LE JOUR DE L’AN DES VIEUX ADOS ET LES « IBERNISTI » À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 6 janvier 2020

Comme tous les ans, les « Vieux Ados » se réunissent pour fêter ensemble la nouvelle année… 

L’an dernier nous nous retrouvions à Belle-Isle-en-Mer, à notre tour cette année de recevoir les « Vieux Ados » à Venise…

En cours d’année avec Photoshop je m’amusais à colorier les cheveux des filles de la bande… Du coup voici qu’elles débarquent avec des perruques semblables aux couleurs affublées dans mes « foto »…
Quel éclat de rire !…

« Foto » prise de ma fenêtre à leur arrivée…

1 2019-12-31 11

Les filles sur le perron de notre immeuble…
« Foto » prise par Jean-Claude O, l’autre « fotograf » de la bande…

2 1 IMG_8515

En avant pour le trombinoscope avec ces belles chevelures flashies…

Dominique, de Chissay en Touraine…

3 2019-12-31 16

Son époux, Jean-Claude O. dont j’adore les lunettes de vue…

4 2019-12-31 21

Marie-Jo, de Ver-sur-Mer en Normandie…

5 2019-12-31 20

Son mari, Didi, « fotograf » à ses heures lui aussi…

6 2019-12-31 30

Lili, de Belle-Isle-en-Mer en Bretagne Sud…

7 2019-12-31 25

Sa fille, Gwenaëlle…

8 2019-12-31 22

Franck, le mari de Gwenaëlle…

 9 2019-12-31 18

Maryse, de Houilles en Région Parisienne…

10 2019-12-31 23

Son époux, Michel…

11 2019-12-31 29

Arlette, de Lyon…

12 2019-12-31 36

Son Mari, Jean-Claude K.

13 2019-12-31 31

Evelyne, de Venise…

14 2019-12-31 19

Son compagnon, Claudio, soit ma pomme shootée Jean-Claude O.
Pour une fois, j’apparais sur les « foto »

15 4 IMG_8526

Comme tous les ans, « Ki Ké d’service » pour le Spritz ? …
Encore Bibi…

16 7 IMG_8534

Après le Spritz, le menu de la Saint-Sylvestre sur une belle image de Venise la nuit en fin de « aqua alta »…

17 1 2018-04-16-018-PS

Début des agapes avec l’attaque du foie gras de canard et son confit de figue sur pain d’épices…

17 2019-12-31 38

Après le réveillon, la remise des traditionnels cadeaux et le spectacle du feu d’artifice sur la terrasse de l’immeuble, suit la passation du Trophée détenu par Lili qui nous accueillait l’année dernière à Belle-Isle-en Mer…

18 2020-01-01 41

Passage à Evelyne…

19 2020-01-01 44

Le trophée restera sous bonne garde à Venise jusqu’à la prochaine année…

20 2020-01-01 45

Le lendemain matin, 1er janvier 2020, rendez-vous à midi sur la plage de Lido de Venise pour le premier bain des « Ibernisti », nom donné à ceux qui se baignent en mer l’hiver, nous pourrions traduire par « Hibernistes » si le mot existait en français…

Un grand calicot nous accueille sur la plage :
« Les hibernistes vénitiens vous souhaite un bon 2020 »

21 2020-01-01 14

Un rendez-vous incontournable pour les vénitiens car après le bain de midi, la commune de Venise offre à la population le traditionnel plat de lentilles (pour avoir des sous toute l’année), le « Museto » cette saucisse bien grasse originaire de Vénétie et du Frioul, un verre de vin et une part de « Panetone », gâteau inévitable de fin d’année en Italie…

11:30 les vénitiens arrivent sur la plage…
Au premier plan, Evelyne…

22 2020-01-01 15

Un animateur, faiseur de bulles de savon, s’active pour les enfants qui tentent d’attraper ces grosses boules transparentes…

23 2020-01-01 28

Tandis que déjà les cuisiniers s’affairent…

23 2020-01-01 45

Dans ces grosses casseroles mijotent les lentilles à la tomate alors que dans le plat rectangulaire attend bien au chaud le « Museto »…

24 2020-01-01 48

Un peu plus loin, les verres de vin sont prêts, plusieurs jarres sont en réserve…

25 2020-01-01 56

En fin de parcours, on coupe les tranches de « Panetone »…

26 2020-01-01 43

La foule commence à s’amasser en bord de mer…

27 2020-01-01 77

Alors qu’entre les digues brise-lames quelques cavaliers font le spectacle trottant et galopant dans l’eau…

28 2020-01-01 120

Les smartphones sont de sortie pour « fotografier » les chevaux…
En arrière-plan le palace 5 étoiles « Excelsior »…

29 2020-01-01 109

Les « Ibernisiti » arrivent…

30 2020-01-01 230

Et posent pour la « foto » devant le calicot…

31 2020-01-01 235

Ils pénètrent dans l’eau quasiment glacée sous le regard amusé et admiratif des vénitiens…

32 2020-01-01 269

Une fois dans l’eau, il s’agit de se remuer pour ne pas prendre froid…

33 2020-01-01 362

Certains/es renoncent et rentrent rapidement…

34 2020-01-01 344

Mais la plupart barbotent, s’amusent et brandissent une banderole imperméable « Buon 2020 »…

35 2020-01-01 414

Il faut maintenant rentrer pour se mettre au sec et au chaud…

Tandis que je shoote, je remarque, sur la gauche de la « foto », un « fotograf » professionnel qui doit bosser pour un journal, chaussé de cuissardes et équipé d’un appareil pro… Il me regarde avec insistance…
Il est vrai que je suis aussi en bottes et que mon appareil n’a rien à envier au sien…

36 2020-01-01 458

Son regard n’a pas l’air amène, je dois l’intriguer… Il se demande surement pour quel canard je travaille…

Pour aucun mon gars, je shoote pour « ma gueule », je suis un électron libre…

37 2020-01-01 459

Les « hibernistes » rentrent dans la bonne humeur…

38 2020-01-01 461

 

39 2020-01-01 477

Pas que des jeunes dans l’eau, les anciens ne cèdent pas leurs places, bravo et respect !…

40 2020-01-01 500

Revenons à nos Vieux Ados…

Marie-Jo et Lili, on dirait deux stars de cinéma des années 30 installées sur leur siège en attendant le tournage…

41 2020-01-01 528

Rejointes par Didi, Gwenaëlle et Franck, munis de leur assiette…

42 2020-01-01 529-PS

Quant à Michel, notre Doctor es Sciences, il réussit à tenir simultanément son plat de lentilles museto, son verre de vin, sa serviette et son morceau de panetone !… Ces scientifiques nous étonnerons toujours…

43 2020-01-01 538

Maryse, Dominique, Arlette et Michel aux prises avec leurs lentilles…

44 2020-01-01 552

Sans oublier Jean-Claude O. …

Quand même très sympathique ce plat de lentilles sur la plage…

45 2020-01-01 561

Terminons ce reportage illustré par cette magnifique « foto » de groupe de Jean-Claude O. prise le soir de la Saint Sylvestre…

46 10 IMG_8546

À l’année prochaine…

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements | 32 Commentaires »

L’ARBRE DE NOËL DE LA PLACE SAN MARCO À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 23 décembre 2019

Noël dans deux jours et le temps venu de « fotografier » le sapin de la Place Saint Marc, obligation pour ce faire d’attendre la nuit tombée pour profiter de son illumination…

Chemin faisant, nous shootons le sapin du quartier familial plus modeste mais joli quand-même, placé au bout de la via Garibaldi avec San Giorgio en toile de fond…

1 2019-12-22 23-PS

La via Garibaldi elle-même ne rougit pas de ses illuminations…

2 2019-12-22 28

Le fameux sapin de la place Saint Marc, fotografié par tous les touristes…

4 blanches étoiles filantes courent autour du sapin, mais comme je shoote en pause longue (30 secondes), résultat : 4 traits blancs…

3 2019-12-22 4

Nous admirons comme tous les ans les illuminations sous les arcades des Procuraties parcourant le tour le place…

4 2019-12-22 17

La place et ses arcades…

5 2019-12-22 18

La façade des « Procuratie Nuove »…

6 2019-12-22 19

La porte de l’horloge qui donne vers les « Mercerie »…

7 2019-12-22 20

Là-haut, les maures attendent l’Heure pour frapper de leur marteau la cloche de bronze…

8 2019-12-22 20

Les arcades, toujours spectaculaires en ces périodes de fêtes…

De nombreux « fotografs » ne jurent que par le Noir & Blanc prétendument plus artistique, personnellement je préfère la couleur, mais parfois le N&B s’adapte plus facilement à certains clichés…

9 2019-12-22 8

L’incontournable Basilique Saint-Marc, toujours aussi belle de jour comme de nuit…

10 2019-12-22 21

Terminons par le sapin devant la mythique « Piazzetta » et ses deux colonnes…

11 2019-12-22 16

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année à tous…
Claudio Boaretto

Publié dans 01 Venise : curiosités | 33 Commentaires »

« SCUOLA GRANDE DELLA MISERICORDIA » À VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 12 décembre 2019

Samedi 7 décembre 2019, les guides touristiques de Venise organisaient de nombreuses visites guidées et payantes pour soutenir les travaux urgents de réparation des dommages de la « Scuola Grande San Giovanni Evangelista » causés par « l’aqua alta » du mardi 12 novembre, les visiteurs donnant une participation financière libre…

Nous décidons de participer à la visite de la « Scuola Grande della Misericordia » (La Grande École de la Miséricorde)…

Ne nous méprenons pas sur le terme « École »…

L’origine des « Scuole Grandi », ou « Schole Grandi » en vénitien, provient d’anciennes congrégations médiévales dédiées à la prière et, en certaines occasions, à la mortification de la chair que les frères s’infligeaient à eux-mêmes avec l’usage du fouet. Ces dernières furent contrecarrées et interdites par le Gouvernement de la République de Venise opposé à l’extrémisme religieux…

La dénomination de « Schola grande » utilisée dans la période du XIIIe au XIVe siècle, s’avère donc du point de vue formel impropre ; par la suite la République de Venise s’ingéra profondément dans les « écoles », en contrôlant pleinement leurs activités et les poussant vers la bienfaisance publique et la solidarité…

Au XVe siècle, les « Schole Grandi » deviennent des institutions sociales respectables et souvent riches, se consacrant à diverses activités philanthropiques et à la gestion du patrimoine accumulé par des legs de grandes familles vénitiennes…

Un système des commandes d’œuvres d’art s’organise à l’intérieur d’un réseau complexe d’échanges et de conflits, d’intérêts économiques corporatifs et contributions patriciennes occasionnelles. Dans ce processus très élaboré, le parti pris décoratif compte peu au regard de la volonté d’affirmation du prestige d’un particulier, d’un groupe ou d’une institution…

Voilà pour situer le cadre historique…

Il existe 7 Grandes Écoles à Venise :

Scuola Grande dei Carmini (fin du XVIIe siècle)

Scuola Grande di San Teodoro, instituée en 1522,

Scuola Grande di Santa Maria della Carità, instituée en 1260,

Scuola Grande di San Marco, instituée en 1261,

Scuola Grande di San Giovanni Evangelista, instituée en 1261,

Scuola Grande della Misericordia, instituée en 1308,

Scuola Grande de San Rocco, instituée en 1478…

Nous voilà partis pour la visite guidée de la Grande École de la Miséricorde…

Cette Grande École se singularise par son dédoublement, nous distinguons la « Scuola Vecchia » et la « Scuola Nuova » (la vieille et la neuve)…

L’école construite en 1318, à côté de l’église abbatiale de Cannaregio, s’avère vu le nombre toujours croissant de membres trop petite et conduit à la construction de la « Scuola Nuova della Misericordia », projet confié en 1507 à l’architecte Alessandro Leopardi, qui commença la construction. Les travaux se poursuivirent avec Tullio Lombardo pour s’achever en 1545 avec Jacopo Sansovino, tandis que le transport du mobilier sacré ne s’effectua solennellement qu’en 1589…

Comme je désire « fotografier » les extérieurs des « écoles », nous arrivons en avance, passant sous les arcades de la « Scuola Vecchia » pour déboucher sur le « Campo de l’Abbazia »…

1 2019-12-08 19

Sur le campo, la face de la « Scuola Vecchia », non prévue dans la visite guidée, nous ne visiterons que la « Scuola Nuova »…

2 2019-12-08 100-PS

Un quart de tour sur la gauche et, de l’autre côté du « Rio della Sensa », nous trouvons l’arrière de la « Scuola Nuova », bien plus haute et imposante que la « Vecchia »…

3 2019-12-08 101-Panorama-PS

Tellement imposante que j’éprouve quelques difficultés à la shooter dans son ensemble, pas assez de recul, même avec mon objectif grand-angle je suis obligé de prendre 2 « foto », le bas et le haut pour ensuite les assembler sans vraiment pouvoir corriger les défauts de perspective dus au grand-angle…

4 2019-12-08 29-Panorama

Comment faire alors pour la shooter l’école dans sa longueur ?… Mission impossible ?…

Regardant de l’autre côté du large « Canale della Misericordia » je repère entre deux palais un petit bâtiment blanc avec un porche donnant sur le canal… Si porche privé, « foutu », si porche public, que voilà un bon post pour shooter le profil de la bâtisse…

4b 2019-12-08 94

Je tente l’aventure, pas évident de trouver le chemin, deux ponts à passer, puis un sotoportego pour rejoindre la « Calle della Racheta » et au bout de la calle, coup de chance, le sotoportego est public ! …

Je vous mets le parcours, les deux flèches jaunes représentant la direction de mes clichés…

4c Capture d'écran 2019-12-11 10.50.48

L’école dans toute sa longueur, je suis satisfait…

5 2019-12-08 39

Avec même un petit cadre dans le cadre…

6 2019-12-08 50

Visant sur la droite, la « Scuola Vecchia » et « l’Abbazia Santa Maria Valverde»…

7 2019-12-08 46

Revenus à notre point de départ, la visite guidée commence…
Par la porte avant principale nous pénétrons dans l’école…
S’offre à notre regard un immense salon divisé en trois parties par de grandes colonnes corinthiennes élevées sur de hauts piédestaux…

8 2019-12-07 49

Je m’avance jusqu’à l’extrémité de cette très grande salle pour prendre le salon depuis le fond où devant la porte d’entrée se rassemblent les visiteurs attendant le guide…

Je constate que cet immense salon ne contient aucun mobilier, aucune statue, aucune peinture, aucune sculpture… Un salon vide d’œuvres d’art mis à part le bâtiment en lui-même…

9 2019-12-07 51

La guide rassemble tout le monde au milieu de cet espace et commence et commente dans des explications de détails ; l’architecte machin à construit cela, repris par l’architecte chose tandis que le prélat untel a commandé ceci, etc., etc. …

Une heure plus tard, toujours debout au même endroit, la moitié des gens perd le fil du discours, moi le premier, certains même fatigués s’assoient carrément parterre…

10 2019-12-07 63

Je m’éloigne du groupe et mon œil de petit « fotograf » cherche des angles originaux à « fotografier »…

11 2019-12-07 61

Heu, pas évident…

12 2019-12-07 57-PS

Mis à part les murs, les colonnes et les fenêtre, rien à voir…

13 2019-12-07 58-PS-2

Je repère le grand escalier au milieu de la salle et l’emprunte subrepticement…

14 2019-12-07 56-PS

Arrivé au premier palier, une petite volée de marches sur la droite nous mène au second palier…

15 2019-12-07 76

Où une troisième volée de marches, plus grande, semble mener directement à l’étage supérieur…

16 2019-12-07 107

Je débouche alors sur une grande salle occupant tout l’étage avec une impression de vide plus grande encore qu’au rez de chaussée, du fait de l’absence des colonnes…

Vue dans un sens…

17 2019-12-07 83

Vue dans l’autre…

18 2019-12-07 86

Une plaque sur un mur que mon latin scolaire enlisé dans les méandres de ma mémoire ne sait plus traduire…
Je n’arrive même pas à déchiffrer la date, si je pars du « D » je lis 788 mais je ne sais interpréter le C, le I, et le C à l’envers devant ; avis aux amateurs, donnez-moi la réponse…

19 2019-12-07 92

Entre chaque fenêtre les portraits sur pied des douze grands prophètes peints par Alvise da Friso, neveu et disciple du grand Paolo Vérones mais dont le talent n’atteint pas celui du maître…

Salomon…

20 2019-12-07 93

Prophètes entre des colonnes et projetant une ombre pour faire croire à des statues en relief, une sorte de trompe l’œil, mais qui ne trompe personne… Des peintures mal vieillies, fades et très abîmées…

Zacharie…

21 2019-12-07 95

Donc à part les murs et les fenêtres, rien à shooter…
Je tente un angle…

22 2019-12-07 100

Je redescends au second palier…

23 2019-12-07 104

Depuis le premier palier, je constate avec stupeur que les visiteurs debout à la même place écoutent toujours le discours de la guide…

24 2019-12-07 78

Je fais un petit signe à ma compagne et nous nous éclipsons discrètement de la compagnie et de la salle…

25 2019-12-07 108

Une fois dehors, nous ne regrettons pas notre participation financière, c’était pour la bonne cause, mais sommes déçu par cette visite guidée…

Pour me consoler, tout près de l’école je shoote le pont « Chiodo », le seul pont de Venise sans parapet…

26 2019-12-08 37

Claudio Boaretto

Publié dans 03 Venise : musées & expos & monuments & Architecture | 26 Commentaires »

LA BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE VENISE, CÔTÉ ARSENAL

Posté par Claudio Boaretto le 23 novembre 2019

L’avant-dernière semaine de novembre 2019, nous visitons la partie « Arsenale » de la Biennale d’art contemporain de Venise sachant qu’elle ferme ses portes dimanche prochain…

Devant l’espace immense, pour ce reportage je me focalise sur les sculptures, les performances et les installations, évitant ainsi peintures et « fotografies » car quoi de plus ballot que de « fotografier » une « foto »…
Les paragraphes écrits en bleu et en italique proviennent des billets explicatifs des œuvres ou du Net…

La première œuvre que nous rencontrons s’intitulent :
« March of the Valedictorians » de Jesse Darling, artiste anglaise…

Des chaises en plastiques avec de grandes pattes en acier et quelques rubans qui pendent…
À priori, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais si nous lisons les explications :

« Vieilles chaises soutenues par des tiges élancées, qui les rendent tremblantes et apparemment fragiles, forment une installation à la fois intense et non monumentale d’où naît le sentiment de soutien mutuel.
La chaise en plastique rouge est un objet de grand poids psychodynamique. En l’adoptant, Darling prend une icône sans prétention de notre psyché collective de l’enfance et applique une énergie sinistre et mutante.  etc. etc. …»

Je me demande si l’œuvre contemporaine n’est pas plutôt le texte qui la définit…

1 2019-11-20 1

« Nowhere » de Yin Xiuzhen, artiste chinoise…
Deux roues géantes et spectaculaires enveloppées de tissu noir se profilent dans les airs, plutôt que de se déplacer sur le sol comme on devrait s’y attendre…

3 2019-11-20 9

« Trojan » de Yin Xiuzhen…
cadre en acier, vêtements usés, œuvre géante de 570 x 220 x 151 cm.

 « Un passager sur un siège d’avion assume la position indiquée par les instructions de sécurité. Trojan incite les visiteurs d’accéder à un espace claustrophobe et caché qui accentue ultérieurement la sensation d’anxiété et arrive presque à évoquer l’annonce d’une imminente turbulence qui invite à s’agripper fortement »

8 2019-11-20 21

« Chair for the Invigilator » de l’artiste lituanien Augustas Serapinas…

 « « ça m’intéresse de créer des points de vue alternatifs » affirme-t-il… La série Chair for the Invigilator, inspirée des sièges de maîtres-nageurs pensés pour être utilisés par les surveillants de l’exposition, par ailleurs invisibles au milieu du public, ainsi assis comme sur un trône, dotés d’un statut théâtral, ils continuent d’observer la foule à leurs pieds »…

Ouais ben, un siège de maitre-nageur, un peu « foutage de gueule », non ?…

9 2019-11-20 29

« BÉBU » de l’artiste français Jean-Luc Moulène dont nous avons déjà vu des œuvres dans l’espace Giardini…
Bronze, patine d’or, base en métal…

12 2019-11-20 36

Sculptures de Nicole Eisenman, plasticienne américaine, née en 1965 à Verdun en France…

« Son antenne pour la dynamique de la vie contemporaine conduit Nicole Eisenman à la vérité inexorable que le monde reste peuplé d’hommes pervers poussés par le pouvoir, la gloutonnerie, l’avarice, la soif de sang et leur conviction que l’argent est une valeur à conserver avant toutes les autres. Dans ses œuvres sculpturales à l’Arsenale, Eisenman décrit ces forces comme étant monstrueuses, déformées et tordues, éviscérées et cancéreuses. »

« Econ Prof », bronze…

19 2019-11-20 52

« The general », bronze, acier inoxydable poli, vernis, tissu…

21 2019-11-20 57

« Sherpson » bronze et aluminium…

22 2019-11-20 59

« King Head » aluminium et acier inoxydable…

23 2019-11-20 60

« American Goth », acier inoxydable et pâte à papier…

24 2019-11-20 64

« Head with Demon », bronze et fontaine d’eau…

25 2019-11-20 67

Handiwirman Saputra, artiste indonésien…

« Au cours des dix dernières années, Handiwirman Saputra a créé une série de sculptures et de peintures énigmatiques intitulées No Roots, No Shoots , déclenchées par des objets choisis au hasard dans la vie quotidienne. La source de certaines de ces œuvres était une rivière près de chez lui, où des racines de bambous et d’arbres étaient enchevêtrées dans des ordures ménagères ». 

29 2019-11-20 78

 « Saputra a été intrigué non seulement par les choses qu’il a découvertes là-bas, mais aussi par les associations qui les unissent: «On pourrait peut-être aussi les dire pour créer une conversation, un dialogue sur l’expérience vécue de cette chose – à quoi elle a été utilisée depuis ses origines jusqu’au point que je l’ai trouvé « .

30 2019-11-20 75

« Smiling Disease » de Cameron Jamie…
12 masques en bois particulièrement effrayants si nous les regardons avec des yeux d’enfants…

35 2019-11-20 109

Voyons quelques-uns en détail…

« Pour son installation à l’Arsenale, Jamie s’inspire de la tradition folklorique des Perchten, un personnage alpin hivernal associé aux Krampus. » 

36 2019-11-20 111

« L’artiste avait déjà exploré le Krampuslauf dans une vidéo de 2002 dans laquelle il documentait la tradition des hommes s’habillant comme une bête mi-chèvre, mi-démon à cornes qui punit les enfants et les jeunes femmes vilains pendant l’année. »

37 2019-11-20 115

« Masques en bois sculptés à la forme grotesque que l’artiste a confiés à un artisan autrichien. » 

38 2019-11-20 116

Les masques sont ornés de cornes et de touffes de poils, bien qu’ils aient des liens avec des artefacts tribaux et des masques rituels (comme ceux que les collectionneurs ont recueillis au début du XXe siècle), ils sont principalement destinés à déshumaniser les porteurs, en les réduisant à des monstres. »

39 2019-11-20 120

« Veins Aligned » de Otobong Nkanga, artiste nigérien…
Marbre lasa Veneto fleur de pomme, verre de Murano et vernis, longueur totale 25,9 mètres…

« En se référant au mouvement et à l’échange de minéraux, d’énergie, de biens et de personnes, le travail d’Otobong Nkanga rappelle que les objets et les actions n’existent pas isolément: il y a toujours un lien, toujours un impact.  Les identités africaines sont multiples. Quand je regarde, par exemple, les cultures nigérienne, sénégalaise, kényane, française ou indienne, vous ne pouvez parler d’une identité spécifique sans parler des impacts coloniaux et de l’impact de cet échange de commerce, de biens et de culture ».

41 2019-11-20 125

« Récifs de corail au crochet » de Christine et Margaret Wertheim…

« Nées à Melbourne et élevées à Brisbane, les sœurs jumelles ont appris à coudre et à tisser leurs propres vêtements dès l’âge de 10 ans. Au début de la vingtaine, leurs intérêts ont divergé. Margaret a étudié les mathématiques et la physique en Australie et est devenue une communicatrice scientifique. Christine étudie le design de mode puis quitte le pays pour étudier la peinture en Italie et la théorie critique en Grande-Bretagne. Vingt ans plus tard, en 2001, elles se sont réunies à Los Angeles, où elles partagent encore une maison, et ont ensuite fondé l’Institute for Figuring, une organisation « vouée aux dimensions esthétique et poétique des mathématiques et des sciences ». »

43 2019-11-20 128

« L’un de leurs premiers projets, le récif de corail au crochet , est présenté dans une nouvelle incarnation. Conçu en 2005 et en pleine croissance, le projet a mobilisé plus de 10 000 personnes, principalement des femmes, pour développer des formes de géométrie hyperbolique – une branche des mathématiques qui examine les formes compliquées et crénelées du corail et de nombreuses espèces anciennes immergées. Margaret Wertheim a déjà noté que « les femmes qui crochaient et tricotaient des volants depuis des centaines d’années avaient créé par inadvertance des espaces hyperboliques. Elles avaient littéralement fait des mathématiques avec leurs mains ».»

44 2019-11-20 129

« Lord of Abandoned Success (L’Argile Humide) » par Maria Loboda, artiste polonaise…

« Cette œuvre exposée consiste en une série de pièces d’argile humide à moitié formées sur des chevalets de sculpteurs, partiellement enveloppées de plastique film et dans des vêtements qui semblent empruntés à la garde-robe d’un homme (chemises habillées, cravates, costume et veste en jean). »

47 2019-11-20 148

« Le matériau semble avoir atteint son stade d’achèvement, mais si vous regardez un peu mieux, vous réalisez que les œuvres ont été abandonnées par l’artiste dans un état « non final » .
Loboda analyse avec cette installation l’impossibilité d’atteindre l’état d’achèvement dans l’art : les œuvres ne seront probablement pas finies par l’artiste qui les a créées et les vêtements, plutôt que des tapis fonctionnels recouvrant de l’argile, sont des moyens de suggérer la possibilité de se défaire de son apparence pour devenir quelqu’un d’autre, en assumant peut-être un nouveau rôle dans la vie »

48 2019-11-20 146-PS

Je me suis arrêté sur cette installation, comme une grande pièce à vivre, l’harmonie m’a plu mais pas de billet explicatif…

52 2019-11-20 150

« Flesh in stone» de Yu Ji, artiste chinois…
Ciment, câble d’acier, craie…

55 2019-11-20 163

« Microworld » de l’artiste chinois Liu Wei… Plaques d’aluminium

« Dans sa grande installation sculpturale ‘Microworld’, Liu Wei joue avec le sens de la dimension et la différence d’échelle entre spectateur et œuvre d’art. le travail consiste en formes géométriques incurvées faites à partir de plaques d’aluminium poli pour représenter des molécules grossies et des particules élémentaires que les visiteurs, derrière la cloison en verre, observent comme des créatures microscopiques. »

59 2019-11-20 167

« Eskalation » de Alexandra Bircken, artiste allemande…

 « Dans l’Arsenale, l’artiste expose l’installation viscérale, apocalyptique et dynamique ESKALATION (2016), une vision dystopique de ce à quoi pourrait ressembler la fin de l’humanité. »

60 2019-11-20 176

« Quarante silhouettes, réalisées en tissu calicot immergé dans du latex noir, pendent des échelles qui atteignent le plafond. »

61 2019-11-20 187

« L’absolue verticalité de l’œuvre, les silhouettes qui montent arrivent aux obstacles et tombent, évoquent une lutte difficile entre polarités : le paradis et l’enfer, le succès et la défaite, l’espérance et le désespoir… »

62 2019-11-20 177

« L’unique certitude est le désir de monter plus haut en maintenant une croissance exponentielle mais qui comporte inévitablement un prix à payer »

64 2019-11-20 186

« Incubo » toujours d’Alexandra Bircken, une moto dans un style apocalyptique…

67 2019-11-20 190-PS

« Big Whell » 1, 2 et 3 de Arthus Jafa, artiste Afro-Américain…

« Une installation visuellement écrasante faite de trois pneus de camion, de jantes et d’enjoliveurs, le tout entouré de chaînes. Tout est noir. Les trois œuvres expriment la fascination de l’artiste pour la culture industrielle du Mississippi et la fabrication des roues géantes de camion par les ouvriers noirs.»

68 2019-11-20 199

« Mais en les entourant de chaînes noires, Arthur Jafa va au-delà. Si la grandeur de ces pneus enchaînés exprime l’assujettissement dans des États où a sévi auparavant l’esclavage, les habillages d’acier ont aussi l’élégance de gants féminins brodés, d’un autre temps, car les technologies de fabrication par les ouvriers noirs sont dépassées, avec tout ce que cela induit au niveau de l’emploi. »

69 2019-11-20 196

« Ces pneus sont donc des monuments à la gloire des ouvriers noirs, mais aussi à un mode de vie passé et basé sur la mobilité. Ce qui a assuré l’élévation d’un mode de vie s’est effondré. »

70 2019-11-20 203

Sculptures en verre, cristal de plomb, de l’artiste roumaine Andra Ursuta…
Partiellement remplie de liquide ces sculptures rappellent les élégantes bouteilles d’alcool…

73 2019-11-20 207

Mais en regardant de plus nous y voyons des formes inquiétantes…

76 2019-11-20 215

« Compulsions obsessionnelles et désirs violents; soumission à la domination sexuelle et politique; la fragilité de l’existence humaine; l’identité en tant que construction et fiction: ce sont quelques-uns des thèmes qui sous-tendent les scénarios nihilistes et tragicomiques explorés dans les sculptures et installations d’Andra Ursuţa. »

77 2019-11-20 217

«  Paradoxe et ironie, l’œuvre de l’artiste s’inspire d’événements politiques, de clichés et d’allégories, ainsi que de souvenirs personnels, dans le but d’exposer et de perturber les dynamiques de pouvoir qui perpétuent les frontières précaires entre violation et banalité, indifférence et empathie, abjection et humour. »

78 2019-11-20 218

« After Illusion » de Zahrah Al-Ghamdi, artiste saoudienne…

80 2019-11-20 229

« After Illusion propose un dialogue créatif entre l’artiste saoudienne Zahrah Al Ghamdi et des matériaux naturels qu’elle associe à son chez-soi. »

81 2019-11-20 239

 « Les 50 000 sphères de cuir faites à la main prennent vie autour de vous, brillantes, vibrantes et bougeant comme des créatures, activées par la présence du visiteur. En les invitant à reconnaître, à se reconnecter et à revivre un sentiment d’explorer quelque chose de nouveau mais familier. »

82 2019-11-20 246

 Un pas dans un monde imaginaire créé par l’artiste pour chercher du réconfort dans son cheminement vers la réalisation de soi. »

83 2019-11-20 241

Nous sortons d’un monde imaginaire pour pénétrer dans un autre…
« El nombre de un pais » de Mariana Tellerai dans le pavillon de l’Argentine…
Un petit côté angoissant dans cette suite de sculptures verticales exposées dans la pénombre…

86 2019-11-20 249

« Le nom d’un pays est un bestiaire punk, « Frankensteinien », qui affiche une attitude de collection à la mode, condensant les sédiments du monde de Mariana Telleria. »

87 2019-11-20 255

L’artiste trace une autoroute avec un nombre infini de voies linguistiques, ce qui engendre la confusion – mélanger des choses, créer des monstres – et de maintenir la conscience du spectateur dans un état de transit continu, perdue dans la pénombre entre ce qu’ils voient et le besoin de lui donner un sens.

88 2019-11-20 257

La procession de sculptures est présentée comme un support à la transformation intuitive des choses; une archive de significations désacralisées où l’iconographie religieuse, les déchets, la mode, le spectacle et la nature partagent la même hiérarchie horizontale.

89 2019-11-20 253

Un jeu de glace amplifie l’atmosphère sombre et mystérieuse…
Arrivés à l’extrémité, un regard arrière permet d’apprécier la longueur de l’espace en visionnant la porte d’entrée…

90 2019-11-20 264

« Written by Water » de Marco Godinho dans le pavillon du Luxembourg

« Marco Godinho, artiste luxembourgeois d’origine portugaise, pour représenter le Luxembourg a choisi de se concentrer sur les relations que l’être humain entretient avec la mer. En quête permanente de nouveaux horizons, Marco Godinho est un explorateur du monde, de ses seuils et de ses marges géographiques, politiques et philosophiques dans lesquels il évolue lui-même. »

92 2019-11-20 268

« Dans Written by Water , l’artiste explore les profondeurs de la mer Méditerranée, à la fois comme un véritable territoire d’aventures et de tragédies et comme un espace imaginaire collectif. Le public est plongé dans un monde liquide d’imagination, de réflexion et de contemplation qui l’encourage à projeter ses histoires sur une toile stratifiée d’impressions en constante évolution et apparemment inépuisables »

93 2019-11-20 273

Encore une fois, je me demande si l’œuvre contemporaine n’est pas plus due à son billet explicatif qu’à l’œuvre elle-même…
En début d’année, sur la plage du Lido, nous avons rencontré 4 à 5 personnes bottées, avec des casiers ajourés contenant de cahiers, cahiers qu’ils trempaient dans l’eau et qu’ils mettaient ensuite à sécher sur le sable… C’étaient les « artistes » du pavillon du Luxembourg…
Je reste perplexe…

94 2019-11-20 278

« I have forgotten the night » de Joël Andrianomearisoa, artiste malgache…

97 2019-11-20 307

« J’ai oublié la nuit . Pour le premier pavillon malgache de la Biennale de Venise, Joël Andrianomearisoa invente un univers onirique à parcourir, une nuit de papiers déchirés d’amour et de mort dans les nuits d’Antananarivo, de Madrid, du Bosphore, de Paris et de Cotonou. Un hommage à la grandeur du noir et à ses errances désolées qui se plient, expliquent, montrent les contours, chantent et rient avec l’arrivée de la nostalgie. »

99 2019-11-20 312

« the Shrinking Universe » par Eva Rothschild, pavillon irelandais…

« Le rétrécissement de l’univers. Par son utilisation diversifiée de matériaux et de formats sculpturaux, Eva Rothschild construit un environnement immersif permettant de contempler l’héritage matériel des civilisations actuelles et passées. 

104 2019-11-20 348

Ses œuvres abordent également des signifiants et des objets de son environnement urbain ainsi que les formes éternelles de géométrie et de classicisme. Son sens des matériaux, son échelle, sa monumentalité, sa couleur et sa ligne reflètent une sensibilité esthétique raffinée qui redéploye et subvertit des formats sculpturaux familiers. »

105 2019-11-20 349

« Galerie de portraits Subaltern » de Voluspa Jarpa, pavillon du Chili…

« Projet qui s’inscrit dans la lignée des recherches menées par Voluspa Jarpa, un artiste connu pour ses œuvres à connotation politique qui utilise des documents d’archives d’agences de renseignement pour déchiffrer et relire des faits historiques
Le projet rassemble des concepts qui définissent la colonie: race et métissage, sujets masculins subordonnés, cannibalisme, genre, civilisation et barbarie, monarchie et république, faisant appel à une vision critique d’un voyage transtemporel. »

108 2019-11-20 357-Panorama

Après une journée dans les méandres de l’art contemporain nous arrivons au terme de cette exposition, nous sommes fourbus…
Dehors à l’air libre, je retrouve mes marques en shootant des endroits familiers,
La « Barca Nostra » exposée sur le quai du bassin de l’Arsenal…

« L’artiste suisse-islandais Christoph Büchel a conduit à la Biennale de Venise la « Barca Nostra » , l’épave du bateau coulé  le 18 Avril 2015 dans le détroit de Sicile, à 96 km de la côte libyenne et 193 km au sud de l’île de Lampedusa eaux internationales…
il s’agit du naufrage le plus meurtrier de la Méditerranée au cours des dernières décennies , avec seulement 28 survivants et entre 700 et 1100 disparus.
Le bateau, acheté par les trafiquants libyens, était rempli de migrants, dont la plupart étaient enfermés dans la soute et la salle des machines quand il est entré en collision avec un cargo portugais qui tentait de le secourir. Le bateau de pêche a coulé, en raison de l’incompétence de son capitaine, emportant presque toute sa cargaison humaine dans les profondeurs…
Barca Nostra , monument collectif et mémorial de la migration contemporaine est une métaphore de toutes les migrations, de toutes les dérives, de toutes les évasions difficiles dans lesquelles la démocratie sombre, ainsi que les principes d’égalité et de solidarité. »

109 2019-11-20 372

La « Darsena » couverte où s’abritaient autrefois les galères vénitiennes…

111 2019-11-20 381

D’où nous apercevons « Les Mains » près de la Tour Neuve…

112 2019-11-20 387

Focus sur l’œuvre du fils d’Anthony Quinn…

113 2019-11-20 390

Chemin rentrant je ne résiste pas à shooter ce « Gabbiano » buvant l’eau de la fontaine dans la via Garibaldi…

114 2019-11-20 427

À dans deux ans pour la prochaine Biennale de Venise…

Claudio Boaretto

Publié dans 03 Venise : musées & expos & monuments & Architecture | 20 Commentaires »

LE SANCTUAIRE ET OSSUAIRE MILITAIRE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 21 novembre 2019

Dans ce sanctuaire et ossuaire militaire appelé communément par les vénitiens le « Tempio Votivo della Pace » (le Temple Votif de la Paix), reposent les ossements de 3190 soldats et marins tombés pendant les deux guerres mondiales…

Le « Sacrario Militare » (Sanctuaire Militaire), se situe sur l’île du Lido de Venise, le long de la « Riviera Santa Maria Elisabetta », face à la lagune… Impressionnant bâtiment circulaire doté d’un escalier central et coiffé d’un dôme surmonté de la statue de la Vierge Marie, réalisation de l’architecte Giuseppe Torres commencée en février 1925, inaugurée en juin 1938

1 2019-11-04 39-PS

Le Sanctuaire, concédé en 1929 pour usage perpétuel au Ministère de la Défense, Commissariat général pour l’honneur des tombés à la guerre, reste la propriété de la curie archiépiscopale de Venise …

2 2019-10-26 7

Deux entrées pour pénétrer dans la crypte-sanctuaire nous amènent à l’exèdre mineur abritant une grande croix de bois…
Un panneau montre les « foto » de la construction de cet endroit précis du bâtiment…

3 2019-11-04 37

À la symétrie nous découvrons l’exèdre principal et la crypte…
(Pour les fotografs, les lieux étant relativement sombres, je me suis mis en ISO automatiques plafonnés à 6400, mon Nikon ne s’en tire pas trop mal)…

4 2019-11-04 1

Au centre de la crypte nous admirons un imposant lustre en bronze dessiné par Giuseppe Torres et offert par les familles des 46 officiers assassinés par les Allemands à Trilj, en Yougoslavie, le 1er octobre 1943…

6 2019-11-04 5

Derrière l’autel une gravure rappelle la mémoire de ces 46 officiers…

6 2019-11-19 17-PS-PS

Le temple ouvre aujourd’hui car nous sommes le 4 novembre, « Journée de l’Unité nationale et des forces armées italiennes » où l’on commémore l’armistice signée en 1918 entre l’Italie victorieuse et l’empire austro-hongrois défait…

Ce matin à 9 heures se déroulait une cérémonie comme en témoignent les gerbes à peine déposées…
Sur les parois de part et d’autre de la crypte, des niches creusées à même le mur, recueillent les ossements des soldats tombés au champ d’honneur… Sur chaque niche, le nom et le grade du militaire…

07a 2019-11-04 21

Devant l’autel, les ossements de 119 soldats inconnus de la seconde guerre mondiale reposent ensemble sous cette dalle posée à même le sol du sanctuaire…

07b 2019-11-19 15-PS

Tandis que les ossements de 499 soldats inconnus de la 1ère guerre sont enterrés sous 2 dalles, toujours à même le sol, posées de part et d’autre de la crypte…

« La chère patrie »
« ici voulait conserver les os »
« des tombés en guerre »
« dont le nom est inconnu »
« 4 novembre 1930 »

07c 2019-11-19 31-PS

« Dormez chers en paix »
« ici aux déjà envahies »
« portes de l’Italie »
« votre nom est connu pour l’éternité »
« 4 novembre 1930 »

07d 2019-11-19 37-PS

Entre ces deux tombes communes, nous trouvons la dalle sous laquelle repose le premier soldat enterré dans l’ossuaire, Romualdo Guicciardi, mort pour la défense de Venise…

07e 2019-11-19 33-PS

Nous ne pouvons éviter dans ce sanctuaire les tombes de ces deux héros nationaux italiens :

Giovanni Grion, né en 1890 à Pola en Istrie, à l’époque territoire de l’empire austro-hongrois, leader de l’irrédentisme italien, arrêté par la police impériale, puis relâché et forcé à l’exil à Milan… Avec l’entrée en guerre de l’Italie en 1915, il rejoint l’armée royale italienne et meurt héroïquement au combat près de Asagio en Vénétie à l’âge de 26 ans…

07f 2019-11-19 51

Le commandant Nazario Sauro, né également en Istrie à Capodistria le 20 septembre 1880, patriote de la Première Guerre mondiale, officier dans la marine royale italienne, une des figures les plus importantes de l’irrédentisme italien, exécuté pour haute trahison par l’Autriche-Hongrie…
Médaille d’or de la valeur militaire italienne…

07g 2019-11-19 53

De belles colonnes en marbre noir soutiennent en son centre le plafond de ce bâtiment circulaire…

08 2019-11-04 34

Autour des colonnes en marbre noir, un second cercle de piliers carrés et sculptés…

9 2019-11-04 26

Une vue à droite…

10 2019-11-04 8

Une vue à gauche…

11 2019-11-04 9

Au-delà, un troisième cercle de piliers, plus étroits mais plus nombreux, derrière lesquels nous accédons aux niches mémorielles des militaires tombés et répertoriés dans cet ossuaire…
Vue à bâbord…

12 2019-11-04 2

Vue à tribord…

13 2019-11-04 38

Des alcôves avec fenêtre en albâtre séparent chaque parois de niches mémorielles…

13b 2019-11-19 41

Un tableau montre les différents stades de la restauration de ces fenêtres en albâtre…

13c 2019-11-19 43

Toutes ne sont pas encore restaurées faute de crédits…

13d 2019-11-19 7

Ce sanctuaire, fermé pendant plus d’une dizaine d’années pour cause de restauration, n’ouvre ses portes que depuis cette semaine…
La dernière fois que je pénétrais en ces lieux remonte à trente ans…

Un de mes grands-oncles repose dans cet ossuaire, le « zio Mariano » (l’oncle Mariano) comme l’appelait ma mère, soit le frère de ma grand-mère maternelle, « Mariano Giri »…
Devant plus de 3000 inscriptions je n’arrive plus à retrouver l’emplacement de la niche où il demeure…

14 2019-11-04 3

Nous nous adressons donc au militaire responsable des lieux, au grade de « Primo Maresciallo » (Premier Maréchal) comme en attestent les barrettes sur sa poitrine, soit le plus haut grade des sous-officiers dans l’armée italienne correspondant au grade de Major dans l’armée française…
Je le sollicite pour un petit portrait auquel il se prête volontiers…

16 2019-11-04 31-PS

Extrêmement serviable et sympathique, il nous dirige rapidement vers la bonne paroi…

17 2019-11-04 16

Mon tonton se trouve au milieu, sur la rangée du bas…

18 2019-11-04 13

Focus sur le capitaine d’infanterie « Mariano Giri », blessé mortellement en France à Verdun, il succombe à ses blessures le 19 décembre 1918…

19 2019-11-04 14

Dans ma « fototec » je possède une « foto » d’époque trouvée dans l’album de famille de ma grand-mère, la « nonna Gemma Giri », album prêté par Lidia, une de mes cousines germaines… Je numérisais alors toutes les « foto »…

À gauche le capitaine « Mariano Giri », à droite le soldat « Virgilio Giri », les deux frères de ma grand-mère, mes deux grands-tontons…
Je ne connus jamais Mariano, tombé au champ d’honneur pendant la 1ère guerre mondiale, mais dans ma jeunesse, je rencontrais l’oncle Virgilio qui demeurait alors à Sant’ Elena…
J’adore cette « foto vintage » familiale …

20 album_013-2-PS

Heu, je ne vous raconte pas le temps INFINI passé pour restaurer cette foto…
Pour le fun je vous présente l’original où j’ai dû rectifier une à une toutes les grosses, petites et minuscules taches ainsi que les pliures, un lent et long travail de fourmi !… J’en ai laissé un peu sur les vareuses et les pantalons d’uniforme pour conserver le style « vintage »…

21 album_013

Je terminerai par une foto de nuit de l’Ossuaire Militaire de Venise où, sur le haut du dôme, la statue de la vierge illuminée semble dialoguer avec la lune gibbeuse…

22 2019-11-07 204-PS-PS

Cette visite n’a pas été sans me rappeler avec un brin de nostalgie mes fonctions de directeur de la culture et de la mémoire de la ville de Verdun quand j’étais encore dans la fonction territoriale…
Claudio Boaretto

Publié dans 03 Venise : musées & expos & monuments & Architecture | 26 Commentaires »

123456...121
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance