolaj frégate royale
Frégate Royale « BEROLDO » de 48 canons, construite en 1827

GIOVANNI faisait partie d’une famille originaire des Îles de la MADDELENA, archipel situé au Nord-est de la SARDAIGNE, près de la CORSE….

5 sardagna 1 moif
Archipel de la MADDELENA, Nord-est de la Sardaigne

Immédiatement après cette période de guerre et de reconnaissance militaire, il se transféra à Venise dans le fameux et laborieux ARSENALE DI VENEZIA.


1 arsenale 2
{L’arsenal de Venise construit en 1104, chantier naval qui a joué un rôle déterminant dans la construction de l’empire vénitien. Ceint par 3 km de murailles crènelées de brique rouge, il emploiera jusqu’à 16 000 personnes à son apogée.}

À l’ARSENAL, grâce à ses compétences et son expérience, il obtint la direction du département des « CALDAIE NAVALI » les chaudières navales….
Fin des années 1800 voit la naissance de son fils NATALE (frère de GIORGIO, le père de mon grand-père)
NATALE NICOLAJ deviendra à son tour le directeur technique du département des voiles de l’Arsenal.

Toutefois, en 1917, l’Arsenal de Venise est fermé et toutes les unités sont transférées aux chantiers navals de LA SPEZIA….
Mais NATALE ne veut pas quitter Venise. Il embauche la totalité des ouvriers du département des voiles de l’Arsenal et crée la société qui deviendra à Venise la fameuse « VELERIA NICOLAJ » fabrication de voiles….

Avec la naissance de son fils ULDERICO en 1923, la société est transformée en « N.NICOLAJ & FIGLIO » et s’agrandit en produisant des voiles, des toiles et des tentures pour le monde maritime, des drapeaux et des pavillons pour toutes les marines, ainsi que vestes, cirés et toutes sortes de bouées de sauvetage…. La société arrive à compter 107 ouvriers qualifiés et 3 laboratoires de productions….

En 1923, avec l’acquisition du PALAZZO PISANI de SANTA MARINA, tout près de l’hôpital civil de Venise à SAN GIOVANNI E PAOLO, ils y concentrent toute la production….

4 palazzo nicolaj
Palazzo Pisani Nicolaj di Santa Marina

Déjà en 1937, fait remarquable, on trouve la trace de la première homologation officielle du gilet de sauvetage. Il s’agissait d’une espèce de cylindre de toile robuste avec une ouverture pour les bras où étaient introduits quatre gros pains de chêne-liège…. Les NICOLAJ ont inventé le gilet de sauvetage individuel !….

Aujourd’hui son fils Gianni NICOLAJ continue la tradition nautique et l’on peut tout trouver en accastillage dans sa boutique nautique toujours situé au situé rez-de-chaussée du PALAZZO PISANI…. J’y ai moi-même fait l’acquisition du matériel indispensable et obligatoire à bord…

Je croise de temps à autres, ce petit cousin au 3 degré, au chantier naval du Lido où nous avons chacun notre bateau…. Seulement que son bateau, c’est carrément un petit navire, tandis que le mien, comparé au sien, fait figure de frêle esquif….
C’était en quelques lignes l’histoire d’une des lignées des NICOLAJ de Venise….
Il en est d’autres histoires de mes ascendants que me racontait ma mère, comme ce boulanger de Castello qui fit faillite ne faisant pas payer le pain à la moitié de ses clients en ces temps de pauvreté et de disette….
Et cet autre patron de l’entreprise pour planter les « bricole » ou « duc d’albe » dans la lagune et qui mourut d’un petit panaris au pouce, etc.….

Chaque famille à son content d’histoires….

Mise à part cela, certains me disent que j’aurais un petit air de famille avec mon aïeul Giovanni…

2 cinq-1

Sans blague, vous trouvez ?…

Claudio Boaretto

Publié dans 11 La famille du Coyote | 10 Commentaires »

NOTRE FAMILLE VÉNITIENNE À PÂQUES

Posté par Claudio Boaretto le 20 avril 2017

Ce billet illustré intéressera plus particulièrement les membres de notre famille et les amis proches…

Pâques, comme Noël, est une fête où la famille se rassemble, réminiscence de notre éducation judéo-chrétienne, même si certains d’entre nous, dont votre serviteur, ne croient plus depuis longtemps à ces billevesées religieuses…

Mais gardons de ces traditions le prétexte du bonheur de se réunir…

Cette année, le repas pascal se déroule au « Ristorante al Storico Crea » …

Ce restaurant est situé au beau milieu d’un chantier naval sur l’île de la « Giudecca », en quelque sorte le 7ème « sestiere » de Venise…

La flèche rouge désigne l’emplacement du restaurant…

00

Pour le rejoindre, quand on vient en « vaporetto », il faut débarquer sur la rive nord de l’île et suivre le quai…

00-2017-04-16-001-

Jusqu’au « Sotoportego » où une ancienne gondole monte la garde devant une première enseigne du restaurant…

01-2017-04-16-007-

Une fois franchi ce « Sotoportego », il faut traverser tout le chantier naval pour atteindre le restaurant sis sur la rive sud de l’île…

Mettons les choses au point, en France, quand nous parlons de « chantier naval » on pense immédiatement aux immenses chantiers comme Saint Nazaire où l’on construit les grands paquebots…
Ce n’est pas le cas à Venise…

Un chantier naval ici, c’est comme un garage d’automobiles, mais pour bateaux…

Donc il y a des grands garages, des petits, des moyens, dans certains on fait l’entretien, dans d’autres on répare, dans d’autres encore on gare les bateaux en particulier pour l’hiver, d’autres plus élaborés fabriquent carrément leurs bateaux, et dans les grands comme celui de la « Giudecca » on fait tout à la fois…

Ce chantier possède aussi en son sein deux « squeri », endroits où l’on construit les gondoles, dont le « squero Crea »…

J’ai publié, en mars 2016, un billet relativement complet sur les « squeri » …
Si vous voulez en savoir plus, c’est là :
LES « SQUERI » DE VENISE, OÙ L’ON CONSTRUIT LES GONDOLES

Continuons notre chemin, nous slalomons entre les bateaux…

02-2017-04-16-016-

Le long des quais, entre les grues…

03-2017-04-16-025-

Des bateaux plus chouettes que d’autres attirent notre attention…
Un vrai plaisir pour un vénitien que de déambuler dans ces espaces marins…

04-2017-04-16-022-

Nous passons devant les « Tese » où les embarcations sont garées à l’intérieur sur 4 niveaux, souvent pour l’hivernage…

04b-2017-04-16-258-HDR

Là, c’est une gondole qui montre le p’tit bout de sa poupe…

05-2017-04-16-019-

Voici enfin le restaurant « Crea » au premier étage de la « Tesa » …

« Crea » est le surnom de Gianfranco Vianello, vainqueur de la « Regata Storica » de « Voga alla Veneta » plusieurs années de suite… Les vainqueurs des régates historiques sont considérés comme des héros à Venise…
Son gendre tient le restaurant tandis que Crea s’occupe du chantier…

Ma cousine Marilena, qui s’est occupé de « l’organisage», nous a réservé la belle terrasse en haut des escaliers…

06-2017-04-16-034-

Où nous attend la table pascale, nous sommes une petite vingtaine…

07-2017-04-16-040-HDR

La vue sur le chantier et sur la lagune sud est superbe…
L’île à droite est « Sacca Sessola », l’île à gauche « San Clemente »

08-2017-04-16-249-

Tout le monde est quasiment présent, mais, comme d’habitude, nous attendons encore Florence, ma fille…
La voici enfin qui arrive à notre tribord sur son petit bateau…

09-2017-04-16-043

Le temps de croiser un bateau de travail…

10-2017-04-16-044

Zoom pour distinguer mes petits enfants à bord…

11-2017-04-16-045

Et voilà, tout le monde est à table…
Coucou, on me regarde pour la « foto » …

12-2017-04-16-054

Comme de coutume, je m’applique à réaliser un petit trombinoscope pour garder le souvenir des présents à ce repas…

Ma cousine germaine, Stefania, qui habite toujours dans l’appartement familial à Castello, là où vécurent mes grand-parents, mes parents pendant la période militaire de la seconde guerre mondiale, où naquit mon frère Renato et où je fus moi-même conçu…

13-2017-04-16-094

Sa sœur jumelle, Marilena…

14-2017-04-16-109

Stefano, son mari mais aussi mon dentiste-orthodontiste que je préfère rencontrer en dehors de son cabinet…

15-2017-04-16-189

Luca, un de leur deux fils, le second, Enrico, révise à la casa, examens en vue…

16-2017-04-16-179

Andrea, le frère de Stefano, prothésiste dentaire, ils font la paire…

17-2017-04-16-074

Cinzia, son épouse…

18-2017-04-16-066

Giulia, leur fille…

19-2017-04-16-071

Lydia, ma troisième cousine germaine…

20-2017-04-16-173

Son mari, Gino…

21-2017-04-16-209

Fulvia, leur fille…

22-2017-04-16-185

Stefano numéro 2, son compagnon…

23-2017-04-16-184

Renato, mon frangin…

24-2017-04-16-089

Mireille, son épouse…

25-2017-04-16-177

Flo, ma fille…

26-2017-04-16-080

Hugo, son mari et notre artiste peintre préféré…

27-2017-04-16-062

Gaetano, mon petit-fils…

28-2017-04-16-123

Charlotte, ma dernière petite fille…

29-2017-04-16-134-HDR

Evelyne, ma tendre et douce…

30-

Une pensée pour nos deux chers anciens qui viennent de nous quitter, la « Mamma » de Stefano et Andrea, et mon « Papà » …

31a-dsc_2939      31b-dsc_0002

Mais profitons de l’instant présent, les plateaux « d’antipasti » arrivant sur la table, chez « Crea » on mange à la vénitienne et c’est fameux, je vous le recommande vivement…

32-LRM_20170416_132330

Pour ne pas trop vous faire saliver, je vous fais grâce des mets délicieux que nous avons dégusté…

Le long du repas, on ne peut se lasser d’admirer notre lagune…

33-2017-04-16-242

Face à nous l’île de « Sacca Sessola », appelée aussi l’île aux Roses…

Depuis 2015 l’île est devenue un grand hôtel de luxe de 250 chambres et suites de la chaîne américaine « JW Marriott » …
Entouré de jardins et d’oliviers de grande valeur environnementale, le complexe est équipé d’un centre de bien être, un spa et des piscines extérieures, intérieures et suspendues, plusieurs restaurants, des bars, un ponton, un « port de plaisance » et un héliport…
Quand Stefano sortira son bateau de l’hivernage, nous irons faire un reportage illustré sur cette île…

Juste devant l’île, une « Vela al terzo », (voile au tiers) s’amuse à tirer des bords…

34-2017-04-16-152-Panorama

Je terminerai ce familial reportage par un gros zoom sur ce joli voilier, symbole de la marine à voile traditionnelle vénitienne…

35-2017-04-16-139

Joyeuses Pâques !…

Claudio Boaretto

Publié dans 04 Venise : vie quotidienne, 11 La famille du Coyote | 25 Commentaires »

12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance