• Accueil
  • > Venise : musées & expos & monuments

LE PAVILLON NATIONAL DES SEYCHELLES À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 7 octobre 2017

Dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain de Venise, lorsque l’on dit « Pavillon », le mot est générique…

On devrait le remplacer par « Exposition », car si certains pavillons sont réels, comme aux « Giardini », beaucoup d’autres nations exposent partout dans Venise, dans des palais, dans des jardins, dans des cours, etc. …

« Les Seychelles » exposent dans la partie droite des jardins de la « Marinaressa », à l’opposé symétrique de l’exposition de Carole A. Feuerman que nous avons vu précédemment…

00-2017-09-28-115

La tortue géante étant l’animal emblématique des Seychelles, c’est un « troupeau » de tortues à la carapace peinte que nous exposent les artistes…

Voilà le nid de tortues…

01-2017-09-28-111

J’en ai shooté quelques-unes, bien sympas et colorées…

Chaque tortue a un nom…

« Tsunami » …

02-2017-09-28-048

Elles sont accompagnées d’un écriteau avec le nom de l’artiste et force d’explications en « Angliche » que ma fainéantise naturelle et ma faible maitrise de la langue de Shakespeare m’empêche de traduire correctement…
Je vous les livre donc tout de go, il suffit de faire un zoom sur la « foto » pour la lire correctement…

03-2017-09-28-049

« Wizard of the Land » …

04-2017-09-28-054

05-2017-09-28-055

« Mer Kobe i Rakonte » …

06-2017-09-28-060 07-2017-09-28-061

Sous un autre angle…

08-2017-09-28-080

« Untitled » …

09-2017-09-28-063

10-2017-09-28-064

« Esmeralda : the Préhistoric Goddess »

11-2017-09-28-066

12-2017-09-28-067

« Been there. Still around » …

13-2017-09-28-069 14-2017-09-28-071

« Homage to the environment and its caretakers » …

15-2017-09-28-073

16-2017-09-28-074

Voilà pour les « Seychelles » …

Dans ce même jardin d’autres œuvres indépendantes ont retenu mon attention…

17-2017-09-28-090

Pour toutes explications un écriteau succinct donnant le nom de l’auteur et sa nationalité…

18-2017-09-28-093

Et pour terminer, cette colossale sculpture de rhinoceros en acier qui attire l’œil de toutes les personnes passant sur la « Riva » …

19-2017-09-28-002

Pour prendre le cliché de l’oeuvre sans être gêné par la barrière, j’ai shooté l’animal depuis l’intérieur du jardin, mais avec la végétation pas assez de recul pour le prendre en plein profil…
Je n’ai pas la corne dans le cadre…

20-2017-09-28-094

Même écriteau lapidaire à ses pieds…

21-2017-09-28-096

Il m’a donc fallu ruser…

Un shoot de l’avant…

22-2017-09-28-100

Un shoot de l’arrière…

23-2017-09-28-101

Et, à la casa, assemblage des deux « foto » …

24-2017-09-28-101-Panorama

On ne s’ennuie jamais à Venise…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 14 Commentaires »

LES SCULPTURES DE CAROLE A. FEUERMAN À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 3 octobre 2017

Dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain de Venise, les sculptures ultraréalistes de Carole A. Feuerman sont exposées dans les jardins à droite de la « Marinaressa », « Riva dei Sette Martiri » dans le « Sestiere de Castello » …


01-2017-09-28-114-


Carole A. Feuerman est une sculptrice et artiste américaine née en 1945…
Ce qu’on en dit
 :

« Carole Feuerman a trouvé sa place dans l’histoire de l’art dans les années 70, en initiant le mouvement de la sculpture hyperréaliste avec Hanson et De Andrea, et notamment avec des portraits au réalisme déconcertant » …

Je vous laisse admirer cette première statue intitulée « Bibi on the ball », laque peinte à la main sur statue de Bronze…

05-2017-09-28-007-

« Avec le temps son travail est devenu de plus en plus impressionnant comme avec ces sculptures fabriquées en bronze et peintes à la main.
La présence de détails, dans le relief et la peinture, qui vont jusqu’au gouttes d’eau confèrent à ses création une présence humaine qui donne vraiment l’impression que ce sont de vraies personnes. » …

« Survival of Serena », laque sur résine…

06-2017-09-28-008-

« Son travail fait partie de collections privées (Collection Caldic, celle d’Hillary Clinton, de Malcolm Forbes…) et de collections publiques (dans 19 musées) dans le monde entier. Elle expose 4 fois à la biennale de Venise mais aussi au Musée National de Chine, au Musée des Beaux-Arts de Bilbao ou encore à l’académie des Beaux-Arts de Madrid. » …

« The Golden Mean », laque sur époxy…

08-2017-09-17-055-

Avec le bonnet de bain recouvert à la feuille d’or 24 carats…

09-2017-09-28-011-

« Surnommée «la Doyenne régnante du super réalisme » par l’historien de l’art John T. Spike, Carole A. Feuerman a atteint la renommée à travers ses représentations de la vie des nageuses. » …

« The Midpoint », laque sur résine…

10-2017-09-17-086-

L’hyper réalisme des gouttes d’eau sur la baigneuse…

11-2017-09-17-086-

« Elle combine des matériaux conventionnels tels que le bronze, le plastique, l’acier, et des matériaux moins courants : l’eau, la lumière, le son, la vidéo, pour créer des œuvres hybrides avec, en créant une énergie et une psychologie complexe. » …

« New York City Slicker », laque sur bronze…

12-2017-09-28-017-


« Elle enseigne et donne des conférences dans les universités et les musées les plus prestigieux du monde.
Ses sculptures narrent des histoires explorant les thèmes de la force, la survie, l’équilibre, et la force de réussite. Son art s’offre au public et appelle à l’interaction et à l’émotion. Elle estime que le regard du spectateur complète l’œuvre. » …

« Next Summer », laque sur bronze avec acier inoxydable poli…

14-2017-09-28-023- 

« Kendall Island », laque sur bronze…

16-2017-09-28-028- 

« Monumental Quan », laque sur résine…

18-2017-09-28-033-

« Monumental Brooke with Beach Ball », laque sur résine…

20-2017-09-28-037-

« Yalma and the Ball », laque sur bronze…

22-2017-09-28-041-

Ne ratez pas cette splendide exposition en plein air et gratuite…
C’est jusqu’au 5 décembre 2017 sur les quais de notre lagune vénitienne…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 24 Commentaires »

57ème BIENNALE DE VENISE, CÔTÈ GIARDINI

Posté par Claudio Boaretto le 2 octobre 2017

Nous sommes au mois de septembre 2017, il est temps d’aller découvrir la 57ème Biennale d’Art Contemporain de Venise avant qu’elle ne ferme ses portes le mois prochain…

Tout d’abord, côté « Giardini », nous irons du côté « Arsenale » un autre jour…

Dans ces jardins nous trouvons tous les pavillons historiques des pays exposant à cette biennale depuis le début du siècle dernier…

Nous avons parcouru de nombreux pavillons et pour donner un aperçu général sans être trop long ni fastidieux, je ne publierai qu’une ou deux « foto » par pavillon, car c’est presque 500 clichés que j’ai réalisés ce jour…

Quelques détails techniques sur ce reportage :
J’ai écrit en italique et/ou en bleu les explications glanées car il est souvent indispensable d’avoir les recettes de cuisine pour comprendre certaines œuvres de l’art contemporain…
Question « foto » j’ai opéré sans flash, mais comme de nombreux pavillons manquaient de clarté, parfois même étaient carrément dans la pénombre, j’ai dû souvent monter les iso en puissance provoquant du « bruit » sur les clichés concernés, j’implore votre indulgence

Premier pavillon, la Suisse…

01-2017-09-26-001

Reconstitution de l’autoportrait du sculpteur suisse Alberto Giacometti (1901-1966) réalisé en 1927…

02-2017-09-26-003

Deux œuvres de 2017, au fond à gauche « la Cage », devant à droite « l’oiseau » …

Heu, je vous rappelle que nous sommes dans une exposition d’art contemporain alors ne cherchez pas trop la porte de la cage ou les ailes de l’oiseau…

05-2017-09-26-013

Pavillon du Venezuela…

06-2017-09-26-017

œuvre poétique visuelle de Juan Calzadilla…

07-2017-09-26-019

 « Le projet conçu par l’artiste vise à composer un corps calligraphique pour montrer la solidité et le geste de dessin, des histoires couvrant toute la surface de la toile, mais qui révèlent en même temps l’expression impeccable du milieu plastique. » …

08-2017-09-26-031

Pavillon russe…

09-2017-09-26-034 

« L’œuvre est la métaphore d’un nouvel ordre mondial, dans lequel agression, terreur, vie irrationnelle des masses, stratégies sans précédents de contrôle et de surveillance pénètrent la vie de l’homme contemporain. » …

10-2017-09-26-038

« L’exposition invite le spectateur à traverser un monde apocalyptique dans une installation de sculptures à multiples facettes crée par Grisha Brusnik. »

11-2017-09-26-057

Pavillon Coréen…
« Ses néons tapageurs, à la croisée du motel américain, de Las Vegas et d’un paysage urbain en Corée » …

13-2017-09-26-084

« Brillamment traité par l’artiste Cody Choi, l’endroit est un mausolée burlesque qui donne une nouvelle voix à la guerre de Corée, dans laquelle 200 000 soldats sont morts. Criblés de cartes postales, de petits autels, d’objets, de médaillons, photos d’identité et de famille, de couvertures de presse figurant la mort du président Kim, les murs appellent l’intimité. » …

14-2017-09-26-086

J’ai aimé cette salle avec sur ses 4 murs des horloges donnant l’heure des villes du monde entier…

15-2017-09-26-092

Pavillon canadien…

16-2017-09-26-458

« Geoffrey Farmer a «explosé» l’architecture du pavillon en faisant décalotter le toit du bâtiment et en retirant toutes les parois vitrées de sa façade. Évoquant symboliquement l’ouverture retrouvée du Canada alors que les frontières et les esprits ont tendance à se fermer.

Jaillit de cette fontaine en céramique un immense geyser, source d’espoir et symbole de vie, qui s’en va chatouiller, 15 m plus haut, les feuilles des deux grands arbres, intégrés à l’origine dans la structure du pavillon. » …

17-2017-09-26-461

Pavillon de la Grande Bretagne…

18-2017-09-26-126

« Prenant entièrement d’assaut les différents espaces du Pavillon, en commençant par les extérieurs, Phyllida Barlow (née en 1944) a envisagé sa participation à la manière d’une expérience immersive, où ses sculptures monumentales guident le parcours du visiteur. »

19-2017-09-26-160

« Sur un mode quasi chorégraphique, il évolue parfois de façon malaisée tant les contours des œuvres s’octroient d’espace. Contourner l’œuvre pour mieux en saisir la portée dans un presque corps-à-corps ? Adepte depuis ses premiers travaux des matériaux banals, pour ne pas dire pauvres (bois, béton, tissus…), Barlow recycle régulièrement ces éléments pour la réalisation de nouvelles œuvres. En un éternel recommencement. » …

20-2017-09-26-146-Panorama

Le pavillon français transformé en studio musical mérite quelques explications…

« Dans cette installation immersive qui efface la lisibilité architecturale du Pavillon français, sols, murs et plafonds s’entrechoquent et forment un paysage de bois et de tissus abritant un studio d’enregistrement opérationnel. De multiples instruments, intégrés au sein de la construction, permettront à des musiciens d’horizons et registres divers (du classique à l’électronique, en passant par la nouvelle musique de composition et le folklore) de travailler sur place, individuellement ou en collaboration. » …

Nous sommes arrivés en pleine « Nouvelle Musique » qui n’est pas une de celles où je suis le plus réceptif, mais bon, ça me rappelle le festival Densités de Verdun où l’ambiance était super…

22-2017-09-26-165

« L’artiste envisage le Pavillon français comme un lieu actif plutôt que le réceptacle passif d’une programmation décidée en amont. Ainsi, l’activité du pavillon se déploie sur les 173 jours ouvrables de la Biennale, la liste des intervenants n’étant que partiellement dévoilée à l’avance. Une centaine de musiciens de tous pays viendront ainsi à Venise, travailler, réfléchir et jouer face à un public d’amateurs d’art qui n’est pas spécifiquement venu pour les écouter. » …

23-2017-09-26-167

Pavillon tchèque et slovaque …

24-2017-09-26-172

Le chant du cygne du pavillon tchèque et slovaque de Jana Zelibsk apparaît un peu kitsch, mais plutôt gai et reposant…

25-2017-09-26-175

Pavillon australien…

26-2017-09-26-176

« L’histoire et de la fiction sont au cœur de « My Horizon » de Tracey Moffatt, photographe et cinéaste contemporaine. Elle est la première artiste australienne indigène à représenter son pays à la Biennale de Venise depuis 1997. » … 

Deux séries de photographies et deux vidéos complètent le pavillon…

27-2017-09-26-178

J’aime particulièrement celle-là, évidemment…

28-2017-09-26-181

Pavillon de l’Uruguay…

29-2017-09-26-187

 « La loi de l’entonnoir », œuvre de Mario Sagradini, se compose d’une forme d’un corral pour les bétail bovins, appelé « entonnoir », utilisé en Uruguay au siècle XIX, reconstruite par l’artiste d’après une photographie.
L’œuvre fait allusion à l’inégalité dans le système juridique, la partie large pour quelques-uns, la plus étroite pour les plus nombreux avec deux entrées couronnées par des portails semblables à des guillotines. » …

31-2017-09-26-189

Pavillon des pays nordiques…

 32-2017-09-26-195

La Finlande expose dans ce pavillon, mais j’avoue ne pas avoir compris ni trouvé d’explications à cette monumentale sculpture qui remplit presque tout le bâtiment… J’y vois comme une vague, mais c’est mon esprit marin qui me la souffle…

33-2017-09-26-205

En revanche, j’aime les arbres pris dans la structure du pavillon…

34-2017-09-26-199

Le pavillon danois…

35-2017-09-26-207

Un seul tableau…

36-2017-09-26-210

Dans une ambiance vert nature…

36bis-2017-09-26-208

Pavillon espagnol…

37-2017-09-26-212

L’artiste Jordi Colomer représente une partie des édifices des appartements, hôtels 3 ou 4 étoiles, centre commerciaux construits le long du littoral espagnol entre les années 1968 et 2008…

38-2017-09-26-214

La « foto » confirme l’installation…

40-2017-09-26-218

Pavillon belge, une fois…

41-2017-09-26-219

« Dirk Braeckman est l’artiste choisi par la Communauté flamande.
Il utilise la photo comme un outil et la chambre noire comme un laboratoire. L’image emprunte son esthétique première au monochrome. »…

42-2017-09-26-220

Elle révèle des noirs profonds et des gris intenses. Des éclairs de lumière contrastent avec l’obscurité relative de toute apparition, car les lieux et les choses que l’œil distingue ont une présence fantomatique. Derrière un rideau, l’image voilée du réel fait apparaître un non-lieu, banal et familier, étrange et mystérieux. » …

43-2017-09-26-222

Pavillon néerlandais…

44-2017-09-26-228

« Au pavillon bien connu sous le nom de “Pavillon Revel”, on pourra voir une installation architectonique de Van Oldenborgh dans laquelle sont intégrées trois œuvres (dont le nouveau film de Van Oldenborgh “Cinema Olanda”). »

45-2017-09-26-229

« Les œuvres dévoilent des éléments encore insuffisamment mis en évidence du passé récent des Pays-Bas et les mettent en relation avec des mutations intervenues dans la société d’aujourd’hui. Le but est de montrer un autre visage d’un pays réputé transparent, progressiste et tolérant. » …

46-2017-09-26-230

Pavillon des États Unis d’Amérique…

47-2017-09-26-231

« Mark Bradford, sélectionné pour représenter les Etats-Unis bien avant l’élection de Donald Trump, s’est trouvé très mal à l’aise – en tant que noir et homosexuel – de devenir malgré lui le porte-drapeau d’un gouvernement qu’il ne représente pas du tout et qui ne le représente pas non plus. Il en a pris son parti en remaniant à sa façon l’architecture du pavillon d’inspiration palladienne, symbole du pouvoir des Blancs aux Etats-Unis. Pour rappeler que les Noirs ont longtemps été relégués à la position d’esclaves ou de domestiques, il a condamné la porte principale et a déplacé l’entrée vers une porte secondaire, comme si on entrait par la porte de service. A l’extérieur, des détritus répandus sur le sol évoquent l’état d’abandon dans lequel il voit son pays. Dans la première salle, une sculpture semblable à une énorme boursouflure tombant du plafond remplit presque tout l’espace de la pièce, obligeant les visiteurs à longer les murs. » …

48-2017-09-26-233

« Avec de la corde et du papier recouverts de peinture et javellisés, il a transformé les murs et la coupole de la rotonde qui sert habituellement d’entrée en une sorte de ruine obscure. » …

49-2017-09-26-240

Pavillon israélien…

51-2017-09-26-250

« L’artiste Gal Weinstein épaulé par la commissaire Tami Katz-Freidman proposent l’installation à même le sol de plaques de laine de verre altérées, imitant la moisissure. Posées sur toute la surface du pavillon, elles entrent en résonance avec les autres œuvres. » …

52-2017-09-26-252

« La sensation inonde tout l’espace, celle de ces agrégats de matière à la mesure de tâches libérées d’une éventuelle identification et de tout sens, celle de cet énorme nuage sculpté d’après un tir de missile. » …

54-2017-09-26-259

Pavillon hongrois…

55-2017-09-26-262

« À l’entrée, installation lumineuse de Gyula Varnai, un symbole, tout en néon bleu, jaune et vert, d’une colombe tenant un rameau d’olivier dans son bec, et en lettres capitales d’imprimerie le message suivant : “PEACE ON EARTH !”. Paix sur Terre ! … »

56-2017-09-26-264

« Un arc-en-ciel composé de plus de 8 000 badges et pins colorés. La vue d’ensemble propose un arc scintillant et pixellisé, aux couleurs vives. » … 

57-2017-09-26-266

« Mais dès que le spectateur s’approche du Rainbow, chaque élément est unique : un pin militant anti-nucléaire, un autre à l’effigie d’une entreprise d’État, d’un événement politique ou encore d’un produit de consommation. Symboles de la production de masse et du militantisme fièrement arboré dans les années 1950 à 1970, ces petites pièces de métal incarnaient le désir d’un avenir meilleur. Avec la matérialisation de l’arc-en-ciel, la représentation du futur projetée par la propagande est toujours positive, car des visions plus négatives ou dystrophiques auraient eu un effet contre-productif auprès de la communauté. L’idée d’un rassemblement de tous ces combats forme une unité colorée, enviable, mais hélas irréalisable. » …

58-2017-09-26-269

Le grand pavillon de la Biennale au bout de l’allée centrale…
Ce fut le premier pavillon national représentant bien sûr l’Italie, bâti aux « Giardini » en1894… Le second pavillon bâti fut le pavillon belge en 1905… S’en suivirent ensuite tous les autres…

59-2017-09-26-457

« Installé au milieu du pavillon, un grand atelier participatif accueille des volontaires autour du projet Green light d’Olafur Eliasson.
L’artiste dano-islandais a invité des demandeurs d’asile à participer au montage et à la production de lampes modulables qui sont ensuite vendues au profit d’associations soutenant les migrants. » …

60-2017-09-26-282

« En échange, il offre aux participants – la loi ne permet pas de les payer – des repas, une assistance légale et psychologique, des cours de langues, etc. Une initiative louable, mais sur laquelle beaucoup trouvent à redire lui reprochant de verser dans le paternalisme. » …

61-2017-09-26-281

Nous ne raterons pas le pavillon vénitien…

73-2017-09-26-331

Où le Lion de San Marco nous accueille…

74-2017-09-26-332

La route des épices des navigateurs vénitiens et les senteurs de l’Orient…
Et multitudes d’autres choses à voir sur l’artisanat vénitien, je ne voudrais pas avoir l’air chauvin mais c’est le pavillon que j’ai préféré…

75-2017-09-26-383

Nous terminerons ce parcours, loin d’être exhaustif, avec le pavillon autrichien…

79-2017-09-26-429

Une caravane dans le pavillon…

« La caravane est en soi le croisement paradoxal entre une habitation, c’est-à-dire une propriété immobilière, et une voiture, c’est-à-dire la mobilité. Une caravane confinée dans un espace, dans un pavillon, a perdu sa raison d’être.
Les visiteurs expérimentent à la fois le dynamisme et le nomadisme, le confinement et l’exclusion, la mobilité et l’immobilité. » …

81-2017-09-26-434

Même philosophie comme pour ce camion posé sur sa cabine, ce transfert sur la mobilité et l’immobilité …

80-2017-09-26-433-Panorama

Le visiteur peut pénétrer dans le camion…

82-2017-09-26-440

Et arriver au sommet pour un clin d’œil sur le paysage vénitien, en l’occurrence le rio dei Giardini…

83-2017-09-26-451-Panorama

Voilà pour la Biennale côté « Giardini »…

Si vous souhaitez la visiter, dépêchez-vous, fermeture le dimanche 26 novembre…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 14 Commentaires »

LE FORT DE SANT’ANDREA DÉFENSEUR DE LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 8 juin 2017

En ce dimanche du 28 mai 2017, à l’occasion de la fête de la « Sensa » commémorant les épousailles de Venise avec la mer, le fort de « Sant’Andrea » est ouvert au public, rare événement…

Le fort de « Sant’Andrea » est une forteresse édifiée au XVIème siècle en la petite île éponyme sur les vestiges d’anciennes défenses…

Le projet, conçu par l’architecte Michele Sanmicheli (1484-1559), fut commandé par le « Conseil des Dix » de la Sérénissime pour protéger Venise des attaques maritimes et en particulier de l’expansionnisme ottoman…

En effet, comme vous le constaterez sur la carte ci-dessous, le fort se trouve juste devant la passe de port de San Nicolò du Lido, entrée principale de la lagune pour atteindre Venise…
(La position du fort est désignée par la croix blanche sur fond rouge tandis que la flèche rouge indique l’entrée maritime) …

01-2017-05-28-481

Sauf que, au XVIème siècle, la presqu’île de « Punta Sabbioni », créée par les alluvions dues aux travaux humains comme les digues, n’existait pas encore, l’entrée maritime de la lagune arrivait directement devant « Sant’Andrea » et « Sant’Erasmo » d’où la nécessité de forteresses pour prendre les éventuelles flottes ennemies sous le feu de leurs canons…

02-2017-05-28-481 ter

Pour planter le décor voici quelques « foto » du fort que j’avais prises en juillet 2014…

Sur celle-ci nous voyons la structure sur son côté sud-ouest… Nous distinguons les bouches de canons au ras des flots, aujourd’hui murées pour ne pas que les hautes marées inondent le fort…

En tout 40 bouches de feu postées au ras des eaux afin d’atteindre les éventuels navires ennemis sous la ligne de flottaison…

03-DSC_0106

Le fort vu de face…

Des deux côtés de la porte centrale les deux seules bouches de canons, plus hautes que les autres, restées en l’état, soit non murées…

04-DSC_F0020

Le côté nord-est

05-DSC_0027

Sa symétrie sud-ouest…

Pour la petite histoire, le célèbre aventurier vénitien, Giacomo Casanova, fut retenu prisonnier dans ce fort pendant 5 à 6 mois en 1743…

06-0-DSC_0006

Ce dimanche matin, fête de la « Sensa », à bord du bateau officiel, le maire de Venise, en lieu et place autrefois du doge, sacrifiera à la tradition en jetant l’anneau d’or dans les flots entre la passe de port de « San Nicolò » et le fort de « Sant’Andrea » …

06-1-2017-05-28-196

Devant tous les bateaux réunis, la « Milizia Veneta 1°Reggimento Veneto Real » va hisser les couleurs de Venise…

06-2-2017-05-28-175

Installé de l’autre côté de la passe depuis la rive du Lido, je zoome au maxi pour prendre le drapeau vénitien maintenant hissé sur le toit du fort…

06-3-2017-05-28-181

Mais passons à l’après-midi de cet agréable dimanche où nous avons eu, avec nos amis vendéens, Martine et Thierry venus nous rendre visite, le privilège de visiter le fort…

Un plan d’époque des lieux donne une précise de la géométrie de son architecture…

Une des caractéristiques du fort : son armement puissant à l’avant, en front de mer en opposition à son arrière complètement désarmé en raison d’une éventuelle prise du fort par l’ennemi…
Celui-ci ne pourrait pas utiliser sa puissance de feu vers l’arrière et menacer Venise…

07-2017-05-28-738

Sur le Web, à la page des fortifications vénitiennes, en parallèle avec le plan ci-dessus j’ai déniché une « foto » aérienne, montrant le fort tel qu’il est à l’heure actuelle, …
(Quelques flèches pour indiquer notre parcours…
Rouge : où nous avons accoster…
Jaune : la petite chapelle de l’île…
Bleu : le pont où nous avons traversé le petit canal de défense…
Rose : notre arrivée à l’arrière du fort…)

08-s.andrea

Un petit shoot sur la chapelle cachée dans la verdure, (flèche jaune) …

09-2017-05-28-478

Un cliché depuis le pont sur le fossé défensif entourant le fort, (flèche bleue) …

10-2017-05-28-487

Et nous voici rendu à son arrière, (flèche rose) …

11-2017-05-28-490

La « Milizia Veneta 1°Reggimento Veneto Real », en costume d’époque, monte la garde, guide les touristes et assure la sécurité des lieux…

Ça ne plaisante pas, emprunts d’une discipline toute militaire, ils se prennent au sérieux ces gars-là …
Mais bon, ça va dans le cadre et ils sont là pour cela…

12-2017-05-28-496

Le commandant s’éloigne…

13-2017-05-28-505

À notre tour de pénétrer dans les lieux suivant ses pas…

Mais le voilà qui s’esquive par une porte à gauche…

14-2017-05-28-514

Il a pris de la hauteur pour nous surplomber, le bougre…

15-2017-05-28-499

Personnellement, je suis scotché par l’état des lieux, je m’attendais à trouver une structure délaissée et quelque peu en ruine, mais l’ensemble est très bien conservé et doté d’une architecture intéressante…

16-2017-05-28-517

Nous pénétrons dans la salle centrale, celle dont nous avons vu la porte principale depuis l’extérieur et ses deux bouches de canons non murées…

Entrée de la salle par le sud-ouest…

17-2017-05-28-535

Entrée de la salle par le nord-est…

18-2017-05-28-562

La porte principale vue du dedans et ses deux bouches de canon……

19-2017-05-28-541

Celle de gauche…

20-2017-05-28-538-HDR

Celle de droite…

21-2017-05-28-565-HDR

Et la sortie nord-est…

22-2017-05-28-550

Je m’éclate à prendre ces « foto » …

Je reshoote les arcades de plus près, elles sont trop chouettes…

23-2017-05-28-547

Une vision sur l’enfilade des bouches de canons…

24-2017-05-28-553

Nous allons pouvoir accéder au premier étage du fort, sous surveillance de la sentinelle…

25-2017-05-28-559

Nous gravissons les marches jusqu’à une seconde sentinelle…

26-2017-05-28-580

Heu, ben ils ne rigolent vraiment pas les gars…

27-2017-05-28-583

Un coup d’œil à l’arrière, sur les anciennes chambrées…

28-2017-05-28-592

Devant nous l’arrière du fort vu de ce premier étage…

29-2017-05-28-604

En dessous, le passage par où nous avons pénétré…
Les gardes, par mesure de sécurité, demandent aux visiteurs ne pas passer sur le dessus de cet arche …

30-2017-05-28-595

Les visiteurs sont donc virés du passage…

31-2017-05-28-598

C’est alors, qu’indiscipliné par nature, j’y cours pour prendre un cliché donnant en perspective la largeur du fort…

32-2017-05-28-607

Avant d’être viré à mon tour, je shoote le bout du bas…

Tout me plait dans ce fort…

33-2017-05-28-610

Nous empruntons le côté gauche du fort, pas moins dangereux d’ailleurs que l’endroit dont je viens d’être viré…

34-2017-05-28-613

Nous accédons à la première plateforme sur l’avant du fort ou une autre sentinelle monte la garde…

35-2017-05-28-633

Sur le fronton, le lion de Venise et une inscription latine commérant la victoire vénitienne sur les ottomans pendant la bataille navale de Lepanto…

« NE QUID URBI NATURA OMNIUM MUNITISSIMI DEESSENT
HAEC PROPUGNACOLA DECEMVIRI POSUERE
ALOJSIO MOCENIGO PRINCIPE
ANNO MAGNAE NAVALIS VICTORIAE »

Ma scolarité et mes « Rosa Rosam Rosis » étant déjà bien loin, je laisse le soin aux latinistes de traduire, moi j’y renonce…

36-2017-05-28-637

Côté mer nous surplombons les défenses et les lignes de canons…

D’abord à tribord…

37-2017-05-28-628

Puis à bâbord…

38-2017-05-28-640

Thierry, avec son un œil de lynx, me signale des chèvres tout en bout de la ligne de défense…

Je zoome au maximum…
Effectivement, je ne les avais pas vu…

39-2017-05-28-643

Vision semblable des lignes de défense depuis les fenêtres intérieures…

40-2017-05-28-652

Nous grimpons maintenant au plus haut, sur le toit du fort où nous croisons encore des gardes en faction

Foto des escaliers depuis le haut…

41-2017-05-28-711

Sur le toit, la garde du drapeau

42-2017-05-28-661

Et la vue magnifique sur l’entrée de la passe de port…

Ce que l’on voit loin devant nous ce sont les travaux du MoSe et la Punta Sabbioni…
Si nous avions pris cette « foto » au XVI
ème siècle, nous n’aurions rien devant nous, que la mer et son horizon…
(Pour les deux images suivantes, j’ai pris 3 foto que j’ai fusionné pour avoir toute la longueur) …

43-2017-05-28-678-Panorama-2

Si nous tournons le regard vers la droite, s’étale l’extrémité du « Lido di Venezia » …

Un plaisir que de contempler notre lagune et ses îles…

44-2017-05-28-707-Panorama

La visite est quasiment terminée, nous redescendons, précédés par la garde…

45-2017-05-28-714

Un petit coup d’œil en arrière pour un au-revoir à ce joli fort…

46-2017-05-28-720

Arrivé à terre, nous croisons Luigi Brugnaro, le maire de Venise venu également ce jour visiter le fort de « Sant’Andrea » …

Le maire a fait voter par son conseil majoritaire, en février 2016, une délibération acceptant le passage de la propriété du fort des « Domaines de l’État » à la commune de Venise avec un projet qui prévoit un accord de valorisation des lieux entre la Commune et le « Vento di Venezia », la société qui actuellement gère l’île de la « Certosa » …

Un accord qui en théorie garantit « la plus grande jouissance publique avec des espaces pour la formation, les spectacles et la production artistique, des expositions permanentes et temporaires avec des salles de conférences et des services pour les visiteurs » …

Mais de nombreuses associations vénitiennes montent aux créneaux car cet accord prévoit également l’établissement d’un nouvel hôtel, voire deux, et d’un centre de bien-être…
Ces associations craignent que l’ensemble soit encore bradé à des investissements privés pour un tourisme de luxe…

D’autre part, la commune de Venise et ses contribuables ont-ils les moyens d’entretenir l’énorme, que dis-je, le gigantesque patrimoine immobilier et culturel dont elle a la charge ?…

C’est tout un débat…

 47-2017-05-28-726

Un dernier regard sur le fort qui je l’espère nous sera accessible à l’avenir…

48-2017-05-28-735

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 11 Commentaires »

« MEDIDA INCERTA » à la « VILLA HÉRIOT » à VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 19 mai 2017

C’était le 9 mai 2017, dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain de Venise, le vernissage de l’exposition « Medida Incerta » (du portugais, Mesure Incertaine) de l’artiste José Pedro Croft, représentant le Portugal, exposition installée dans les jardins de la « Villa Hériot » sur l’île de la Giudecca à Venise…

Nous étions invités au vernissage par notre amie, Esmeralda, partie prenante dans la logistique de l’exposition…

C’était l’occasion de faire d’une pierre deux coups ;
visiter l’exposition et découvrir la « Villa Hériot » …

Nous voici donc à la Giudecca, le long de la calle nous menant à la porte de la villa…

01-2017-05-09-001-HDR-650

Nous jetons un premier regard sur les sculptures de José Pedro Croft, qui consiste en de grands panneaux de verre coloré de 8 mètres de haut par 3 mètres de large encadrée par des corniches grises, montées sur des angles uniques et différents…

02-2017-05-09-010-HDR-650

Si l’on se réfère au manuel explicatif, les sculptures de José Pedro Croft établissent un dialogue avec le contexte urbain en général, avec le jardin, avec les bâtiments environnants, avec la lagune, et bla bla bla…

03-2017-05-09-022-HDR-650

Elles jouent sur la construction et la déconstruction des surfaces et de l’orthogonalité…

04-2017-05-09-118-HDR-650

Toujours selon les explications, elles multiplient le réel en capturant des vues à fois immédiates et distantes de l’architecture environnante, du parc et du paysage de la lagune.

05-2017-05-09-028-HDR-650

Personnellement, je trouve intéressantes ces sculptures qui font parfois vitre, parfois miroir…

06-2017-05-09-004-HDR-650

Mais je disais en début de ce billet, d’une pierre deux coups, car j’étais autant intéressé par la découverte de cette superbe propriété que par les sculptures elles-mêmes…

La « Villa Hériot » fut construite entre 1926 et 1929 par l’architecte-décorateur Raffaele Mainella pour la famille Hériot, propriétaire des Grands Magasins du Louvre à Paris…
L’ensemble se compose de la villa principale, plus la résidence pour les invités et la
cavana, le tout dans un style néo-vénéto-byzantin… Elle date de la même époque que les villas Liberty du Lido…

Une première vue de la « Villa Hériot » sur son flanc Ouest…
Il est vrai que le miroir en son milieu déstructure le bâtiment, presque gênant pour qui est intéressé spécialement par l’architecture de ce dernier…

07-2017-05-13-145-HDR-650

Voici la vue sur le flanc Est…

08-2017-05-13-175-HDR-650

Malheureusement, impossible de prendre la façade principale de la villa, pas assez de recul à moins de tomber dans les eaux de la lagune…

Je peux juste shooter les arcades de l’entrée…
Mais j’ai pris ce cliché en retournant sur les lieux deux jours plus tard…

09-2017-05-09-019-HDR-650

Car le jour du vernissage ces arcades étaient investies par les personnalités portugaises et vénitiennes qui se passèrent le micro les uns après les autres…
Là, c’est l’adjointe à la culture de la ville de Venise qui « cause » …

10-2017-05-09-094-HDR-650

Devant le parterre des invités…

11-2017-05-09-097-HDR-650

Avant que de se ruer vers le magnifique buffet où ils pourront apprécier un excellent porto « portuguese » …

12-2017-05-09-103-HDR-650

Ainsi que moult fromages et cochonnailles tout autant « portuguese » …

13-2017-05-09-106-HDR-650

N’oublions pas aussi la « Résidence des invités », flashée par les rayons du soleil, qui vaut également le déplacement…
À l’époque, ce devait être sympa d’être invité par la famille Hériot…

14-2017-05-09-037-HDR-650

Une vue magnifique de la lagune Sud depuis l’entrée de cette résidence, comme de toute la propriété…

15-2017-05-09-082-HDR-650

Depuis le bord des jardins, vue privilégiée sur la lagune à l’Ouest…

16-2017-05-09-064-HDR-650

Vue privilégiée sur la lagune à l’Est…

17-2017-05-09-061-HDR-650

Et l’embarcadère pour les bateaux…

18-2017-05-13-181-HDR-650

Un lieu superbe…

19-2017-05-13-208-HDR-2-650

Mais pénétrons dans la villa principale où un bel escalier monumental nous accueille…
Ce qui frappe de prime abord est la clarté des lieux…

20-2017-05-09-121-HDR-650

Bien sûr, au-dessus de nos têtes une imposante verrière procure une luminosité sans pareil à cette majestueuse entrée, en Lorraine on appellerait cela une flamande…

21-2017-05-09-124-HDR-650

L’entrée, vue du premier palier…

22-2017-05-13-160-HDR-650

Le décor et le lustre vus du second palier…

23-2017-05-13-166-HDR-650

Dans une des salles du rez-de-chaussée, les maquettes des sculptures de José Pedro Croft…

24-2017-05-09-139-HDR-650

Un petit shoot sur la bande de copines, de gauche à droite :
Susi, Carole, Esmeralda, et Flo, ma fille…

25-2017-05-09-142-HDR-650

Et le « Soriano » chouchouté depuis plusieurs jours par Esmeralda…

26-2017-05-13-158-HDR-650

N’oublions pas la « cavana », du côté Ouest de la villa qui, en dialecte vénitien, veut dire garage à bateau…

27-2017-05-13-169-HDR-650

Malheureusement, l’entrée d’où pénétraient les bateaux a été murée pour en faire une petite sorte de salle polyvalente…

28-2017-05-13-250-HDR-650

Car il me faut vous expliquer qu’en 1947, la femme de Monsieur Hériot, après la mort de son mari, fit don du complexe de la « Villa Hériot » à la commune de Venise avec la condition qu’il soit utilisé comme une école publique…

Voilà pourquoi une partie du jardin et certaines annexes furent transformé en école élémentaire …

29-2017-05-13-196-HDR-650

30-2017-05-13-193-HDR-650

Ce reportage illustré aurait pu s’arrêter là, si ce n’est ma frustration ne n’avoir pu shooter la façade de cette splendide propriété…

Qu’à cela ne tienne, j’ai demandé à ma fille et mon gendre de sortir leur « Spazio Cinque », petit bateau de 5 mètres que l’on appelle aussi « la mobylette de la lagune », pour aller shooter la propriété depuis la lagune…

31-2017-05-16-004-650

Voilà le résultat , de gauche à droite…
La « cavana » …

32-2017-05-16-298-HDR-650

La villa principale, enfin je peux la shooter de face et à loisir…

33-2017-05-16-208-HDR-650

La résidence pour les invités…

34-2017-05-16-229-HDR-650

Et la propriété dans son ensemble…
Plein les mirettes ! …

35-2017-05-16-223-HDR-650

Ça valait le coup de la balade en bateau…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 24 Commentaires »

123456
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance