• Accueil
  • > Venise : vie quotidienne & familiale

RONDE NUPTIALE À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 7 mars 2018

Mercredi 28 février, depuis la « Riva dei Schiavoni » à Venise, je prends en « foto » les toits enneigés de l’île de « San Giorgio Maggiore » …

1-2018-02-28-105

Lorsque, à quelques mètres de moi, atterrissent deux mouettes rieuses l’air passablement excitées…

4-2018-02-28-116

Je shoote aussitôt les deux oiseaux sans prendre le temps de changer mes réglages car, connaissant leur méfiance, je crains qu’ils ne s’envolent aussi rapidement qu’ils sont venus…

Juste le temps de tourner ma focale à 200 mm pour les prendre en gros plan…

il faut dire que je suis à f8 en mode ouverture alors que je devrais me mettre en mode vitesse au 1/250ème, mais pas le temps de tripoter les boutons du reflex…

5-2018-02-28-118

J’assiste donc à une cour galante très appuyée par Monsieur Mouette sur la gauche, auprès de Madame Mouette, sur la droite…

Ils se tournent tout autour l’un de l’autre avec les ailes légèrement écartées du corps…

6-2018-02-28-119

Alors que l’œil dans le viseur je ne m’y attends pas, remue-ménage soudain d’ailes et de plumes, j’ai juste le temps d’appuyer sur le déclencheur, de les shooter et même pas entièrement…

Trop rapides, elles disparaissent de mon viseur pendant quelques secondes…

7-2018-02-28-121

Le temps que je lève les yeux de mon appareil et elles réapparaissent près de moi…

M’est avis qu’il s’est passé quelque chose, auraient-ils eu le temps de copuler ? …

Si c’est le cas, Monsieur Mouette est bien rapide !…

L’attitude des deux oiseaux a complètement changé…

Monsieur Mouette n’arrête plus de piailler, fier comme un « bar-tabac », tandis que Madame Mouette baisse la tête, l’air vexée…

Par les temps qui courent, d’ici à ce qu’elle porte plainte pour viol ou agression sexuelle je ne serais pas étonné…

8-2018-02-28-122

Apparemment Madame Mouette n’a pas l’air contente tandis que Monsieur Mouette continue de pérorer à grands renforts de piaillements…

9-2018-02-28-123

À force de faire la tronche, voilà que Monsieur Mouette s’y met aussi…

Allez, on baisse la tête et on écarte les ailes…

10-2018-02-28-125

Mais ça suffit comme ça, Monsieur Mouette un peu macho rebombe le torse…

11-2018-02-28-126

Du coup, Madame Mouette se relève également…

12-2018-02-28-128

Voilà qu’ils se remettent à tourner l’un autour de l’autre…

13-2018-02-28-132

Ils ne vont quand-même pas remettre ça ? …

15-2018-02-28-141

Quelques battements d’ailes, ils viennent de s’envoler estimant sans doute s’être suffisamment donnés en spectacle…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 22 Commentaires »

LES PLONGEURS DE LA LAGUNE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 21 février 2018

Un petit clin d’œil aux deux principaux plongeurs que nous apercevons quotidiennement sur la lagune de Venise…
Encore que, si nous les rencontrons bien souvent, nous ne pouvons les voir que d’assez loin, car, très méfiants, ils sont difficiles à approcher…

Le premier des deux :
Le Cormorano ou Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), appelé aussi Corvo di mare ou Corbeau de mer

Quand je réussi une approche, je suis toujours fasciné par les yeux verts du Cormoran…

1-2018-01-13-044

Il a la particularité de nager, contrairement aux autres oiseaux aquatiques, le corps presque immergé ne laissant apparaître à la surface de l’eau que son long cou, tel un sous-marin sortant son périscope…

L’animal m’a repéré, son vert regard flashe sur moi…

2-2018-01-13-049

Du coup, il fait demi-tour pour s’éloigner…

Le cormoran, d’un appétit vorace, est capable de dévorer plus de 500 grammes de poissons par jour…
Quand des colonies débarquent sur les vallées de pêche de la lagune, elles provoquent des carnages et les valliculteurs enragent…

M’est avis que notre cormoran ne va pas tarder à plonger…

3-2018-01-13-052

Et voilà, je shoote au bon moment ! …

4-2018-01-13-053

Il est capable de rester en apnée une ou deux minutes sous l’eau et de réapparaître une cinquantaine de mètres plus loin…
Le grand cormoran peut plonger jusqu’à 10 mètres de profondeur pour capturer sa proie, voire atteindre 30 mètres de fond.
Heu, s’il essaye dans la lagune il va se cogner la tête…

5-2018-01-13-054

Le second de nos plongeurs vénitiens :
Le Svasso piccolo ou Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) …

Aussi méfiant que le cormoran, j’ai dû m’embusquer pour le shooter…

Si le grand cormoran se caractérise par ses yeux verts, le grèbe n’est pas en reste avec un regard aux iris rouges tout aussi fascinant…
Ces deux plongeurs sont équipés de cristallins déformables s’adaptant à la vision sous-marine…

6-2018-01-13-031

Le grèbe, beaucoup plus petit, mesure une trentaine de centimètres et pèse en moyenne 300 g (90 cm et 3 kg pour le cormoran) …
Ses pattes sombres et verdâtres sont positionnées très en arrière du corps, ce qui lui confère une grande vélocité pour la nage sous-marine…

7-2018-01-13-064

Il se nourrit de petits poissons, de mollusques et de petits crustacés capturés en plongeant et nageant sous l’eau.
Le grèbe avale ses proies sous l’eau…
Il se déplace rapidement également en surface, se nourrissant d’insectes présents sur l’eau…
Sur ce cliché nous voyons bien les pattes palmées très à l’arrière de l’oiseau…
De ce fait, il lui est plus facile de nager que de marcher ou de décoller. Pour cette raison, il vole rarement en dehors des périodes de migration et il évite au maximum de s’aventurer sur les berges.

Ça y est, je suis débusqué…
Le plongeon ne va pas tarder…

8-2018-01-13-035

Plouf !…

9-2018-01-13-041

Le Grèbe à cou noir poursuit les petits poissons avec habileté, descendant jusqu’à trois mètres de profondeur, pour réapparaître à une distance assez grande, environ 30 secondes après son immersion…

10-2018-01-13-042

C’était un clin d’œil à nos deux plongeurs, compagnons quotidiens de notre environnement lagunaire…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 22 Commentaires »

NOTRE FAMILLE VÉNITIENNE À PÂQUES

Posté par Claudio Boaretto le 20 avril 2017

Ce billet illustré intéressera plus particulièrement les membres de notre famille et les amis proches…

Pâques, comme Noël, est une fête où la famille se rassemble, réminiscence de notre éducation judéo-chrétienne, même si certains d’entre nous, dont votre serviteur, ne croient plus depuis longtemps à ces billevesées religieuses…

Mais gardons de ces traditions le prétexte du bonheur de se réunir…

Cette année, le repas pascal se déroule au « Ristorante al Storico Crea » …

Ce restaurant est situé au beau milieu d’un chantier naval sur l’île de la « Giudecca », en quelque sorte le 7ème « sestiere » de Venise…

La flèche rouge désigne l’emplacement du restaurant…

00

Pour le rejoindre, quand on vient en « vaporetto », il faut débarquer sur la rive nord de l’île et suivre le quai…

00-2017-04-16-001-

Jusqu’au « Sotoportego » où une ancienne gondole monte la garde devant une première enseigne du restaurant…

01-2017-04-16-007-

Une fois franchi ce « Sotoportego », il faut traverser tout le chantier naval pour atteindre le restaurant sis sur la rive sud de l’île…

Mettons les choses au point, en France, quand nous parlons de « chantier naval » on pense immédiatement aux immenses chantiers comme Saint Nazaire où l’on construit les grands paquebots…
Ce n’est pas le cas à Venise…

Un chantier naval ici, c’est comme un garage d’automobiles, mais pour bateaux…

Donc il y a des grands garages, des petits, des moyens, dans certains on fait l’entretien, dans d’autres on répare, dans d’autres encore on gare les bateaux en particulier pour l’hiver, d’autres plus élaborés fabriquent carrément leurs bateaux, et dans les grands comme celui de la « Giudecca » on fait tout à la fois…

Ce chantier possède aussi en son sein deux « squeri », endroits où l’on construit les gondoles, dont le « squero Crea »…

J’ai publié, en mars 2016, un billet relativement complet sur les « squeri » …
Si vous voulez en savoir plus, c’est là :
LES « SQUERI » DE VENISE, OÙ L’ON CONSTRUIT LES GONDOLES

Continuons notre chemin, nous slalomons entre les bateaux…

02-2017-04-16-016-

Le long des quais, entre les grues…

03-2017-04-16-025-

Des bateaux plus chouettes que d’autres attirent notre attention…
Un vrai plaisir pour un vénitien que de déambuler dans ces espaces marins…

04-2017-04-16-022-

Nous passons devant les « Tese » où les embarcations sont garées à l’intérieur sur 4 niveaux, souvent pour l’hivernage…

04b-2017-04-16-258-HDR

Là, c’est une gondole qui montre le p’tit bout de sa poupe…

05-2017-04-16-019-

Voici enfin le restaurant « Crea » au premier étage de la « Tesa » …

« Crea » est le surnom de Gianfranco Vianello, vainqueur de la « Regata Storica » de « Voga alla Veneta » plusieurs années de suite… Les vainqueurs des régates historiques sont considérés comme des héros à Venise…
Son gendre tient le restaurant tandis que Crea s’occupe du chantier…

Ma cousine Marilena, qui s’est occupé de « l’organisage», nous a réservé la belle terrasse en haut des escaliers…

06-2017-04-16-034-

Où nous attend la table pascale, nous sommes une petite vingtaine…

07-2017-04-16-040-HDR

La vue sur le chantier et sur la lagune sud est superbe…
L’île à droite est « Sacca Sessola », l’île à gauche « San Clemente »

08-2017-04-16-249-

Tout le monde est quasiment présent, mais, comme d’habitude, nous attendons encore Florence, ma fille…
La voici enfin qui arrive à notre tribord sur son petit bateau…

09-2017-04-16-043

Le temps de croiser un bateau de travail…

10-2017-04-16-044

Zoom pour distinguer mes petits enfants à bord…

11-2017-04-16-045

Et voilà, tout le monde est à table…
Coucou, on me regarde pour la « foto » …

12-2017-04-16-054

Comme de coutume, je m’applique à réaliser un petit trombinoscope pour garder le souvenir des présents à ce repas…

Ma cousine germaine, Stefania, qui habite toujours dans l’appartement familial à Castello, là où vécurent mes grand-parents, mes parents pendant la période militaire de la seconde guerre mondiale, où naquit mon frère Renato et où je fus moi-même conçu…

13-2017-04-16-094

Sa sœur jumelle, Marilena…

14-2017-04-16-109

Stefano, son mari mais aussi mon dentiste-orthodontiste que je préfère rencontrer en dehors de son cabinet…

15-2017-04-16-189

Luca, un de leur deux fils, le second, Enrico, révise à la casa, examens en vue…

16-2017-04-16-179

Andrea, le frère de Stefano, prothésiste dentaire, ils font la paire…

17-2017-04-16-074

Cinzia, son épouse…

18-2017-04-16-066

Giulia, leur fille…

19-2017-04-16-071

Lydia, ma troisième cousine germaine…

20-2017-04-16-173

Son mari, Gino…

21-2017-04-16-209

Fulvia, leur fille…

22-2017-04-16-185

Stefano numéro 2, son compagnon…

23-2017-04-16-184

Renato, mon frangin…

24-2017-04-16-089

Mireille, son épouse…

25-2017-04-16-177

Flo, ma fille…

26-2017-04-16-080

Hugo, son mari et notre artiste peintre préféré…

27-2017-04-16-062

Gaetano, mon petit-fils…

28-2017-04-16-123

Charlotte, ma dernière petite fille…

29-2017-04-16-134-HDR

Evelyne, ma tendre et douce…

30-

Une pensée pour nos deux chers anciens qui viennent de nous quitter, la « Mamma » de Stefano et Andrea, et mon « Papà » …

31a-dsc_2939      31b-dsc_0002

Mais profitons de l’instant présent, les plateaux « d’antipasti » arrivant sur la table, chez « Crea » on mange à la vénitienne et c’est fameux, je vous le recommande vivement…

32-LRM_20170416_132330

Pour ne pas trop vous faire saliver, je vous fais grâce des mets délicieux que nous avons dégusté…

Le long du repas, on ne peut se lasser d’admirer notre lagune…

33-2017-04-16-242

Face à nous l’île de « Sacca Sessola », appelée aussi l’île aux Roses…

Depuis 2015 l’île est devenue un grand hôtel de luxe de 250 chambres et suites de la chaîne américaine « JW Marriott » …
Entouré de jardins et d’oliviers de grande valeur environnementale, le complexe est équipé d’un centre de bien être, un spa et des piscines extérieures, intérieures et suspendues, plusieurs restaurants, des bars, un ponton, un « port de plaisance » et un héliport…
Quand Stefano sortira son bateau de l’hivernage, nous irons faire un reportage illustré sur cette île…

Juste devant l’île, une « Vela al terzo », (voile au tiers) s’amuse à tirer des bords…

34-2017-04-16-152-Panorama

Je terminerai ce familial reportage par un gros zoom sur ce joli voilier, symbole de la marine à voile traditionnelle vénitienne…

35-2017-04-16-139

Joyeuses Pâques !…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 25 Commentaires »

COUCHER DE SOLEIL AU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 10 mars 2017

Hier soir, en nous rendant au vaporetto pour aller chez les enfants, nous n’avons pas pu nous empêcher d’admirer le coucher du soleil sur la lagune vénitienne…

Malheureusement, je n’avais pas eu le réflexe de prendre mon Reflex…

C’est donc avec mon smartphone, via l’application Lightroom Mobile, que j’ai shooté ce crépuscule coloré…

Savez-vous que l’on arrive maintenant à prendre des « foto » correctes avec un smartphone en utilisant Lightroom Mobile… Ce n’est plus le « Téléfon » qui fait la « foto » tout seul car, avec cette appli, quand on shoote on peut influencer l’exposition, la balance des blancs et un tas d’autres petits réglages sympas…

OK, c’est quand même plus mieux avec un bon Reflex mais on arrive à se débrouiller…

Voilà le shoot…

01LRM_20170309_180242-1

Comme je ne voulais pas avoir sur le cliché toutes les « Bricole » et « Duc d’Albe » en premier plan, je me suis approché sur l’embarcadère, à côté de la petite dame dont on voit la silhouette à gauche…

De là, j’ai pu shooter tranquille une seconde fois…

Sur la gauche nous entrevoyons un petit bout de l’île de « San Lazzaro degli Armeni » et sur la droite une grande partie de l’île de « San Servolo » …

LRM_20170309_180353-2

Nous avons la chance de vivre dans un bel endroit…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 18 Commentaires »

VENISE À MARÉE BASSE ET DANS LE BROUILLARD

Posté par Claudio Boaretto le 12 décembre 2016

Depuis plusieurs jours Venise est enveloppée par le brouillard, simultanément avec des coefficients de marée bien bas allant de -40 à -50…

Si le brouillard s’estompe un peu, généralement vers midi, samedi le « Caigo » (brouillard en vénitien) n’a pas quitté un seul instant la Sérénissime et sa lagune…

L’occasion de shooter quelques « foto », même en visibilité réduite…

Ce premier cliché de Sant’ Elena, pris en tout début d’après-midi vous donne une idée de l’intensité du « caigo » et de la faible hauteur de marée, le niveau normal, coefficient zéro, étant à la hauteur de la première bande d’algues noires sur le quai…

01-2016-12-10-022-

L’embarcadère du vaporetto, la visibilité sur la lagune est réduite à une petite centaine de mètres, voire moins…

02-2016-12-10-025-

Sur tous les « vaporetti » tournoient les radars permettant la navigation…

03-2016-12-10-214-

Je me suis approché de la cabine du commandant afin de shooter, tant bien que mal, l’écran du radar malgré les reflets…

04-2016-12-10-232-

Sitôt que nous mettons pied à terre, le brouillard, quoique présent, est un peu moins intense…

Les Giardini…

05-2016-12-10-058-

Le « Viale Garibaldi » …

06-2016-12-10-067-

Mais il conserve son opacité dans les espaces plus ouverts…

Le rio de « San Piero de Casteo »…
Nous avons de la peine à distinguer le grand pont face à nous…

07-2016-12-10-094-

Et la basilique éponyme…

08-2016-12-10-115-

En revanche, si l’on s’aventure à l’intérieur des petites « calle », le « caigo » a presque disparu…

09-2016-12-10-109-

Et il n’est plus du tout visible sous les « Sottoportèghi » …

10-2016-12-10-088-

Il est moins présent également dans les « Rii » plus étroits, nous avons presque 200 mètres de visibilité…

10b-2016-12-10-172-

Mais là, la marée basse nous permet des découvertes, au sens propre comme au sens figuré, comme ces épaves à l’abandon…

11-2016-12-10-142-

Zoom…

Les propriétaires de ces embarcations, à moins qu’ils ne soient décédés, témoignent là d’une certaine incivilité, dangereuse à marée haute pour la navigation…

12-2016-12-10-145-

Que dire de ce petit « pontil » que je viens d’emprunter pour prendre quelques clichés…

La marée basse nous signale que les pieux de soutènement sont complètement rongés par l’eau salée…
« J’aurais su, j’aurais pas été d’ssus ! » …

13-2016-12-10-106-

Reprenons notre promenade dans le « Fog » vénitien…

La « Via Garibaldi » dont nous n’apercevons plus le bout…

14-2016-12-10-175-

Et de l’endroit où je shoote, d’habitude nous distinguons très nettement l’entrée et le pont de « l’Arsenale » …

Ce n’est pas le cas aujourd’hui…

15-2016-12-10-193-HDR

Sitôt que l’on se rapproche de la rive et des 55 000 hectares de lagune, le « caigo » reprend le dessus…

La « Riva dei sette Martiri » …

16-2016-12-10-181-

Ce sera tout pour aujourd’hui, rentrons vite au chaud, et surtout au sec car l’humidité nous pénètre de partout…

17-2016-12-10-205-

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : vie quotidienne & familiale | 27 Commentaires »

12345...12
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance