LE MoSe EN ACTION À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 14 décembre 2020

Chers amis qui suivent ce blog, vous connaissez ma déconvenue lorsque j’espérais  « fotografier » le « MoSe » en action jeudi dernier, 10 décembre 2020…

En revanche mon opiniâtreté n’a pas dit son dernier mot et comme les prévisions de marées annoncent 140 cm pour ce samedi 12 décembre à 08:35 du matin, nous décidons, avec ma compagne, de nous rendre sur place pendant le pic de marée…

1 _

Un SMS d’alerte, à 04:00 du matin, nous annonce que la marée ne sera que de 130 cm et que le pic prévu est avancé à 08:00…
(Tous les vénitiens sont abonnés au Centre de Prévision des Marées qui alerte par SMS ou mail quand les coefficients dépassent la normale)…

Qu’à cela ne tienne, nous nous lèverons un demi-heure plus tôt, soit 06:00, pour être à temps sur place…

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le « MoSe », une brève explication s’impose :

Le système « MoSe » (acronyme de MOdulo Sperimentale Elettromeccanico, « module expérimental électromécanique ») est un système de défense contre « l’Aqua Alta », système formé de rangées de vannes mobiles escamotables sous la forme d’impressionnants caissons jaunes permettant d’isoler la lagune vénitienne de la mer Adriatique durant les phénomènes des hautes marées dépassant un niveau établi à 110 cm et jusqu’à un niveau maximum de 3 mètres…

Depuis le 3 octobre de cette année 2020 le « MoSe » fonctionne, mais étant encore en mode expérimental, les vannes ne sont levées qu’à partir de 130 cm…

La réalisation de ce projet démarra en 2003 (hé oui, déjà 17 ans) dans les trois passes d’entrée en lagune, la passe du « Lido », de « Malamocco » et de « Chioggia »…

2 _

78 vannes-caissons sont implantées aux entrées des passes pour protéger la lagune :
18 à l’entrée du port de « Chioggia »,
19 à « Malamocco »,
Deux séries de 20 et 21 séparées par une île artificielle à l’entrée du « Lido »…

Comment fonctionnent ces vannes métalliques de 20 m de largeur, 30 m de longueur et 5 m d’épaisseur ? …

En position fermée : elles reposent remplies d’eau à l’intérieur de coffres préfabriqués en béton sur le fond de la lagune…  

4 _-2

En position intermédiaire : les vannes sont vidées de leur eau par injection d’air comprimé et se soulèvent, pivotant autour de l’axe de leurs charnières…

5 _-2

En position ouverte : elles émergent de l’eau et isolent la lagune de la mer en empêchant le passage du flux de la marée…

6 _-2

Une brève vidéo d’une minute dix secondes en français résume le fonctionnement :

https://www.youtube.com/watch?v=O7gAWcMlNSA

Vous comprendrez ma curiosité et mon envie de shooter ces vannes levées accomplissant leur office de protection de la lagune…

Nous voici partis à 07:00 du matin pour la passe de port de « San Nicolò del Lido », la plus importante des trois passes…
La flèche rouge désigne le poste d’observation que nous devons atteindre…
Explication des zones numérotées :

1 : port de refuge et conque de navigation pour faire passer des bateaux par un jeu d’écluses quand les vannes sont levées…
2 et 6 : épaules délimitant le passage ou bords de la passe…
3 et 5 : zones où sont implantées les vannes…
4 : l’île artificielle et ses deux épaules extérieures délimitant le passage…
7 : digue en demi-lune au large de la passe, servant de brise-lame des vagues provenant du large…

7

Revenons à notre matinale aventure…
Cette fois nous partons armés de mon Nikon D850 + objectif 150/600 et de mon Nikon D500 + objectif 18/300… Heureusement ma douce compagne m’est d’un précieux soutien pour trimballer ce matériel…
Résultat ?…
Mis à part d’éternels goélands, nous n’avons pas vu un seul de ces beaux oiseaux marins d’il y a 2 jours !!!… 

Pfff…..
Je vous épargne le parcours que vous connaissez déjà, juste une foto du phare de « San Nicolò » un peu avant le jour …

11  2020-12-12 36

Nous voici en poste, je puis enfin « fotografier » dans toute sa longueur, via un panoramique de 4 foto, les vannes-caissons jaune de la digue mobile, de part et d’autre de l’île artificielle…

12  2020-12-12 137-Panorama

J’avoue être très impressionné de voir à l’œuvre cette splendide et gigantesque réalisation protégeant Venise et les vénitiens de ces hautes marées de plus en plus fréquentes…
Au moment où je shoote vers 8 heures du matin, la marée atteint 120 à 130 cm côté Adriatique, mais elle stagne entre 70 et 75 cm côté Lagune…
Magnifique ! …
Se référant à la carte, voici la zone 5 qui barre l’embouchure depuis le « Lido » jusqu’à l’île centrale artificielle…

13  2020-12-12 120

La zone 3, depuis l’île artificielle jusqu’à la péninsule de « Punta Sabbioni »…

J’utilise mon 150/600 pour shooter cette partie afin de lui donner, malgré son fort éloignement, les mêmes proportions que la « foto » de la zone 5…

14  2020-12-12 124

En vision normale, voilà ce que ça donne :

15  2020-12-12 157

Ambiance particulière sur la digue en cette heure matinale où quelques sympathiques pécheurs vénitiens taquinent le goujon, nous lions conversation…

16  2020-12-12 150

Je reprends mon 150/600 pour un gros plan…
Artistiquement parlant, la foto de ces gros caissons jaune citron n’est pas des plus heureuses, mais elle prend valeur de témoignage des débuts de la fonctionnalité du « MoSe », témoignage qui restera gravé, avec ma compagne, dans nos mémoires…
J’avoue être ému…

Quelle fabuleuse performance pour les ingénieurs et les techniciens ayant réalisé cette œuvre titanesque malgré les énormes difficultés techniques, malgré les détracteurs, malgré les incrédules et malgré l’exécrable corruption…

17  2020-12-12 53

L’œil du « fotograf » reprend le dessus, je déplace mon objectif pour composer une nouvelle image moins monotone…

18  2020-12-12 60

Soyons fous, un trait de lumière dans le ciel nuageux me permet d’accrocher au-dessus du « MoSe » les cimes enneigées des « Dolomites »…

19  2020-12-12 72

Le jour se lève maintenant sur l’Adriatique et la digue de « San Nicolò »…

20  2020-12-12 136

Mission accomplie ! …

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements | 38 Commentaires »

LA PLAGE SAN NICOLÒ DU LIDO DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 12 décembre 2020

Nous subissons actuellement dans la lagune de Venise une forte fréquence « d’Acqua Alta » dues aux marées exceptionnellement fortes…

Quand nous savons que l’eau commence à apparaitre par capillarité sur la place Saint Marc dès que le coefficient atteint 80 cm, jugez donc :

Mercredi 9 décembre 2020 : 125 cm
jeudi 10 décembre : 135 cm
Vendredi 11 décembre : 140 cm

1  2020-12-12 0 1

Et samedi 12 décembre : encore 140 cm…

Les journaux locaux nous informent alors que le système de protection des eaux, le « MoSe », Moïse pour les francophones, restera soulevé pendant trois jours pour protéger Venise et les îles lagunaires…

2  2020-12-10 0 2

Je décide alors, jeudi 10 décembre en début d’après-midi, d’aller « fotografier » ce fameux « MoSe » que je n’ai pas encore vu en action…
Direction l’extrême nord nord-est du Lido par moyen motorisé, puis il me faut encore parcourir pédestrement un bon kilomètre de plage quasiment déserte, ensuite la moitié de la digue longue de 4 kilomètres, soit 2 bornes à me farcir pour tenter d’apercevoir les caissons submersibles de la digue flottante…

Convalescent à la santé encore fragile, c’est vêtu chaudement que j’adopte un train de sénateur pour arpenter ces 3 kilomètres me séparant de mon « post » d’observation…
Trop longtemps frustré de n’avoir pu prendre de « foto » pendant une longue période, mon Nikon se met immédiatement en mode de combat…

Je traverse d’abord la zone végétale protégée…

3  2020-12-10 1

Pour atteindre la plage…
Je shoote alors le bois flotté porté par les marées…

4  2020-12-10 8

Un tronc si long qu’il me faut effectuer un panoramique de 2 « foto » pour le prendre en son entier…

5 a  2020-12-10 12-Panorama

À ce niveau-là nous ne parlons plus de bois flotté mais plutôt d’arbres flottés…

5 b  2020-12-10 437

Je continue mon parcours sur la grève, mais au loin que vois-je ?…
Une dizaine de « bécasses de mer » ! …
En français des « huitriers pie »…

6  2020-12-10 41

Je suis aux anges, cet oiseau caractéristique, au grand bec rouge lui permettant de casser les coquillages, se révèle d’habitude rare, très méfiant et difficile à shooter…

7  2020-12-10 49

Malheureusement, comme je ne comptais prendre que du « paysage » je n’ai pas emporté mon objectif spécial animalier « 150/600 mm », et n’ai que mon « 18/300 »…
je suis à fond de zoom et ne peux m’approcher plus…

8  2020-12-10 56

Malgré tout quelle belle rencontre, les rares fois où je les ai shootés, c’était soit un individu, soit un couple…
Là au moins, j’ai plusieurs spécimens ensemble…

9  2020-12-10 59

Je continue ma route, plus près de la digue, des goélands, des mouettes et des corneilles mantelées…

11  2020-12-10 103

La corneille mantelée, intelligent et redoutable prédateur malheureusement des oisillons des autres espèces…

12  2020-12-10 106

Arrivé en fin de plage, je grimpe péniblement sur les gros cailloux pour atteindre la digue et shooter en panoramique, direction sud sud-ouest, le rivage de « San Nicolò » sous un ciel dramatique…

14  2020-12-10 112-Panorama

Encore 2 kilomètres de digue pour atteindre à mon point de d’observation, quand ne seront plus sur mon bâbord ces arbres aux branches épineuses masquant la vue de l’entrée lagunaire…

15  2020-12-10 122

Me voici rendu, je shoote l’entrée de port de la lagune et là où devaient se trouver les grands caissons jaune du système « MoSe », grosse déception : Rien, que dalle ! …
Les digues mobiles sont rabaissées…
J’interroge un des rares passants m’apprenant que suite aux protestations des cargos, des pétroliers et autres vraquiers voulant pénétrer en lagune pour débarquer leur cargaisons au port de Marghera, les digues sont rabaissées après le pic de marée…
Comme quoi, il ne faut pas croire les journaux, même locaux…
Déçu je suis…

16  2020-12-10 136

Bon ben, objectif raté, ne nous perdons pas en lamentations…

Le réflexe du « fotograf » prend le dessus et, à cet endroit,  je m’applique à shooter une balise bâbord d’entrée de port avec en arrière-plan le phare de « Punta Sabbioni »… Direction nord nord-est, le ciel se montre bien plus serein qu’à l’opposé…

17a  2020-12-10 132

Force m’est de faire demi-tour, j’emprunte la digue en sens inverse…

17b  2020-12-10 154

Le Nikon systématiquement à l’affût, comme pour prendre ce petit abri monté de bric et de broc, mais au demeurant visuellement sympathique…

18  2020-12-10 117

Toujours sur la digue mais à hauteur de la rive de nombreux oiseaux piètent sur la plage…
Si au premier plan je reconnais mouettes et goélands, plus loin il me semble reconnaitre encore les « Beccaccie di mare»…

 21  2020-12-10 156

Je dévale tant bien que mal les gros cailloux pour descendre sur la rive, hé oui, ce sont elles, les Bécasses de Mer, « Haematopus ostralegus », une compagnie d’une soixantaine d’oiseaux…

22  2020-12-10 205

De quoi consoler le « fotograf » de sa récente déception…

23  2020-12-10 217

Que n’ai-je pris l’objectif adéquate, j’aurais pu shooter de magnifiques gros plans…

24  2020-12-10 228

Je tente une approche discrète, mais les oiseaux déjà me repèrent… Ils s’arrêtent tous d’évoluer, se figent et me regardent…

25  2020-12-10 235

Logique conséquence : l’envol…

26  2020-12-10 238-Modifier

Je ne puis dans mon objectif qu’en capturer quelques-uns…

27  2020-12-10 241

Les voici envolés en sens contraire de la digue, direction sud sud-ouest…

29  2020-12-10 274

Leurs ailes blanches se détachent de l’arrière-plan marin…

30  2020-12-10 283

Les oiseaux s’éloignent rapidement…

31  2020-12-10 304

je tente de les garder dans mon collimateur, tandis qu’à l’horizon les cargos attendent leur tour pour pénétrer en lagune…

32  2020-12-10 293

La compagnie se pose un bon kilomètre plus loin, devant les petits rochers de la plage du « Paradiso Beach », plage où nous sommes abonnés pendant toute la belle saison…
En toile de fond, « l’Excelsior » semble près mais les téléobjectifs, même peu puissants, possèdent cette particularité de rapprocher tous les plans…

34  2020-12-10 365

Au « Paradiso » des promeneurs provoquent une nouvelle fois l’envol des Bécasses de Mer qui repartent en sens inverse, direction la digue…

35  2020-12-10 375

Elles repassent devant moi, il ne s’agit de mollir pour les shooter car elles sont rapides les bougres…

37  2020-12-10 383

J’essaie de prendre simultanément des arrière-plans pour que les images soient moins monotones et plus sympas…
En l’occurrence la digue en demi-lune à 3 à 4 miles marins au large…

38  2020-12-10 384

Le phare de San Nicolò tout au bout de la digue de 4 kilomètres où je déambulais tout à l’heure…

39  2020-12-10 388

Le phare de « Punta Sabbioni » de l’autre côté de la bouche de port, sur la terre ferme…
Mais toujours les oiseaux en premier-plan…

40  2020-12-10 396

Ils regagnent la digue…

42  2020-12-10 417

Bientôt atterrissent…

43  2020-12-10 421

Et les voilà de nouveau posés…

44  2020-12-10 432

Malgré tout, une jolie promenade et, avec les moyens du bord, une belle séance de shoot…
Claudio Boaretto

Publié dans 06 Venise : avifaune lagunaire | 42 Commentaires »

J’AURAI TOUJOURS ENVIE DE VIVRE

Posté par Claudio Boaretto le 21 novembre 2020

Pas de reportage « foto » aujourd’hui…

En cette période de pandémie et de confinement, où le moral n’est pas au top et où chacun peut se sentir menacé, je vous balance un petit blues de circonstance pour redonner la pêche…

Ecoutez aussi les rimes de cette chanson, elles sont « parfaites »…

La « rime parfaite » c’est quand rime l’entière syllabe… Pas vraiment une rime riche mais ça lui ressemble fort…

Les « Classiqueux » les qualifieront de « suffisantes » par opposition aux rimes « insuffisantes »…. 

« Suffisantes », j’ai ce mot en horreur, il fait penser soit à « prétentieux » soit à  « médiocre »….

Je préfère les « Rimes parfaites », en tout cas rien à voir avec les « assonances » sévissant dans 90% des chansons françaises…

Place à la musique :

Paroles & Musique de Claudio Boaretto

Publié dans 08 Chansons du coyote | 38 Commentaires »

OPEN SPACE DANS LES JARDINS DE LA MARINARESSA À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 16 novembre 2020

En cette période de confinement où nous trouvons portes closes dans tous les musées et nous heurtons à la fermeture de toutes les expositions, je trouve la perle rare, la seule expo ouverte à Venise, jusqu’au 16 février 2021…

La « Mostra » du collectif international « OPEN SPACE », organisée par le Centre Culturel Européen Italia , invite les artistes à dialoguer avec l’espace public, en l’occurrence les jardins de la « Marinaressa »…
L’exposition étant en extérieur, ceci explique cela…

La « Marinaressa », ceux qui suivent mon blog depuis longtemps connaissent cet endroit privilégié de « Castello » cher à mon cœur et rempli de souvenirs familiaux…

1  2020-11-12 164-Panorama-Modifier

Pour le fun, je publie une « foto panoramique-cylindrique »…
Hé oui, le « fotograf » revendique le droit de s’amuser…

2  2020-11-12 161-Panorama-Modifier

Les œuvres se distribuent dans les deux jardins de la Marinaressa, « les Jardins du Levant » et « les Jardins du Ponant »…
Commençons par le Levant…

3  2020-11-12 155-Panorama

D’entrée, quelques œuvres de l’artiste londonien, David Jacobson, nous accueillent…

« Les sculptures, gravures et dessins de David Jacobson ont été exposés au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Italie, en France, en Suisse, au Japon, en Espagne et en Afrique du Sud.
L’artiste semble relire de manière contemporaine certaines tendances et mouvements artistiques de ces derniers pays, en particulier les lignes esthétiques du minimalisme , de l’italien Arte Povera - dont il feuilletait secrètement les pages de la bibliothèque en tant que jeune homme – et du voisin Japonais mono-ha. » 

(Même si les explications sont parfois un peu fumeuses, je n’en suis pas le coupable, tous les écrits en bleu italique sont des précisions reprises pour éclairer (ou pas) le visiteur.
Ceux que ça barbe peuvent regarder uniquement les foto et se faire une personnelle opinion)…

« Jane’s Japanese Love Boat » 2019…

« Symbole par excellence du voyage et du désir d’échapper, non à une représentation d’une arche ou d’un instrument de salut. Un navire en pierre qui évidemment ne flottera pas et donc n’échappera pas au déluge ou ne permettra pas aux animaux d’embarquer deux à deux »…

5  2020-11-12 7

« Aqueduct Sections » 2019…

« Le risque de sécheresse et l’inévitable extinction de chaque forme de vie ici représentée ; fleuves transformés en stériles canaux de pierre et détritus. Ce sera ce que découvrirons les futurs archéologues, sans eau, s’il y aura encore des archéologues »…

7  2020-11-12 9-Modifier-2

« Footprints » 2019…

08  2020-11-12 24

« Les traces humaines sont un signe indélébile de notre présence sur la terre. Ceci est ce que notre espèce laissera derrière elle. Quelle espérance pour l’humanité ? nous l’espérons, même si nous avons besoin de changer de direction et d’assumer un plus grand sens de l’attention et de la responsabilité de chacun de nous »…

9  2020-11-12 21

« Heavy Water » 2019…

« Également important dans ce « théâtre », l’eau lourde est un des éléments fondamental dans la scission nucléaire qui alimente la création de l’énergie nucléaire »…

14  2020-11-12 32-Modifier

Une estrade en bois abritant une petite dizaine d’œuvres attire mon attention…
Un panneau explique, en anglais qu’il m’a fallu laborieusement traduire vu que je ne suis pas un spécialiste de la langue rosbif…

« L’Académie Culturelle Européenne ECA se concentre sur le développement professionnel dans l’art et l’architecture. Cette année, nous sommes ravis de présenter un groupe d’artistes internationaux, tous les participants de notre cours d’Art Contemporain. Projet interdisciplinaire implique des artistes, des amateurs d’art et des conservateurs apportant des œuvres d’art à petite échelle dans un espace public ouvert à Venise.

Ce spectacle doit être considéré comme une plate-forme où les artistes partagent une étape de leur parcours, leur réflexion sur le langage visuel personnel. L’exposition présente un large éventail de présentations pleines d’éléments artistiques surprenants. Certains sont inspirés par Venise, certains représentent une tentative de réfléchir sur les expériences dramatiques de 2020. Divers médias créent une combinaison extraordinaire d’approches, un dialogue entre les développements actuels et les idées dans l’art, le design et l’architecture. Nous exposons le travail d’artistes professionnels à côté de ceux émergents dont les œuvres pourraient être moins connues. Ce qu’ils ont tous en commun, c’est la curiosité, le courage d’explorer une capacité à livrer dans des conditions difficiles de pandémie. »

16  2020-11-12 35

« Human Race, Only » 2020, de l’artiste américaine Kasia Kay…
Billes de bronze et lettres peintes à l’acrylique…

«La race n’existe pas. Il n’y a qu’une seule race humaine. Scientifiquement, anthropologiquement. » – Toni Morrison
J’ai utilisé la citation de Morrison pour appeler à une transformation consciente et à un changement en chacun de nous afin de renforcer notre lutte pour un monde meilleur, plus égalitaire et pour éliminer la discrimination raciale. Le message estampillé de 80 perles de bronze invite tous les humains à reconnaître et à exprimer leurs excuses pour les actes répréhensibles et à affirmer leur détermination à corriger les croyances sur la race humaine. »

18  2020-11-12 39-

« Clear, Tear » 2020, de Julina Lopatina, artiste britannique……

 L’installation est basée sur un piédestal en pierre artificielle à huit compartiments, dans lesquels des larmes sont noyées, en plexiglas et attachées par une chaîne au support. Chacune des huit larmes varie en taille, couleur, épaisseur, degré de transparence, chacune représente certaines émotions. Les visiteurs pourront identifier la signification de chaque larme dans la liste ci-dessous.

 Larme de bonheur – la plus petite et la plus fragile déchirure dorée,

 Larme de douleur – larme rouge,

 Larme de joie – larme verte,

 Larme de déception – larme grise,

 Larme d’envie – la larme noire la plus lourde et la plus massive,

 Larme de colère – larme orange,

 Larme d’empathie – larme transparente en verre à travers laquelle vous pouvez clairement voir une personne,

 Larme de sentimentalité – larme bleue. 

20  2020-11-12 44

« Re-consider » 2020, de Katerina Panagiotaki, artiste britannique…

« Nous pourrions dire que l’œuvre est l’émetteur et le spectateur le récepteur. En regardant une œuvre d’art au début, nous avons un sentiment et puis nous façonnons notre point de vue concernant l’œuvre. Les biais cognitifs et les influences de la perception affectent notre point de vue concernant une œuvre d’art.  Si nous parlons à un étranger, qui a des influences différentes, notre point de vue peut changer et nous pouvons obtenir une autre perspective et élargir nos horizons.

Ce processus vise à être une force motrice pour le spectateur d’envisager une discussion avec un autre étranger à réexaminer. La sphère métallique est notre terre, les sentiments sont attachés à un aimant qui représente une unité puissante. Les couleurs primaires symbolisent qu’avec le principal donné, vous pouvez créer toute une palette de nuances différentes. L’effet miroir est utilisé comme un rappel de l’auto-découverte. Les expressions physiques pour l’amour et le bonheur sont limitées. Le toucher est devenu une menace, il sera donc bénéfique de renforcer les mots. Le projet Re-Considerer favorise les valeurs sociales ou l’interaction. »

22  2020-11-12 48

« Quiet Chaos » 2020, de Victoria Wreden Sadeq, artiste espagnole…

24  2020-11-12 54-Modifier

« The Nude protecting us from art » 2020, par Kristina Kragujevska (Macédoine) & Dejan Djolev

26  2020-11-12 61

« The Goddess » 2020 par Katia Ikonnikova, artiste russe…

« Ce projet est dédié aux femmes avec toute leur complexité, beauté, joie et larmes…
Vous êtes tous les bienvenus »

28  2020-11-12 64

« Been There – Done That » de Stephen Vineburg, artiste britannique…
Painted and costed EPS…

30  2020-11-12 73

« Alvéoles de repos » par The Pollinators Collective représenté par Sally Buchanan, Victoria Deryugina, Zarina Karapetyan, Luba Zygarewicz. Collective leader Andrew Johnstone…

« Inspiré par la structure d’une ruche et en reconnaissance du rôle vital que jouent les abeilles dans notre durabilité, « ALVEARE di riposo » est une invitation au repos et à la réflexion tout en mettant en avant un sentiment de communauté. Nous allons explorer le sujet de la ruche plus tard en 2021 par une création d’une grande installation pour Burning Man dans le désert du Nevada »…

39  2020-11-12 105-Modifier

« Dense+Green Citie » L’architecture comme écosystème urbain par Singapore – ETH Centre Future Cities Laboratory…

41  2020-11-12 110

Compliqué à « fotografier »…
Essayons en sens inverse avec la lagune floutée en arrière-plan…

43  2020-11-12 111-Modifier

« I go Home » ou « Vado a casa » ou « Je rentre à la maison » 2020, par Ivan Lardschneider, artiste italien comme son nom de l’indique pas…
Le genre d’œuvre contemporaine dont j’apprécie l’humour…

45  2020-11-12 122-Modifier

« Portal » par Barbara Grygutis, artiste américaine…

« PORTAL est une œuvre sculpturale créée spécialement pour l’exposition des jardins de la Marinaressa à Venise, en Italie. L’œuvre réunit des éléments artistiques et architecturaux à taille humaine. Les motifs d’ombre infusent la forme humaine évoquant une réponse émotionnelle avec des éléments naturels et créés par l’homme. Portal joue avec l’élément architectural du grand portail. Dans la société numérique contemporaine, un portail est une passerelle vers l’information, un cadre pour fournir un point d’accès unique aux outils et à l’information.  Portal se présente comme une passerelle vers l’esprit humain et propose une exploration d’un élément architectural comme expression sculpturale.

Portal transmet la figure abstraite d’une flamme pour susciter la passion et une émotion intense. L’utilisation d’un élément architectural invite au dialogue, élève le rythme du questionnement, provoque le personnel, offre une connexion humaine. L’œuvre évoque les complexités et la créativité de l’esprit humain. »

47  2020-11-12 128

« Crossing Over : Immigration Stories » 2018, par Jackie Neale, artiste américaine.

« Jackie Neale est une artiste photographique hybride créant des installations de narration dans des médiums allant des procédés alternatifs aux enregistrements basse fidélité. Elle est également auteur publiée et professeure de premier cycle en photographie à la Saint Joseph’s University et à la New York Film Academy. 

Jackie a commencé « Crossing Over: Immigration Stories » pour mieux comprendre l’impact sur la vie des politiques d’immigration et de frontière américano-mexicaine, qui se sont étendues à la politique d’immigration dans le pays d’origine de sa famille, l’Italie. Son projet a également révélé un plan de connexion plus élevé, les images étant éthérées, et donc spirituelles. Quand on fait le choix de quitter sa famille, d’immigrer dans un autre pays pour une vie meilleure, cela ressent la même chose à bien des égards que de quitter un corps / une forme de soi pour aller dans un autre. »

49  2020-11-12 136

« A Shell of a thousand whishes » 2020, par un collectif d’artistes…

« La coquille amplifiera toutes ces missives de l’univers comme les sons lointains de l’océan, les diffusant pour que tous entendent. »…

51  2020-11-12 144

L’exposition des jardins du Levant terminée, passons maintenant aux jardins du Ponant de la Marinaressa…

52  2020-11-12 164-Modifier

Au milieu des pots de plantes, un point d’information tenu par un artiste bénévole… J’ai demandé de la doc, mais elle est en anglais ! …
Ça m’agace, Venise n’est pas une île britannique… De la doc en italien me semblerait la moindre des politesse envers la population locale…

53  2020-11-12 171

« The Sitting Lioness » 2018, par Jaroslav Ròna, sculpteur, peintre, acteur et écrivain tchèque …

« La statue de la lionne assise a été créée pour concevoir une statue monumentale de cinq mètres qui animerait et compléterait thématiquement la colline Parukářka (le plus haut sommet de Prague) dans le quartier de Žižkov. Le thème reflète le patriotisme fort (quelque peu auto-ironique) du rebelle, principalement du district ouvrier, qui a toujours critiqué l’establishment au pouvoir. La lionne a été conçue comme un fier partenaire et en même temps un rival du symbole officiel tchèque – un lion à deux queues, qui réside symboliquement sur la colline opposée dans les locaux du château de Prague. »

55  2020-11-12 169-Modifier

« Triffid V » par Andrée Valley sculptrice américaine travaillant à Madison dans le Wisconsin…

« Mon œuvre est basée sur le chaos perçu et sur la façon dont ce chaos est contenu dans un objet. Je m’intéresse au caractère aléatoire et à la superposition des éléments dans mes pièces et au manque d’orientation dans les œuvres qui reposent sur le sol ou sont suspendues avec du fil de fer pivotant. » 

57  2020-11-12 175

« Planet Earth » 2020, par Riccardo Gatti, sculpteur italien de Trévise…

« Un travail où l’ironie est inhérente aux formes multi-matériaux destinées à dessiner toute la composition.
Beaucoup de substance, dans les mains visant à arrêter le flux de matière en dissolution, après quoi nous arrivons à la forme circulaire des miroirs: deux, en équilibre à deux faces avec une pupille convexe.
Le visiteur s’y retrouve reflété, consommant sa part minimale de gloire comme un fragment temporaire de l’œuvre elle-même, comme Andy Warhol. L’élève en déformant les traits raconte comment chacun de nous, y compris l’artiste, peut vivre des moments d’imperfection nécessaire. Les miroirs « capturent » également la partialité de l’espace environnant, y compris les mutations lumineuses inhérentes au cours des vingt-quatre heures. »

59  2020-11-12 183

« The Rest of Your Life » 2020, par Paul Chamberlain, de Sheffield Hallam University, professeur de design, codirecteur de l’ Institut de recherche sur la communication culturelle et l’informatique , chef du centre de recherche sur l’art et le design, directeur de Design Futures et codirecteur du groupe de recherche interdisciplinaire Lab4Living … 

« The Rest of Your Life réinterprète l’humble banc, symbole de l’espace partagé en réponse à ces temps sans précédent. L’installation offre une ressource publique égalitaire, un sens de la création d’endroits, la possibilité de connecter avec les communautés et la lutte contre l’isolement et la solitude. L’œuvre interprète la nature commémorative du « banc » comme un objet mémorial, capturant ce moment dans le temps. L’inclusion se caractérise par le bâton de marche archétype tandis que sa matérialité possède des propriétés antimicrobiennes, pertinentes aux nouvelles conventions sociales »

61  2020-11-12 190

« Berengel » par Edwin Hamilton sculpteur-maçon…

« Je construis avec la pierre en tant que sculpteur et tailleur de pierre depuis 30 ans, au cours de cette quête, je suis tombé amoureux de la dignité silencieuse et du sens de la masse évoqués par ce matériau, l’un des plus anciens matériaux de construction connus de l’homme. Je suis intrigué par la présence remarquable véhiculée dans la pierre architecturale ancienne sur ceux qui la rencontrent – elle semble puiser dans un contenu psychique humain universel »

63  2020-11-12 208

« Guardian » par Stefan Milkov…

« J’ai initialement créé le Guardian comme une petite statue. Ses qualités formelles m’ont inspiré plus tard à le recréer à une échelle monumentale.
Et que puis-je dire de la statue elle-même?…
Personnellement, je sens que nous vivons des temps turbulents, parfois orageux, et le monde change sous tous ses aspects. Malheureusement, c’est un changement pour le pire, comme nous l’avons vu ces derniers mois.
Cette œuvre est donc une expression de ma foi en notre civilisation et en sa force, un symbole de courage et de foi en l’esprit débridé de l’humanité, gardien et protecteur dans les temps difficiles.
Je suis honoré de pouvoir montrer ma statue dans la belle ville de Venise, un pays qui a tant souffert cette année. J’espère que cela donnera aux spectateurs un sentiment de confiance en un avenir plus sûr, comme c’était le cas pour moi lorsque je l’ai créé. »

65  2020-11-12 218

« Marta et l’Elefante » 2019, par Stefano Bombardieri, sculpteur de Brescia, Italie…
En fin de ce reportage illustré, ma préférence pour cette installation…

67  2020-11-12 210-Modifier

« Un méga éléphant suspendu dans les airs et soutenu par une corde par une petite fille, Marta, qui nous rappelle comment notre force intérieure pourrait nous permettre de faire des choses apparemment impossibles, comme soulever un poids énorme. »

Pour des raisons de cadrage, j’opte pour le format carré…

68  2020-11-12 197

Zoom…

69  2020-11-12 202

« Message codifié de l’œuvre de Bombardieri, une invitation au respect de la nature et des animaux, dont la survie est étroitement liée à la nôtre. » 

70  2020-11-12 200

En espérant que cette visite des jardins de la Marinaressa vous déconfine virtuellement, je retourne me confiner à la casa, tout en prenant un dernier cliché de la lagune en cette fin d’après-midi où se profilent les silhouettes du campanile de San Giorgio et de la Salute…

71  2020-11-12 160

Claudio Boaretto

Publié dans 03 Venise : musées & expos & monuments & Architecture | 20 Commentaires »

RENATO BOARETTO, UN ARTISTE EXTRAORDINAIRE

Posté par Claudio Boaretto le 3 novembre 2020

Mon grand-frère, Renato, s’est éteint dimanche 1er novembre suite à une longue maladie…

0 Renato DSC_0557

Pour lui rendre hommage et afin de rappeler à tous ceux qui suivent le blog quel artiste fantastique était mon frère, je poste un article que j’avais publié il y a 6 ans, le 20 juin 2014 …

 

L’ATELIER DU MAITRE D’ART, RENATO BOARETTO, né à VENISE

Renato Boaretto, créateur d’automates né à Venise en 1942, fut élevé au titre de « Maître d’Art » en 1995 par le ministre de la Culture….

01

 Renato est un artisan d’art reconnu et sollicité aussi bien par des collectionneurs privés d’automates que par les conservateurs et les scénographes…. Ses domaines d’activité sont extrêmement variés : restauration ou restitution de pièces rares du 18e siècle, création de scènes en mouvement pour des musées et les parcs d’attraction, réalisation d’objets précieux animés en joaillerie, collaboration avec des scénographes et des artistes contemporains (notamment, l’art cinétique), etc…

Voici un petit échantillon de ses œuvres, la marquise…
(reprise des foto d’un catalogue d’automates)

02

et l’artiste peintre….

 03

Ou ce chouan grandeur nature qui vous attend à l’entrée du musée des automates à La Rochelle….

04

Renato, bien que maitre d’art, n’en reste pas moins mon frère aîné, et, de ce fait, le tonton de ma fille Florence…. Nous profitons de notre passage à Paris en ce mois de juin 2014 pour le saluer et visiter son atelier…

Il faut savoir que, quand Renato conçoit, crée et réalise un automate, il fait tout, manuellement, du début jusqu’à la fin….
Alors il devient tout à tour inventeur, concepteur, mécanicien, électricien parfois, sculpteur, dessinateur, peintre, couturier, coiffeur, bijoutier, etc.…

La première chose qui m’a frappé en pénétrant dans l’atelier de cet «artiste», c’est l’impression de me trouver dans une mini-usine !…

05

(Je présente toutes mes excuses au préalable pour la qualité médiocre des « foto » car n’ayant pas mes appareils, j’avais tout «fotografié» avec mon petit «telefonino» de l’époque, bien moins performant que les smartphones d’aujourd’hui)….

Je lui demandais donc de passer en revue tous ces outils, domaine mystérieux pour moi, affublé de deux mains gauches totalement inaptes au travail manuel…

Premier instrument barbare, la scie à chantourner avec soufflerie servant à faire des découpes précises et délicates…

06

Le pantographe pour découper le métal ou le bois à une échelle différente que le modèle…

07

La fraiseuse…
Alors là, j’ai compris que la fraiseuse ne sert pas à récolter les fraises !…
C’est une machine-outil utilisée pour usiner tous types de pièces mécaniques…

08

Le tour à métaux…. Bon, je sais, c’est aussi une machine-outil…

09

D’ailleurs, il doit bien s’en servir car il a un second tour (dans son sac)…

10

La scie à coupe d’onglets…

11

Une perceuse légère…

12

Une perceuse à colonne…

13

Une deuxième perceuse à colonne, pas la même distance, pas la même puissance….

14

Un étau ancien, très beau…

15

Un autre étau, normal, plus «petit mais costaud»…

16

Une scie circulaire pour les pièces métalliques…

17

Les meules…

18

19

La scie à ruban… 

20

Les machines à main, autres ponceuses, perceuses, visseuses, etc…

21

Marteaux, tenailles, pinces ou tournevis, l’embarras du choix !…

22

Inévitablement, les clous, chevilles, goupilles, cavaliers, poulies, etc

23

Une bigorne…

23b

Anachronique, mais s’intégrant dans le contexte, les yeux des automates…

24

L’occasion pour Hugo de nous faire un personnage de dessin animé, trop drôle…

25

Des mains, des têtes, moulées ou sculptées par Renato…

25a

Les perruques pour les coiffer…

25b

Les bobines de fil car il se doit aussi d’être couturier….

26

Les tissus pour coudre les costumes des automates….

27

Réserve de perles…

28

De petits bijoux à l’échelle des automates, fabriqués toujours par Renato, et qui seront plaqués or…

29

Les palettes de l’artiste….

30

Les pinceaux, les couteaux…

31

Les boites à musiques…

32

À l’ancienne….

33

Les clefs pour remonter les mécanismes….

33b

Je vais m’arrêter là car il faudrait plusieurs «Prévert» pour faire l’inventaire exhaustif de cet atelier…

On trouve des trucs inattendus chez le grand frère, comme cet «Automate de gare» en restauration….

33c

On mettait une pièce dans le « bastringue », ça faisait de la musique et les musiciens se bougeaient dans le rythme…

33d

Maintenant nous rencontrons, ici et là, quelques automates inachevés ou en construction…

34

35

36

Celui-ci fut exposé tel quel, pour montrer le système des mécanismes au public…

37

J’avais oublié !… La signature du créateur d’automate se trouve en général sur la clef servant à remonter le mécanisme… Voici la clef de signature de Renato Boaretto, avec ses initiales…

38

Comme on peut le voir sur cet automate où il devait représenter son métier sur un mannequin…. Mannequin qui fut exposé à Chicago pour l’exposition des Grands Ateliers de France…

39

Toujours dans cet atelier, l’automate «Équilibriste à l’ombrelle»…

40

Automate à cinq mouvements… Elle se tient en équilibre sur une main….

41

L’autre main s’écarte et la voici à l’horizontale…

42

Elle se redresse encore… 

43

Pour se retrouver à la verticale en tournant sur elle-même….

44

Elle tourne dans le vide quelques instants et réalise ensuite quelques exercices avec ses jambes…

45

Elle entame sa descente…

46

Passe en dessous de l’horizontale…

47

Pour rejoindre sa position initiale…

48

En retournant sur elle-même…

49

Et voilà, le cycle est terminé, magnifique !…

50

Allez, juste pour le plaisir, un dernier automate…. L’illusionniste à l’éventail…

51

Automate électrique à 6 mouvements…. Il cache sa tête derrière l’éventail…

52

Quand il retire l’éventail, la tête a disparu….

53

Commence alors à s’ouvrir lentement la boite magique à notre droite….

54

Où apparait la tête de l’illusionniste….

55

La boite se referme, l’éventail revient en place…

56

L’illusionniste écarte une nouvelle fois l’éventail…

57

Et sa tête est revenue…

58

Le scénario continue, il se cache une nouvelle fois le visage…

59

La tête disparait à nouveau et le bras droit de l’automate se lève….

60

Ainsi que le couvercle de la sphère….

61

D’où ressort la tête de l’illusionniste….

62

Ensuite, l’éventail revient, la sphère se referme, l’éventail s’écarte à nouveau pour que la tête revienne à sa bonne place….

63

Et l’automate nous désigne la montre qui apparait au-dessus de sa tête…. Car cet automate est un automate de vitrine conçu pour un grand horloger-joaillier suisse…. Le moteur est électrique et se déclenche avec une télécommande car l’automate était installé à l’intérieur d’un vitrage blindé….

64

L’illusionniste a achevé son cycle… Il a fallu 500 heures de travail à Renato pour réaliser cet automate… coût : 30 500€…

65

Je terminerai ce reportage en vous parlant d’un autre chef-d’œuvre de mon maitre d’art de frère ; le lion de Léonard de Vinci dont Renato a fait la réplique pour le musée Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise.….

Selon les témoignages de l’époque, le lion automate conçu par de Vinci fut présenté en 1515 à François 1er par les marchands et les banquiers de Florence installés à Lyon, pour célébrer une alliance entre la France et la cité toscane, qui avait le lion pour symbole. Grâce à un mécanisme interne, le lion avançait sur plusieurs mètres, puis le poitrail de l’animal mécanique s’ouvrait pour faire apparaître une fleur de lys, symbole de la monarchie française.

C’est exactement ce qu’a reproduit Renato, pour ce faire il a utilisé les plans des mécanismes de l’inventeur florentin…

66 1

Concernant l’apparence du lion, Léonard de Vinci n’avait pas laissé de dessin, Renato Boaretto a dû se fier à une description écrite…

66

Renato Boaretto est aussi médaillé des « Arts Sciences et Lettres » et membre des Grands Ateliers de France –

67

Chapeau l’artiste !…

Claudio Boaretto

Publié dans 11 La famille du Coyote | 48 Commentaires »

12345...124
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance