CABANE DE PÊCHEURS III

Posté par Claudio Boaretto le 10 février 2017

Hugo H. récidive…

Il nous livre un troisième tableau sur les cabanes de pêcheurs de la lagune sud…

Qui s’en plaindrait ?…
Surtout pas moi, je les adore ces cabanes, j’en ai « fotografié » deux à trois dizaines lors de mes différentes sorties en bateau…

J’aurais même tendance à l’encourager sur ce thème, ces cabanes étant si insolites et si typiques de notre lagune…
En outre, aucune ne ressemble aux autres, donc il y a matière à peindre et s’exprimer…

 cabane de pecheurs 3 650

Huile sur toile de lin, 30×45 cm… 

Hugo H. s’en explique :

« C’est l’hiver, je travaille sur de petits formats.

Eh oui, troisième peinture à propos d’une de ces cabanes de pêcheurs qu’on trouve sur la lagune de Venise, devant l’île de Pellestrina.
Que dire de plus qu’à propos des deux précédentes ?
J’avais projeté d’en faire encore deux autres, dont
une est déjà bien commencée… 

Mais je vais m’atteler à quelque chose de différent pour l’instant.» …

Deux autres encore, super !…

Nous les attendrons avec impatience…

Avis aux amateurs, il en coutera 390€ au futur acquéreur de cette toile…

Pas cher, mon frère !…

Et continue de nous enchanter, l’artiste…

Claudio Boaretto…

Publié dans Peinture & Dessins | 14 Commentaires »

DEUX NOUVELLES « HUILES » DE HUGO H.

Posté par Claudio Boaretto le 22 janvier 2017

Notre artiste-peintre vénitien devient plus prolifique en cette période hivernale…

Deux nouvelles œuvres, la première, vu son côté maritime, m’interpelle plus que la seconde…

« L’épave du Dunraven » …

Dunraven-650

Huile sur panneau de bois enduit, 30×40 cm…

Vous savez tous maintenant que Hugo est un plongeur passionné et le mixte de ses deux passions, peinture et plongée, nous donne des œuvres « submarines » inhabituelles…

Ce tableau ne déroge pas à la règle…

C’était en Égypte, Hugo H. raconte :

« Lors du briefing avant plongée, je n’étais pas emballé par la description de cette épave de Sharm-El-Sheikh :
un bateau de transport britannique qui s’est éventré sur le récif à la fin du XIXème siècle et qui s’est posé sur le fond à 20 mètres de profondeur, complètement à l’envers… »

Mais parfois on doit réviser ses idées préconçues :

« En fait, j’ai eu la chance d’y rester tout seul un moment pour admirer à loisir cette immense salle sous-marine.
La coque renversée est une voûte de métal et de bois.
On se croirait dans une église, sauf qu’ici le silence est total, on flotte en apesanteur et on regarde vers le haut pour profiter de cette lumière unique qui vient lécher le plafond.
Le temps s’arrête. C’est magique ! »

Et quand Hugo ressent des émotions, privilège de l’artiste, il les traduit sur une toile…

« Évidemment, cette épave méritait bien une œuvre, et la peinture à l’huile était le médium idéal pour rendre en finesse les dégradés des parties éclairées et toutes les nuances des parties sombres.
Donc, voilà ! »

 Avis aux amateurs : 350,00€ cette superbe huile sur panneau de bois enduit…

 

Sur un thème tout à fait différent, mais toujours en lien avec la nature, la seconde œuvre est intitulée « Pivoine »

Pivoine-650

Huile sur carton entoilé, 24x30cm

À la base c’était une étude pour un tableau grand format, comme l’avoue l’artiste :

« Une petite toile d’étude pour une pivoine géante commencée il y a déjà quelque temps… Après avoir effectué celle-ci, l’envie de peindre la grande s’est estompée…
J’aime bien celle-ci, en fait… » …

« Et puis j’ai commencé depuis un très grand format tout en fleurs rouge (patience, c’est très long, les grands formats). » …

Je l’ai vu ce très grand format en cours d’élaboration…
Ce sera encore une toile spectaculaire dont Hugo H. a le secret…

J’espère vous la montrer bientôt, mais comme cette grande pivoine se fait attendre, l’artiste nous livre la petite qu’il abandonnera à ses admirateurs pour la modique somme de 290,00 € …

Quand Hugo nous lâche le prix d’une de ses oeuvres, il compte le coût des matériaux, (supports, couleurs, pinceaux, etc. ) et le temps passé, mais il ne compte jamais la valeur de son talent pictural !…
Dommage…

Alors, profitez-en, faites vous plaisir…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 10 Commentaires »

LA BRUME

Posté par Claudio Boaretto le 11 janvier 2017

Le dernier tableau terminé pour la fin décembre 2016 de notre artiste vénitien préféré, Hugo H. …

brume 650

Intitulée « La Brume », une huile sur carton entoilé de 20×30 centimètres…

Fidèle à nos habitudes, laissons l’artiste s’exprimer :

« Voici une vue hivernale de notre belle cité, Venise, Riva dei Schiavoni.
Un léger manteau de brume s’insinue depuis la lagune sur cette large promenade quasi déserte.
Il engloutit la luminosité, les contours et les couleurs dans un gris froid qui nous donne des frissons. »

je relève une petite anomalie dans ce commentaire, l’artiste a confondu la « Riva dei Schiavoni » avec la « Riva dei Sette Martiri » …
Pas étonnant avec ce brouillard, ce qui n’a que guère d’importance car le long de la lagune, l’une est le prolongement de l’autre et sont en tous points semblables…

Si je suis aussi précis, c’est parce que cette œuvre a été inspirée d’une de mes récentes « foto » que vous trouverez sur ce blog à ce lien :

VENISE À MARÉE BASSE ET DANS LE BROUILLARD

Je ne résiste pas au plaisir de la publier à nouveau…

16-2016-12-10-181-

La différence est que sur la « foto » nous voyons simplement l’œil du « fotograf », alors que sur la peinture nous découvrons l’émotion et la sensibilité ressenties par l’artiste-peintre…

Je vous avouerai que je suis content et presque fier (mais modeste quand-même) d’avoir pu inspirer cette belle œuvre picturale…
Cela ne fait qu’encourager le petit « fotograf » amateur que je suis de continuer à shooter derrière son objectif…

Pour les amateurs des peintures à l’huile de Hugo H., je vous informe que ce tableau a déjà trouvé acquéreur et fait partie désormais d’une collection privée en France…
Encore Bravo Hugo pour cet indéniable talent…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 14 Commentaires »

LE CRABE

Posté par Claudio Boaretto le 15 novembre 2016

Hugo H. vient de nous peindre une toile grand format qui « pète à la gueule » ! …
Impossible de rester indifférent devant cette œuvre…

Hugo, présente nous ce tableau :

« Voici Grapsus Grapsus, joliment nommé Sally-Pied-Léger par nos amis anglophones…
Un crabe d’Amérique que John Steinbeck décrit dans son récit de voyage naturaliste en Mer de Cortez, que j’ai lu avant de m’y rendre moi-même…
Mais je n’ai malheureusement pas rencontré personnellement cet animal si merveilleusement coloré. »

lecrabe 650

Un thème récurrent dans tes œuvres, Hugo : le côté protection environnementale, de la nature, des océans et de la vie animale…

Un discours, auquel je souscris pleinement :

« Celui peint ici habite aux îles Galápagos. Archipel symbolique de la protection des milieux naturels si difficile à prendre en compte et si peu souvent concrétisée…
L’humanité constate sans réagir la sixième extinction de masse de notre planète, alors qu’elle en est l’origine…
Bref, voilà pour expliquer le choix du sujet. »

C’était pour la philosophie de l’œuvre,
Que nous raconte-tu quant aux motivations picturales ? …

 « Graphiquement, il y a plusieurs motivations :

• la couleur bien-sûr, en travaillant sur la saturation pour avoir une toile “qui réveille”, chaude et colorée,

• l’envie de peindre en grand un animal tout petit pour voir l’effet du face-à-face,

• A cette échelle, la bête ressemble à un char ou à un de ces robots des bandes dessinées futuristes japonaises…
Une belle grosse carrosserie toute lisse…
d’où l’idée de souligner les contours aux traits noirs…
ce qui détache aussi les divers éléments.

Ce crabe, bien qu’énorme reste en position défensive, comme un boxeur tenant sa garde, caché derrière une grosse pince aux faux-airs de couteau suisse qui tient le centre du format… »

Juste pour se rendre compte des dimensions de la toile, la voici avec Hugo devant !…

Impressionnant, non ?…

lecrabe hugo 650

« Voilà une œuvre qui meuble ! Je l’ai peinte directement sur la toile, procédé que je trouve impeccable pour travailler et qui facilite son transport (car pas encore tendu sur un châssis). Si quelqu’un est intéressé… Sinon, je l’installe dans ma salle de bains !

“Le crabe” – Huile sur toile de lin – 100x150cm – 1450€ »

À ce prix-là je trouve que l’œuvre est bradée, notre artiste-peintre préféré se sous-estime, personnellement je l’aurais vendue au moins le double…
D’ailleurs, sitôt peinte, cette toile est déjà réservée…

Tant pis pour ta salle de bains, Hugo…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 15 Commentaires »

L’AIGRETTE ET LA MOUETTE

Posté par Claudio Boaretto le 12 novembre 2016

Pour ce tableau, nous restons dans le cadre maritime, au cœur de la lagune vénitienne, avec une huile sur toile d’un mètre sur un mètre intitulée « L’aigrette et la mouette » …

aigrettesurscène 650

Comme à chaque publication, la parole est à l’artiste-peintre pour expliquer la génèse du tableau…

« Dans la série des cabanes de pêcheurs de Pellestrina, au sud de la lagune de Venise, voici un modèle un peu atypique, qui glisse du pittoresque vers quelque chose de plus contemporain…

Je rappelle que ces cabanes ne sont pas des habitations, même momentanées, et qu’elles servent plutôt, dans l’idée, en temps qu’atelier/espace de stockage pour les pêcheurs locaux. Avec le temps, elles deviennent de plus en plus en ruine, et de plus en plus bordéliques…

Voici l’évolution extrême du processus, juste avant que cela commence à tomber en morceaux, donc dans l’eau…
Ainsi, vous comprenez le symbole environnemental que cela représente : nous croulons tous sous les déchets… »

Du « pittoresque contemporain », Hugo H. a trouvé la bonne formule !…

Ne croyez pas que cette cabane soit inventée et sorte de l’imagination de l’artiste, comme d’autres, elle existe réellement au beau milieu de la lagune sud comme en témoigne cette « foto » prise pas exactement sous le même angle et avec une autre luminosité…

aigrette reel 650

Mais je dois avouer que c’est la plus « bordélique », en général elles sont comme ça :

ai DSC_0230

 

ai DSC_0215

Mais revenons à l’œuvre de Hugo H. et à la composition de l’œuvre…

« Pour rendre la scène quand même vivante, j’ai ajouté deux oiseaux (un peu à la manière de la peinture japonaise qui ne présente pas un paysage sans animal).
Et pour que ce soit théâtral, j’ai imaginé que ce tas de bazar soit une scène pour l’aigrette blanche. Elle est en répétition, sous l’œil de son metteur en scène (la mouette). »

Chouette la scène de l’aigrette et de la mouette…

Après la composition de l’œuvre, l’artiste explique sa réalisation…

« Très peu de couleur(s) ici.
La lagune est d’un bleu très lumineux, comme le ciel. Les deux se fondent d’ailleurs l’un dans l’autre en un arrière-plan homogène. Un peu d’ocre jaune et rouge et c’est tout…
À part deux couleurs discordantes, pas naturelles, apportées par notre fatras et qui ponctuent la toile en taches étranges : ce bleu outre-mer intense qui fait penser à celui utilisé pour tellement d’objets plastiques usuels et un vert qu’on pourrait nommer émeraude…
deux couleurs que l’on trouve couramment sous la mer mais très peu dans un paysage terrestre. »

Rien à ajouter à cette œuvre convaincante ayant pour cadre notre merveilleuse lagune…

Et puis cette histoire de l’aigrette et de la mouette, (qui me ferait penser au titre d’une fable de La Fontaine) n’est pas trop éloignée de la réalité, la preuve, regardez bien mes « foto », la mouette est déjà là qui attend l’aigrette…

aigrette mouette reel 650

Ah, ces artistes, faut toujours qu’elles se fassent attendre…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 16 Commentaires »

123456...15
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance