• Accueil
  • > MES DEUX CHANTEURS ITALIENS PREFERES

MES DEUX CHANTEURS ITALIENS PREFERES

MES DEUX CHANTEURS ITALIENS PREFERES

Parmi la multitude de chanteurs italiens qui poussent la canzonetta, c’est à ces deux là que vont sans hésitation ma préférence :

FRANCESCO DE GREGORI et LUCIO DALLA….

Tous deux auteurs compositeurs, ils font partie des chanteurs à texte italien, les « CANTAUTORI»…. Pour les francophones cela se prononce : [cane-ta-ou-to-ri] avec l’accent tonique sur le to…. Cantautore, au singulier….

Voici une petite compilation à ma façon de ce que l’on peut trouver d’écrit sur eux :

Il y a trente ans déjà la première tournée commune de DALLA et DE GREGORI était placée sous une bannière ironique et visionnaire à la fois «Banana Republic», soit en français : « République Bananière », qui disait déjà ce qu’il fallait s’attendre du futur de la botte italienne. Des millions d’Italiens ont suivi à l’époque le périple de ce duo qui maniait avec légèreté le verbe poétique et l’art de la mélodie. Lucio Dalla et Francesco De Gregori ont mis une pierre sur le temps qui s’est écoulé depuis leurs triomphes communs; ils sont repartis sur les routes italiennes et d’Europe pour revisiter un répertoire qui n’a pas pris une ride. Le retour depuis 2010 à ne pas manquer de ces deux légendes de la chanson….

LUCIO DALLA
C’est dans l’ombre de Caruso, tube mondial maintes fois repris, que la silhouette de Lucio Dalla est apparue en 1986. Ballade romantique rendue célèbre par l’interprétation de Pavarotti. Planqué derrière ses lunettes rondes, le poète de Bologne maniait déjà les mots et les notes. Le tour de force de ce contestataire touche-à-tout : être un rocker de concerts géants et un intellectuel, musicien de jazz, chanteur de blues ou de chanson « à l’italienne ». Dalla compte un demi-siècle d’une impressionnante carrière déclinée entre variété, jazz, pop et poésie.

FRANCESCO DE GREGORI
Les attributs fétiches de ce dernier, né à Rome en 1951, ne laissent aucun doute sur la filiation: longtemps, ce sera chapeau, harmonica et guitare. Il traîne dans les ballades du chanteur un bon goût de protest song américain. Du reste, De Gregori a commencé en reprenant le répertoire d’un autre chanteur à textes, Bob Dylan.

La critique sociale, de même que l’anticonformisme, voilà ce qui nourrira, plusieurs décennies durant, ces deux « Cantautori ». Un chanteur, un auteur, tout ensemble un «chantauteur». Voilà le « Cantautore. » Le terme est d’une évidence limpide pour les italophones.

Cependant, bien des parallèles – style musical, thèmes abordés – renvoient à d’autres régions linguistiques. La France notamment. Brassens, par exemple, discutera plus d’une fois le bout de gras avec les chefs de file des cantautori. Et plus encore, l’Amérique du Nord. Du « Cantautore » au « Songwriter », il n’y a qu’un pas, qu’ont franchi allègrement les Dalla et De Gregori. Ces derniers, à l’instar de leurs cousins d’outre-Atlantique Simon & Garfunkel et Leonard Cohen, ont réussi à faire du « populaire » au sens noble du terme sans tomber dans la futilité.

Je vous propose de les écouter dans les vidéos suivantes :

à gauche et à la guitare De Gregori
à droite au piano ou à la clarinette Dalla
deux vraies voix de ritals…..

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

les mêmes 30 ans plus tôt

Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance