« LES ESTIVANTS » À LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 8 septembre 2018

Mercredi 5 septembre 2018, nous allons voir le film de Valérie Bruni-Tedeschi « Les estivants » …

Préalable habituel, le défilé sur le tapis rouge…

Helena Antonio…

1-DSC_4590-PS

Actrice italienne née à Côme…

2-DSC_4577-PS

Marco Oliva…

3-DSC_4598-PS

Journaliste et rédacteur en chef de Telelombardia…

4-DSC_4600-PS

Anna Ferraioli Ravel…

5-DSC_4624-PS

Actrice italienne née à Salerne…

6-DSC_4631-PS

Les Ladyvette…

7-DSC_4657-PS

Groupe de chanteuses italiennes, musique swing…

8-DSC_4661-PS

Elles ont d’ailleurs poussé la chansonnette sur le Red Carpet…

9-DSC_4664-PS

Alice Campello…

10-DSC_4706-PS

Mannequin italien et fashion blogger…

11-DSC_4695-PS

Je ne montre pas tout le défilé pour ne pas lasser…
Un petit instant de répit avant l’arrivée des protagonistes du film…

Il est 22h10 et je shoote l’entrée du « Palazzo del Cinema » …

12bis-DSC_4711-PS

Mais arrivent les acteurs…

En blanc, Jenny Bellay, actrice française aux 44 ans de carrière et, en rouge, Marisa Borini, pianiste et actrice italienne, mère de Valérie Bruni-Tedeschi et de Carla Bruni…

Je ne sais pas quel âge vénérable a atteint Jenny Bellay mais Marisa Borini porte allégrement ses 88 ans…

13-DSC_4725-PS

Yolande Moreau, Bruno Raffaelli et Noémie Lvovsky…

14-DSC_4741-PS

Focus sur Yolande que j’adore…

15-DSC_4749-PS

Voici la réalisatrice, Valérie Bruni-Tedeschi et sa fille, Oumy Bruni-Tedeschi Garrel…

16-DSC_4768-PS

Avec Riccardo Scamarcio et Valeria Golino…

17-DSC_4777-PS

Le trio…

18-DSC_4786-PS

Le duo…

19-DSC_4826-PS

Valeria Golino en solo…

20-DSC_4790-PS

Actrice, réalisatrice et productrice italienne, née à Naples…

21-DSC_4837-PS

En solo également, la seconde Valeria…

22-DSC_4849-PS

Actrice franco-italienne bien connue en France comme en Italie, scénariste et réalisatrice…

Elle a décroché un césar en 1994…

23-DSC_4852-PS

Les deux Valeria saluent le public…

24-DSC_4855-PS

Okay pour les selfies et les autographes…

25-DSC_4860-PS

Dans le hall du Palazzo del Cinema, la « foto » traditionnelle devant l’effigie du Lion d’Or…

26-DSC_4878-PS

Avant qu’elle ne rejoigne la salle, j’aborde Yolande Moreau…Avec un grand sourire, elle pose pour moi…
Adorable Yolande…

27-DSC_4882-PS

Le premier rang du balcon étant annexé par l’équipe du film, la présentation va commencer…

28-DSC_4890-PS

Pour une fois, l’équipe du film étant presque complète, sauf que Pierre Arditi brille par son absence, nous avons même des acteurs au second rang du balcon…

Stefano Cassetti…

29-DSC_4895-PS

Jenny Bellay…

30-DSC_4903-PS

Marisa Borini…

31-DSC_4907-PS

Yolande Moreau…

32-DSC_4918-PS

Bruno Rafaelli…

33-DSC_4939-PS

Noémie Lvovsky…

33-DSC_4938-PS

Valeria Golino…

34-DSC_4951-PS

Et la réalisatrice, Valeria Bruni-Tedeschi…

35a-DSC_4977-PS

Début de la projection…

Synopsis :

« Une grande et belle propriété sur la Côte d’Azur. Un endroit qui semble hors du temps et protégé du monde. Anna (Valérie Bruni Tedeschi) arrive avec sa fille pour quelques jours de vacances. Au milieu de sa famille, de leurs amis, et des employés, Anna doit gérer sa rupture toute fraîche et l’écriture de son prochain film.

35b-les-estivants

Derrière les rires, les colères, les secrets, naissent des rapports de dominations, des peurs et des désirs. Chacun se bouche les oreilles aux bruits du monde et doit se débrouiller avec le mystère de sa propre existence. »

Mon humble avis ? …
Je préfère laisser la parole aux cinéphiles que je rejoins dans leur analyse et qui en parlent mieux de moi :

« Valérie Bruni Tedeschi revient dire quelque chose d’elle-même et du monde qu’elle connait ou qu’elle a connu avec un film qui s’ouvre avec un rythme et une efficacité notable…

 Peu de réalisateurs ont pu dire avec cette immédiateté et cette vraisemblance le moment dans lequel la relation est rompue au sein d’un couple. C’est le prologue du film car alors l’histoire, divisée en actes et en épilogue, se déplace dans la Villa en bord de mer où l’actrice principale (la réalisatrice elle-même) tente de faire le point avec ce qui lui est arrivé.

35c-LES-ESTIVANTS-Photo-1-1920x817

Ici, les histoires se multiplient et nous sentons l’intention sincère de raconter une multiplicité de solitudes qui tentent de s’agripper à des bouées d’espérance ou qui continuent de nager pour ne pas se noyer ».

La morale du film pourrait se résumer ainsi :

« Tout le monde est fondamentalement seul sur le théâtre de la vie dans sa vision de ce microcosme dans lequel, soit en haut (les «riches»), soit en  bas (les employés,) on se confronte à des problèmes analogues, même si on cherche à réagir avec des stratégies différentes. »…

La lumière revient dans la salle, les artistes se lèvent…

36-DSC_4995-PS

Ils applaudissent le public qui les applaudit…

37-DSC_5013-PS

Ainsi que leurs partenaires…

38-DSC_5018-PS

J’en profite pour tirer quelques portraits sur le vif…
Valeria…

39-DSC_5023-PS

L’autre Valeria…

40-DSC_5028-PS

Yolande…

41-DSC_5030-PS

Yolande et Bruno…

42-DSC_5036-PS

La maman de Valeria B-T…

43-DSC_5053-PS

Yolande encore avec Noémie…

44-DSC_5060-PS

Et sur ces embrassades se termine ce reportage illustré sur « Les estivants » …

45-DSC_5041-PS

Sortie en salle le 26 décembre 2018…

Claudio Boaretto

 

Publié dans Venise : évenements | 11 Commentaires »

DRAGGED ACROSS CONCRETE À LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 6 septembre 2018

Notre 4ème film à la Mostra est encore un film en langue anglaise, un polar intitulé « Dragged across concrete » … 

Ce choix, car simplement je voulais shooter ces deux grands acteurs américains que sont Mel Gibson et Vince Vaughn…
Malheureusement, Mel Gibson n’est pas venu à Venise…

0-Dragged-Across-Concrete-banner

Séance tardive à 22 heures, sur le tapis rouge l’habituel défilé des mannequins et starlettes commence…

1-DSC_4116-PS

Une belle inconnue, que je n’ai pas su identifier…

2-DSC_4142-PS

Giulia de Lellis…

3-DSC_4158-PS

Sa profession : « Influencer » (terme anglais que l’on pourrait traduire par prescriptrice) parmi les plus populaires d’Italie, son domaine, la mode et la cuisine…

4-DSC_4161-PS

Francesco Montarini…

5-DSC_4167-PS

Acteur italien de cinéma et de télévision…

6-DSC_4170-PS

Antonia Liskova…

7-DSC_4174-PS

Actrice slovaque, naturalisée italienne…

8-DSC_4177-PS

Roy Paci et giovanna Schittino…

9-DSC_4190-PS

Roy, trompettiste, chanteur, compositeur et producteur de disques italien…

Giovanna, son épouse, psychologue et psychothérapeute…

10-DSC_4188-PS

Une dernière beauté…

11-DSC_4217-PS

Que je n’ai pas identifié non plus…

12-DSC_4224-PS

Arrivent maintenant sur le Red Carpet les protagonistes du film « Dragged across concrete » …

Michael Jai White et son épouse Gillian Iliana Waters…

13-DSC_4272-PS

Michael, acteur américain né à Brooklyn et karatéka célèbre, il est ceinture noire dans 7 arts martiaux différents, il a travaillé avec Steven Seagal et Jean-Claude Vandamme…

Gillian, actrice afro-américaine d’origine amérindienne et irlandaise…

14-DSC_4275-PS

Tory Kittles…

15-DSC_4306-PS

Il a déjà joué dans 23 films et 7 séries dont « True Detective » que j’ai bien aimé sur C+…

16-DSC_4312-PS

Et voici le grand Vince Vaughn, au sens propre comme au sens figuré, accompagné de son épouse Kyla…

17-DSC_4329-PS

Acteur, producteur et scénariste américain ; Vince a plus de 50 films à son actif et une dizaine de série, dont « True Detective » aussi…

18-DSC_4334-PS

Une tête célèbre du cinéma américain…

19-DSC_4335-PS

Le réalisateur du film, S. Craig Zahler et sa compagne Pam Christenson…

20-DSC_4377-PS

Steven Craig Zahler, réalisateur, scénariste, romancier et musicien américain…

21-DSC_4399-PS

La pose devant l’entrée du « Palazzo del Cinema »…

22-DSC_4423-PS

Dans la « Sala Grande » les artistes ont rejoint leur place en première ligne du balcon…

23-DSC_4445-PS

L’habituelle présentation au public…

Michael Jai White…

24-DSC_4449-PS

Tory Kittles

25-DSC_4460-PS

Vince Vaughn…

26-DSC_4475-PS

Et pour finir, S. Craig Zahler, filmé également par la RAI, la télévision nationale italienne…

27a-DSC_4492-PS

Débute la projection du long métrage…

Synopsis…

« Trois hommes sont dans une situation difficile, le premier sortant de prison, Henry (Tory Kittles), rentre chez lui pour retrouver sa mère à l’héroïne et au jeu, négligeant son frère infirme. Les deux autres sont des partenaires de police, Brett Ridgeman (Gibson) et Anthony Lurasetti (Vaughn), qui font la une des journaux lorsque l’arrestation brutale d’un trafiquant de drogue est prise à leur insu en vidéo… 

27b-dragged_across_concrete_still_1

Les deux policiers se retrouvent suspendus. Sans argent et sans autre solution, ils rejoignent le monde des gangsters, mais réalisent que ce qui les y attendait dépasse largement ce qu’ils pensaient y trouver.

Les trois histoires mettent un certain temps à se rejoindre. »

27c-81135_ppl

Mon humble avis : un polar bien américain, avec des destins croisés qui expliquent la longueur du film, 2h38mn…
Mais le jeu de ces deux formidables acteurs que sont Mel Gibson et Vince Vaughn nous emportent sans problème jusqu’au bout de ce très long métrage…
Amateur de polars, ne pas s’abstenir…

Projection terminée et projecteurs braqués sur les protagonistes du film…

Tandis que Tory Kittles salue le public, les trois autres ont le même reflexe de boutonner leur veste…

28

On se congratule…

29-DSC_4514-PS

Embrassades de rigueur…

30-DSC_4530-PS

31-DSC_4535-PS

Et, surprise, très rapidement les acteurs font un signe d’adieu et quittent la salle…

32-DSC_4521-PS

J’arrive juste à shooter le Vince sur le départ…

33-DSC_4525-PS

Et le combat cessa faute de combattants, tout comme les applaudissements…

La date de sortie en France n’est pas encore connue…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 8 Commentaires »

« SISTERS BROTHERS » À LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 5 septembre 2018

Notre 3ème film à la Mostra, « Sisters Brothers » …

Exception à la règle, ce n’est pas un film francophone mais le réalisateur est bien français, Jacques Audiard…

0-

Auparavent, défilé des « créatures » sur le Red Carpet…

Je ne vais pas toutes vous les montrer car ça dure ¾ d’heure…
Mais quelques unes quand -même…

1-DSC_3565-15-PS

Deux beautés canons et un dandy…

2-DSC_3570-20-PS

Roberta Ruiu…
je n’en connais pas la raison mais elle arrive sur le tapis rouge, morte de rire…

3-DSC_3588-38-PS

Ex-chanteuse du girl-group Lollipop, célèbre en Italie au début des années 2000…

4-DSC_3593-43-PS

Francesca Rocco…

5-DSC_3611-61-PS

De dos pour le coup d’œil sur la robe transparente, très à la mode actuellement, accompagnée de son mari…

6-DSC_3607-57-PS

Vedette de la téléréalité italienne…

7-DSC_3622-72-PS

Alessia Fabiani…

8-DSC_3633-83-PS

Actrice, showgirl et ex topmodel italienne…

9-DSC_3635-85-PS

Dans le genre beauté fatale, Bianca Balti…

10-DSC_3672-122-PS

Nous la retrouvons tous les ans sur le tapis rouge…

Mannequin, égérie de Dolce&Gabbana et l’Oréal…

11-DSC_3675-125-PS

En compagnie de Elio, chanteur, compositeur, acteur de théâtre et flutiste italien, connu pour ses excentricités…    

12-DSC_3663-113-PS

Il a réussi l’exploit de dérider la Balti…

13-DSC_3650-100-PS

Ana Moya Calzado…

14-DSC_3691-141-PS

Mannequin espagnol…

15-DSC_3701-151-PS

Une dernière beauté…

16-DSC_3746-196-PS

Toujours avec ces robes transparentes…

17a-DSC_3739-189

Je n’ai pas trouvé son pedigree…

17b-DSC_3754-204-PS

Passons au sujet qui nous intéresse ce soir…

Jacques Audiard vient de sortir de voiture…

18-DSC_3775-225-PS

Mais le premier à fouler le tapis rouge est le français Alexandre Desplat, accompagné de son épouse…

19-DSC_3779-229-PS

Il a composé la musique du film…
Nous l’avions vu l’année dernière avec Clooney pour qui il avait écrit la musique de Bienvenue à Suburbicon…

20-DSC_3786-236-PS

Jacques Audiard fait son entrée sur le tapis rouge comme il ferait une entrée sur scène…

21-DSC_3803-253-PS

Difficile à shooter, il remue sans arrêt et ne tient pas en place…

22-DSC_3817-267-PS

Fils du réalisateur français Michel Audiard

23-DSC_3820-270-PS

il a été plusieurs fois récompensé aux César, notamment par deux César du meilleur réalisateur — en 2006 pour De battre mon cœur s’est arrêté et en 2010 pour Un Prophète — et par de nombreux prix dont la Palme d’or lors du Festival de Cannes 2015

24-DSC_3833-283-PS

Un seul des quatre principaux acteurs est présent à Venise…

Le très connu acteur, producteur et scénariste américain d’origine irlandaise, John Christopher Reilly…

25-DSC_3854-304-PS

Il a tourné avec les plus grands réalisateurs américains…

26-DSC_3827-277-PS

Une armoire à glace et une vraie « gueule » de cinéma…

27-DSC_3872-322-PS

Tapis rouge terminée, « foto »  dans le hall de la « Sala Grande », entouré à gauche par Alberto Barbera, le directeur et l’âme de la Mostra, à droite par Paolo Baratta, le président de la Biennale de Venise…

28-DSC_3884-334-PS

Dans la salle, les protagonistes ont rejoint leur place…

29-DSC_3916-366-PS

Et, comme à l’accoutumée, se lève à l’appel de leur nom pour la présentation au public…

Le compositeur Alexandre Desplat…

30-DSC_3917-367-PS

L’acteur John Christopher Reilly…

31-DSC_3924-374-PS

Le réalisateur Jacques Audiard…

32-0-DSC_3942-392-PS

La projection de « Brothers Sisters » commence…

Synopsis :

« Charlie et Elie Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents…

32-1-91-films SB

Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme.

32-2-

De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ? » …

32-3-94-films SB

Mon humble avis : je ne peux pas être objectif, depuis que Sergio Leone a révolutionné le style, j’adore les westerns…
Celui-là n’échappe pas à la règle, il a tout pour lui, les décors, les paysages, les costumes, des acteurs formidables avec Joaquin Phoenix,
Jake Gyllenhaal, Riz Ahmed et un scénario qui tient bien la route…
J’ai adoré…

Les lumières s’allument, les artistes se lèvent…

33-DSC_3954-404-PS

Et saluent sous les applaudissements…

34-DSC_3961-411-PS

Les visages satisfaits de John et de Alison Dickey, une des productrices du film…

36-DSC_3985-435-PS

Commencerait-on à voir l’esquisse d’un sourire sur le faciès d’Audiard ? …

37-DSC_3990-440-PS

En tous les cas Reilly, lui, n’en est pas avare…

38-DSC_3996-446-PS

Desplat non plus…

39-DSC_3999-449-PS

Quant à Audiard, heu, ce n’est pas encore pour maintenant…
Je me demande si cela doit être bien drôle de travailler sous sa direction…

41-DSC_4022-472-PS

Mais le succès est là, les applaudissements fusent et le public est debout…

42-DSC_4030-480

Audiard salue toujours, le masque impassible…

43-DSC_4055-505-PS

C’est alors que Reilly de sa puissante poigne lui arrache le bras pour le lever devant les acclamations des spectateurs…

44-DSC_4068-518-PS

Et l’engouffre dans ses énormes bras…

45-DSC_4072-522-PS

Du coup, ça le fait presque marrer, il était temps…

46-DSC_4080-530-PS

Sortie en salle le 19 septembre 2018…

À ne pas rater si vous aimez les westerns…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 10 Commentaires »

« FRÈRES ENNEMIS » À LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 3 septembre 2018

Samedi 1er août 2018, en route pour le second film francophone de la Mostra : « Frères ennemis » de David Oelhoffen…

0-freres ennemis

La séance est tardive, 22h15, toute la journée l’orage a grondé nous gratifiant de nombreuses et violentes averses…
Si bien qu’une petite demi-heure avant l’arrivée des artistes, des hommes courageux, armés de raclettes et de machines, tentent encore de réduire toutes les eaux accumulées sur le tapis rouge fort imprégné…

1-DSC_3045-20

Autant vous dire que les mannequins et autres playmates ne sont pas au rendez-vous ce soir…

Pourtant il en est une, pour le moins inattendue qui apparaît devant nous…

2

Surprise ! …
Vous l’avez reconnue, Françoise Nyssen, la ministre française de la culture !…

3-DSC_3070-45-PS

Sortant des automobiles, voici qu’arrive le principal trio d’acteurs de ce film…

4-DSC_3099-74-PS

Zoom…

5-DSC_3127-102-PS

Un par un la pose obligatoire pour les « fotografs » …

Sofiane Zermani…

06-DSC_3230-205-PS

Rappeur français né à Saint-Denis dans le 9 cube, cité de mon adolescence…

Portrait classique…

07-DSC_3235-210-PS

Portrait plus cool…

08-DSC_3159-134-PS

Reda Kateb, acteur français qui cumule déjà les distinctions dont 2 césars, en 2015 et 2018…

9-DSC_3170-145-PS

Un habitué de la Mostra, je le shoote pour la 3ème année consécutive…

Portrait classique…

10-DSC_3175-150-PS

Portrait plus cool…

11a-DSC_3153-128-PS

Matthias Schoenaerts, célèbre acteur belge…

11b-DSC_3205-180-PS

Entre autres récompenses et nominations, il obtient un césar en 2013…

Portrait classique…

12a-DSC_3149-124-PS

Portrait plus cool…

12b-DSC_3221-196-PS

Enfin, David Oelhoffen, le réalisateur…
Nominés à plusieurs reprises, Frères Ennemis est son 7ème film en tant que réalisateur…

13-DSC_3291-266-PS

Portrait classique…

14-DSC_3278-253-PS

Allez, on se déride un peu…

15a-DSC_3296-271-PS

Tapis rouge et humide terminé, je rentre en salle…

Dans le hall je suis sur le passage de la ministre de la culture…
Je me permets de l’apostropher en français :

« Un petit sourire pour le photographe, s’il vous plait Madame le Ministre ? » …

Du coup elle s’arrête et pose pour moi…
Sympa la ministre…

15b-DSC_3301-276-PS

En « Sala Granda » les artistes s’assoient à leurs places respectives…

16-DSC_3336-311-PS

Mais pas pour longtemps car la voix off les présente au public…

Sofiane Zermani…

17-DSC_3343-318-PS

Reda Kateb…

18-DSC_3351-326-PS

Matthias Schoenaerts…

19-DSC_3358-333-PS

Puis, acclamations pour David Oelhoffen, le réalisteur…

20-DSC_3369-344-PS

Extinctions des projecteurs le film commence…

Synopsis :

« Manuel et Driss ont grandi comme deux frères inséparables dans la même cité. Mais aujourd’hui tout les oppose. Manuel (Matthias Schoenaerts) est à la tête d’un trafic de drogue, alors que Driss (Reda Kateb) est devenu flic. Quand celui-ci est promu aux Stups, son retour bouleverse les équilibres et met Manuel en danger. »

20-freres ennemis

Ce que l’on en dit dans les sites cinéphiles à propos de l’écriture du scénario :

« David Oelhoffen a cherché à filmer la banlieue telle qu’il la ressent et loin des fantasmes, tout comme la vie policière et criminelle. Le réalisateur ne voulait par ailleurs pas reproduire des choses qu’il avait vues dans d’autres films. Il explique :  »C’est un cadre qu’on s’est fixé dès le départ avec Marc du Pontavice, le producteur du film. Pas plus que moi, il n’a de goût particulier pour le polar. La seule façon de faire exister notre film dans ce genre désormais difficile à financer au cinéma, était de veiller constamment à sa singularité. A l’écriture, avec l’aide de Jeanne Aptekman, qui a coscénarisé le film, nous avons ensuite essayé d’apporter à ces personnages, qu’ils soient simples banlieusards, trafiquants de drogue ou policiers, les mêmes nuances et la même complexité que dans n’importe quel drame. Les conflits intimes, politiques, familiaux se cristallisent sans doute d’une façon différente dans les quartiers favorisés ou dans les cités, mais ils ont partout la même richesse. J’essaie dans chacun de mes films de ne pas les simplifier. » » …

Mon humble avis, un film très énergique, bien rythmé, avec sa part de violences, de sueurs et de peurs…
Dans une ambiance de cité de banlieue, un bon polar servi par de remarquables acteurs…
Il se laisse plaisamment regarder et on ne risque pas de s’endormir…

Les lumières reviennent, c’est le moment des applaudissements…
Les protagonistes du film sont debout le sourire aux lèvres…

21-DSC_3386-361-PS

Je vais tenter de les prendre un par un avec la banane…

Mathieu…

22-DSC_3430-405-PS

Reda…

23-DSC_3436-411-PS

Sofiane…

24-DSC_3440-415-PS

Et Olivier…

25-DSC_3469-444-PS

La ministre semble fan…

26-DSC_3448-423-PS

Le réalisateur salue le public…

27-DSC_3502-477-PS

Un beau succès…

28-DSC_3510-485-PS

Sortie sur les écrans français le 3 octobre 2018…
Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 4 Commentaires »

« DOUBLES VIES » À LA MOSTRA DE VENISE

Posté par Claudio Boaretto le 1 septembre 2018

Le premier film francophone que nous visionnons s’intitule « Doubles vies » de Olivier Assayas…

Nous sommes partis pour la présentation sur le « Red Carpet » …

Avant l’arrivé de l’équipe du film défilent devant nous quelques mannequins…

1-DSC_2345-PS

Pour le plaisir des yeux…

2-DSC_2351-PS

Et la beauté des toilettes…

3-DSC_2363-PS

Et la grâce de celles qui les portent…

4-DSC_2368-PS

Mais ne me demandez pas leur pedigree…

5-DSC_2386-PS

J’ai déjà trop cherché hier pour l’ouverture…

6-DSC_2379-PS

Mais c’est toujours un plaisir…

7-DSC_2395-PS

De shooter de si gracieuses jeunes femmes…

8-DSC_2405-PS

Et je pense que malgré leur sourire…

9-DSC_2415-PS

Elles doivent mourir de tract…

10-DSC_2424-PS

Cette dernière jeune femme est arrivée avec l’équipe du film…
Elle se nomme Lý Nhã Kỳ…

11-DSC_2482-PS

Actrice, mannequin et femme d’affaire vietnamienne…

En revanche, je ne sais pas quelle est sa participation dans l’histoire du film…

12-DSC_2489-PS

Mais voici les principaux protagonistes de « Doubles Vies », seule Juliette Binoche est manquante, elle n’a pas fait le déplacement à Venise…

13-DSC_2551

Guillaume Canet…

14-DSC_2593

Acteur, réalisateur, scénariste et producteur français à la filmographie impressionnante…

15-DSC_2572-PS

Vincent Macaigne, acteurmetteur en scène de théâtre, et réalisateur français…

Je n’ai pas eu le temps de le shooter sur pied…

16-DSC_2583-PS

Hamzawi Nora, la brune et Christa Théret, la blonde…

17-DSC_2624-PS

Christa, actrice française, révélée par son rôle de Lola dans le film LOL

18-DSC_2610-PS

Nora, dont j’aime le sourire sympa, humoristecomédienne et chroniqueuse française

On la retrouve avec plaisir à la TV dans la bande de Yan Barthès…

19-DSC_2628-PS

Et enfin le maître du jeu, le réalisateur Olivier Assayas…

20-DSC_2675-PS

Avec près d’une vingtaine de longs métrages et de nombreuses distinctions, ce n’est pas un perdreau de l’année…

21-DSC_2677-PS

Pendant ce temps Guillaume Canet se consacre au public…

Selfies…

22-DSC_2640-PS

Et autographes…

23-DSC_2645-PS

Nous sommes maintenant dans la « Sala Grande » de la Mostra…

Les artistes ont rejoint leur place et se lève à l’appel de leur nom prononcé par la voix off qui présente la séance…

Nora Hamzawi…

24-DSC_2708-PS

Christa Théret…

25-DSC_2718-PS

Vincent Macaigne…

26-DSC_2731-PS

Guillaume Canet…

27-DSC_2735-PS

Et sous une salve d’applaudissements, Olivier Assayas…

28-DSC_2760-PS

Les lumières s’éteignent, le film commence…

29a1

Synopsis :

« Alain et Léonard, écrivain et éditeur, dépassés par les nouvelles pratiques du monde de l’édition, sourds aux désirs de leurs épouses, peinent à retrouver leur place au sein de cette société dont ils ne maîtrisent plus les codes. » 

29a2

Je ne suis pas un critique de films et je ne peux que vous faire partager mon ressenti qui peut être une indication pour ceux qui connaissent mes goûts…

J’ai bien aimé ce film…

Les problèmes de l’édition littéraire rivalisant avec la lecture numérique sont abordés et analysés avec intelligence… On se sent concerné par cette problématique du numérique et du livre…
Beaucoup d’humour aussi dans ce film qui arrache quelques éclats de rire et fait passer un bon moment…

Bref, il ne faut pas hésiter à le visionner…

Les lumières se rallument et les artistes se lèvent sous des applaudissements nourris…

29-DSC_2798-PS

C’est le moment des embrassades…

30-DSC_2809-PS

Olivier embrasse toute l’équipe…

31-DSC_2819

Et chacun se congratule…

32-DSC_2842-PS

Le réalisateur est heureux…

33-DSC_2832-PS

Guillaume Canet également…

34-DSC_2857-PS

Les applaudissements perdurent depuis plusieurs minutes…

L’émotion des artistes devient palpable…

35-DSC_2900-PS

Nora est aux anges…

36-DSC_2949-PS

Je chope le regard épanoui du réalisateur…

37-DSC_3010-PS

Christa ne sourit pas mais ce doit être une attitude…

38-DSC_3001-PS

Tandis que l’émotion se reflète sur le visage de Vincent Macaigne…

39-DSC_3015-PS

Comme sur celui de Nora…

40-DSC_3017-PS

Sans oublier Guillaume…

41-DSC_3000-PS

Bravo à l’équipe, nous avons passé une excellente soirée !…

42-DSC_2972-PS

Sortie en France le 16 janvier 2019…

Ne le ratez pas…

Claudio Boaretto

Publié dans Venise : évenements | 10 Commentaires »

1...34567...102
 

Neuf photographes |
passions,rêves et silence |
Atelier du photographe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de photos
| photos de Baileux
| pompierdefrance