VENISE PANSE SES PLAIES APRÈS LA MARÉE EXCEPTIONNELLE DE MARDI DERNIER…

Posté par Claudio Boaretto le 17 novembre 2019

Les moyens se mettent en œuvre…

1 2019-11-16 4

Venise renfloue ses « vaporetti » et ses « motoscafi » échoués contre les rives et les embarcadères……

2 2019-11-16 7

Les flèches des grues sont à l’œuvre…

6 2019-11-16 34

Les énormes camions sont acheminés sur des barges…

7 2019-11-16 55

Un « motoscafo » remis à l’eau et prêt pour le remorquage au chantier naval pour réparer les dégâts…

8 2019-11-16 77

La première ligne de petits pins maritimes sur la rive de « Sant’ Elena » n’a pas résisté au violent scirocco…

9 2019-11-16 73

Étalés de tout leur long…

12 2019-11-16 66

Déjà les jardiniers sont au travail pour les redresser…

13 2019-11-16 59

Mais pour certains il n’est d’autre sort que la tronçonneuse…

14 2019-11-16 79

On travaille également sur les embarcadères…

15 2019-11-16 87

Réparer les armoires électriques…

16 2019-11-16 89

Et les lampadaires…

17 2019-11-16 85-PS

Les vagues et le scirocco n’épargnèrent pas le bord des rives…

18 2019-11-16 23-PS

 

19 2019-11-16 96

 

20 2019-11-16 111

L’eau stagne encore dans certaines « calle »…

21 2019-11-16 119

Elle recommence à monter sur la rive, les « aqua alta » se succèdent…

22 2019-11-16 121

Ce qui n’empêche pas les touristes venus se marier à Venise de poser sous les arcades du Palais des Doges, même si la robe de la mariée n’est plus immaculée…
Tous nos vœux de bonheur…

23 2019-11-16 141

Mais déjà une nouvelle marée exceptionnelle s’annonce pour ce dimanche 17 novembre 2019 à 13 heures…

24 2019-11-16 126

Nous craignons le pire en espérant qu’il ne se produira pas…

Claudio Boaretto

Publié dans 02 Venise : évenements | 64 Commentaires »

PONT DU CIMETIÈRE DE VENISE AVANT 1950

Posté par Claudio Boaretto le 3 novembre 2019

Pour faire suite à mon reportage précédent, je ne résiste pas à l’envie de partager ces deux anciennes « foto » que m’a envoyé mon copain Claude Barrère montrant le pont reliant Fondamenta Nove au cimetière de San Michele, avant 1950…

Nous y voyons distinctement le plancher de bois posé à même les bateaux…

1 1 PteCim001

Quel boulot de dingue ce devait être pour amarrer tous ces barques les unes et autres afin d’obtenir la stabilité suffisante pour poser le plancher…

Sur la seconde, nous voyons également que le passage existait déjà pour laisser passer les gondoles et autres bateaux privés…

2 PteCim002

Claudio Boaretto

Publié dans 01 Venise : curiosités, 02 Venise : évenements | 14 Commentaires »

PONT FLOTTANT À LA TOUSSAINT POUR LE CIMETIÈRE DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 1 novembre 2019

Exceptionnel cette année, une tradition interrompue depuis 1950 est renouvelée après presque 70 ans, afin de permettre aux Vénitiens de se rendre à pied au cimetière de « San Michele » à l’occasion de la commémoration des saints et des morts…

Pour ce faire la commune de Venise a jeté un pont flottant qui relie Venise à son cimetière sur l’île de « San Michele » (se prononce : mikélè)…

101 2019-10-31 18

Cette passerelle commence à « Fondamenta Nove » où une partie est surélevée afin de permettre le passage des bateaux publics et privés, la navigation étant intensive sur cette partie du chenal…

102 2019-10-31 29

Pour aboutir à l’entrée monumentale du cimetière de « San Michele » qui en temps normal n’est plus que rarement utilisée, l’entrée se faisant à l’opposé sur la partie ouest de l’île, près de l’embarcadère du vaporetto…

103 2019-10-31 30

Ce pont flottant mesure 407 mètres de long sur une largeur de 3,60 mètres…

Il est ouvert du jeudi 31 octobre après-midi jusqu’au 10 novembre…

Mais du 31 octobre au 3 novembre, l’utilisation du pont flottant est exclusivement réservée aux vénitiens sous présentation des papiers… Les touristes devront attendre le 4 novembre pour utiliser le pont…

J’approuve cette mesure car quoi de plus désagréable quand tu vas te recueillir sur les tombes de tes chers disparus d’être envahi et flashé par des troupes de touristes…

Jeudi après-midi, armés de nos chiffons et brosses pour entretenir les tombes des nôtres, nous avons emprunté le pont flottant…

104 2019-10-31 37

Je profite du passage pour shooter de plus près ces deux moines en perdition entre Venise et le cimetière…
Depuis plusieurs années qu’ils sont bloqués sur leur roc quelqu’un aurait pu leur lancer un bout pour les remorquer jusqu’à « San Michele »…

105 2019-10-31 41

Nous atteignons l’entrée monumentale…

106 2019-10-31 45

Pour nous cet accès est une aubaine car nos anciens sont dans le « Recinto 2 », l’enceinte 2, juste à droite de cette entrée, ce qui nous évite de traverser tout le cimetière, aller-retour, car l’entrée habituelle est à l’opposé de l’île…
C’est beaucoup plus agréable d’emprunter le pont…

Après quelques coups de chiffon et de brosse et un salut à nos manquants, nous voilà de retour…

L’entrée monumentale vue de l’intérieur…
Nous remarquons la petite passerelle mise à cette occasion pour permettre aux handicapés de franchir les marches tout en évitant le gravier…

108 2019-10-31 71

Nous reprenons le pont flottant en sens inverse…

107 2019-10-31 50

Depuis le milieu du pont nous avons un point de vue inhabituel de la rive nord de Venise…

À bâbord le campanile de « San Francesco delle Vigne »…

109 2019-10-31 75

À tribord L’ église de « Santa Maria Assunta », connue sous le nom de  « I Gesuiti »…

110 2019-10-31 84-PS

De retour à « Fondamenta Nove », un dernier regard sur le pont flottant…

111 2019-10-31 86

Mission accomplie…

Claudio Boaretto

Publié dans 01 Venise : curiosités, 02 Venise : évenements | 37 Commentaires »

MADEMOISELLE SCHIELE REVISITÉE PAR HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 17 octobre 2019

Hugo H, notre artiste-peintre vénitien préféré, s’est mis en tête de revisiter le dessin de Egon Schiele, dessinateur et poète autrichien (1890-1918), intitulé « Mademoiselle Schiele » dont voici l’original… 

1 1 Miss-Schiele-original

Cette œuvre requiert quelques explications que l’artiste nous livre abondamment :

« Egon Schiele, le génie du trait, dessine sa sœur Gertrude (Gerti) à moitié dévêtue en 1910 (“Nu semi assis avec un chapeau et bas violets”).
Ce dessin, vu dans une exposition à Paris en début d’année, m’a impressionné : la justesse du trait dans le mouvement (on sent que la fille est en train d’ajuster sa position), la beauté de cette poitrine qu’elle remonte en passant…
J’ai eu envie de lui donner corps… passer du papier aquarellé en fausses couleurs à une version réaliste.
L’exercice est d’ailleurs intéressant pour la variété de textures à représenter :
le chapeau en feutre mat (à cette époque ils étaient réellement gigantesques),
les plumes duveteuses en couronne,
la peau aussi soyeuse que la jupe remontée,
un jupon blanc mat en coton amidonné,
des bas semi-transparents…
toute une variété d’aspect à travailler selon une lumière qui est à inventer… Joli divertissement ! »

2 2 2019-09-15 3

L’interprétation de Hugo H, huile sur toile 30x45cm…

Les explications techniques :

« Déjà pour ce qui concerne le dessin, il a fallu finir ce qui était seulement évoqué, simplifié : le jupon et la cuisse qui s’y cache.  Choisir les couleurs (là-dessus, je n’ai pas abusé).
J’ai voulu garder le trait existant, pour rendre hommage à l’œuvre originale. Cela donne un aspect un peu “bande dessinée” à cette peinture.
On passe également de la feuille de papier blanche du dessin original, où la silhouette se découpe bien et flotte dans un fond uniforme à la toile noire, également abstraite mais faisant référence à la peinture classique. La silhouette y flotte de la même façon. On la lit encore mieux d’ailleurs…
Pour voir complètement la jupe, j’ai décalé la demoiselle à ma convenance dans le format… Le calage en hauteur ne change pas. De même pour la taille de l’œuvre, qui respecte le format papier.
Enfin, j’ai reporté la signature originale du dessin, un simple S en bas à gauche, et j’ai juste ajouté mon H en bas à droite de cette œuvre “à quatre mains”… »

 Comme nous en avons pris l’habitude pour les toiles de Hugo H, remontons à la genèse de l’œuvre :

08/02/2019

« Comme disaient les Monty Python : « et maintenant, quelque chose de complètement différent ». Un petit délire, pour changer. Je ne sais même pas si j’ai le droit (sur la question des droits d’auteur, ceux qui savent pourront m’instruire svp). Laissez-moi vous présenter un dessin d’Egon Schiele que j’ai adoré à l’expo vue dernièrement à Paris.
Ce génie du croquis au trait représente ici Gerti, sa sœur ainée. Le dessin est parfait (sauf la petite ligne sous le poignet gauche, je dirais). Et c’est le dessin lui-même (juste les lignes) qui donne toute sa valeur à cette beauté féminine car les couleurs qui y sont superposées, quoique sympathiques pour l’ambiance, n’apportent rien au modelé, ne flattent pas les courbes, ne poussent pas la compréhension de la scène, ne donnent que très peu de relief…
D’où mon idée de donner vie à ce dessin.
Dans une sorte de synthèse entre classique et contemporain, sur la base de cette merveille de 1910… vous me suivez ? »

Le dessin shooté à l’expo par Hugo H à l’aide de son smartphone…

3 3 IMG-20191016-WA0002

08/02/2019

« Bon, il faut étudier la forme de la jupe, choisir la lumière, les teintes…
la morphologie pour deviner la pose et donc une position probable des genoux etc. »

4 4 IMG-20191016-WA0001

12/04/2019

« C’est affolant le temps qu’il m’aura fallu… »

5 5 IMG-20190412-WA0005

12/04/2014

« Pour finalement poser les fabuleuses lignes d’un dessin qui n’est pas de moi à l’endroit désiré sur une de mes toiles… »

6 6 IMG-20190412-WA0006

20/04/2019

« J’étais curieux de tester les couleurs ici.
Des bas violets comme dans le titre original de Schiele ?
Oui mais alors comment coordonner tout ça avec les chaussures, la robe, le chapeau ?
C’est à moi de choisir les couleurs donc j’ai décidé qu’il ne devait pas y en avoir trop… je pense qu’en 1910, la couleur ne courait pas les rues, sauf peut-être pour la bourgeoisie (ce n’est pas le cas ici). Ce sera plus facile à rendre réaliste. Et puis l’important pour commencer est de trouver une couleur de peau qui respire la bonne santé (ici on a 1/6 de jaune de chrome, 2/6 de rouge de cadmium et 3/6 d’ocre jaune). Oups, la peinture ne couvre pas bien (pas assez absorbant à mon goût cet apprêt…).
Bon, alors quelle couleur pour les chaussures du coup ? »

7 7 IMG-20191016-WA0000

26/08/2019

« Ça faisait trop longtemps que j’étais sur ce tableau donc j’ai voulu le finir…
Ici, étant donné qu’il s’agit d’un dessin que j’ai décidé de recolorer pour lui donner une troisième dimension, il a fallu choisir combien je voulais laisser apparaître les lignes de l’œuvre originale d’Egon Schiele. Caler le curseur entre dessin au trait et réalisme…
Si je peux le dire autrement pour ceux que ça aide car ils connaissent le sujet : est-ce que je garde ou pas un aspect vraiment Bande-Dessinée (des dessins aux lignes fortes et toujours lisibles à 100%, même quand on a un remplissage couleur assez dense car tout est fait à l’encre, donc en transparence) ?
En augmentant le contraste, les traits ont tendance à se fondre dans les reliefs. Donc voilà, j’ai essayé de me placer juste à mi-chemin en durcissant la lumière sur la peau de Gerti sans vouloir trop abuser. Et comme je m’appuie sur un dessin qui n’est pas de moi j’ai gardé le S de la signature de Schiele en bas à gauche et j’ai ajouté mon H de l’autre côté. »

8 8 IMG-20190826-WA0000

Pour conclure, voici l’œuvre finalisée et « fotografiée » comme au début de l’article, dans les règles de l’art pour le partage des couleurs réelles…

2 2 2019-09-15 3

Cette œuvre n’est pas à vendre car elle fait désormais partie d’une collection privée en France…

Claudio Boaretto

Publié dans 09 Peinture & Dessins | 10 Commentaires »

OTARIE DE HUGO H

Posté par Claudio Boaretto le 16 octobre 2019

Encore un beau tableau de Hugo H…
Bien que cela n’apparaisse pas au premier abord, ce tableau dépeint la rencontre de l’artiste et d’une otarie par 4 mètres de fond…

1 2019-09-15 6-2

Huile sur toile de 70x50cm…

Le ressenti de l’artiste à propos des otaries :

« Quelles merveilleuses créatures que ces otaries… D’une curiosité et d’une amicalité à nulle autre pareilles ! À peine vous ont-elles rencontré sous l’eau qu’elles vous adoptent !
Le rapport que vous pouvez engager avec elles s’apparente à celui qu’on aurait avec un bon chien… Mais quelle élégance dans leurs déplacements ! Sous l’eau, ces championnes de l’apnée font preuve d’une souplesse incroyable ! »

Le tableau :

« Voici une jeune femelle qui pend la pose sur un gros rocher rose… l’eau est si limpide qu’elle en perd sa substance… j’ai juste cet animal qui fait la belle devant moi… on ne sait plus si on est sous l’eau ou pas… dans quel monde nous trouvons-nous au juste ?
Par quatre mètres de fond, le paysage est baigné de lumière. Cela crée des reflets sur la dense fourrure luisante du pinnipède. Je conserve une palette claire, sauf pour le contour de l’animal… »

L’animal :

« L’otarie est l’objet de tous mes soins, le rocher où elle se prélasse est défini avec précision également (un amusant travail sur la texture), l’arrière-plan fait l’objet de moins de détails… le focus est vraiment sur l’otarie qui crée une virgule au centre de la composition ! »

La genèse du tableau remonte à l’année passée…
Récupérons les étapes de l’œuvre et les commentaires de l’artiste :

20/10/2018…

« Chers amis des animaux bonsoir.
Alina m’ayant offert des châssis, je les ai entoilés et puis, je ne sais plus comment j’en suis arrivé à montrer des otaries à ma fille Charlotte (des lontarines, dit-elle)
Mais voilà une jeune femelle qui me faisait de l’œil en mer de Cortez… elle prend la pose on dirait… donc cadrage, croquis, quatre teintes à portrait (oui, les mêmes que pour les humains) et zou ! »

2 2 IMG-20181020-WA0000

21/10/2018

« Juste deux heures pour commencer avec les couleurs… Je ne pensais pas pouvoir couvrir toute la toile (format 70×50 environ). Finalement en me dépêchant je suis arrivé là…
Dommage que je n’aie pas eu plus de temps pour corriger les teintes dans le frais… l’arrière-plan manque de bleu… mais ce n’est pas grave.
L’aspect général est bien, et sans une once de noir !
Merci au bleu outremer et au brun terre d’ombre. À présent il me tarde de peindre l’otarie (avec soin et plus de contraste) ! »

3 3 IMG-20191015-WA0001

22/10/2018

« Et la voilà. Pour info, j’ai passé plus de temps pour cette première couche dédiée à l’animal que précédemment sur le paysage. Une heure et demie pour couvrir puis encore une heure de corrections pour évoquer la brillance de cette fourrure incroyable et respecter la morphologie inhabituelle du pinnipède… »

4 4 IMG-20191015-WA0000

18/08/2019

Presque un an plus tard, reprise du tableau resté en sommeil et dernières finitions pour terminer…

5 5 IMG-20190818-WA0000

Malgré tout il manque encore quelque chose…
Regardez de plus près :

6 5 IMG-20190818-WA0000

Trouvé ? …
Les Moustaches !…

7 0 2019-09-15 5

Enfin aboutie et « fotografiée » dans les règles de l’art par votre serviteur afin de partager les couleurs réelles de l’œuvre…

1 2019-09-15 6-2

Les éventuels amateurs pourront acquérir cette toile pour 990€, tarif établi selon la dernière cotation officielle de l’artiste…

Claudio Boaretto

Publié dans 09 Peinture & Dessins | 6 Commentaires »

1...34567...121
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance