57ème BIENNALE DE VENISE, CÔTÈ GIARDINI

Posté par Claudio Boaretto le 2 octobre 2017

Nous sommes au mois de septembre 2017, il est temps d’aller découvrir la 57ème Biennale d’Art Contemporain de Venise avant qu’elle ne ferme ses portes le mois prochain…

Tout d’abord, côté « Giardini », nous irons du côté « Arsenale » un autre jour…

Dans ces jardins nous trouvons tous les pavillons historiques des pays exposant à cette biennale depuis le début du siècle dernier…

Nous avons parcouru de nombreux pavillons et pour donner un aperçu général sans être trop long ni fastidieux, je ne publierai qu’une ou deux « foto » par pavillon, car c’est presque 500 clichés que j’ai réalisés ce jour…

Quelques détails techniques sur ce reportage :
J’ai écrit en italique et/ou en bleu les explications glanées car il est souvent indispensable d’avoir les recettes de cuisine pour comprendre certaines œuvres de l’art contemporain…
Question « foto » j’ai opéré sans flash, mais comme de nombreux pavillons manquaient de clarté, parfois même étaient carrément dans la pénombre, j’ai dû souvent monter les iso en puissance provoquant du « bruit » sur les clichés concernés, j’implore votre indulgence

Premier pavillon, la Suisse…

01-2017-09-26-001

Reconstitution de l’autoportrait du sculpteur suisse Alberto Giacometti (1901-1966) réalisé en 1927…

02-2017-09-26-003

Deux œuvres de 2017, au fond à gauche « la Cage », devant à droite « l’oiseau » …

Heu, je vous rappelle que nous sommes dans une exposition d’art contemporain alors ne cherchez pas trop la porte de la cage ou les ailes de l’oiseau…

05-2017-09-26-013

Pavillon du Venezuela…

06-2017-09-26-017

œuvre poétique visuelle de Juan Calzadilla…

07-2017-09-26-019

 « Le projet conçu par l’artiste vise à composer un corps calligraphique pour montrer la solidité et le geste de dessin, des histoires couvrant toute la surface de la toile, mais qui révèlent en même temps l’expression impeccable du milieu plastique. » …

08-2017-09-26-031

Pavillon russe…

09-2017-09-26-034 

« L’œuvre est la métaphore d’un nouvel ordre mondial, dans lequel agression, terreur, vie irrationnelle des masses, stratégies sans précédents de contrôle et de surveillance pénètrent la vie de l’homme contemporain. » …

10-2017-09-26-038

« L’exposition invite le spectateur à traverser un monde apocalyptique dans une installation de sculptures à multiples facettes crée par Grisha Brusnik. »

11-2017-09-26-057

Pavillon Coréen…
« Ses néons tapageurs, à la croisée du motel américain, de Las Vegas et d’un paysage urbain en Corée » …

13-2017-09-26-084

« Brillamment traité par l’artiste Cody Choi, l’endroit est un mausolée burlesque qui donne une nouvelle voix à la guerre de Corée, dans laquelle 200 000 soldats sont morts. Criblés de cartes postales, de petits autels, d’objets, de médaillons, photos d’identité et de famille, de couvertures de presse figurant la mort du président Kim, les murs appellent l’intimité. » …

14-2017-09-26-086

J’ai aimé cette salle avec sur ses 4 murs des horloges donnant l’heure des villes du monde entier…

15-2017-09-26-092

Pavillon canadien…

16-2017-09-26-458

« Geoffrey Farmer a «explosé» l’architecture du pavillon en faisant décalotter le toit du bâtiment et en retirant toutes les parois vitrées de sa façade. Évoquant symboliquement l’ouverture retrouvée du Canada alors que les frontières et les esprits ont tendance à se fermer.

Jaillit de cette fontaine en céramique un immense geyser, source d’espoir et symbole de vie, qui s’en va chatouiller, 15 m plus haut, les feuilles des deux grands arbres, intégrés à l’origine dans la structure du pavillon. » …

17-2017-09-26-461

Pavillon de la Grande Bretagne…

18-2017-09-26-126

« Prenant entièrement d’assaut les différents espaces du Pavillon, en commençant par les extérieurs, Phyllida Barlow (née en 1944) a envisagé sa participation à la manière d’une expérience immersive, où ses sculptures monumentales guident le parcours du visiteur. »

19-2017-09-26-160

« Sur un mode quasi chorégraphique, il évolue parfois de façon malaisée tant les contours des œuvres s’octroient d’espace. Contourner l’œuvre pour mieux en saisir la portée dans un presque corps-à-corps ? Adepte depuis ses premiers travaux des matériaux banals, pour ne pas dire pauvres (bois, béton, tissus…), Barlow recycle régulièrement ces éléments pour la réalisation de nouvelles œuvres. En un éternel recommencement. » …

20-2017-09-26-146-Panorama

Le pavillon français transformé en studio musical mérite quelques explications…

« Dans cette installation immersive qui efface la lisibilité architecturale du Pavillon français, sols, murs et plafonds s’entrechoquent et forment un paysage de bois et de tissus abritant un studio d’enregistrement opérationnel. De multiples instruments, intégrés au sein de la construction, permettront à des musiciens d’horizons et registres divers (du classique à l’électronique, en passant par la nouvelle musique de composition et le folklore) de travailler sur place, individuellement ou en collaboration. » …

Nous sommes arrivés en pleine « Nouvelle Musique » qui n’est pas une de celles où je suis le plus réceptif, mais bon, ça me rappelle le festival Densités de Verdun où l’ambiance était super…

22-2017-09-26-165

« L’artiste envisage le Pavillon français comme un lieu actif plutôt que le réceptacle passif d’une programmation décidée en amont. Ainsi, l’activité du pavillon se déploie sur les 173 jours ouvrables de la Biennale, la liste des intervenants n’étant que partiellement dévoilée à l’avance. Une centaine de musiciens de tous pays viendront ainsi à Venise, travailler, réfléchir et jouer face à un public d’amateurs d’art qui n’est pas spécifiquement venu pour les écouter. » …

23-2017-09-26-167

Pavillon tchèque et slovaque …

24-2017-09-26-172

Le chant du cygne du pavillon tchèque et slovaque de Jana Zelibsk apparaît un peu kitsch, mais plutôt gai et reposant…

25-2017-09-26-175

Pavillon australien…

26-2017-09-26-176

« L’histoire et de la fiction sont au cœur de « My Horizon » de Tracey Moffatt, photographe et cinéaste contemporaine. Elle est la première artiste australienne indigène à représenter son pays à la Biennale de Venise depuis 1997. » … 

Deux séries de photographies et deux vidéos complètent le pavillon…

27-2017-09-26-178

J’aime particulièrement celle-là, évidemment…

28-2017-09-26-181

Pavillon de l’Uruguay…

29-2017-09-26-187

 « La loi de l’entonnoir », œuvre de Mario Sagradini, se compose d’une forme d’un corral pour les bétail bovins, appelé « entonnoir », utilisé en Uruguay au siècle XIX, reconstruite par l’artiste d’après une photographie.
L’œuvre fait allusion à l’inégalité dans le système juridique, la partie large pour quelques-uns, la plus étroite pour les plus nombreux avec deux entrées couronnées par des portails semblables à des guillotines. » …

31-2017-09-26-189

Pavillon des pays nordiques…

 32-2017-09-26-195

La Finlande expose dans ce pavillon, mais j’avoue ne pas avoir compris ni trouvé d’explications à cette monumentale sculpture qui remplit presque tout le bâtiment… J’y vois comme une vague, mais c’est mon esprit marin qui me la souffle…

33-2017-09-26-205

En revanche, j’aime les arbres pris dans la structure du pavillon…

34-2017-09-26-199

Le pavillon danois…

35-2017-09-26-207

Un seul tableau…

36-2017-09-26-210

Dans une ambiance vert nature…

36bis-2017-09-26-208

Pavillon espagnol…

37-2017-09-26-212

L’artiste Jordi Colomer représente une partie des édifices des appartements, hôtels 3 ou 4 étoiles, centre commerciaux construits le long du littoral espagnol entre les années 1968 et 2008…

38-2017-09-26-214

La « foto » confirme l’installation…

40-2017-09-26-218

Pavillon belge, une fois…

41-2017-09-26-219

« Dirk Braeckman est l’artiste choisi par la Communauté flamande.
Il utilise la photo comme un outil et la chambre noire comme un laboratoire. L’image emprunte son esthétique première au monochrome. »…

42-2017-09-26-220

Elle révèle des noirs profonds et des gris intenses. Des éclairs de lumière contrastent avec l’obscurité relative de toute apparition, car les lieux et les choses que l’œil distingue ont une présence fantomatique. Derrière un rideau, l’image voilée du réel fait apparaître un non-lieu, banal et familier, étrange et mystérieux. » …

43-2017-09-26-222

Pavillon néerlandais…

44-2017-09-26-228

« Au pavillon bien connu sous le nom de “Pavillon Revel”, on pourra voir une installation architectonique de Van Oldenborgh dans laquelle sont intégrées trois œuvres (dont le nouveau film de Van Oldenborgh “Cinema Olanda”). »

45-2017-09-26-229

« Les œuvres dévoilent des éléments encore insuffisamment mis en évidence du passé récent des Pays-Bas et les mettent en relation avec des mutations intervenues dans la société d’aujourd’hui. Le but est de montrer un autre visage d’un pays réputé transparent, progressiste et tolérant. » …

46-2017-09-26-230

Pavillon des États Unis d’Amérique…

47-2017-09-26-231

« Mark Bradford, sélectionné pour représenter les Etats-Unis bien avant l’élection de Donald Trump, s’est trouvé très mal à l’aise – en tant que noir et homosexuel – de devenir malgré lui le porte-drapeau d’un gouvernement qu’il ne représente pas du tout et qui ne le représente pas non plus. Il en a pris son parti en remaniant à sa façon l’architecture du pavillon d’inspiration palladienne, symbole du pouvoir des Blancs aux Etats-Unis. Pour rappeler que les Noirs ont longtemps été relégués à la position d’esclaves ou de domestiques, il a condamné la porte principale et a déplacé l’entrée vers une porte secondaire, comme si on entrait par la porte de service. A l’extérieur, des détritus répandus sur le sol évoquent l’état d’abandon dans lequel il voit son pays. Dans la première salle, une sculpture semblable à une énorme boursouflure tombant du plafond remplit presque tout l’espace de la pièce, obligeant les visiteurs à longer les murs. » …

48-2017-09-26-233

« Avec de la corde et du papier recouverts de peinture et javellisés, il a transformé les murs et la coupole de la rotonde qui sert habituellement d’entrée en une sorte de ruine obscure. » …

49-2017-09-26-240

Pavillon israélien…

51-2017-09-26-250

« L’artiste Gal Weinstein épaulé par la commissaire Tami Katz-Freidman proposent l’installation à même le sol de plaques de laine de verre altérées, imitant la moisissure. Posées sur toute la surface du pavillon, elles entrent en résonance avec les autres œuvres. » …

52-2017-09-26-252

« La sensation inonde tout l’espace, celle de ces agrégats de matière à la mesure de tâches libérées d’une éventuelle identification et de tout sens, celle de cet énorme nuage sculpté d’après un tir de missile. » …

54-2017-09-26-259

Pavillon hongrois…

55-2017-09-26-262

« À l’entrée, installation lumineuse de Gyula Varnai, un symbole, tout en néon bleu, jaune et vert, d’une colombe tenant un rameau d’olivier dans son bec, et en lettres capitales d’imprimerie le message suivant : “PEACE ON EARTH !”. Paix sur Terre ! … »

56-2017-09-26-264

« Un arc-en-ciel composé de plus de 8 000 badges et pins colorés. La vue d’ensemble propose un arc scintillant et pixellisé, aux couleurs vives. » … 

57-2017-09-26-266

« Mais dès que le spectateur s’approche du Rainbow, chaque élément est unique : un pin militant anti-nucléaire, un autre à l’effigie d’une entreprise d’État, d’un événement politique ou encore d’un produit de consommation. Symboles de la production de masse et du militantisme fièrement arboré dans les années 1950 à 1970, ces petites pièces de métal incarnaient le désir d’un avenir meilleur. Avec la matérialisation de l’arc-en-ciel, la représentation du futur projetée par la propagande est toujours positive, car des visions plus négatives ou dystrophiques auraient eu un effet contre-productif auprès de la communauté. L’idée d’un rassemblement de tous ces combats forme une unité colorée, enviable, mais hélas irréalisable. » …

58-2017-09-26-269

Le grand pavillon de la Biennale au bout de l’allée centrale…
Ce fut le premier pavillon national représentant bien sûr l’Italie, bâti aux « Giardini » en1894… Le second pavillon bâti fut le pavillon belge en 1905… S’en suivirent ensuite tous les autres…

59-2017-09-26-457

« Installé au milieu du pavillon, un grand atelier participatif accueille des volontaires autour du projet Green light d’Olafur Eliasson.
L’artiste dano-islandais a invité des demandeurs d’asile à participer au montage et à la production de lampes modulables qui sont ensuite vendues au profit d’associations soutenant les migrants. » …

60-2017-09-26-282

« En échange, il offre aux participants – la loi ne permet pas de les payer – des repas, une assistance légale et psychologique, des cours de langues, etc. Une initiative louable, mais sur laquelle beaucoup trouvent à redire lui reprochant de verser dans le paternalisme. » …

61-2017-09-26-281

Nous ne raterons pas le pavillon vénitien…

73-2017-09-26-331

Où le Lion de San Marco nous accueille…

74-2017-09-26-332

La route des épices des navigateurs vénitiens et les senteurs de l’Orient…
Et multitudes d’autres choses à voir sur l’artisanat vénitien, je ne voudrais pas avoir l’air chauvin mais c’est le pavillon que j’ai préféré…

75-2017-09-26-383

Nous terminerons ce parcours, loin d’être exhaustif, avec le pavillon autrichien…

79-2017-09-26-429

Une caravane dans le pavillon…

« La caravane est en soi le croisement paradoxal entre une habitation, c’est-à-dire une propriété immobilière, et une voiture, c’est-à-dire la mobilité. Une caravane confinée dans un espace, dans un pavillon, a perdu sa raison d’être.
Les visiteurs expérimentent à la fois le dynamisme et le nomadisme, le confinement et l’exclusion, la mobilité et l’immobilité. » …

81-2017-09-26-434

Même philosophie comme pour ce camion posé sur sa cabine, ce transfert sur la mobilité et l’immobilité …

80-2017-09-26-433-Panorama

Le visiteur peut pénétrer dans le camion…

82-2017-09-26-440

Et arriver au sommet pour un clin d’œil sur le paysage vénitien, en l’occurrence le rio dei Giardini…

83-2017-09-26-451-Panorama

Voilà pour la Biennale côté « Giardini »…

Si vous souhaitez la visiter, dépêchez-vous, fermeture le dimanche 26 novembre…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : musées & expos & monuments | 14 Commentaires »

MARCHÉ AUX POISSONS DE RIALTO par HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 23 septembre 2017

Le troisième et dernier tableau de Hugo H. pour rattraper mon retard…

Ce tableau serait même bien mon préféré, quoique j’aime aussi beaucoup les deux précédents……

Une huile sur toile, format carré de 60x60cm intitulée :

« Marché aux poissons de Rialto » …

Marché1-1024

Présentation par l’auteur de l’œuvre :

« La halle principale du marché aux poissons de Rialto. Reconstruite dans les années vingt après avoir reçu une bombe lors de la première guerre mondiale.
Une halle moderne mais qui date encore d’une époque où l’on savait construire en harmonie avec un environnement patrimonial ancien.
Dans mon tableau, plus de poissons, plus personne…
La halle vient être lavée après une matinée de marché. J’arrive toujours un peu tard…
Le soleil passe à travers les toiles cirées des rideaux, éclairant de rouge l’intérieur de la halle. Le sol mouillé reflète leur éclat. » …

La ville vient de changer les rideaux du marché au grand dam de nombreux vénitiens, tout comme Hugo qui s’exprime à ce sujet…L’opinion de l’artiste :

 

« Malheureusement, la commune de Venise a remplacé ces merveilles d’authenticité par des textiles tout neufs qui n’ont rien à voir. Bien tendues à plat sur des rails en aluminium très moches. Finies les barres d’acier toutes fines, finis les drapés, finie la lumière colorée… C’est ça le progrès…
Ce tableau restera un témoin d’une époque révolue depuis si peu…
Bref, une toile tout en tons chauds. Rouge de cadmium foncé, Terre d’ombre brûlée, Ocre jaune… noir et blanc. »

Retour en arrière…

Le premier croquis monochrome de l’œuvre :

marché2 06-05-1024

Évolution 10 jours plus tard avec correction des lignes de fuite…

marché4 06-15 2-1024

Un petit coup de rouge par ci…

marché5 06-19 1-1024

À ce niveau l’artiste interpelle :

« Bon si je vous montre ça, vous ne voyez pas la différence avec l’étape précédente ?…
Et pourtant ! » …

Heu, ben si quand même, mais faut avoir le nez dessus…

marché7 06-30-1024

« Y’avait cette rigole en métal au sol du marché aux poissons qui me chagrinait…ça va mieux comme base maintenant. »…

marché8 08-05-1024

« Séance sur les reflets et les tonalités des poteaux et du premier plan. » …

marché9 08-12-1024

Et enfin l’œuvre au stade final…

Marché1-1024

J’adore ce tableau du fait de m’être baladé tant de fois dans cette halle aux poissons pour faire mes courses…

Hugo H. n’a pas encore livré le prix de l’œuvre, ce sera pour plus tard…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 12 Commentaires »

FLEURS DE FLAMBOYANT par HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 23 septembre 2017

Je continue mon rattrapage des tableaux de Hugo H. avec une œuvre très imposante de 3 mètres de long sur 1 de large, peinture à l’huile sur toile, intitulée « Fleurs de Flamboyant » …

Flamb01 09-01 Montage-1024

L’œuvre porte bien son nom !…

La génèse du tableau commentée par l’artiste :

« C’est la fin d’un travail commencé il y a plus d’un an : une composition de deux toiles de 100x150cm (donc oui, 3 mètres de large au total) de fleurs de flamboyant. Cet arbre tropical qui fait exploser la couleur rouge avec une floraison si exubérante qu’elle recouvre son feuillage. » … 

La première des deux toiles composant le tableau…

Flamb02  09-01-1024

La seconde, un peu agrandie permettant de voir le détail…

Flamb03 09-01-1024

C’est un arbre tropical, d’accord, mais nous ne voyons pas l’arbre, rien que des fleurs sur fond blanc…
Donne-nous quelques explications sur la composition de ce tableau, Hugo…

« Tant qu’à en faire un tableau, poussons le bouchon un peu plus loin en oubliant carrément branches et feuilles. Restons focalisés sur les fleurs et leurs boutons. Dans une pose naturelle, comme si elles étaient sur l’arbre cependant… pas de bouquet ici, mais plutôt un feu d’artifice de pétales rouges.
Pas une nature morte, mais plutôt une inspiration textile… avec un fond neutre, lisse, abstrait qui souligne le contraste, la couleur, les contours. » …

Ce qui frappe également c’est les couleurs flashies de ces fleurs rouges flamboyantes, c’est le moins que l’on puisse dire :

« Le rouge de cadmium est l’unique pigment de ces pétales, dans une recherche de vivacité absolue. Difficile à prendre en photo… C’est en tout cas bien trop “flamboyant” pour mon appareil (ou mon aptitude à la photographie) … Les fleurs de l’arrière-plan baissent en saturation et en contraste, pour donner de la profondeur.
Le fond tout blanc est destiné à un mur blanc, bien sûr… Un grand, oui… Grand et blanc ! » …

Hugo H. nous ayant présenté son œuvre, remontons quelque peu dans le temps, sans aller jusqu’à 1 an, mais voyons l’artiste dans son atelier et devant sa toile au mois de mai dernier…

flamb04 -1024

Hugo fait alors le point et reprend l’élaboration de l’œuvre :

« Après la parenthèse hivernale, retour au cadre géant des fleurs. Premièrement, finir le dessin en lui-même donc mise en place des étamines (pas encore finies du tout ; en fait on remarque surtout l’apparition de pointillés jaunes qui indiquent la position des anthères). Ça commençait à me stresser ces corolles vides en leur centre… ensuite un petit travail sur l’arrière-plan en rose clair. C’est tout pour aujourd’hui (ça passe vite). » …

flamb05  05-11 seul-1024

Au passage, pour les « anthères » j’ai dû regarder la définition dans le dico :
Partie supérieure fertile de l’étamine des fleurs, où se forment les grains de pollen
Merci Hugo, je me sens moins ignare, lol…

Détails…

flamb06 05-1-1024

Au mois de juin, l’œuvre commence tranquillement à pendre son apparence définitive…

« Pistils et étamines prennent forme doucement, doucement… la leçon du jour : tout dessiner depuis le début (sauf vraiment les petits détails d’un centimètre). Avec de la patience, on va y arriver, allez ! » …

flamb07 06-24-1024

Au mois d’aout, ça sent l’avoine…

« Ce n’est pas encore tout à fait raccord, mais on approche du but ! » …

flamb08 08-03-1024

Le néophyte n’a pas conscience de la somme de travail et des heures passées pour réaliser une telle œuvre…

« Aujourd’hui c’était le tour du deuxième format…
J’y ai passé toute la journée ! » …

flamb09 08-03-2-1024

Et voici enfin l’œuvre accomplie en ce mois de septembre 2017…

Flamb01 09-01 Montage-1024

J’ai pris pour habitude en fin d’article de mettre systématiquement le prix des œuvres de Hugo H. …
Ce n’est pas dans un esprit mercantile, je n’y ai d’ailleurs aucun intérêt personnel, mais toute peine mérite salaire et il serait juste que l’artiste puisse vivre de son art…

Fleurs de flamboyant I et II, 100x150cm, 1490€ chacune…
Ou 2200€ les deux, c’est à dire l’oeuvre dans son ensemble…

Claudio Boaretto

 

Publié dans Peinture & Dessins | 10 Commentaires »

PLATAX par HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 14 septembre 2017

Avec la « Mostra del Cinema » me voilà en retard dans la publication des œuvres picturales de Hugo H…

Voici une belle huile sur toile de lin de 70 x 120 cm, intitulée Platax…

Platax1-1024

La motivation de l’artiste :

« Voici un banc de platax (c’est le nom latin de la famille que nous utilisons en français) que j’ai rencontré à Playa del Carmen, au Mexique…

Ces indolents poissons qui vivent en bancs sont relativement curieux… de temps en temps, l’un d’eux s’approche et vient te regarder avec ses yeux ronds. Ils ont une petite bouche toujours entrouverte qui leur donne l’air d’avoir envie de te parler. Je les adore !

Quelques explications quant aux couleurs et à la composition de l’œuvre :

« Les observer en contre-plongée dans une eau cristalline fait apparaître le ciel en arrière-plan. On dirait une envolée de poissons !
Au centre, une zone plus claire pourrait aussi bien être l’écume de la crête d’une vague qu’un nuage…

Ces poissons, comme pratiquement tous ceux qui nagent en pleine eau sont tout brillants pour se fondre dans leur environnement. Les spécimens en haut du format reflètent la lumière du soleil et sont les plus contrastés. Ceux en bas à gauche, situés plus profond, sont pratiquement ton sur ton dans le bleu de l’eau. 

On dirait que tout est de la même couleur mais il n’en est rien. Trouver les teintes et les nuances fut un travail passionnant ! »

Voyons l’évolution de l’œuvre dans le temps avec les commentaires de l’artiste en temps réel,
Retour début avril :

platax3-1024

Et voilà les poissons. Ce sont des platax. Ces poissons argentés reflètent bien les couleurs alentour.
Comme ils sont vus du dessous, la plupart d’entre eux brille au soleil, rendant une lumière disons blanche…
je me demande si ce ne serait d’ailleurs pas l’occasion de tester enfin ma peinture argentée… Les ombres sont vertes.
La lumière indirecte qui vient du fond sableux sur le ventre des poissons apparait verte aussi.
Pour l’instant ça manque un peu de couleur mais plus encore de contraste : je me suis méfié du noir et ne l’ai utilisé qu’avec parcimonie car il « réchauffe » les teintes et fait apparaître les ombres trop brunes (donc plus du tout aquatiques). Pour l’instant, il n’y a pratiquement sur cette toile que du bleu de cobalt, du jaune et du blanc.

Fin avril :

platax2-1024

« Bon, ça avance mais je commence à pouvoir évaluer le chemin qui reste à faire pour finir ces poissons… et il est assez conséquent. Je dois également vous annoncer une expo pour les mois de mai et juin… c’est à dire bientôt. Jusque-là tout va bien sauf que l’expo est censée inclure ce tableau (pitié ne me demandez pas pourquoi) ! »

Il est vrai que ce tableau fut exposé alors qu’il n’était pas encore tout à fait terminé…
Mais, malins, il était accroché en haut d’un passage, donc on ne pouvait pas vraiment mettre le nez dessus…

14 aout :

platax4-1024

« Il était quasiment fini depuis longtemps celui-ci. Je l’ai exposé entre temps. Je me demandais s’il fallait rajouter un peu de brillant… et si. »

Ce magnifique et grand tableau de 1,20 mètre est « acquisitIionable » pour la somme de 1050€…

Platax1-1024

Avis aux amateurs…

Claudio Boaretto

Publié dans Peinture & Dessins | 14 Commentaires »

LE PALMARES DE LA 74ème « MOSTRA DEL CINEMA DI VENEZIA »

Posté par Claudio Boaretto le 10 septembre 2017

LE PALMARES DE LA 74ème « MOSTRA DEL CINEMA DI VENEZIA »

Voilà, la MOSTRA s’est terminée hier soir, le tapis rouge est désormais désert, place au palmarès…

00-2017-09-08-496

N’ayez crainte, je ne vais pas vous assommer avec les résultats détaillés des 5 jury, ces résultats sont diffusés sur tous les magazines spécialisés, télés et radios du monde entier, bien mieux que je ne pourrais le faire…

Je vais simplement vous donner les 3 résultats les plus importants et ceux attribués aux films français nominés que nous avons sélectionnés et visionnés…

Comme nous n’étions pas dans la salle je vous communique les résultats diffusés par la RAI, par grand écran interposé que je n’ai pas hésité à shooter…

Le Lion d’Or est attribué à :

01-2017-09-09-279

Guillermo del Toro pour son film « The Shape of Water »…

02-2017-09-09-278

Célèbre réalisateur, scénariste, romancier et producteur de cinéma mexicain…

Je l’avais shooté sur le tapis rouge le 31 aout aux débuts de la Mostra…

03-2017-08-31-425

Avec l’actrice principale du film, Sally Hawkins…
Mais je n’avais pas publié d’article car pas eu le temps de voir le film, il faut toujours faire des choix, trop de films projetés à la Mostra…

04-2017-08-31-433

La coupe du meilleur acteur est attribué à :

05-2017-09-09-249

Kamel El Basha, acteur palestinien, pour sa prestation dans « L’Insulte »…
Film que nous avons failli voir mais renoncé au dernier instant car un autre film à visionner se chevauchait dans la même journée…

06-2017-09-09-250

La coupe de la meilleure actrice est attribuée à :

07-2017-09-09-254

Charlotte Rampling, un monstre sacré du cinéma, pour son interprétation dans le film « Hannah…

08-2017-09-09-259

Intéressons-nous maintenant à nos films français…

Le lion du futur est attribué à :

09-2017-09-09-207

Xavier Legrand pour son film « Jusqu’à la Garde » …

Souvenez-vous, c’est le dernier film français que nous avons vu…

11-2017-09-08-1025

En plus du prix il est attribué, en signe d’encouragement, un chèque de 50 000 dollars au film…

Le producteur Alexandre Gravas est aussi sur scène pour recevoir le chèque…

10-2017-09-09-208

Maintenant dans la section « Orizzonti », le prix de la meilleure actrice est attribué à :

12-2017-09-09-222

Lyna Khoudri pour son interprétation dans le film « Les Bienheureux » …

13-2017-09-09-214

Nous l’avions shooté en salle et sur le tapis rouge de la « Sala Darsena » …

14--2017-09-06-204

Elle a prononcé un magnifique discours sur la situation des femmes en Algérie, discours très applaudi…

15-2017-09-09-215

La voici avec son Lion de la Mostra…

15-2017-09-09-219

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin…

Car juste après le « Lion d’Or », pour le meilleur film gagné par Guillermo del Toro, il y a le « Lion d’Argent » pour le meilleur réalisateur…

Et ce « Lion d’Argent » est attribué à qui ?…

16-2017-09-09-271

Xavier Legrand pour son film « Jusqu’à la Garde » …

Seconde et prestigieuse récompense pour un premier long métrage, il cumule !…

Sur le tapis rouge, nous l’avions vu ainsi heureux…

17-2017-09-08-524

Ils nous le rendent comme ça :

18-2017-09-09-264

Terrassé par l’émotion, il a eu beaucoup de difficulté à prononcer quelques mots de remerciements…

19-2017-09-09-267

Le voici avec son « Lion d’Argent » et nous sommes heureux pour lui et pour le cinéma français, Cocorico ! …

20-2017-09-09-270

La Mostra est terminée, nous avons passé 10 jours formidables…
Nous retrouverons le Tapis Rouge l’année prochaine…

21-2017-09-08-500

En attendant, un peu de repos…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 8 Commentaires »

12345...91
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance